Commentaires : Streaming : est-ce que le piratage est en train de tuer Netflix? (page 4)

Mais n’a strictement rien à voir avec le piratage

Bien au contraire, cela à tout à voir.

Quand des éditeurs ont compris que le piratage n’avait pas que des inconvénients ils ont en quelque sorte imaginé une façon de l’organiser et de le contrôler plutôt que de le subir.

et surtout, n’est pas adaptable à tous types de jeu (sinon tout le monde ferait ça hein…)

Sur les plateformes les plus grand public (smartphone), c’est quasiment le cas.

Mais on parle d’un modèle, il y en a d’autres.

et encore moins aux films et séries…

A votre avis, Youtube fait quoi, sinon financer des contenus vidéo ?

En fait c’est même encore plus inquiétant PARCE QUE ils ne savent pas ce que ça veut dire… Il y en a pour qui désormais le simple fait d’avoir un noir ou un homo parmi les personnages principaux veut dire que c’est de la propagande woke. Et ça c’est vraiment flippant. En arriver au point d’être choqué parce qu’il y a un noir ou un homo qui n’est pas cantonné à un rôle secondaire…

2 « J'aime »

Oui, sur des trucs ultra grand public. Parce qu’il n’y a que là que tu peux compenser la gratuité par un gros volume de pub et de petits achats in-app.

Mais dès que tu t’éloignes du très grand public, ce n’est plus du tout la même affaire hein…

M’enfin bon, si ça te déranges pas d’évoluer vers un monde où il n’y aurait plus que des contenus prévus pour ratisser très large… Mais c’est rigolo, ceux qui vantent ces modèles économiques, c’est souvent les mêmes qui conchient TF1 ou M6 par exemple :rofl:

Qui n’ont rien à voir en termes de coût de production avec des séries ou des films « traditionnels ». Et surtout, ceux qui arrivent vraiment à vivre de ce qu’ils publient sur YouTube, c’est une toute toute toute petite minorité hein…

Puis ce qui est rigolo, c’est que quand on parle de financer Netflix par la pub, les mêmes qui vantent le modèle des plateformes gratuites financées par la pub (et sur lesquelles ils vont avec un bloqueur hein, faut pas déconner…) vont râler parce que non ils veulent pas de pub :rofl:

Et quand YouTube s’est mis à faire des séries « traditionnelles », c’est devenu YouTube Red, puis Premium. Avec un abonnement payant.

1 « J'aime »

Oui. Il y a d’ailleurs le même souci avec le féminisme. :pensive:

1 « J'aime »

Je ne suis pas sûr d’avoir compris…
Donc les gens piratent la première mouture d’un jeu car ils n’ont pas envie de le payer, par contre pour sa suite ils vont l’acheter parce qu’ils auront peur de se choper un virus en la piratant, et puis de toute façon elle ne coûte pas chère.
C’est ça ?

Non, parce que ce n’est pas aussi binaire.

On peut le voir plutôt comme une combinaison de facteurs qui vont influencer un choix.

Facteurs positifs :

  • Tu as joué à une version précédente, tu connait le jeu, tu as envie de jouer à la nouvelle version.
  • Tu peux l’avoir rapidement, de manière simple.
  • Son acquisition est sans risque (pas de virus, licence légale), donc mieux.
  • C’est pas cher.

Facteurs négatif :

  • Tu ne connait pas le jeu, tu ignore s’il te plairait.
  • Il est cher
  • L’obtenir est compliqué
  • L’utiliser est risqué (virus, illégalité).

Quand le joueur à joué à un jeu qui lui a plu, ça engendre un facteur positif qui augmente les chances qu’a la prochaine version, la balance penche du côté de l’achat plutôt que du piratage.

Mais bon, pour être sincère, c’était les enjeux d’il y a 20 ou 30 ans. Maintenant, c’est un problème un peu dépassé. Parce que aujourd’hui, il faut rappeler qu’entre les jeux en ligne (piratage, en principe impossible) et la pléthore d’offre légale abordable, voir gratuites, on voit mal qui aurait encore envie de pirater. Le problème de nos jours, c’est plutôt la concurrence entre les éditeurs et ne pas finir complètement paumé au fond du catalogue.

D’ou le paradigme d’aujourd’hui : Un éditeur fait plus d’argent à donner son jeu gratos que d’être oublié. Parce que :

Zero communauté = zéro vente.

Netflouze

1 « J'aime »

ahlala, toujours le piratage… jamais ils ne se demanderont si l’offre légale est à la hauteur des attentes… Je pourrais pourtant payer 10 fois l’abonnement de netflix si une offre répondait à toutes mes attentes

Oui, sur des trucs ultra grand public. Parce qu’il n’y a que là que tu peux compenser la gratuité par un gros volume de pub et de petits achats in-app. Mais dès que tu t’éloignes du très grand public, ce n’est plus du tout la même affaire hein…

Bien entendu, il est évident que certains types de jeux s’y prêtent mieux que d’autres.

Néanmoins, les choses ne sont pas binaires. Même un jeu qui est moins grand public et dans une logique de licence plus classique peut profiter positivement d’un certain taux de piratage tant qu’il vends un certain nombre de licence et que le gain en notoriété engendré par le piratage engendre plus de ventes qu’il ne cause de manque à gagner.

Tout est question de rapport entre le taux de piratage sur nombre de ventes, mais l’éditeur possède quand même des leviers pour agir dessus. Par exemple, jouer sur le prix (mais pas que).

M’enfin bon, si ça te déranges pas d’évoluer vers un monde où il n’y aurait plus que des contenus prévus pour ratisser très large… Mais c’est rigolo, ceux qui vantent ces modèles économiques, c’est souvent les mêmes qui conchient TF1 ou M6 par exemple

Alors non, le but de mon propos n’est pas de dire que c’est le seule modèle ou le meilleur modèle. Mais simplement d’expliquer comment on peut retourner un phénomène nuisible à son profit. Ce qu’ont su faire beaucoup d’éditeurs de logiciel à des degré divers, parce que contrairement au monde de la musique et du cinéma, ils ont cherché à s’adapter à la réalité au lieu du contraire.

D’ailleurs, il existe pléthore de moyens de lutter contre le piratage. Mais le premier d’entre eux restera toujours de vendre à un prix en adéquation avec ce qu’est prêt à mettre l’acheteur. Et il y a plein de ruses pour vendre à la fois au prix fort et au prix faible.

D’ailleurs, au fond, le piratage est déjà un problème complètement dépassé. Le problème aujourd’hui pour les petits éditeurs n’est plus le piratage, mais la concurrence et la limitation du temps libre de l’acheteur potentiel, vu tous les jeux de qualité que les éditeurs vendent à très bas prix, quand ils ne les donnent pas, purement et simplement. Surnager parmi les dizaines de milliers de titres disponible, c’est de loin ça le plus difficile.

D’ailleurs, le cinéma et la musique connaîtront le même problème. A vouloir vendre leurs oeuvres anciennes trop cher, elles vont purement et simplement tomber dans l’oubli.

Qui n’ont rien à voir en termes de coût de production avec des séries ou des films « traditionnels ». Et surtout, ceux qui arrivent vraiment à vivre de ce qu’ils publient sur YouTube, c’est une toute toute toute petite minorité hein…

Alors certes, Youtube ce n’est pas le même type de contenu, ni le même genre de créateurs.
Mais les télévisions financent bien des séries et des téléfilms tout à fait classiques avec de la pub. Et cela depuis des décennies.
Quand à ceux qui vivent du cinéma, n’est ce pas aussi une minorité ?

Puis ce qui est rigolo, c’est que quand on parle de financer Netflix par la pub, les mêmes qui vantent le modèle des plateformes gratuites financées par la pub (et sur lesquelles ils vont avec un bloqueur hein, faut pas déconner…) vont râler parce que non ils veulent pas de pub

Netflix, comme Youtube leur proposera vraisemblablement un modèle ou ils pourront payer pour se débarrasser de la pub.
La ou c’est plus compliqué en revanche, c’est qu’il y a certainement la place pour un modèle hybride à bas prix + un peu de pub. Le bon dosage sera un point crucial.

Pour rigoler, il n’y a qu’à aller lire les commentaires à propos de Star Trek: Picard. On en voit pas mal se plaindre que c’est trop”woke” : dites, bande d’andouilles, vous vous rendez compte qu’une série comme Star Trek, dans les années 60, qui mettait à l’écran un équipage composé d’une femme noire, d’un Japonais¹, d’un Russe (en pleine guerre froide), d’un type à oreilles pointues (donc satanique) et d’un trouducul en guise de capitaine, c’était encore plus ”woke” que ”woke” ?

¹: 20 ans plus tôt, George Takei était envoyé avec sa famille dans le camp de ”relocalisation” Rohwer en Arkansas. Voir ”They Called Us Enemy”.

Houla, ça parle de piratage de façon très binaire : soit j’achète, soit je pirate. Le piratage, c’est aussi avoir la possibilité d’essayer un produit (pour reprendre l’exemple du voleur de voiture, on n’achète pas une voiture pour sa pub mais bien après un essai). Pirater un jeu, un film, une série, une musique ou encore un livre c’est aussi avoir l’assurance d’avoir un produit qui nous plait.

Je vais vous donner quatre exemples personnels. Assassin’s Creed Valhala, je l’ai pirater oui (bou le méchant). Après m’être accroché 5-6 heures de jeux, j’en avais tellement marre de faire tout le temps la même chose que je l’ai désinstallé et dégagé. Au final, j’ai économisé 60€ sur un jeu que je n’aurais pas aimé. King Arthur Knight Tale’s, je l’ai piraté aussi il y a 2 jours. Le jeu m’a plu, du coup je l’ai acheté sur Steam 45€. Dans un autre genre, j’ai découvert le film Jojo Rabbit il y a quelques semaines, je l’ai téléchargé sans en attendre grand chose et vu que je l’ai aimé, je l’ai acheté (un petit Blu-Ray à 15€ qui fait plaisir). Un youtubeur m’avait fait découvrir un artiste assez méconnu, Toonz. J’ai beaucoup aimé sa musique (entièrement dispo sur youtube sur sa chaine) et je les ais achetés sur Bandcamp.

Il y a des gens qui piratent et c’est tout. C’est malheureux. D’autres qui pirate et achètent ensuite. C’est bien. On s’est tellement fait avoir par les différentes industries qu’on passe pour les méchants alors que c’est les pratiques minimalistes des éditeurs de contenus qui ont poussé un partie d’entre nous à pirater. On n’a juste plus envie de donner de l’argent à des gens qui se contentent du minimum en nous appâtant avec de belles promesses. Certains éditeurs l’ont compris. Je prends l’exemple de CD Projekt qui vend ses jeux sans DRM. Witcher 3 ne possède aucune protection anti copie ou anti piratage : 40 millions de vente.

Ce qui pénalise aussi beaucoup les services de SVOD en France, et favorise le piratage, c’est la chronologie des médias, même si elle est passée de 36 mois à 17 mois, c’est encore beaucoup trop.

1 « J'aime »

Oui , depuis que j’ ai pris le windows game pass/origine accès je n’ai plus téléchargés de jeux illégalement après naturellement si les prix augmente fortement comme le cas de Netflix peut être que je reviendrai au piratage

Et ce qui m’ennuie fortement avec Netflix et autre c’est que je suis belge je paie le même prix qu’un américain pour un service 2-3 fois moindre j’ai l’impression d’être lésé et de justement payé si cher pour un les autres ai plus de contenu

Ca me fait marrer ceux qui osent dire que le piratage ne nuit pas, car il permet de découvrir des trucs… Mais quelle blague.

C’est un peu comme si le mec qui va voler des fruits et légumes, en tombant sur un truc qu’il ne connaissez pas, va devenir un consommateur légal de ce nouveau fruit ou légume…

Je connais beaucoup de gens de ma génération, moi compris, qui avons grandis avec napster, emule, les newsgroup et consort. Et bien aujourd’hui on a généralement les moyens de principalement acheter, mais on est tellement habitué à avoir un truc gratuit qu’on ne l’achète que si c’est indispensable (par exemple pour profiter du multi sur un jeux). Le reste on télécharge comme des sagouins. Et y’a rien de bénéfique à une quelconque industrie avec cette approche.

Ceux qui disent que c’est bénéfique sont généralement des gens qui téléchargent et cherchent à se donner bonne conscience. « oui mais regarde cet artiste si j’avais pas téléchargé 3 de ses albums jamais j’aurais acheté le 4ème » → vol. Surtout qu’aujourd’hui il y a moyen d’écouter un stream légal.
« Non mais ce jeux c’est de la daube, jamais je l’achète, je l’avais téléchargé il est pourri » → vol. Les tests ne manquent pas, et quand tu vas au restaurants, si t’aime pas la bouffe, tu te casses pas sans payer

3 « J'aime »

Pourquoi toujours demander des sources ou des démonstrations !!???
Cherche de ton côté si tu en as envie et montre lui la contre-proposition.
Mais arrêtez de faire les enfants en demandant « source », « source ».
Bonne recherche

Parce que c’est la base dans un débat c’est d’être capable de prouver ses affirmations…

Sinon, moi je vais dire que wackyseb, c’est un voleur multi-récidiviste et qu’on ne peut donc pas faire confiance à ce qu’il dit. Mais à toi de me prouver le contraire hein…

2 « J'aime »

Non, la charge de la preuve revient à la personne qui affirme quelque chose. Principe de base des discussions et réflexions intelligentes.

2 « J'aime »

Il n’y a rien qui permet d’affirmer cela. D’autant plus que plein d’éditeurs se retrouvent sous les feux des projecteurs du jour au lendemain, suite à un seul bon jeu vendu à plein tarif, et que d’autres tombent dans l’oubli alors qu’ils continuent à sortir des titres, parfois même gratuits.
Microsoft a par exemple racheté Blizzard pour plus de 68 milliards de dollars, et ce n’est pas un créateur de jeux gratuits, ses plus grandes licenses (Warcraft, Starcraft, Diablo) ont toutes été des titres payants.

1 « J'aime »

Et dans ce contexte, le modèle gratuit est encore plus difficile à tenir (et quasi impossible sur autre chose que les plateformes mobiles)… Parce que pour être rentable, un jeu gratuit doit monopoliser énormément de « temps de cerveau disponible » pour afficher un maximum de pubs… Au point que si on regarde ce que font les joueurs sur mobile aujourd’hui, beaucoup passent finalement aujourd’hui plus de temps à regarder des pubs pour débloquer des contenus ou à farmer qu’à jouer réellement…

pourquoi toujours chercher un coupable aux problèmes ?..ca rien a voir avec le téléchargement ! le gros problèmes de Netflix c’est Netflix , et les prix qui n’arrête pas d’augmenter . je risque d’onc d’arrêter mon abonnement a causes de cela et rien d’autres .

1 « J'aime »

C’est la base de la justice. Tu accuses, prouve tes dires ? Au lieu de demander bêtement « source ».
Montre tes arguments puis tes contre-arguments pour officier une attaque ou une defence crédible.

Il faut bien faire la différence en affirmation et ce qu l’on pense savoir. Donc je suis d’accord avec toi sur le fait d’amener des preuves de ce que tu racontes mais il faut arrêter avec les « sources ».
Même les journalistes ne sourcent pas tout le temps car c’est pas forcément utile.

Si tu me dis que la terre est ronde, je ne vais pas te demander « source » ??? Mais si jamais j’avais un doute, c’est à moi de t’amener une preuve (pas facile du coup) pour essayer de te convaincre ou au moins essayer de t’ouvrir à une autre façon de penser.

Mais là encore, tu pourrais me raconter toutes les plus belles histoires avec de beaux théorèmes et de beaux graphiques chiffrés et sourcés que je ne serais pas obligé te croire pour autant et là on tombe dans le dialogue de sourd.

Alors arrêtez de demander « source ». Merci