Forum Clubic

Commentaires : Un AirTag deux fois plus fin ? C’est possible, mais il faut un peu bricoler

Judicieux ou adapté ? C’est pas pareil :slight_smile:

En tout cas, moi je trouve ça d’une ironie sinistre que la marque à l’origine de l’ultra-célèbre pub 1984 soit en train de faire exactement ce que le livre dénonce en terme de main-mise et de contrôle.

1 J'aime

« Schadenfreude » m’est avis…

Steve Jobs doit être en train de se retourner dans sa tombe.

Tu n’as visiblement pas non plus compris l’utilité de cette bobine. Ça n’est pas l’antenne (une bobine comme antenne, c’est vraiment pas l’idée du siècle hein… non seulement les performances sont pas terribles, mais en plus ça ne marche pas avec un bobinage tel que celui qu’on peut voir là, il faut un bobinage beaucoup moins dense). L’antenne, c’est un circuit plat sur une pièce en plastique, au milieu sur cette photo : https://valkyrie.cdn.ifixit.com/media/2021/05/03133816/AirTags_33-3-up.jpg

Cette bobine sert tout simplement à actionner le haut-parleur intégré, visible sur cette photo, dans la partie supérieure de la coque : https://valkyrie.cdn.ifixit.com/media/2021/05/01143544/AirTags_59.jpg

Donc avec son montage pour affiner le tag, il ne perd pas en portée radio, il perd juste le son (on le remarque par exemple vers 4:30 et vers 9:00, quand il remet la batterie il n’y a plus le son de mise sous tension… et comme l’auteur ne s’étonne pas de cette absence de son, on peut supposer qu’il a en fait très bien compris que cette bobine qu’il n’a pas conservé sert à ça).

Steve Jobs est largement à l’origine de ce business model « totalitaire » de la pomme hein…

Le produit qui a initié cette fermeture progressive de l’écosystème Apple, c’est le couple iPod / iTunes (impossible de mettre de la musique sur un iPod sans passer par iTunes, musique achetée sur iTunes non lisible sur autre chose qu’un iPod ou un ordinateur avec iTunes…), et ça c’est ensuite renforcé avec l’iPhone (pas d’applications tierces au début, puis finalement ouverture aux applications tierces, mais sous contrôle strict d’Apple…).

Donc des produits qui ont été lancés par Steve Jobs.

2 J'aime

C’est bien plus vieux.
Apple faisait modifier les BIOS des cartes SCSI Adaptec et des cartes AGP ATI pour que seules celles vendus pas Apple soit reconnu par les ordinateurs Apple.

1 J'aime

Non, là c’est différent, c’était pour une raison technique : l’Open Firmware des machines Apple n’étaient pas compatibles avec le BIOS des PC (les machines n’avaient à l’époque pas les mêmes CPU…), donc pour les cartes nécessitant d’être reconnues par le firmware au boot, il fallait un firmware compatible. Mais ce n’était pas dans une volonté de blocage (d’ailleurs, ATI vendait aussi lui même des cartes avec firmware compatible Mac, sans passer par Apple).

Pour rappel, à cette même époque, Apple autorisait même d’autres constructeurs à faire des machines compatibles avec macOS (il y avait notamment Formac qui en vendait). Steve Jobs avait mis fin à ça lors de son retour aux commandes (ça par contre c’est effectivement un début de fermeture antérieur à l’iPod, mais l’impact était quand même moindre).

1 J'aime

Attention à ce que tu dis sur Steve Jobs, il y a plein de gens ici qui l’idolâtrent.

Chez Android, on n’est pas soumis mon grand. On peut déverrouiller, rooter les téléphones et installer ce qu’on veut, sans devoir attendre la bénédiction d’une compagnie. C’est sans compter que les différents téléphones Android sont largement compatibles. Tu peux transférer toutes tes données et applications d’un Huawei, Oppo vers un Xiaomi sans problème par exemple, en un seul clic quand tu changes de téléphone. En tout cas tu as le droit d’aimer cet état de soumission de l’écosystème Apple. Apple aime les types comme toi.

Il y avait largement la place d’inclure les ID pour faire reconnaître les cartes par tout les ordinateurs ,la taille de la mémoire eeprom d’hier est largement suffisante pour qu’aujourd’hui on puisse y placer l’UEFI.
Les cartes vendus comme étant compatible Apple étaient plus cher pourtant il suffisait de flasher le BIOS pour qu’elles soient compatible PC et vice-versa.

Encore aujourd’hui certains modifient les BIOS des cartes mère et des cartes filles pour les rendre compatible entre elles ou pour ajouter une fonctionnalité.

Pourtant Apple à retirer sciemment la compatibilité universelle du bluetooth pour empêcher les appareils Apple de partager des documents comme de simple photos et on peut aussi rappeler qu’Apple à aussi retirer la fonction accusé de réception du standard SMS pour ensuite la présenter comme une innovation avec iMessage mais encore une fois seulement entre appareils Apple.

La finalité d’Apple était et est de vendre plus cher un même produit en rendant le client captif.

Non, on ne pouvait pas mettre les deux firmware à la fois. Pas pour une question de place, mais tout simplement parce qu’il n’y a pas de système permettant d’indiquer à la carte quel firmware elle doit utiliser en fonction de l’ordinateur sur lequel elle est… Un tel système existe aujourd’hui pour la compatibilité BIOS/UEFI, mais c’est parce que ça a été prévu dès le départ dans l’UEFI, qui devait succéder au BIOS, avec une volonté de maintenir une rétrocompatibilité. Mais à l’époque d’Open Firmware vs BIOS, c’était pas la même histoire, vu que de toute façon les CPU n’étaient pas compatibles, les firmwares pouvaient difficilement l’être (il y a une partie du firmware de la carte graphique qui est exécuté par le CPU).

Le fait qu’elles soient vendues plus cher n’empêche pas que la raison de ce firmware différent était technique, et non une volonté de fermeture. Et ce n’est pas Apple qui fixait les prix des cartes. Mais faut aussi comprendre que pour les constructeurs de ces cartes, faire un firmware compatible avec les machines Apple (et également les drivers du coup), ça fait un surcoût, surcoût qui était amorti sur un nombre limité de cartes… Donc le prix plus élevé était somme toute assez logique au final.

Je pense que c’est ce qu’il veut t’expliquer, Apple garde ses clients car ils les rends captifs , l’impossibilité d’installer des applications en dehors de la volonté d’Apple est un très bon exemple (le jailbreak n’est pas une solution autorisé par Apple et ils font tout pour l’empêcher lors des mise à jour).

En fait c’était tout à fait possible mais ce n’était pas mon propos ,c’est la carte fille qui se présente à la carte mère et non pas le contraire.
Tout simplement ,il suffit à la carte mère d’avoir l’identifiant de la carte fille pour que ça fonctionne.

Il n’y a rien de technique la dedans, c’est simplement une question de volonté d’inclure ou non les ID.
Il n’est pas rare que certains BIOS (UEFI) doivent être mis à jour pour pouvoir installer un nouveau processeur ,sinon c’est l’écran noir (certains magasins sérieux mettent en garde avant l’achat) , et comme je l’ai indiqué certaines carte mère trop ancienne qui ne sont pas mises à jour peuvent accepter un nouveau processeur si un moddeur ingénieux parvient à modifier le BIOS.
Ici une demande pour faire reconnaître un CPU sur une carte mère pas prévu pour

Tu te rends compte que ça a juste rien à voir là ? Pour une carte fille, ce n’est pas qu’une question d’identifiant, ça ne fonctionne pas du tout comme un CPU…

Pour le CPU, le besoin de reconnaissance par la carte mère, c’est une question de microcode : dans le CPU, il y a une partie qui est en fait logicielle et gérée par le microcode (ce qui permet notamment de corriger à postériori certains bugs du CPU, ce qui ne serait pas possible si tout était en dur). Pour schématiser, le CPU émule en fait un CPU x86, et le microcode c’est le code de cet émulateur. D’un CPU à l’autre, le microcode peut varier (parce que par exemple tel CPU supporte quelques instructions en plus par rapport à tel autre), et donc la carte mère doit identifier le CPU pour lui envoyer le bon microcode (et donc, à moins que le microcode soit le même, il ne suffit pas non plus d’ajouter l’id du CPU dans le BIOS pour le faire reconnaître, il faut aussi ajouter son microcode).

Pour les firmware des cartes graphiques et des cartes contrôleur de stockage, ça ne fonctionne pas du tout de la même façon : il y a un firmware dans la carte fille et la carte mère va charger ce firmware dans la RAM et faire exécuter ce firmware par le CPU. Ce n’est pas la carte mère qui connait à l’avance le firmware de la carte fille et le charge simplement en fonction de l’identifiant de la carte…

Et comme le firmware de la carte fille est exécuté par le CPU et s’interface avec le firmware de la carte mère, il faut qu’il soit adapté à la fois au type de CPU utilisé (un firmware pour CPU x86 ne peut pas s’exécuter sur un CPU PowerPC, et inversement…) et avec l’interface du firmware de la carte mère (à l’époque, interface BIOS sur un PC, interface Open Firmware sur un Mac).

Il n’y avait aucun système standardisé à l’époque qui permettait à une carte fille d’embarquer deux versions du firmware et de présenter la bonne en fonction de la carte mère sur laquelle elle était montée (c’est arrivé par contre avec l’UEFI : lorsqu’il a commencé à développer ce nouveau type de firmware Intel avait deux architectures CPU avec deux jeux d’instruction différents, le x86 d’un côté et l’IA-64 de l’autre, et donc il a mis au point un nouveau système standardisé pouvant être compatible avec plusieurs architecture en simultané).

Une carte graphique est essentiellement constitué d’un processeur.

En supposant qu’il ne soit pas possible de faire reconnaître la carte par les ordinateurs Apple & les ordinateurs PC.
Les cartes graphiques vendu par ATI/AMD ou nVidia peuvent être délivré avec un BIOS incluant une marque ,logo et fréquences de fonctionnement à la demande de l’acheteur ou modifié par ce dernier.
C’est pas pour autant qu’elles sont plus cher.

@Kiki68 message supprimé pour le motif message non constructif/hors-sujet.

Encore une fois, tu compares ce qui n’est pas comparable…

Pour le support Mac à l’époque, il fallait développer un firmware compatible Open Firmware et compilé pour PowerPC, le tester sur des Mac, développer et tester des drivers compatibles Mac OS…

Pour modifier le logo ou les fréquences, c’est juste du paramétrage, y a pas de firmware ou de drivers spécifiques à développer.

Je n’avais pas vu l’ Aimant ! sur l’autre coté .

Pour le support PC à l’époque, il fallait développer un firmware compatible BIOS et compilé pour PC, le tester sur des PC, développer et tester des drivers compatibles Windows…

PowerPC c’était une seule marque de processeur décliné en une poignée de variant monté sur quelques cartes mère.

PC c’était trois marques de processeur décliné en plusieurs variants pour chacune des marques avec des jeux d’instructions différents suivant les marques de processeurs et montés sur d’innombrables cartes mère ayant chacune leur propre BIOS.

Chaque fournisseur de carte graphique corrigeait les bugs éventuels suivant les évolutions du matériel et les innombrables configuration possible utilisé par les usagers et proposait les mises à jour gratuitement du firmware,c’est encore le cas aujourd’hui.

Oui, le coût devait être similaire, je dis pas le contraire. Sauf que derrière t’avais pas le même volume de ventes…

Le jeu d’instruction de base est le même sur tous les PC, il n’y avait pas besoin que le firmware des cartes graphiques soit adapté spécifiquement à la marque ou au modèle de CPU, parce que le firmware n’utilisait pas les instructions supplémentaires disponibles sur certains CPU (MMX et cie). Et les BIOS, même s’ils proviennent de différents fournisseurs, ça reste une interface standardisée, un BIOS AMI et un BIOS Award par exemple exposent la même API.

Donc en pratique, le besoin d’adaptation spécifique pour telle ou telle machine, il était extrêmement rare. Comme aujourd’hui d’ailleurs, c’est extrêmement rare de devoir flasher le firmware de sa carte graphique pour régler une incompatibilité avec la carte mère…

Fondamentalement, il y avait bien UN firmware pour PC, et UN firmware pour Mac. Mais le firmware pour Mac devait être amorti sur des volumes de ventes 100 fois plus faibles que le firmware PC.

Les firmwares des cartes (graphiques) sont fournis par les fabricants des dites cartes (par exemple ATI).
C’est eux qui élaborent les firmwares en les adaptant aux différentes plateformes et non pas le contraire.
Avec les informations que j’ai donné, il est aisé de comprendre que le fabricant passera moins de temps à mettre au point sur PowerPC que sur PC.

Les firmwares et BIOS évoluent suivant les modèles de cartes mais en suivant les lois du marché.

J’avais une carte mère Asus P5B-DLX ayant un contrôleur intégré JMicron pour augmenter le nombre de port SATA ,un bug est apparu sur ces ports mais Asus n’a pas mis à jour son BIOS, seul JMicron à fournit un nouveau firmware pour son contrôleur,j’ai réussi à implémenter le nouveau firmware JMicron dans le BIOS Asus et tout est rentré dans l’ordre.