Forum Clubic

Commentaires : Sono Sion, la voiture électrique rechargeable à l'énergie solaire, sera construite dans des usines suédoises

Le constructeur allemand Sono Motors a choisi de lancer la production de ses voitures solaires Sono Sion à Trollhättan, en Suède, dans une usine fonctionnant exclusivement à l’énergie renouvelable.

C’est un début, ce serait génial de recharger encore plus avec du photovoltaïque!

et quand ta portière est emboutie! tu prends un crédit pour faire réparer ?

L’autonomie fond vite sur autoroute. Mais la vitesse crée un énorme flux d’air.
Quand ils utiliseront le flux d’air généré par la vitesse pour faire tourner un système pour récupérer de l’énergie en rechargeant une batterie secondaire, cela augmentera l’autonomie. (une batterie fait avancer, la seconde se recharge grâce au générateur entrainé par le flux d’air. Et inversement).

Les panneaux ont besoin d’être bien orientés pour produire. La surface équivalente exposée au soleil n’est donc que de quelques m2. Au final il ne faut pas espérer plus de 500 ou 1000W à midi l’été et en moyenne probablement la moitié. Même en prenant le cas le plus favorable 12h x 500W on gagne 6kWh par jour. Il faut une semaine de beau temps pour recharger la voiture ! Un peu moins l’été et beaucoup plus l’hiver. Il faut en outre tenir compte sur surpoids des cellules et de l’électronique… Pas certain que ça soit rentable: en roulant le jour ça va; mais par mauvais temps où la nuit on y perd.
C’est plus pour faire joli que ça n’est efficace.
Odyseus : ça ne marche pas! Tout mécanisme pour récupérer de l’énergie de cette façon freine la voiture qui pompera alors plus sur la batterie. C’est comme les machines à mouvement perpétuel avec un ventilateur qui entraîne une turbine pour fournir de l’électricité au ventilateur !

1 J'aime

Ca c’est un peu de la science fiction.
Le flux d’air est du au mouvement, c’est une résistance, en aucun cas une perte. Je te propose quelques exemples pour te rendre compte de la différence:

Tu prends une casserolle d’eau que tu chauffe et tu mets une éolienne en papier au dessus, dirigé vers le bas. tu verras que si ta girouette est bien faite, elle tournera: tu viens de convertir la chaleur perdu en mouvement de rotation.

Maintenant tu vas faire un tour et tu passes ta main sur un grillage en allant assez vite. Tu sentiras tes doigts chauffer, mais tu devras egalement faire un effort pour maintenir ta main sur le mur (la force d’appui, le poids de ton bras à maintenir en l’air). Là, ce que tu recherches, c’est de récupérer l’énergie que tu perds à maintenir ton bras en position.

Les constructeurs en sont conscient et travaillent donc l’aerodynamisme, autrement dit, la résistance à l’air du véhicule, pour éviter de perdre trop d’énergie à lutter contre l’air. Mais étant donné qu’on dépense déjà de l’énergie pour lutter contre, on n’en récupérera pas.

Voilà, en espérant avoir pu t’éclairer un peu plus sur le sujet, sinon dis le et je prendrais plaisir à t’aider plus.

Pour nosu en thailand ca serai le top une voiture comme ca . On est tous le temps obliger de se mettre a l ombre a cause du soleil . mais la plus besoin de parking …

C’la lumière qui alimente les panneaux, pas le soleil. Un grand apport de clarté indirecte fera une grosse différence.
Se stationner devant un mur blanc par exemple. Ou de la neige. Les skieurs bronzent rapidement à cause de ce phénomène.

Sono Sion, ce n’est pas le nom d’un réalisateur japonais ? C’est juste une coïncidence que leur voiture s’appelle pareil ?

1 J'aime

Le système serait intégré à la carrosserie, donc ne brisant pas l’aérodynamisme. Sur une voiture thermique, l’air qui entre sert à refroidir le moteur. Là, l’air ferait tourner des hélices ou des vis sans fin dont le mouvement créerait de l’énergie stockée dans la batterie qui ne fait pas avancer la voiture, l’autre étant en fonctionnement. Et inversement.

6kWh par jour, c’est environ 50 bornes sur ma voiture électrique, c’est à dire à peu près ce que je fais par jour. Dit différemment, dans le cas des belles journées, je roule gratis. Après, il y a le WE où la voiture peut être stationnée en plein soleil pour gagner 100km (ou pour gérer les pertes pour les jours de mauvais temps dans la semaine). En tout cas, pas mal du tout.

Je t’invite à faire un bilan énergétique du système que tu décris en gardant bien en tête que le rendement éolien n’est pas de 100%.
Et je t’invite également à comparer ce système avec un système LED + panneau solaire dans lequel tu voudrais alimenter la LED uniquement avec sa propre lumière.

C’est pas une voiture pour Dieudonné ça… :blue_car:

Son idée n’est pas de faire de l’autoalimentation à 100%, ça n’a aucun sens, mais de profiter du flux d’air pour récupérer de l’énergie.

Placer quelques éoliennes sous la voiture ou dans des écopes ne devrait pas ajouter beaucoup de résistance et pourrait créer de l’électricité. Quelques W par-ci par-là sont toujours bons à prendre, non ?

1 J'aime

oui mais la récupération créera forcément plus de perte qu’elle ne pourra en produire et notamment à cause des pertes de conversion d’énergie.
Imaginons:
Frottement récupéré = frottement généré par la centrale qui récupère l’énergie dans ce cas au mieux le gain est nul mais comme il y a des pertes de conversion alors ton mécanisme est forcément avec un rendement inférieur à 1. (sans compter le poids additionnel à transporter…)
Le seul truc qui marche vraiment c’est la récupération d’énergie sur le freinage en descente notamment

ni pour les palestiniens
de toute façon il n’ont pas d’argent, pas de routes, pas de pays, pas de liberté de circuler etc

Je vois où est l’incompréhension, je vais essayer de t’aider à comprendre ce qu’il se passe.
Ce que tu soulèves, c’est semblable à ce qu’essaient de faire certains avec l’énergie perpétuelle. Je vais t’expliquer pourquoi ça ne marche pas (encore une fois, si jamais c’est pas clair, dis le).

On va prendre une voiture et on installe dessus, à un endroit finement calculé, un tunel de récupération d’énergie via une éolienne. Que ce passe-t-il.

Pour faire tourner l’éolienne, il faut un mouvement d’air. Cet air (ou plutôt ce mouvement) va à cause de l’éolienne car, ben, l’éolienne résiste.
Entre sa masse (qui résiste au mouvement), les frottements mobiles (même avec les meilleurs roulement du monde, il reste des frottement), plus la perte au niveau de la dynamo (car pour transformer une énergie mécanique en énergie électrique il faut une dynamo, ou un alternateur si tu préfère), tu vois qu’on a de quoi bien résister au mouvement de l’éolienne et donc empecher le passage de l’air.
Sauf que, maintenant qu’on a ralenti cet air, on vient aussi de casser notre aérodynamisme et donc on a augmenté notre résistance à l’air. De ce fait, le véhicule est freiné, ce qui t’oblige à augmenter ta consommation énergétique pour compenser ce freinage

Maintenant, faisons ensemble un rapide résumé des gains et pertes:

On gagne de l’énergie au niveau de l’éolienne. Attention, cet énergie récupérée n’est pas égal à l’énergie absorbé par l’éolienne. Il faut soustraire l’inertie, les frottements mécaniques, la résistance de la dynamo. Ce sont des pertes dont on ne peut pas se passer en mécanique.

Ensuite, les pertes: on surconsomme à hauteur de l’énergie absorbé par l’éolienne (et non celle récupéré) voir plus car on a du adapter l’aérodynamisme pour ce système.

Voilà. C’est long, je suis désolé, mais j’ai essayé d’être le plus clair possible.
Encore une fois, si tu as des incompréhensions, des questions ou des remarques, je reste à ton écoute et je serais encore ravi de pouvoir te répondre.

plutot interessant ton explication. si je resume bien ce que tu ecris, faire tourner les eoliennes
suppose une perte energetique mecanique mais aussi une legere surconsommation due a different facteurs comme le poids du systeme mis en place et donc du coup
l’ensemble ne serait pas aussi rentable que ca …a moins de s’affranchir de toutes les contraintes mecaniques, c’est ca ?

Une voiture neuve tu l’assure en tout risque en principe, après reste à voir le montant de la prime d’assurance…

L’usage d’une éolienne dans la nature pose moins de problème car on utilise le vent. On ne dépense aucune énergie pour produire du vent, on se contente de transformer le vent en mouvement mécanique (rotation des pales et du convertisseur) puis en électricité. Dans l’exemple que j’ai donné à odysseus, le problème est différent: on transforme déjà une énergie en mouvement donc vouloir en récupérer une partie ne serait pas interessant.

Par contre, il y a d’autres choses à faire et pour ça je vais te parler des moteurs thermiques (essences et diesel). Ces moteurs ont des rendements très faibles, environ 30% (c’est à dire que si tu donne 100 joules d’énergie au moteur, 30 joules seront utilisés pour faire tourner le moteur et 70 seront perdu). Par contre, on a énormément de pertes qu’on cherche à récupérer. Déjà, la chaleur. On transfert la chaleur du moteur via un circuit de refroidissement vers l’intérieur grâce au chauffage. Par contre, le surplus est perdu. Il y a également les vibrations qui sont perdus. Les frottements mécaniques sont aussi perdu (un roulement ou un pallier, ça raccroche toujours un petit peu). Ensuite, il y a toutes les pressions nécessaires: entre un circuit d’huile à 3-4bar (il faut compresser, de l’énergie perdu). Enfin, il y a les accessoires qui ne rentrent pas en compte dans le calcule du rendement mais qui font des pertes comme l’alternateur a faire tourner (on transforme l’énergie mécanique produite par le moteur en électricité, on perd du rendement), et une foultitude d’autres choses.
Avec tout ça, on se rend compte qu’avoir une voiture d’une tonne qui consomme 4l/100, c’est déjà un super défi technique. Mais encore une fois, le problème initiale c’est que c’est nous qui fournissons l’énergie initiale (le carburant) à la voiture. Dans de l’éolien, le carburant, c’est le vent.