Forum Clubic

Peine de mort (page 10)

Voila la solution idéale,on fout les délinquants à la rue et on fout les clodos en tôle. :pt1cable:

Tu caricatures, mais perso, si je suis vraiment à la rue de chez à la rue, en plein désespoir et en hiver, je suis prêt à aller commettre des délits (genre pisser sur une voiture de flics, voler dans les boutiques, etc…) rien que pour avoir à manger et être au chaud pendant les 3 mois d’hiver… :neutre:

[:paysan] tiens tiens

1/ y’a des organisation qui s’occupe des clodos, des foyers, toussa… C’est sur que dur d’être clochard mais bon en france il sont quand même un peu pris en charge.
2/ la taule c’est bien plus de quatres murs et le chauffage central…

Ca m’énerve ces gens qui trouvent que les prisons sont des centres de vacances… Les mecs sont déjà entassés à 8 dans une pièce de 6 mètres carrés sale, ils vous faut quoi de plus? Qu’on rétablisse les culs de bas-fosse? :confused:

Il est des personnes en se bas monde qui ne devraient pas avoir droit de vie…

De quel droit tu décide ça? :o

+1 :jap:

Oui, mais ils pourraient faire différentes tâches pour la société…

Comme ça, sa payerai les frais de leur incarcération.

Les travaux forcés sont pas interdits? :o

Edit: si on revenais au sujet du topic? :paf:

Ouais… Et qu’on y mette des matons sadiques habillés en cuir et tenant un parcmètre à la main…

C’est où qu’on signe, pour l’inscription? [:faim]

T’es déjà inscrit :neutre: … Bienvenue sur Cluclu :o

:ane:

:paf:

Bah et pourquoi ne pas réinstaurer les travaux forcés au lieu d’être entassé dans des cellules à rien faire, ils contribueraient à la société et ça les décourageraient peut-être de récidiver en travaillant dur… (d’ailleurs, ils sont devenus interdits quand les travaux forcés ? car sur les billets de banque -assez récents-, du moins les francs, il y avait une mention “Le contrefacteur est puni des travaux forcés. Art. xxx du code pénal” quelque chose comme ça)

Bordel, qu’est ce qu’on lit pas sur ces forums… T’as jamais entendu ou lu quelques témoignanges de ceux qui ont réellement connu la prison ? Ils te raconteraient la promiscuité (4 dans une cellule de 9m2) 23 heures sur 24, les chiottes non fermés ou tu dois pisser et chier devant tous les autres, profiter de l’odeur des autres, de la lumière qui peut s’allumer à n’importe quelle heure, des cris des mecs qui se font sodomiser…
D’aprés toi, pourquoi y’en a qu’en arrivent à bouffer des lames de rasoir pour échapper à tout ça ?
Pour t’entrainer, je te conseille de passer que 24h en garde à vue, entre les flaques de vomi et de pisse avec des personnes qui font pas forcément partie de celles que tu fréquentes habituellement…
Y’en a certains, on se dit qu’a part la cour de récré et TF1, leur horizon social est vraiment des plus limités… :grrr:

Je crois que les travaux forcés étaient le triste privilège du bagne en France, et que celui-ci à été fermé en 1945, non sans raison. On transformaient les hommes qui y étaient en betes fauves…
Aujourd’hui, c’estt plus subtil. T’es pas obligé de travailler… mais tu te demerdes pour te payer les produits de 1ere nécessité (savon, bouffe, produits nettoyants, clopes, dentifrice, lessive…). Pour ceux qui ont les moyens et/ou de la famille, ils se débrouillent avec. Les autres (bizaremment, le taux d’“indigents” - comme dit l’administration pénitentiaire - est relativement élevé en prison…) bossent pour un salaire qui doit tourner entre 25 et 30% du SMIC). Y’a pas mal d’entreprise qui sous-traient une partie de leurs commandes à l’administration pénitentiaire, d’ailleurs…

Merci pour ces précisions… T’as l’air de connaîte un petit bout sur la question ! (non pas que je dise que tu y aies séjourné :p)

Sinon pour la mention sur les billets, j’ai oublié de préciser que c’était sur les francs belges, à la fin des années 90 encore. Donc pas de bagne pour nos chers contrefacteurs, c’est la belle vie en Belgique :smiley:

Je pense qui faudrais revenir a l’ancien temps : “qui vole un pain a une main en moins” :paf:

D’accord, prêt a aller au peloton?

? … :heink:

Pardon mais t’as vraiment du mal à m’émouvoir, autant je peux être compatissant envers les petits délinquants, mais en l’occurrence, on parle pas des bizounours…