Forum Clubic

Commentaires : Le partage de comptes coûte chaque année des milliards de dollars à Netflix, Amazon, HBO et Hulu (page 3)

"Faut arrêter de jouer sur les mots, s’il manque des gains c’est bien une perte. "
D’autant plus que ce sont des analystes de comptoir qui essayent de jouer sur les mots, tu as factuellement raison.

Un manque à gagner est belle et bien une perte (contrairement à ce que certains disent ici). Cela s’appelle une perte de bénéfice. Mais bon, faut bien sortir son 2cents :slight_smile:

« Pertes » tout seul, ne signifie rien, il y en a toutes sortes de « pertes ».

D’ailleurs :

manque à gagner (n.m.)
1.perte constatée sur un bénéfice envisageable ou prévu.

En tout cas ça me fait rire le nombre de personne qui essayent de justifier. Les mecs, assumez un minimum. Vous n’avez pas le droit de faire ça, et autant vous pouvez débattre sur le « oui mais un abonnement partagé vaut mieux que pas d’abonnement », vous avez raison, mais vous n’avez aucun retour de la réalité des choses. Vous faites la même erreur que Netflix mais à l’inverse.

La majorité des personnes qui ont un abo partagé en prendraient certainement un, faut arrêter le délire ^^. Et la majorité des gens qui ont un abo et le partagent, en garderaient un.

2 J'aime

Non, l’article de départ ne dit pas qu’ils partagent un abonnement un poste mais juste les accès à leur abonnement. D’ailleurs les « pertes » annoncées seraient moins lourdes car un abonnement de base à Netflix coûte 8€ pour un seul accès simultané (il faut donc réussir à se mettre d’accord pour ne pas regarder en même temps) alors qu’un accès Premium ne coûte « que » 16€ et permet 4 accès simultanés (et en 4K en plus), c’est donc deux fois moins cher par connexion.
Rien qu’avec ça, ils pourraient déjà dire que tous ceux qui prennent un abonnement Premium et utilise leurs 4 accès en simultané, leur vole 16€ par rapport à ce qu’ils auraient touché s’ils avaient vendu 4 abonnement de base.

manque à gagner (n.m.)

1.perte constatée sur un bénéfice envisageable ou prévu.

C’est bien différent d’un déficit qui est défini par :

Ce qui manque pour équilibrer les recettes avec les dépenses.

Si c’était la même chose, je pourrais dire « Cette année j’ai prévu de gagner 200K€ de salaire mais mon patron n’est d’accord. Je vais déclarer des revenus négatifs aux impôts en prenant en compte cette perte. » Ou « J’ai joué au loto, il y avait une cagnotte de 13M€ à gagner. Je n’avais pas les bons chiffres. Je vais déclarer cette perte de ce pas aux impôts. » :upside_down_face:

C’est bien là le problème des chiffres annoncés. Ce sont des manques à gagner (ou pertes si tu veux) par rapport au chiffre d’affaire qu’ils espéraient faire.

Si le chiffre prévisionnel ne tient pas la route, alors la perte annoncée ne tient pas plus la route.

Et c’est de la justesse de ces chiffres dont il est question dans beaucoup de commentaires. On sait bien que les sociétés de gestion de droits et les syndicats professionnels ont tout intérêt à annoncer de gros chiffres (et donc de grosses pertes supposées) s’ils veulent :

  • Décider des investisseurs à mettre de l’argent dans leur business en leur faisant miroiter une hausse substantielle de revenus (et donc un gros retour sur investissement), ainsi que pour mettre la pression sur les plateformes de streaming pour qu’elles mettent en place des méthodes de filtrage pour éviter le partage (c’est le cas pour le rapport dont découle l’article),
  • Faire du lobbying efficace auprès de la classe politique et demander de nouvelles lois pour les « protéger »,
  • S’attirer la compassion de ceux qui font le parallèle avec leur compte en banque et s’imaginent faisant de lourdes pertes (réelles cette fois). Le tout afin de pouvoir plus facilement augmenter les tarifs ou mettre en place des mesures de restriction strictes et en espérant convertir des partageurs en clients payant.

Avec ce genre de chiffres que les ayants droits ont obtenu, par exemple, l’élargissement de la taxe copie privée à plus de supports (et on reparle encore de l’étendre encore plus https://www.editionmultimedia.fr/2019/06/24/appliquer-en-2020-une-taxe-copie-privee-sur-les-ordinateurs-personnels-est-il-politiquement-correct/) ou des taxes sur les offres triple play des FAI, la mise en place de la très couteuse et inefficace HADOPI.

Ce que je dis là ne justifie en rien le partage de compte qui est interdit par les CGV. En revanche ça permet de relativiser les effets d’annonce alarmistes repris dans ce genre d’article.

1 J'aime

le partage de compte NE COUTE RIEN car c’est de la publicité. Tout comme le piratage de films et de musiques. Tous le monde ne pirate pas par flemme ou respect des règles.

Euh… oui… mais faut aller un peu plus loin dans la réflexion pour comprendre de quoi il s’agit. Evidemment qu’un abonnement multi-comptes n’est pas le problème puisqu’il respecte les conditions d’utilisation. Le problème c’est bien quand on partage ses identifiants pour qu’un autre se connecte à notre place et ainsi profite de notre abonnement sans payer.

Tu sembles occulter le fait qu’un utilisateur a un coût pour Netflix. Donc un utilisateur qui ne paye rien est bel et bien un coût supplémentaire qui n’est pas compensé, donc une perte.

Ca coute en ressource notamment réseau. Un utilisateur de Netflix engendre un coût pour la plateforme alors que le piratage c’est un coût uniquement pour les sites de référencement qui se gavent très largement sur les pubs, pour les studios ça ne coute rien en effet.

Tout ce qu’on va gagner avec ces comportements si ça devient trop significatif c’est que les plateformes de streaming intégreront eux-aussi de la pub pour compenser les pertes de revenus via l’abonnement. Comme pour le piratage pour le cinéma, ce genre de comportement va tout simplement dégrader le service.

Je n’ai pas utilisé le mot déficit, mais « pertes », en référence aux commentaires qui l’utilisent. =/

Un manque a gagné est bien une « perte ». Cf définition.

Sur le sujet du chiffre qui tient la route ou non, je ne me suis jamais exprimé dessus (et j’ai même d’ailleurs laissé sous entendre qu’il ne tenait pas la route.)

Par conséquent je n’ai pas bien compris pourquoi tu m’as cité :stuck_out_tongue:

Moi je me pose plutôt la question des « mesures » qui ont été faites (ou déduites) par Parks Associates.

Comment ils identifient les fraudes par exemple pour Netflix?

https://help.netflix.com/legal/termsofuse

L’historique des IP? Leur localisation?
Ca ne veut rien dire, tu as le droit de te déplacer et donc de changer d’IP.
Le nombre de dépassement du nombre de stream autorisé?
Ca ne veut rien dire, ton gosse, ta femme, ton mari peut très bien être ailleurs, et ne pas te tenir informé qu’il consomme un accès. Ce message apparait même des fois temporairement sans raison… Il suffit de patienter et de retenter.
Le nombre d’utilisation simultané et géographiquement distant d’un même profile?
Ca ne veut rien dire, tu peux avoir un seul compte « enfant » pour tous tes gosses. Et dont un peut être chez sa mère/son père biologique en garde alternée, chez les grands parents pour les vacances…

C’est pas simple du tout à déterminer de manière sûre.
Comment distinguer les utilisations illicites des atypiques?

En général ce genre d’études va toujours dans le sens de ce qu’attendent les prescripteurs donc a défaut d’expliquer la méthode utilisée soyons prudent.

Je ne pense pas que les personnes qui sont à l’origine du business model de Netflix n’ait pas tenu compte dès le départ de l’impact de l’utilisation abusive de cette fonctionnalité. D’ailleurs aucune étude sérieuse n’a démontré l’impact négatif du piratage dans l’industrie musicale… pire en se plaignant d’un impact non prouvé l’industrie a réussi à faire voter la taxe sur la copie/privée… ce qui a augmenté les revenus de l’industrie. Un peu comme l’industrie automobile a fait voter la prime à la casse…
Personnellement je ne cautionne pas mais je comprends un étudiant qui pirate musique et film jusqu’à ce qu’il touche son 1er salaire. Microsoft a appliqué ce « principe » pendant des décennies : les outils offices étaient gratuits ou peu cher pour les étudiants pour ensuite les faire payer à titre personnel ou les inciter à les acheter dans le cadre de leur futur job.

Si le multi-compte doit être utilisé seulement par des personnes membres du foyer non?

Ou est-ce que je fais un amalgame entre multi-écrans et multi-comptes?
Le multi-compte est réservé aux membres d’un même foyer non?

Si tu as une reconnexion juste après une déconnexion qui n’est pas au même endroit ça peut permettre d’identifier une « fraude ».

Après, j’imagine que comme tu le soulignes c’est pas évident à faire sinon ça ferait longtemps que Netflix aurait réglé le problème :stuck_out_tongue:

C’est probable mais d’une part c’est pas évident à quantifier et d’autre part, ça n’empêche pas d’avoir de l’argent qui part en fumée.

Encore une fois, ça n’a pas de rapport, un visiteur Netflix engendre des coûts pour la plateforme, un DVD qui ne se vend pas ça peut avoir de nombreuses causes. Mais il y a quand même un impact assez évident : si un film cartonne au ciné et que le piratage est massif alors tu te retrouves avec des DVD/BR pressés, envoyés, stockés, etc. qui ne seront jamais acheté. Avoir une telle décorrélation entre la popularité en salle et les ventes ça pose forcément un problème.

OK mais faut pas s’étonner après que les studios fassent de la daube qui va cartonner à coup sûr au cinéma et laisse de moins en moins de place au risque. Le piratage tue la créativité, ça, ça fait aucun doute.

Et puis honnêtement, autant du temps des video-clubs et nos 6 malheureuses chaînes, le peu d’offre ou le coût des abos n’était pas envisageable, autant aujourd’hui c’est quand même facile de voir de très bon contenus à moindre coût notamment en partageant les identifiants Netflix, Canal ou autre avec ses parents.

Ca a toujours été inabordable même pour les étudiants. Le pack office était très cher et massivement piraté… même aujourd’hui où on trouve des licences Windows et Office à moins de 15 balles, t’en trouve encore pour le pirater… plus cher que gratuit c’est toujours trop cher apparemment :roll_eyes:

Je ne sais pas exactement mais même si c’est pas utilisé dans le même foyer, c’est toujours un moindre mal si les gens font l’effort de prendre au moins l’abonnement ad hoc. Je ne crois pas que c’était vraiment l’objet de l’étude… mais j’ai pas regardé dans le détail :wink:

Mouais… 1 abonnement au lieu de 4 ça fait un sacré manque à gagner pour Netflix.
En fait je pense que l’on pourrait comparer cela aux buffets asiatiques à volonté.
Une personne paye X euros pour manger à volonté. Si jamais elle désire partager sa nourriture avec d’autres personnes mais sans qu’elles ne payent le patron ne va pas être vraiment d’accord…Et je pense que cela ne choquerai personne en plus.
Pour moi, là, c’est exactement la même situation.

1 J'aime

Oui et un déficit est aussi une perte, mais d’argent.

Et bien non justement.
1 - tu ne peux pas partager un accès unique puisqu’une seule personne peut l’utiliser à un instant T (c’est le principe) ou il faut vraiment bien connaître la personne avec qui tu partages et se mettre d’accord sur des horaires pour chacun…
2 - C’est le partage d’un abonnement multi-compte qui pose justement problème. Il ne coûte pas 4 fois le prix d’un compte unique et une personne qui prend un abonnement pour 4 utilisateurs peux partager refiler des identifiants (ou les revendre pour une portion du prix total) pour une ou plusieurs de ses connexions, y compris en dehors de sa famille (ce qui est interdit par les CGV). Avec ce partage, 4 utilisateurs de différents foyers peuvent regarder des vidéos en 4K et en même temps (pas de problème d’emploi du temps) pour une dépense totale de 16€ (4€/utilisateur). Si chaque utilisateur doit prendre son abonnement, il doit dépenser au moins 8€ pour de la SD (12€ pour de la HD et 16€ pour du 4K). Dans ce cas, leur étude compte un manque à gagner de 16€ par utilisateur qui regarde un vidéo en utilisant le compte de quelqu’un d’autre, soit 48€ de manque à gagner.
Je connais quelques personnes qui fonts ça. Ils prennent un abonnement Premium et se partagent les frais en 4. Je pense que s’ils n’avaient pas ce moyen la plupart ne prendraient pas d’abonnement (ou en tout cas, ils feraient des choix différents pour leurs abonnements musique, VOD, chaines sport, FAI, etc. pour optimiser le coût total)

Sauf si le restaurant fait un forfait famille où il y a 4 assiettes et 4 chaises pour 4 personnes pour 2X euros… et que l’on invite un pote à manger avec sa famille parce qu’on est que 3 dans la famille.
Pour le restaurateur, ça revient au même. Sauf s’il espère que ses clients payent un forfait pour 4 mais ne viennent en général qu’à 2 ou 3 et dans ce cas on imagine qu’il a fait ses prix en conséquence, de même qu’il a fait son prix pour une personne en fonction des gros mangeurs et surtout de tous ceux qui viennent, prennent une formule à volonté et n’ont plus faim après une assiette.
Tout est question de trouver l’équilibre entre le prix de vente et les prix de revient.
Si Netflix ne propose pas un abonnement 4K avec un seul accès pour 9€ ou 10€ c’est qu’ils doivent savoir que ça serait moins rentable que de vendre 4 accès pour 16€ alors que les 4 accès ne sont pas utilisés dans la majorité des cas.
C’est la même chose que les opérateurs mobiles qui proposent 10, 20, 40, 60, 100 Go par mois alors que la consommation moyenne est inférieur à 10 Go/mois. Le nombre de Go sert de vitrine et il permet de donner un prix à l’offre et de la positionner par rapport aux offres concurrentes.

Perso, je n’ai jamais vu de restaurant le faire.
Pour les abonnements du type Netflix, je ne les connais pas donc je ne peux savoir s’ils parlent d’abonnement famille dans le sens foyer ou membres de la même famille mais dispersés.
Après, il faut être honnête et cohérent. Soit c’est clairement expliqué dans les CGU ou ailleurs soit dans le doute, il faudrait leur demander pour savoir ce qu’il en est. Et être prêt à accepter leur réponse même si elle ne convient pas. Et je comprends que s’il y a un flou, les gens n’aillent pas demander :rofl:. Et si c’est flou, c’est de la faute de ces plateformes.
Ces plateformes font bien ce qu’elles veulent pour leurs formules d’abonnements: autoriser/tolérer/interdire le partage de comptes etc. C’est leur business. Tant que c’est clair pour les utilisateurs AVANT qu’ils ne s’abonnent!

Bon, déjà c’est toujours scabreux de comparer le digital et la vie réelle mais c’est toujours plus rentable de vendre un abo pour 4 vs un abo pour 1 :wink:

certes mais c’est toujours mieux qu’un abo minimum partagé en 4 :wink:

Dans la tarification d’un abo de 4 devices, Netflix a considéré 4 utilisateurs simultanés peu importe qu’ils soient au même endroit ou pas, pour eux ça change rien en terme de coût.

Pas sûr que le load balancing de mon routeur conserve la même IP quand l’ADSL tombe et qu’il passe en 4G. Jamais vraiment essayé en fait…
D’ailleurs je ne sais même pas si c’est regardable Netflix en 4g (même basse résolution) : jamais tenté le coup.

C’est ton opinion mais je ne la partage pas :sweat_smile:

Il faut faire la différence entre foyers et personnes. Parce qu’avec un abo de 4 écrans, on peut aller jusqu’à 4 foyers si les gens se contentent d’un seul écran par foyer (ce qui est le cas de plusieurs personnes que je connais (l’écran unique pas le partage)). Donc en gros on se retrouve avec un abo payé au lieu de 4. Cela fait une grosse différence je trouve. Si 200 000 foyers prennent un abo et le partagent avec 600 000 autres foyers cela représente quand même une perte d’argent conséquente même si sur les 600 000 foyers, tous ne se seraient pas abonnés.

Tu seras localisé au même endroit à quelques centaines de mètre prés, c’est le plus important.

Bien sûr, sans aucun problème même en HD :wink:

Non ce n’est pas mieux. Au pire, un abonnement minimum partagé en 4 (ou même en 50) ne génèrera jamais plus de flux qu’une personne seule qui regarderait Netflix 24/24 et en SD qui plus est.

Oui sauf que les CGV précisent (comme pour Spotify et les autres plateformes qui proposent des offres familliales) que les personnes doivent être du même foyer. C’est justement de ça dont parle l’article et d’où sortent les chiffres, si une personne seule a plein d’écrans chez elle, au travail, en déplacement (un smartphone, une tablette, un TV dans le salon, une dans sa chambre, un PC ou Mac, etc…), il y a de fortes chances qu’elle ne regarde pas plusieurs vidéos en même temps sur plusieurs de ces écrans (sauf si elle est schizophrène peut-être ou qu’elle a 2 paires d’yeux). C’est pour cela qu’elle peut partager ses trois autres connexions avec d’autres personnes et c’est là où ils annoncent des pertes de revenus. Ils peuvent tous regarder des vidéos 4K quand ils veulent en ne payant qu’un abonnement pour tous.
Et le prix de l’abonnement Premium est inférieur à 4 fois le prix d’un abonnement de base car il prend en compte le fait qu’il est rare (mais pas impossible) que les personnes d’un même foyer regardent simultanément 4 vidéos différentes.