Forum Clubic

Le réalisme est-il en train de tuer le jeu-vidéo ?

Une question qui va lancer un débat, que j’espère constructif. Mais il faut commencer proprement, alors définissions les différents protagonistes de la question.

  • Le réalisme. Qui est-il, d’où vient-il (ce merveilleux génie de l’infini…) ?

Le Réalisme est un mouvement artistique apparu en peinture au XIXe siècle et sert de transition entre le Romantisme et l’Impressionnisme. C’est une étude approfondie de la réalité et de la représentation authentique.

En littérature, apparu à la même période, Baudelaire le considère comme né du « besoin de réagir contre le sentimentalisme romantique et contre ‘la sottise, le poncif et le bon sens’ »
En un mot comme en cent, et après ce petit intermède culturel, le réalisme c’est faire appel à tout sauf l’imaginaire.

C’est bien joli tout ça, mais cela ne nous dit pas en quoi c’est toujours valable aujourd’hui.

J’y viens justement. Comme tout geek bien cultivé, vous aurez remarqué qu’au cinéma, une pratique fort exécrable est de plus en plus exploitée: la caméra à l’épaule. Exemple frappant qui reste un modèle de nullité absolue: Quantum of Solace, dont toutes les scènes d’actions sont rendues illisibles grâce à ce procédé.
Concrètement comment ça marche ? C’est simple, là où avant on laissait la caméra fixe sur un rail, pour lui permettre tout de même de faire des travelling ou bien des panoramiques, on la tient sur l’épaule, ou encore on la secoue pour « suivre » le mouvement. Résultat, on a bien l’impression d’être dans l’action, avec un rendu totalement cru, dénué d’imaginaire et surtout, gerbant. Car non content de ne pas pouvoir voir l’action, on ne comprend plus rien du récit et l’impact que la scène pouvait avoir sur le spectateur disparaît totalement. Pour être encore plus clair, regardez les films de Michael Bay (au hasard, Transformers) et essayez de « lire » les scènes d’action (oui je sais…).

  • Quel rapport dans le contexte ?

Eh bien le rapport, c’est que le réalisme n’est pas qu’un vice en terme de mise en scène, mais il est aussi très présent au niveau scénaristique. C’est simple, dans tous les films maintenant, on cherche à maximiser les choses crédibles, qui font vraies. Exemple dans un film (que j’ai beaucoup apprécié, ce n’est pas la question): Batman Begins. L’approche était volontairement « réaliste ». Tout est expliqué ou presque avec des démonstrations scientifiques crédibles ou approchant la réalité. En partant de ce constat, on a un film proche de nous, mais qui occulte totalement la partie créative, la part d’imaginaire, de hors champ…
Mais laissons de coté le cinéma pour s’approcher de la partie qui nous intéresse et ce pour laquelle vous avez cliqué sur le topic…le Jeu-Vidéo (soulagement de l’assemblée)

Voyez les Far Cry 2, les Crysis, les Rainbow Six, les Call of Duty, les STALKER…ouais vous les voyez bien. Eh bien cela rejoint ce que je disais à propos du cinéma: non content de proposer un contenu proche de nous, il faut qu’en prime ils soient « authentiques ». Au niveau du son des armes, des décors, des véhicules etc etc…
Notez, je n’ai rien contre ça (j’apprécie même qu’un jeu soit léché niveau authenticité)…mais je constate que ce mouvement est en train de se répandre de plus en plus, y compris dans les jeux de Fantasy (NWN 2 et ses armures « réalistes » très éloignées de la Fantasy justement, Dragon Age avec le sang qui va rester sur les armures et les persos etc…). Oui mais voilà à force, ça lasse. Combien d’entre vous rêvent d’un jeu totalement décomplexé, sans moteur physique pour faire vrai derrière, des graphismes léchés, mais sans l’envie de faire photoréaliste ? (comment ça j’ai un discours de vieux con ?)
Voilà ce qui me perturbe, le genre de jeu qui marche en ce moment, c’est les jeux riches en détails crédibles…(les scènes de saikse dans les jeux modernes sont encore une preuve de ce « réalisme » à deux balles).

Donc pour vous, un jeu qui a une approche réaliste laisse encore une part à l’imaginaire et à l’évasion (but premier du Jeu-Vidéo) ou bien elle essaye d’occulter cette partie pour ramener à la réalité les décérébrés que nous sommes ?

Un univers peut être crédible et réaliste tout en dégageant une part de rêve et d’imaginaire.
Un jeu comme Stalker a certes une certaine authenticité, mais il nous transporte dans un univers complètement différent de ce que l’on connaît habituellement, donc il persiste cette part de découverte et d’imaginaire, il y a toujours ce sentiment de surprise dans notre progression.

Donc oui, certains jeux recherchent peut être trop à être authentiques mais tant que l’univers dans lequel on évolue sort un peu de l’ordinaire on conserve une part d’évasion.
Et puis pour ce qui est de l’imaginaire visuel, un jeu comme Borderlands a fait le choix d’une patte graphique bien différente des jeux d’action habituels, pourtant le jeu conserve une part de réalisme.

Même si des jeux ont pris le pari du tout réaliste, ils n’ont pas déjà à la base vocation de nous transposer dans un univers différent du notre. Quant aux autres jeux, même si certains de leurs éléments sont réalistes, tous ne le sont pas forcement et permettent de conserver une part d’imaginaire.

Personnellement , tout dépend de mon humeur du moment.Parfois ,un jeu "réaliste "genre call of duty 4 me fait tripper a fond, et autant après un jeu plus léger,genre crayon physics , je peux plus le lâcher…

Ce n’est évidement pas une question de graphisme ,une bouillie de pixel d’un jeu du siècle dernier ne va pas stimuler mon imagination, vu qu’au bout de 10 min de jeu, crysis ou blood(le jeu de l’époque ) , les graphismes disparaissent ,et mon envie de jouer reprend le dessus et je prend mon pied aux deux…

Donc , pour ma part , osef, comme dirait les djeuns,c’est pas une question d’époque , de genre ,ou de graphismes , c’est juste une question de coup de cœur…

Au lieu de mettre la faute sur l’évolution des jeux , faudrait peut etre se poser la question de l’évolution de nos gouts…
Edité le 30/07/2009 à 21:45

Ah tiens, moi c’est justement le contraire, je trouve que les jeux sont de moins en moins réalistes :stuck_out_tongue: : persos qui peuvent encaisser 3 chargeurs dans le buffet sans sourciller, jauge de vie qui remonte miraculeusement toute seule en restant planqué 30s, plus de véritable “mort” (dans pratiquement tous les RPG, les persos tombés au combat se relèvent une fois l’échauffourée terminée tant qu’il reste un membre debout ; et je ne parle même pas des MMO qui ont pratiquement réussi à bannir le concept puisqu’on peut crever et respawner sans pénalité :paf:), etc…
Les GTR cèdent la place à des NFS, les IL2 cèdent la place à des HAWX, et des Rainbow Six (le vrai, le premier :o, ou bien Rogue Spear) cèdent à la place à des Vegas :paf:

Après, d’un point de vue visuel… oui en effet, on veut toujours plus de détails. Mais je crois que c’est surtout parce qu’on peut :ane: Il est maintenant possible de modéliser un tank au rivet près, alors pourquoi se priver, ça fait toujours plaisir au puriste et ça contente le kéké qui peut frimer dans les dîners mondains alors que normalement il ne fait pas la différence en un Panzer et un Abrams :o )

Je crois aussi que c’est parce que le jeu vidéo essaie de se débarrasser de son image “c’est pour les gamins”, alors on force le réalisme pour dire "voyez hein hein hein ? On fait aussi des jeux réalistes pour les ‘grands’ "…

Mais bon, perso je m’en cogne complètement, limite les armures de NwN 2 je n’avais même pas remarqué avant que Mad ne le souligne :ane:, mais vous commencez à me connaître, les graphismes c’est pas ce qui m’accroche le plus :o Le gameplay par contre… :paf:

Déjà, il existe différents types de réalismes… le réalisme de gameplay, de contexte, graphique et d’autres que j’oublie certainement…
Dans le cas du gameplay, prenons l’exemple de x-plane par rapport au flight simulator, le premier est encensé pour ses modèles de vol et un rendu des sensations de vols supérieures à celles d’un fs-x… or c’est le deuxième qui l’emporte largement en termes de ventes, le premier étant bien trop austère, tant au niveau des menus, que du graphisme… de même, depuis le dieu des simulations de combat aérienFalcon 4 et Lock on, qu’avons nous eu comme simulation de vol de ce calibre depuis, aucunes… donc de ce coté, on ne peut pas dire que le réalisme ait pesé sur le pc que ce soit en bien ou en mal…

Ensuite, concernant les jeux automobiles, la donne est plus équilibrée, que ce soit en terme de représentativité ou de qualité, les gtr, richard burns rally (malgré leurs ages) côtoient les titres de codemaster par exemple… est ce que l’on peut dire si un genre ou un autre tue le jeu pc… non, car dans les deux types de jeux que j’ai cité, on assiste plutôt à un déclin du réalisme par rapport à l’arcade… tiens donc, on arrive justement à un débat qui occupait les esprits il y a quelques jours de cela, concernant la simplification des jeux vidéo…

Toujours pour rester dans le réalisme de gameplay, parlons des jeux de tir… hormis un américan army buggé jusqu’à l’os qui malgré tout tente de proposer l’expérience la plus réaliste, et dans une moindre mesure arma1 et 2, peut on parler de réalisme de gameplay dans les jeux d’action à contexte réaliste… il y en a oui, mais simplifié de façon à ne pas dégouter le joueur… Stalker propose de son coté un gameplay assez réaliste concernant la gestion des tirs, et dans un contexte qui lui lorgne du coté de la pure fiction… et enfin je ne parlerais même pas des call of duty et ses potes, qui jouent sur le “tout prétexte à l’action”, sans aucuns soucis quelconque de réalisme de gameplay, mais dans un contexte réaliste…

Les contextes justement parlons en… on le voit dans le paragraphe du dessus, un jeu peut alterner sensations de gameplay réalistes, et contexte loufoque (stalker), et sensations de jeu “arcadisées”( http://kay.smiley.free.fr/images/4033.gif ) à l’extrême comme call of duty avec contexte réaliste, en fait, les deux aspects se rapprochent et tendent à être complémentaires dans certain cas, tout commes certains jeux suppriment tout coté réaliste que ce soit, comme doom3, jouabilité et univers sont dans ce cas tout sauf réalistes… dans tous les exemples que j’ai cité, tout les jeux sont de qualité ( sauf américan army, ne poussont pas non plus mais justement… :paf: ) mais encore une fois, l’aspect arcade domine…

Concernant les graphismes, il faut séparer l’aspect “technique” et l’aspect “design”… dans les jeux de tir, course auto, simulations diverses etc etc l’aspect photoréaliste a son importance pour servir le gameplay, notamment en terme de lisibilité, dans un jeu de rally, je suis heureux de pouvoir séparer le poteau de la fougère, et de façon plus générale, et même si cet aspect reste secondaire, quand un jeu est réussi techniquement sur le plan graphique, et bien cela fait quand même plaisir de s’écarquiller les rétines je suis désolé… :neutre:

Concernant le design, il faut à nouveau séparer cet aspect en deux parties: le game design et l’esthétique. Un jeu réussi sur le plan du game design aura de plus forte chance d’être réussi en terme de jouabilité,qu’il soit réaliste ou non, le premier étant nécessaire pour le second… je ne vais pas prendre d’exemples, je suis sur que vous pourrez les trouver tous seuls pour illustrer cet état de fait… quand à l’esthétique, et bien elle contribue à installer l’ambiance dans un jeu… et là le me frotte les mains pour reprendre mes deux exemples qui me sont très chers… attention… roulements de tambours…Oblivion et Morrowind! :ane: Dans le premier, on se situe dans un univers moyen ageux, ou il n’existe, hormis les ruines aleïdes (et encore) aucune fantaisie de ce coté là, à comparer un morrowind qui avait su m’enchanter de façon bien supérieure grâce à des architectures plus fantaisistes, et ce malgré des graphismes inférieurs techniquement à un oblivion, monstrueux de ce coté là… donc dans cet exemple précis, on peut dire que le coté photoréaliste perd son combat par rapport à la fantaisie du design…

Pour conclure, est ce que trop de réalime nuit à la santé au pc? Dans certains cas oui, d’autres non… l’aspect réaliste ou non d’un univers dépend de ce qui est fait derrière… du type de jeu, de la réalisation générale, de la cohérence de l’ensemble etc etc… Voit on trop de jeu au style heroic fantasy, n’en voit on pas assez, dispose t’on de suffisamment de simulations, de jeux purement arcades, les graphismes sont ils devenus trop réalistes, tout dépend du type de jeu concerné et de la qualité de celui ci, et de la diversification de l’offre offerte par les éditeurs, offre qui dépend du besoin qu’expriment les joueurs pc… de manière plus précise, un jeu réaliste ne tuera pas plus le pc qu’un autre, du moment que les deux sont réussis, homogènes et cohérents dans leurs choix stylistiques, graphiques, de jouabilité, d’ambiance etc etc… et que le catalogue disponible puisse répondre à l’ensemble du public pc en la matière :jap:
Edité le 31/07/2009 à 10:08

Tu oublies le film «Il faut sauver le soldat Ryan» pour l’avoir vu au cinéma la scène sur la plage au début était tout simplement illisible.
En petit écran ça passait beaucoup mieux, c’était peut-être l’un des premiers à avoir voulu implanter le style réaliste du “cadrage improvisé” comme l’a fait aussi Le Projet Blair Witch pour son style “vidéo amateur qu’on a retrouvé sur un mort”. Bon après ça réussi plus ou moins bien, quand c’est pour un film d’une heure ça passe mais quand c’est dans un jeu vidéo ça lasse vite.

Pour les jeux vidéo je suis mal calé pour ne jouer qu’à des jeux de 3/5 ans d’âge.

Ceci dit je trouve qu’il y a un problème de taille dans le réalisme, c’est qu’on essaie toujours dans les FPS de nous mettre seul à affronter 400 hommes dans toute une campagne.
Et pour mettre de la difficulté au jeu ils essaient d’ajouter plus de mouvements à l’enemi que nous on ne peut pas faire, comme tirer en sortant juste le bout de son arme en restant planqué derrière une caisse ou un mur.
Mais jamais je n’ai vu d’AI vraiment capable de surprendre sans devoir utiliser des scripts prévus durant la campagne pour pimenter les combats.

Qu’est-ce qu’ils attendent pour sortir des jeux où on est à 100 contre 100 avec le risque, et sur ce point il n’y a pas plus réaliste, de ne tuer personne durant tout le combat.

On se retrouve toujours à jouer les Rambo et les difficultés se font uniquement sur un seul enemi qui a 100 fois plus de vie ou des armes bien plus puissantes. C’est lassant de recharger une partie 50 fois parce qu’on meurt sur exactement le même truc alors que dans un vrai combat il y a de l’improvisation possible côté joueur comme côté AI.

Le seul exemple que j’ai en tête c’était certaines missions dans Operation Flashpoint où si on restait en arrière on ne voyait rien des combats, que du bruit et de la fumée et si on décidait d’avancer en solo on s’en prenait plein la gue…

Ce qui manque je trouve dans les campagnes solo c’est ce côté qu’on retrouve en multijoueur d’arriver alors que le combat a déjà commencé et qu’on décide plus ou moins d’y prendre part selon notre niveau.

  • Rester en arrière à l’arme de précision, la mitrailleuse, à assister les autres joueurs, ou s’occuper par exemple de la stratégie et logistique d’un combat, du pilonnage de cibles à l’aide de l’artillerie.
  • Ou foncer grenade dégoupillée, doigt sur la gâchette.

Alors à moins de trouver une solution pour l’AI sinon pour moi c’est le jeu en multijoueur Coop ou équipe l’avenir.
ArmA, L4D et quelques rares autres.
Dans les vieux jeux : OFP et Joint Operations (TR) pour son multi à 50 contre 50 avec parfois des coop.

Edité le 31/07/2009 à 01:05

dam, t’aurai pu faire un peu plus espacé, parce que la, paye ton pavé :paf:

J’ai pas eu le courage de dépassé la 5ème ligne…:nexath

Je vais résumé ma pensé rapidement, le réalisme (gameplay ou histoire etc…) ne tue en aucun cas le jeu.
Personnellement j’aime avec une historie qui tienne debout(même si c’est à la genre fear ;)) ou un moteur physique pour des interactions réalistes…
Le problème c’est que j’ai l’impression que les développeurs, tous (je ne trouve pas d’expression qui convient bien en français donc je vais sortir en anglais) “Think inside the box” ! C’est le problème :confused: Tout les jeux se ressemble d’une façon ou d’une autre ces temps-ci … Et ce n’est sûrement pas car ils n’ont pas d’idée ou que la technologie leur permet pas de le faire, c’est que dans cette “box” ils sont sûre d’avoir le minimum de vente qu’il faut avoir, ils se disent : “t’en que ça s’achète c’est que c’est bien”… Pourquoi changer une équipe qui gagne ? Oui elle gagne pas autant qu’au début mais continue de rapporter :wink:
Ils pourraient très bien faire un FPS avec une histoire sérieuse et sombre mais en oubliant tout ce qui à déjà été établie, pourquoi toujours faire le gentil VS méchant…Pourquoi ne pas faire un jeu ou cette notion n’éxiste pas ? (c’est juste un exemple) Et pour la physique, ils pourraient modifié le moteur physique pour ça soit un physique complètement différente que celle qu’on connait, pas juste changer la gravité mais changer les lois de la physique ce qui rendrait le jeu vraiment différent, peut-être que les rebondissant ne sont plus en arc de cercle mais en demi carré, etc…
Bref, les éditeurs et les développeurs ont peut-être peur de trop changer les choses et que le produit soit une raté total.

Unreal 3 powa!!! \o/


[quote=""] pourquoi toujours faire le gentil VS méchant...Pourquoi ne pas faire un jeu ou cette notion n'éxiste pas ? (c'est juste un exemple) [/quote] Parce que le public ne suivrait pas?? :D
[quote=""] Bref, les éditeurs et les développeurs ont peut-être peur de trop changer les choses et que le produit soit une raté total. [/quote] Peur que le public ne suive pas, c'est évident et d'autant plus vrai avec des budgets se comptant en dizaines de millions de dollars. C'est fini l'époque ou tu sortais 5 jeux dans la même année avec la même équipe. Aujourd'hui, c'est du "one shot", tu loupes, ta boite coule et tu fous 150 personnes au chomage. Comme je l'ai dit, il faut aller sur le marché indé et il faut le viabiliser. :neutre:

Pour revenir au sujet, le photoréalisme est ce qui est demandé par les joueurs (et ce depuis le début du Jv, cela a même été la locomotive du marché PC) et, aussi bizarre que cela peut être, le photoréalisme appelle le réalisme (tout du moins, le sentiment de réalisme vu que Cassin a parfaitement raison en disant que les jeux deviennent de moins en moins réaliste dans leur gameplay)… Problème d’uncanny valley appliqué au jeu vidéo. :wink:

Maintenant que j’y pense, c’est aussi une volonté pour désinfantiliser l’image du jeu vidéo.
Edité le 31/07/2009 à 09:50

je referais un peu de mise en page tt a l’heure… j’ai fait ça tard dans la soirée et j’étais un peu fatigué :paf:

Pas que graphiquement je dis, aussi gameplayement

Parce que le public ne suivrait pas?? :smiley:
[/quote]
Bien dans bioshock cette notion était vague est j’ai adoré =D

Très bon sujet ce Topic…

Pour moi, le réalisme est synonime d’évasion justement et de loin, je préfère ce genre de jeu à des univers tout à fait barrés question physique par exemple.

J’ai toujours considéré les jeux vidéo comme un moyen de se mettre dans des situations inaccessibles dans la vie réelle. Mes premiers jeux ? EF2000 ! Si le jeu ne m’apporte pas cette évasion, j’attends alors de lui qu’il soit distrayant ou drôle et/ou qu’il me fasse un minimum réfléchir (mon 2ième jeu : Chevalier de Baphomet :smiley: ).

Bref, un jeu réaliste (ou du moins convainquant sur ce point) m’aide donc beaucoup plus à entrer dans la peau d’un soldat d’elite, d’un pilote de chasse ou de bolide, d’un gérant ou d’un maire (bourgmestre pour les p’tits Belges). Généralement, çà passe par les graphismes, par la complexité ou le nombre des données à gérer, ensuite par la physique et le réalisme pur (exemple de Cassin, la barre de vie qui remonte seule ou bout de 30 sec de calme).

Malgrés tout, je suis d’accord sur le fait que l’univers PC à besoin d’autres jeux que le réalisme pur et dur. Les séries comme Monkey Island, Larry (à sa grande époque), Sam&Max sont intimement liées au PC car elles sont uniques dans leur genre et divertissent le joueur en proposant autre chose justement qu’un réalisme ou un jeu sans réflexion. Bizarrement, je n’arrive pas à trouver un autre exemple qu’un Point&Click pour illustrer ce que je veux dire… Braid peut-être mais il a été plus anonyme…

En conclusion, je pense que le réalisme ne nuit pas au jeu mais qu’il ne conviendra pas au monde de la console auquel le PC est malheureusement de plus en plus lié. Le style de jeu, la manière de le pratiquer (casual, à la recherche d’un divertissement immédiat et surtout au pad) n’est pour moi pas compatible avec le réalisme poussé.

Je pense que ce que Mad-Bhaal voulait dire, c’est que le temps passer à faire du photoréalisme, est très souvent du temps en moins dans la mise en place d’un scénario qui nous emporte et nous transporte.

A trop vouloir crédibiliser, désinfantiliser (je te rejoins totalement sur ce point Hisvin), beaucoup de développeurs ont oublié - ou ne peuvent plus, les dév ont très souvent les mains liées par les éditeurs - que le jeu vidéo à l’origine était à la fois un loisir et un art.

Le jeu vidéo est le seul média selon moi qui permet de vivre une aventure et de laisser aux créateurs de nous faire réver (ou frémir comme dans Fear) en amenant le joueur/acteur/spectateur où le développeur le veut mais au rythme auquel le joueur le veut (vous me suivez toujours ? :ane:).

De la à dire que le photoréalisme tue le jeu vidéo, c’est clair que non. C’est juste que ce média/loisirs se rapproche peu à peu des autres industrie culturelles (le mot industrie fait mal mais c’est vrai) comme la musique, le film… en créant des clones abordables par le néophyte moyen qui refuse de devoir passer du temps à apprendre. La société actuelle étant dans une logique du tout, tout de suite, très souvent accompagné d’un culte de l’apparence, sans se soucier du fond (même en politique, les gens aborrent tr-s souvent les hommes et femmes politiques pour leur tenue, leur têtes plutôt que pour leur idées…), jene vois pas pourquoi le jeu vidéo prendrait un autre chemin que celui-ci vu que c’est ce qui fait vendre.

Ma conclusion est donc que si le jeu vidéo s’appauvrit un tant soit peu culturellement et scénaristiquement, ce problème est largement généralisé à l’ensemble de la société contemporaine.

Parce que c’est autour de ça que pratiquement tout tourne ? :ane:

Excepté dans des jeux de gestion (et encore, il y a souvent des concurrents à battre :o ), il y a toujours un “méchant” ou assimilé :stuck_out_tongue: Que ce soit un autre pilote dans un jeu de course ou même le chrono, toute la mécanique du jeu vidéo repose sur un défi à battre, quelque part :smiley:

C’est comme le récit en littérature : il faut un “élément perturbateur” pour déclencher le fait que le joueur a des trucs à faire :smiley: (oui OK, à part dans les Sims :o )

Ce qui me plait encore bien c’est de jouer les méchants (Style GTA, Le Parrain ou Mafia)…

Bien que çà ne fasse que retourner le point de vue (méchant Vs gentils), çà change un peu…
Edité le 31/07/2009 à 11:17


Sinon, +1 avec l'idée que ce qui nuit au jeu, c'est notre mode de vie...

Le réalisme semble justement aller à contre courant de cette tendance…

Oui c’est sûr, mais ça s’applique à tout, c’est pas forcément manichéen :smiley:

Comme je le disais, dans un jeu de bagnole le “méchant” ça peut être le chrono :smiley: Même dans Tetris on peut considérer qu’il y a un “méchant” : le record du nombre de lignes à faire péter :o

Quand je dis gentil VS mechant, c’est vraiment le truc claire comme : jedi VS sith xD
Un exemple moins claire : pour vous dans FEAR ou FEAR 2, c’est qui le/les méchants(point de vu scénaristique) ?

Je suis d’accord avec toi sur le principe du défi. Mais on peut donner du défi à un joueur sans pour autant tomber dans les travers actuels : groupe terroriste… fin du monde… aliens très méchants et baveux… 3ème Reich… mafia… J’aime bien les jeux où on ne sait jamais de quel côté se placer car :
1 - c’est parfois plus avantageux pour le joueur de faire l’un plutôt que l’autre, puis inversement. L’égoïsme du joueur n’est pas forcément une mauvaise chose en jeu
2 - chaque camp a ses raisons de faire ce qu’il fait et considère ses actes justes. Je n’ai en général pas de mal à faire le salaud dans les jeux mais j’aime bien pouvoir justifier mes actes. Le salaud gratuit ne m’intéresse pas trop, je préfère le salaud qui se justifie (même si c’est plus dérangeant, cf Heath Ledger en Joker dans The Dark Knight !).

Certes :wink: Mais comme le disait hisvin plus haut, c’est pas courant parce que le joueur lambda n’a pas le QI suffisant pour comprendre une histoire non manichéenne :o

Faut presque toujours (y’a toujours des exceptions, forcément :D) des méchants bien identifiés, avec un look de méchant, des idées de méchant et des répliques de méchant (s’il arrive à trahir le gentil en casant un “J’ai menti. Mwahahahaha !” quelque part dans l’aventure, bingo, ça marche à coup sûr :ane:)
Quoique, c’est vrai que ça commence à changer un peu, avec des “anti-héros” qui sortent des canons habituels, mais ça reste toujours un peu classique je trouve :confused:

Note pour plus tard : essayer d’en savoir plus sur les scénar de FEAR et Bioshock, étant donné que j’ai peu de chances d’y jouer un jour vu ma gerbitude provoquée par les FPS :o
[HS MyLife]J’ai un RDV à prendre avec un ORL prochainement à ce propos d’ailleurs, on verra ce qu’il en ressort (CHDOING !) :D[/HS MyLife]

Dans les Sims, le méchant c’est le joueur: il les prive de leur libre arbitre :ane: (et les emmure vivant Muhahahahahaha)