Forum Clubic

Gamer, Jeu , Gameplay : évolution à la c**

Bien le bonsoir :slight_smile:

Ce soir je m’apprête à vous donner une vision des chôses qui a tenu mon cerveau en éveil une grande partie de l’après-midi, par rapport donc à plusieurs facteurs et un regard aussi limpide que possible sur l’évolution des pensées d’un joueur par rapport aux productions.

Donc pour faire simple : Gamer - Jeu.

Viendra ensuite les grands changements de gameplay observés ces dernières années.

Pour l’instant, je vais me contenter de ce que je sais et que je peux facilement démontrer.

Avis aux vieux de la vieille : j’étais pas né à l’époque du commodore.

Ma première console était une Master System II et j’ai rien eu comme systême plus ancien que celui ci.

Bref, allons y gaiement dans la verte prairie comme dirait l’autre

Dans l’ancien temps, le bon vieux temps, le fuckin old school revival time (rayez toute mention inutile) il y avait pléthore de jeux qui sortaient.

Tous n’étaient pas bons, et rares furent les infamies que même un bébé de 2 mois ne voudrait pas essayer.

A l’époque était la découverte par les joueurs de ce qu’on appelle les standards de maintenant :

Le jeu de plate forme, le jeu de plateau, le jeu de réfléxion (sisi), le jeu de combat, l’aventure, le jeu de rôle.

En imposant certaines façons de jouer, les developpeurs tentèrent donc de retranscrire ce que nous connaissions en plateau ou en livre, dans une cartouche insérée dans un systême barbare tout pleins de composants.

A l’époque, la notion de gamer était éffacée.

Il y avait les joueurs, et puis c’est tout.

Joueurs qui se contentaient donc de ce qu’on leur donnaient.

Autres temps, autre moeurs.

Explosion de vente de Master System, Super Nintendo, 386dx, et j’en passe.

La console privilégiait (et privilégie toujours d’ailleurs) le jeu en multijoueurs grace à ses manettes, ce qui était plus simple que de relier deux pc pour jouer à Doom en local. Non je ne m’égare pas, suivez un peu.

Puis commence ce que j’appelle “la course à l’armement”.

Le marché pc décole. Windows 3.1 avec Dos 6.0, toussa.

Premiers jeux commençant à différencier le parc pc du parc consoleux : Sim City, Doom, Lords of The Realm, Warcraft, Apache, Aces over Pacific - Europe, Red Baron.

Apparition du joystick pour plus de précision.

Puis, la mode de la reprise mais en différent.

Je m’explique : combinez Metroid et Mario, et vous obtenez Jazz Jackrabbit.

Voyez le succès de Mario Kart, et dans la foulée vous verrez arriver Wacky Wheels.

Voyez Rock N Roll Racing cartonner, et vous verrez Death Race débarquer.

Exploitez la puissance pc et vous verrez arriver Descent.

Idem pour les clones de Bust a Move et Bomberman qui tournaient sous Dos à l’époque.

Ecoutez les gens, et sortez Pinball Dreams.

Et donc, la course à l’armement continue, avec la celebrissime phrase de bill gates : “il n’y aura jamais besoin de plus de 2 mo de ram”.

Certes.

Duke Nukem 3d

Quake

Heretic

Hexen

Rise of the Robot (bouse innomable)

puis le monde console devient moins puissant, mais toujours terriblement fun.

D’un côté la console évolue. De l’autre le pc aussi.

Ps One vs pentium MMX, ou ridge racer vs pod si vous préférez.

Mais toujours aucune plainte enregistrée. Les joueurs jouent de bon coeur.

Nouvelle technologie : nouveaux pentium, nouveaux chips.

Commence l’ère de l’adaptation multi plate formes, avec l’entrée en douceur de V Rally dans le monde pc, qui fait un succès.

Toujours 0 plaintes de part et d’autres.

Les jeux se veulent plus pointus, plus longs, sans cesse plus immersifs.

Et voila que les developpeurs indépendants, ainsi que les gros d’ailleurs, commencent à freiner, et commence donc ce que j’appelle “La vague incomprise du jeu vidéo, et faussement admise”

Des petits jeux commencent à faire leur apparition, bien souvent sympathiques, car le gameplay est rodé.

Pas de quoi faire de l’ombre aux challengers sur médiatisés, mais l’intêret est la…

Mais pas les joueurs, qui ne voient plus le côté amusant mais “retardé techniquement”.

Seuls certains érudits, qui se mentent bien à eux-mêmes comme nous tous, s’adonnent à ces jeux donnant un plaisir immédiat.

Oui mais.

Les joueurs voient bien alors que il y a un problême : pourquoi de tels petits jeux ont un gameplay inébranlable, et que les grosses productions n’ont même pas le tiers de cet état de fait ?

MMH. Période de réfléxion pour les développeurs. Go Goldorak, go.

An 2000.

Half Life, toussa.

Et la, une idée à la con arrive dans la tête des developpeurs :

MAIS ALORS EUREKA QUOI !

Pourquoi se borner à faire ça quand on peut agrandir ça ?

Pourquoi limiter ça quand on peut implanter ça.

Combos de propositions foireuses, pour jeux foirés.

Mais non, les bougres récidivent, et changent radicalement la facette du jeu vidéo : ainsi le plaisir de jeu n’est plus immédiat, il faut cravacher pour s’amuser.

Le graphisme est mis toujours en avant, au détriment de l’univers et de l’art du jeu.

Le joueur est éxigent maintenant, il a pas claqué je ne sais quelle somme pour jouer en 2d, technologie évoluée toussa.

Et pourquoi ?

La voila la question

En quoi une avancée technologique doit être suivie OBLIGATOIREMENT sous peine de faire has been ?

Pourquoi la facette du jeu a-t-elle changée à ce point ?

On s’aperçoit même maintenant que les plus anciens jeux de plate formes ont toujours cet attrait sidérant, et que maintenant il faut en faire toujours plus, encore et toujours plus pour espérer glaner les sous du public qui veut sans cesse être etonné.

Alors ou est le jeu ?

Est ce dans les actuels rpg de mayrde(oui enfin heu, hein on se calme je vous voit débarquer, JE n’aime pas)
que sont Oblivion et consorts, dans lesquels il faut impérativement faire de la quête secondaire à la pelle pour faire la trame principale peinard, sous peine d’échec cuisant car notre perso est ridiculement faible ?

Est ce dans la chasse au plaisir promis, qui adviendra 20 heures plus tard, vers la fin, qu’on s’émerveille ?

Pourquoi les médias ne s’interessent ils qu’aux grosses prod alors que des tas de petits jeux sous souvent bien plus amusants que leurs grands frères ?

La réflexion est simple, la réponse toute trouvée : maintenant le jeu simple n’a plus le droit d’éxister.

Ou alors il faut l’innover, le changer dans sa manière de jouer pour qu’il plaise, pour justifier son existence, ou pour inciter à vendre telle plate forme.

L’arcade disparait, au profit du réalisme le plus total.

Les petits jeux sont dégommés manu militari par une presse qui se mange du moteur et des promesses qu’ils n’ont même plus un oeil qui tient dans l’orbite correctement.

Le joueur est classifié maintenant :

Noob, Low, Middle, Roxor, PGM (pro gamer).

Ou alors : joueur régulier, joueur occasionnel.

La presse se sert de ça pour continuer à rabacher toujours et encore des ptits jeux bien plus marrants que les jeux à trois millions : “oui alors pour un débutant occasionnel, ce jeu est parfait entre deux stations de métro ou une pause WC”

Et le public s’en bat les cou*****. Il faut qu’il achète le neuf et cher, pour être hype, pour faire In, pour pas se laisser démoder, pour pas dire : non chez moi je n’ai que des petits jeux faits par des petites boites, et les jeux en question ont plus de 3 mois, bouhou je pars courir chez ma mère.

OU EST PASSE CE P**** DE PLAISIR IMMEDIAT ?

Ou est la communauté de joueurs qui jouait pour jouer et pas pour se donner une réflexion métaphysique quand à l’intêret du jeu par son graphisme et son gameplay ?

Mais mayrde, les jeux moches peuvent être 'achement corrects, regardez la Wii par exemple et le tout récent Excite Truck : c’est pas excessivement beau sans être laid non plus, et pour du fun immédiat c’est le pied : de l’arcade jusqu’à plus soif avec des menus épurés, pas des menus retouchés par photoshop.

Ou est passé le gamer qui appréciait le jeu pour son contenu ?

Maintenant on parle d’oldies, de jeu dépassé même pendant son développement.

Et les hardcore gamers rigolent en se fendant la gueule 16h par jour sur leurs écrans.

Pourquoi dénigrer tout ce qui n’est pas très avancé maintenant ?

A cause de quoi ?

et bon sang, qu’en pensez vous tiens ?

Quelle est votre vue de la chose, puisque c’est le sujet la ?

A vos claviers messieurs.
Edité le 27/06/2007 à 20:32

Pour moi la réponse est simple:

Le jeux-vidéo est entrée dans l’ère du loisir grand public et de l’industrie à part entière. Il a suivi exactement le même chemin que la musique, le cinéma et la TV avant lui, pour un résultat identique.

Maintenant libre à toi de suivre la masse ou non, tout comme tu peux le faire pour la musique, la TV ou le cinéma. Personne ne t’oblige à écouterdu Diam’s, regarder le BigDil ou aller voir Harry Potter au cinema … tu peux parfaitement te contenter d’artistes indépendants, d’emissions thématiques sur les chaines du calbe/satellite/ADSL ou aller au cine Art et Essai (ou je ne sais quoi)

Donc voilà, le Jeux vidéo etait un artisanat, il est devenue une industrie, avec ce que cela sous-entends et apporte en bien ou en mal. On ne retournera pas en arrière, donc c’est à nous (toi?) de s’adapter à cette donne.

La seule différence entre Jv et les autres loisirs cités, c’est le temps mis pour arriver à ce stade, là où les autres ont mis des dixaines voir des centaines d’années… ça c’est passé en moins d’une décennie dans le cas présent…

PS: un petit mot sur une référence qui m’a fait super paisir:

Bon sang qu’il était bien ce petit jeux !!! :love:

Z’en avez pas marre des pavés ? Je bosse moi,pas le temps de tout lire. :ane:

Ça va c’est des pavés intéressants :).

En tout cas pour moi pour l’instant les trois consoles dites Next Gen sont de loin la génération la moins révolutionnaire de machine. Aucun jeux 360 ou Wii ne m’a fait le même choc que le premier Tomb Raider ou wipeOut sur PSOne ou encore Super Mario 64 sur N64.

C’est clair que le 1er Tomb Raider m’a fait un choc,du genre : pinaise c’est quoi cette nana? Ils lui ont mis un balai dans le cul ? :nexath
Pour Mario 64 par contre je suis resté bouche bée devant quand j’y ai joué la première fois :love:

Sinon pour répondre a ma Shinjette (:love:) perso je suis du genre a pas m’arréter devant les graphismes,si le jeu est bon je m’en tape qu’il soit en noir et blanc avec des persos de 3 pixels de haut. Je joue encore régulièrement a la nes/snes ( tu sais: A link to the past :lol:)/megadrive en émulation.
D’ailleurs je suis le premier a me marrer quand je vois les commentaires sur DSA du genre : Ouah pinaise que c’est moche, y a mème pas de HDR ( d’ailleurs le HDR çay moche).

Edit : la phrase de Billou Gates disait que personne n’aurait besoin de plus de 640ko de ram,pas 2 mo. Il etait moins optimiste que toi. :smiley:
Edité le 27/06/2007 à 22:03

Les pavés c’est bon, surtout DLG :o

@ Le poilu : :slight_smile:

@ Henrichi : mais clair

@ Sangoku : bah le probleme c’est que maintenant y’a plus d’innovation de gameplay , mais de technique -_-

:neutre:

Alors pour le coup, je ne partage pas franchement ta vision.

Premiere divergence majeure : il n’y a pas eu d’apparition de la course à l’armement avec la NES ou autre.
Le jeu vidéo, depuis son apparition dans les années 50, s’incrit dans une logique de “course à l’armement” ou plus précisément, d’évolution constante et ceux, pour 2 raisons :

1- Parce que le jeu vidéo est directement lié à l’informatique/la technologie, un secteur jeune qui progressait lui même de façon constante (même si la loi de Moore atteindra bien ses limites) pour répondre à un ensemble de besoins (jeux, cinéma, armement, communication, gestion, etc.).

2- Pour repousser les possibilités. Le premier jeu vidéo tournait sur un occilloscope. Même si l’on se rapproche de nous avec la première grosse console de salon, l’Atari VCS2600, on constate que les jeux, dans leur concept autant que leur rendu, se heurtaient à des limites.
Certains genres, certaines idées, certaines visions ne rentraient pas dans les machines disponibles. Envisager un Sim City, populous, Doom ou Dune 2 sur une VCS était impossible.

Et c’est là une grande différence :
Les developpeurs, à l’époque comme aujourd’hui, sont des créatifs. Ils rechercheront toujours les outils leur permettant de matérialiser leur vision ou de s’en rapprocher. Et parralèlement, l’apparition de nouveaux outils leurs ouvrent de nouveaux horizons.

Pour moi, cette logique de “course à l’armement” est saine, normal et souhaitable, jusqu’à ce que l’on atteigne le stade aujourd’hui atteind par le cinéma. En terme de film, le cumul des moyens conventionnels et des effets spéciaux crédibles permet à un réalisateur d’obtenir à l’écran tout ce qu’il peut imaginer. La forme sert alors le fond.

Le problème, c’est qu’en chemin, le public du JV s’est perdu (sans doute parce qu’il est devenu “grand public”), s’égarant sur la route du puissance=graphisme, entrainant avec eux les éditeurs et donc les studios.

Pourquoi ?
Parce que dans le petit monde du JV, la période des “grands découvreurs” est révolue depuis le début des années 90 (la révolution de la 3D).

Depuis, l’industrie est essentiellement dans une phase de répétition (suffit de voir les suites, les clones, etc.), la facilité (pour motiver l’achat) étant l’amélioration de l’aspect visuel. C’est une approche auquel le public a adhéré et du coup encouragé (financièrement).

Mais cela ne signifie pas pour autant que le JV stagne.

Question : lorsque le gros du boulot a été fait (créer les différents genres), que reste-il ? Les détails. On commence à peaufinner les détails.
La révolution devient une évolution puis une amélioration. Cela nécessite moins de génie créatif, mais beaucoup de talent artistique.
Lorsque le concept dominait, on se foutait du scénario, de la notion d’écriture, des ambiances visuelles ou sonores, de la mise en scène, bref, des éléments annexes. Plus aujourd’hui : même si cela progresse lentement car les ressources sont canibalisées par le moteur graphique, ces aspects progressent.

Et c’est là que surgit l’autre partie du problème : les joueurs passent à coté de cet aspect, parce qu’ils
1- sont trop habitués à ne voir que le graphisme.
2- n’envisagent pas l’aspect artistique.
3- n’ont pas les connaissances nécessaires.

Au cinéma : un “connaisseur” s’extasie devant un Barry Lyndon tourné à la chandelle ou peste sur des contre-jours foireux, alors que le spectateur lambda ne voit pas ça.

Pour les jeux, c’est parei. Les joueurs survolent sans les voirs des choses sur lesquels les developpeurs ont porté une attention toute particulière.
Cela ne signifie pas que ces éléments n’ont pas d’impact, mais qu’il n’y aura à l’arrivée qu’une impression générale (positive au négative).

Et on en est à ce stade. Les joueurs trouvent que cette génération de machine n’est pas une claque visuelle. Oui, c’est vrai. Mais c’est aussi parce qu’elle débarque à une période où la puissance, ENFIN, commence à servir des éléments sous-jacent comme la physique et l’IA au service du gameplay émergeant, une narration active (par opposition aux cinématiques passives) de qualité, le comportemental, l’emotionel… Car ce sont des éléments qui bouffent de la puissance. Beaucoup.

Et ce sont des éléments sur lesquels les joueurs doivent progressivement s’éduquer pour apprécier pleinement ce qui aujourd’hui progresse dans le jeu.

Second point de divergence : le fun
Pour moi, il est toujours là. Je ne comprends même pas ton emportement, vu les jeux auquels tu joues.

Excite Truck est un jeu à petit budget super fun immédiatement.
Trackmania est un jeu à petit budget super fun immédiatement.
Burnout est un jeu à gros budget super fun immédiatement.
NFS Machin est un jeu à gros budget super fun immédiatement (pas mon avis mais vu les ventes…).
Motorstorm est un jeu (une démo ?) à énorme budget super fun immédiatement.

Tous ces titres coexistent sans problème. Budget, visuel et fun ne sont pas des éléments contradictoires.
Gears of War propose du fun immédiat, comme Crackdown ou Resitance ou Jak & Daxter ou le premier doom ou tomb Raider ou god of War…
Depuis quand une réalisation de qualité est un obstacle au fun immédiat ? C’est parfaitement compatible. C’est même additionable.

Je trouve hypocrite de dire que le fun ou le gameplay doit l’emporter sur tout.

A choisir entre une femme
1- intelligente, drole et moche (à ton gout)
2- intelligente drole et banale (à ton gout)
3- intelligente, drole et magnifique (à ton gout)
Tu prends quoi ?

Ben voilà, pour les jeux, c’est pareil.

A fun comparable, on cherche ce qu’il y a de plus abouti (que ce soit les graph, l’histoire, ou autre). Et une fois qu’on l’a, cela devient un critère de référence, une base. Et on cherche ce qui égale ou surclasse.

Après, cette évolution peut logiquement te mener vers des jeux dont la complexite/profondeur proscrit le fun immédiat. Et après ?
Il ne faudrait surtout pas répondre à la demande de joueurs qui cherchent quelques choses de plus profond ou plus évolué, plus complexe ?
Doit-on réprimander un Forza 2 parce qu’il oblige à se faire chier un moment afin maitriser une conduite plus subtile ?

Le reproche que tu fais ne conrrespond pas à la réalité du secteurs. Il correspond au consenssus que l’on peut trouver sur les sites/forums spécialisés, donc sur un public bien précis.
Ignore-le.
La réalité, ce sont les ventes, et les petits jeux funs font souvent aussi bien (voir mieux) que les gros jeux (fun ou élaborés). La réalité, ce sont les ventes de la Wii et de la DS.

Désolé pour la longueur.
Edité le 28/06/2007 à 02:30

Non mais je t’en prie pour la longueur au contraire ^^

Ce que je vois surtout c’est qu’on te ressert quoi, des repompes essentiellement et des “améliorations” sans que les mécanismes mêmes des types de jeux que le public / la presse à définit en tant que tels soient altérés.

On va te sortir un univers toujours plus réaliste, toujours plus immersif, mais toujours pour farmer sous la même méthode.

On va te sortir un jeu avec une animation extraordinaire pour te servir ce que Rayman proposait il y’a 13 ans.

La technique évolue, mais pas tout les jeux, et le constant est simple : ce qui est rodé fonctionne :neutre:

D’ailleurs regarde, combien de fois un titre à grand potentiel ne reste qu’à cet état la car ce potentiel n’est pas forcemment exploité jusqu’au bout ?

On va de plus en plus accentuer sur la narration, sur l’univers … mais je préfère plutot jouer que de me faire raconter une histoire très honnêtement :neutre:

Combien de jeux indies sont largement supérieurs à certains titres car ils font beaucoup de neuf avec beaucoup de vieux ?

Ce que je veux dire c’est qu’à chaque fois on te donne ce que tu attends, et la est le problême on est surpris que par le contenu, et très rarement par l’originalité… et quand les jeux originaux arrivent, ils se vendent peu par incompréhension ou peut-être même un rejet par ce grand public devenu hermétique à la découverte justement, qui souhaite quelque chose dans lequel il peut jouer et dans lequel il peut avoir espoir de progresser :neutre: …

Pourquoi ne pas par exemple changer drastiquement la façon de jouer d’un rpg par exemple , en lvlant avec autres choses qu’avec des monstres et du combat ?

Pourquoi maintenant les jeux sortants des sentiers battus se mangent systématiquement des gros fours ?

J’aurai préféré voir bethesda se planter avec son Oblivion bancal (sisi, jouez à Daggerfall vous comprendrez) que de le voir se faire confier Fallout 3.

J’aurai préféré une relance de Clover qu’un crash mortel …

Alors il éxiste une réalité que je ne nie pas, mais pour moi elle est beaucoup plus marquante du côté de la DS que de la Wii, qui s’envoie toute seule vers un four (planning sortie, quand tu nous tiens, hors Nintendo je parle)

Après effectivement : [quote=""]
Excite Truck est un jeu à petit budget super fun immédiatement.
Trackmania est un jeu à petit budget super fun immédiatement.
Burnout est un jeu à gros budget super fun immédiatement.
NFS Machin est un jeu à gros budget super fun immédiatement (pas mon avis mais vu les ventes…).
Motorstorm est un jeu (une démo ?) à énorme budget super fun immédiatement.
[/quote]

Oui mais regarde, c’est rodé … le Burnout 1 à sa sortie était une bonne vente mais pas un jeu inmanquable quoi, on te réchauffe le truc pour que t’en prennes plus, et on garde les mêmes mécanismes.

Le meilleur exemple je trouve c’est Excite Truck : il a pu garder une pate arcade en faisant certains compromis sur le gameplay et au final t’as un titre très plaisant qui ne donne pas que de l’esbrouffe visuelle ou ne triche pas avec le joueur pour donner plus de challenge artificiel (comme burnout revenge par exemple) et maintenant, le vrai plaisir intervient systêmatiquement à la fin du jeu sur les plus grosses productions “rodées” … parceque ça plait comme ça …

En même temps Excite truck c’est typiquement le genre de jeu auquel tu y joue 5min et apres tu en as fait le tour.
Sauf à y jouer avec des amis de temps en temps je vois mal comment on pourrait passer plus de 20h sur un jeu pareil :neutre:

Le gameplay simple (simplifié?) permettant d’avoir du fun immediat c’est bien, mais le revers de la médaille c’est que la lassitude a vite fait de gagner le joueur. Sans challenge supplémentaire un jeu pareil est vite oublié, alors si c’est pour qu’en plus tu le pay quasiement au meme prix que le jeux qui te tiendra deux fois plus de temps avec peut-etre un peu moins de un immédiat: le calcul est tout vu!

En plus excite truck, franchement il n’y a rien d’innovant là-dedans. C’est un ressassé de ce qu’on connait depuis que le jeu de course est techniquement possible sur machine de jeux. Tu nous fais tout un laïus sur l’innovation, le fait que tous les jeux ne sont que des “evolutions” essentiellement graphiques, mais là on a quoi de plus qu’un outrun ? pas grand chose… et même pas le plaisir des graphismes evolués (ne me parle pas de la wiimote qui permet un “gameplay particulier”, parce que bon personnellement j’ai du mal à voir ce que ça apporte de concret et de reellement innovant pour ce jeu).
Donc à choisir je prefere largement un Burnout qui propose un concept franchement similaire mais qui en plus propose quelques challenge supplementaire et une realisation globale plus evoluée.

Le Fun à tout prix ce n’est pas non plus une solution, surtout quand on peut avoir le reste à coté. A ce niveau je suis globalement d’accord avec Cryoakira.

C’est une question purement générationnelle. Les gamins de 10-12 ans qui jouent maintenant et qui s’éclatent diront exactement la même chose dans 15 ans : “tain c’était mieux avant” :smiley:

Mouais, perso j’ai eu ma 1ère console a 4-5 ans ( une colecovision) et ensuite j’en ai eu pas mal d’autres mais c’est pas pour ça que je suis nostalgique. Le “c’était mieux avant” c’est bon pour les vieux cons aigris . Et je m’amuse tout autant sur les consoles actuelles ( oui oui mème sur PS3).

PS : Non ma Shinjette tu n’es pas un vieux con , mais tu en prends le chemin. :lol:
PS2 : Pour Obilivion moi j’aime ce jeu , son prédecesseur Morrowind m’avait bien gonflé,j’ai pas joué aux autres.

D’ailleur pour cote nostalgie: Autant quand j’y repense j’ai d’excellent souvenirs de partie à MarioKart sur SNES et j’ai l’impression qu’il n’existe rien de mieux. Autant quand je le ressors des cartons j’ai mal au crane au bout de 5min tellement ça pique les yeux :paf: … et au final je me rabats sur un Mario Kart 64 (à defaut d’en avoir un autre à portée de tir) qui est pourtant loin d’etre plus fun que le MK SNES :slight_smile:

Bienenue dans la société de consommation… :neutre:

De toute façon, le “c’était mieux avant”, c’est comme tout… C’est toujours mieux la première fois que tu goûte une tarte au citron, la première fois que tu sautes en parachute, etc…

Perso, un de mes jeux préférés, c’est la série des Super Smash Bros… :love:

Le premier, sur N64, fut un émerveillement… 3 potes, sur une grosse télé, j’ai passé de nombreuses nuits blanches… Je ne m’étais jamais autant amusé sur un jeu vidéo…

Avec Super Smash Bros Melee, sur GameCube, oui, le jeu est un peu mieux que l’épisode précédent, mais rien de franchement innovant…
Mais c’est tout à fait normal, ils ont inventé le style de jeu, et il est impossible qu’ils puissent reproduire le même émerveillement, sur ce nouvel épisode, puisque le genre est connu…

Hérétique :o

Pas d’accord :smiley: mon 5m saut à l’elastique etait au moins aussi bien voir mieux que le premier :stuck_out_tongue:

:ane:

Vieux Chameau :o

Edit : Je suis encore monté sur la patronne hier soir et c’était au moins aussi bon que la 1ère fois :ane::ane::ane:
Edité le 28/06/2007 à 10:52

:o

Le sayske, c’est pas pareil, parce qu’on y gagne en XP…

Et de nombreux fan de Morrowind, qui attendaient avec une impatience non feinte Oblivion, ont été déçu, par le manque de profondeur du titre… :neutre:

ça tombe bien j’étais pas fan de Morrowind :smiley:

J’ai passé pas loin de 30 heures sur Excite Truck pour le finir entièrement :paf:

T’as pleins de détails dans le jeu qui le rend plus fin qu’il y parait, c’est pas un simple jeu de course avec des camions qui ont de la nitro hein, strop facile ça :paf: ²

Comme Wave Race Blue Storm à l’époque Gamecube … peuvent pas nous en faire un nouveau sur Wii ? :frowning:

Peut-etre parce que tu es du genre à chercher le moindre truc (genre une etoile planqué au sommet d’une montagne etc). Mais tout le monde ne va pas faire ça. En plus si c’est ça, alors je ne vois pas en quoi ça change de ce que tu critiques dans ton premier message:

Grosso-modo c’est de la durée de vie articifielle, car non inherente à une trame de jeu (scénario etc) ou au gameplay en lui même (progression du joueur comme dans une simu auto)


PS: ceci dit, je dis ça mais je ne connais pas ce jeu en détail. Donc je peux me tromper à ce sujet. C'est juste l'impression que ça me donne, vu le type de jeu dont on parle

C’est juste le systême du jeu qui est over bancal, tout le monde voit que les graphismes dans ce jeu -____-"

La durée de vie artificielle ha ouais alors, comme les couloirs - ventilations - conduits dans les fps -_-

Les trois derniers FPS qui m’ont vraiment marqués (grosse baffe inside) , ça remonte à BreakDown sur Xbox 1, Les Chroniques de Riddick (même console) et XIII car ça t’amenait tout un tas de nouveaux repères , de nouvelles façons de jouer, en changeant la vision du jeu lui même …

Depuis plus rien :paf: