Commentaires : Des employés de SpaceX se plaignent du comportement d'Elon Musk dans une lettre ouverte... et se font virer (page 4)

Au vu des commentaires des gens soutenant ces licenciement, il est apparait clairement que ces personnes n’ont jamais bosse de leur vie.
Et non l’entreprise familiale ne compte pas meme si vous bossez dur.

3 « J'aime »

Mais je dis pas le contraire, tu as le commentaire que tu cites ? mais on est pas dans ce cas hein :s

Ca s’est ton opinion :s
Factuellement si la boite fonctionne, c’est que c’est pas si mal géré :s

2 « J'aime »

Je fais du 40 heure par semaine et je m’occupe de mes 3 gosses. Merci. Au revoir

1 « J'aime »

Coup de bol, ils ne se sont pas plaint sur Twitter ! Musk aurait due y planifier une plus forte modération. :joy:

1 « J'aime »

Bof, il aurait prétendu que c’étaient des bots :rofl:

3 « J'aime »

Rooôôôooh diffamation là ! Il n’y a probablement pas de plus grand défenseur de la liberté d’expression que Musk ! Enfin, de SA liberté d’expression; les autres, pas sûr :smiley:

3 « J'aime »

Une entreprise sans patron (le méchant, celui qui se permet de commenter le travail de ses employés et de les virer aussi, mais qui parfois hypothèque aussi ses biens perso pour les payer) ça part rapidement dans le mur.
Je ne connais pas d’entreprise collective au delà d’une centaine.

3 « J'aime »

Moi j’aime bien les licornes

Bien sûr. J’ai pas dit que les patrons ne servent à rien.

Mais une entreprise sans employés, elle va pas loin non plus hein.

Faut arrêter d’imaginer que le patron est tout et que les employés sont rien et doivent tout à leur patron.

Et si on se limite aux Scop (je suppose que c’est d’elle que tu parlais sous le terme « entreprise collective »), celles où les associés sont les employés, il y en a au moins 4 en France qui dépassent les 1000 employés : Up (une des boîtes qui gère les ticket restau, chèques culture, et cie…), 1500 salariés en France, 3800 dans le monde, Acome, fabricant de câbles, 2000 salariés, Scopelec, déploiment de réseau près de 4000 salariés (mais en difficulté actuellement, mais rien à voir avec le fait que c’est une Scop), UTB, une boîte de BTP, 1000 employés.

Mais de toute façon, c’est pas parce que c’est une coopérative qu’il n’y a pas de patron. Il y a toujours un patron, et comme dans n’importe quelle boîte, il doit agir dans l’intérêt de l’entreprise. La forme de la société ne change rien à ça.

2 « J'aime »

Je travaille dans un grand groupe français qui a des usines sur toutes la planète et à aucun moment le grand patron se permettrait le 1/100eme des réflexions de Musk, d’ailleurs il suffit de regarder le cours de l’action de Tesla pour comprendre que certaines limites ont été atteintes.

3 « J'aime »

Oui et non. La chute actuelle en bourse de Tesla ne prouve pour le moment me semble plus conjecturelle que structurelle. La vapeur peut facilement se renverser dans l’autre sens. Pour le moment, ça n’explique pas grand chose.

2 « J'aime »

Un patron sans employé ne fait pas grand chose

C’est culturel faut savoir que la plupart des américains ont deux voire trois travails en meme temps pour les plus pauvres. Dans la plupart des etats il y a le right to work law qui empêche quasiment les syndicats d’exister. On peut pas transposer le modèle français aux usa. C’est pour ca que quand j’entends certains français se plaindre ca me prête à sourire

En même temps si t’es pas d’accord avec la façon dont ton patron gère la communication de son entreprise, au point d’en faire limite une pétition, c’est que tu ne fais pas que le dire, tu demandes à ce qu’il change sa façon de faire. En l’occurrence, c’est son entreprise, il gère sa com’ comme il l’entend et si ça leur pose tant de problème, normal que ce ne soit pas lui qui parte

2 « J'aime »

Mais personne lui a demandé de partir… Ils lui demandent juste de mieux se comporter, dans l’intérêt de l’entreprise. Virer les gens qui le critiquent, c’est un comportement d’enfant gâté, pas un comportement de patron responsable qui essaye d’être constructif pour faire évoluer les choses dans la bonne direction… S’il n’est pas d’accord avec eux sur le fait que son comportement est nuisible pour la boîte, la réponse intelligente ça serait de leur expliquer pourquoi ils ont tort… Là finalement, il ne fait que leur donner raison, en ajoutant une nuisance supplémentaire (car virer des employés qui à priori faisaient bien leur boulot et se souciaient de l’avenir de la boîte, c’est bel et bien une nuisance… et d’autant plus si on compte les effets indirects, car les employés restant seront de moins en moins enclins à faire des contre-propositions quand Musk propose quelque chose, par peur qu’il le prenne mal et les vire…).

5 « J'aime »

Ca dépend, ce qui compte dans une boite c’est la cohésion. Quand les contre propositions, ça consiste à critiquer les propos de leur patron en public, ça transpire pas la cohésion. Par expérience passer des heures à discuter avec des gens qui n’aiment pas ta vision de la moral, c’est donner des bons coup d’épée dans l’eau. Dans ce cas, le plus rapid et souvent le plus pertinent reste de couper les ponts.

1 « J'aime »

Et quand ça consiste à virer ceux qui sont pas d’accord, tu crois que ça améliore la cohésion ? Gouverner par la peur, ça ne tient jamais dans la durée.

3 « J'aime »

Un truc pareil dans la dernière entreprise où j’ai travaillé (un grand groupe français qui a des usines dans de nombreux pays) ? les personnes concernées auraient été convoquées chez le directeur, accompagnées de leur délégué syndical, qui leur aurait remonté les bretelles…mais sûrement pas virées séance tenante (sauf si récidive après avertissement, ce qui me paraît normal). ^^

Mais aux USA où rien que le mot syndicat fait faire la grimace à beaucoup de patrons, quoi d’étonnant ? neutre

2 « J'aime »

pourtant il est pas drogué :wink: