Forum Clubic

Commentaires : The Mandalorian : licenciée suite à ses propos, Gina Carano ne reviendra pas chez Lucasfilm (page 3)

Mantra publicitaire: « Parlez-en en bien, parlez-en en mal, mais parlez-en! »

Ce licenciement a un effet bénéfique de marketing pour la série et la production.
C’est une publicité pour annoncer la production de la saison 3 de la série.

L’actrice a conforté son image publique et en étant licencié, elle devient victime.
L’avenir dira si c’était un choix judicieux de sa part.

Sauf que la condescendance ne remplace pas un argumentaire solide…

La « cancel culture » est une plaie. Comme parfait exemple, je pense à cette prof qui s’est retrouvé cloué au pilori, parce que le « mot en n » (nègre) est blessant lorsque qu’il est prononcé par une « blanche », peut importe que cela soit précisément dans le cadre d’un cours sur la dérive sémantique des mots (comme la réappropriation de ce terme esclavagiste par la communauté afro-américaine) : https://youtu.be/nMAHriSivr4

1 J'aime

Pas au USA il me semble.

Moi aussi je peux mettre des liens

Et oui, ce que tu as écrit est parfaitement condescendent. Et je me répète, ca ne remplace pas un argumentaire solide ! Puisque ton édifice logique présuppose que ce tweet a porté préjudice a l’image Disney, commence donc par nous en démontrer le fondement (le tweet étant sensé être abject, odieux, …) !

Licencier une personne sous la pression des réseaux sociaux, c’est précisément une démonstration de force de la cancel culture (donc ton histoire de whataboutisme tombe à plat). Quand à mon exemple, il n’était là que pour illustrer l’absurdité et la violence de cette vindicte populaire qui se contrefout de toute présomption d’innocence, de toute contextualisation, de toute véracité, …, en bref, de toute justice.

La pression des réseaux sociaux ? C’est ton analyse ça.

J’imagine assez facilement qu’une boite qui vend des dessins animés pour des gosses ne veuille pas être associés à des gens qui polémiquent s’appuyant sur des points Godwins.
Aussi je n’ai pas besoin de présupposer du préjudice de Disney, c’est Disney qui nous l’explique.

Sinon oui je suis condescendant avec ceux qui se parent de grands principes moraux juste pour défendre l’indéfendable, ici des débiles qui étalent leur bêtise. Je ne fais que répondre à la condescendance par de la condescendance.

#FireGinaCarano (textuellement « virez Gina Carano ») ce n’est pas un appel au licenciement ?

Encore faut-il pouvoir le démontrer, par exemple en donnant les liens vers ces fameux points Godwins…

Les mots sont effectivement précis (« ses posts sur les réseaux sociaux, dénigrant les gens en se basant sur leurs identités culturelles et religieuses sont odieux et inacceptables »). Sauf que dans l’extrait cité par Clubic, on ne trouve rien de tel (tout au plus un parallèle abusif). Du coup, j’aimerai bien que Disney nous explique en quoi cela sort du champ de la liberté de parole (qui est protégée par default par le premier amendement de la constitution)… Sachant qu’en la licenciant, ils lui ont offert une preuve par l’exemple, puisque son propos visait justement à dénoncer l’ostracisme ambiant !!!

L’indéfendable, c’est l’insulte (débile = personne souffrant d’un handicap mental).

Comme quoi, la victimisation n’est pas l’apanage de Gina…

1 J'aime

Quand je lis de nombreuses interventions dans de nombreux sujets, j’ai souvent l’impression que bien des gens vivent en Théorie, ce lieu merveilleux où tout se passe toujours bien. ^^

Liberté d’expression ? oui, vous l’avez, il n’y a même rien qui vous empêche de dire à votre patron qu’il est con. Mais on connaît tous le résultat dans ce cas-là si on le faisait, n’est-ce pas ?.

Bref, je ne suis pas cette série et je ne connais pas cette actrice, je dirais simplement qu’elle aurait peut-être du réfléchir aux conséquences possibles et potentielles avant de poster n’importe quoi. Mais c’est malheureusement une attitude typique de nos jours : c’est sur le Net et virtuel, alors on peut dire n’importe quoi, et réfléchir avant devient l’exception plutôt que la règle. neutre

Un de mes préceptes personnel est « réfléchir avant de faire une connerie, c’est ne pas la faire »…et ça marche. ^^

3 J'aime

Et ça part en multi-quote, merci !

Sauf qu’insulter son patron (ou ses collègues) ne relève pas de la liberté d’expression: c’est une faute caractérisée qui peut justifier un licenciement.

Nuire intentionnellement à l’image de son entreprise est aussi une faute caractérisée.

Sauf que dans l’article, on ne trouve rien de tel. Et lorsque l’on demande, ici même, à ceux qui sonnent l’hallali, d’étayer leurs accusations (d’antisémitisme, d’atteinte à l’image de Disney), il n’y a plus personne… D’ou mon questionnement, les faits sont-ils seulement avérées ?

Bref, c’est effectivement important de rappeler qu’il faut réfléchir avant de poster, mais cela n’empêchera jamais que des propos soient interprétés, déformés, amplifiés…

Comprenons nous bien, ce n’est pas la série qui m’intéresse, et encore moins Disney, mais bien la cancel culture qui m’horripile.

Le liberté d’expression, Trump en a tellement usé et plutôt abusé pendant tout son mandat que sans doute nos amis américains ont oublié le sens de la mesure.

Et alors là on touche le fond lorsque une Républicaine se compare aux juifs sous le nazisme. Je ne pense pas que les républicains se fassent déportés ou gazés dans leur propre pays. Pas plus qu’ils ne se font caillasser dans la rue…
N’oublions pas que tout américain à le droit au port d’arme et de se défendre.
Et sans vouloir faire trop de raccourcis, certains républicains sont plus proches des nazis que des juifs… cf. Fondamentalistes, créationnistes, suprémacistes, etc…

Qu’elle se fasse virer par Disney c’est une autre histoire, d’image, de contrat, de gros sous. Et personnellement cela ne me regarde pas vraiment !
Les juges pourront statuer si besoin ou nécessaire.