Forum Clubic

Commentaires : Quel entraînement pour Thomas Pesquet avant sa nouvelle mission, Alpha?

Pour sa nouvelle mission de six mois environ au sein de la Station Spatiale Internationale (ISS) prévue en 2021, l’astronaute français de l’ESA suit une intense préparation, entre rappels et nouveautés.

2 J'aime

Un vrai boulot de vacancier! Nan je plaisante. Il faut avoir à n’en point douter un potentiel intellectuel et physique hors du commun. Bonne préparation!

3 J'aime

Ce genre de personne est incroyable. Ils ont un physique au top, de l’entrainement physique et mental, des connaissances dans plein de domaines, des sciences aux langues, des brevets de tout types (pilote…). Même des connaissances de survie en environnement hostile! Pour y arriver il faut de la volonté, de l’intelligence
Bien sûr et en plus de tout ça, ils sont aussi sélectionnés pour leur stabilité psychique : leur aptitude à aider/supporter les autres dans des environnements clos, sans générer de conflit.

Difficile de faire plus complet, plus capable de gérer efficacement/de survivre à n’importe quelle situation.
Ca me bluffe.

Et pendant ce temps là tant se complaisent à regarder secret story ou les chtis contre les marseillais…

faudrait envoyer tout le monde en station spatiale : la sélection naturelle fera vite son choix ! :slight_smile:

2 J'aime

Ou même mieux, direction le soleil, ils passent leurs temps à bronzer de toute façon, ce sera juste un poil plus chaud qu’à Marseille !

Oui, souhaitons lui une belle et longue carrière ! Ainsi qu’un « retour sur terre tout en douceur » (pour certains le cap le plus difficile à passer, ce n’est pas ce rythme effréné, mais la fin de carrière, quand tout s’arrête).

Ca me fait penser au film Proxima actuellement sur Canal+.

Sinon j’ai une petite interrogation, pourquoi, en dehors de l’aspect politique, apprendre le Russe ou le Japonais, alors que l’Anglais, en tant que langue internationale, serait plus à même d’être adopté par tout le monde et ce d’autant qu’ils ont déjà bien d’autres choses à apprendre?

Ben le cyrillic est incontournable dans l’ISS (à commencer pour les opérations de maintient en orbite). J’imagine aussi que le japonnais peut-être utile pour le module JEM (et par simple courtoisie si tu es polyglotte).

Ca répond pas vraiment à ce que j’ai demandé, tu ne fais que répéter…
Aspect politique, protocolaire, courtoisie, appelle çà comme tu veux.

Vu le niveau de ces personnes, l’Anglais me semble une base facile à acquérir et qu’ils ont surement tous déjà acquis, d’où ma question sur l’utilité réelle des autres langues.

L’anglais est bien la langue officielle à bord de l’ISS. Mais visiblement tu as du mal avec le mot « incontournable »: rien que le vaisseau Progress (qui existait bien avant l’ISS) et le module Zvezda, qui sont les seuls à permettre le maintient en orbite de l’ISS, sont russes, archi-russes !!! Maintenant, si tu veux forcer les russes (et pendant que l’on y est, les chinois) à parler en anglais quand ils volent dans l’espace, ben, euh, bon courage :joy:

1 J'aime

Ou vois-tu que j’ai un problème avec le mot incontournable que tu es d’ailleurs le seul à employer? Tu es une référence en la matière?
Les Russes et les Chinois (que viennent-ils faire là-dedans d’ailleurs?) parlent Anglais, hein…

Sauf que leur vaisseaux fonctionnent respectivement en russe et en chinois. Et celui qui les fera changer pour anglais n’est pas encore né…

1 J'aime

Fonctionne ou fonctionnait?
Non parce que sinon, juste un exemple, c’est SpaceX qui les « envoie » en l’air, je suppose donc que c’est écrit en anglais…
En plus il est accompagné d’Oleg Novitski, pilote Russe…
Et enfin un dernier exemple, sur mon écran Coréen, très probablement fabriqué en Chine, il est écrit en Anglais « Starlight Touch Button » pour m’indiquer les boutons de commande et je n’ai eu ni besoin de connaitre le Coréen ni de parler Anglais couramment pour comprendre…
Donc non, les vaisseaux ne fonctionnent pas en Russe, ils fonctionnent en électronique et sont en plus commandés à distance!
Je rajoute également que je n’ai écrit nulle part que connaitre d’autres langues était inutile…

Tu inventes n’importe quoi… Ce n’est pas Space X qui « envoie en l’air » le vaisseau Progress (pas plus qu’Oleg Novitski). Et comme, sans remorquage, l’ISS finira par retomber sur Terre, ce vaisseau est « incontournable ». Et comme son interface (tout comme celle du Soyouz) est toute en russe, le russe est lui aussi « incontournable ».

1 J'aime

Oula… As-tu lu l’article??
Je cite: "Elle devrait commencer au début du printemps 2021 par un décollage au sein d’une capsule Crew Dragon de SpaceX. ", « Une autre particularité de la mission Alpha, c’est que Thomas Pesquet n’aura pas à se former extensivement au pilotage de Soyouz, …, et plus précisément au sein d’une capsule Crew Dragon de SpaceX. C’est un changement important pour le Français, qui va devoir démarrer une formation spécifique à ce véhicule »
Toi tu parles encore de trucs qui ne sont pas dans l’article (Progress) et tu interprètes mes propos comme ca t’arrange!

Comme mes réponses ne te conviennent pas, je te souhaites bonne chance dans ta recherche d’explications…

1 J'aime

Sous le coup du stress, du danger, ou de moments intenses, il arrive que les gens changent inconsciemment de langue. Bref, leur langue maternelle revient sans les prévenir. Je l’ai vu avec des étudiants luxembourgeois qui passait des jurys en français. Rien d’étonnant que la sécurité à bord nécessite de connaître les langues maternelles de l’équipage.

Alors comme l’ont fait remarquer d’autres que moi, il y a déjà l’aspect pratique et politesse. S’adresser à quelqu’un dans sa langue maternelle, faire l’effort d’échanger avec lui/elle avec le bon mot est important quand on est un groupe si soudé. Aussi, la moitié de l’ISS est une station russe, conçue par des ingénieurs russes, avec des inscriptions en russe, des manuels en russe (et en anglais), etc. Les véhicules russes, même si Thomas ne fera pas partie de leur expédition, il devra en connaître le fonctionnement général. Ne serait-ce par exemple que les cargo pour ranger le frêt. Ou tout simplement les boites de consere, ça aide quand on sait lire ce qu’il y a écrit dessus.
En dehors du russe et de l’anglais qui est effectivement la langue prépondérante, on apprend aussi les autres langues pour échanger avec les différentes équipes au sol et réaliser les expériences de pays étrangers. Par exemple, même si elles sont probablement traduites en anglais (et parfois en français) les explications pour une expérience de biologie japonaise seront en liaison avec un ou plusieurs labos au japon. Il faudra peut-être aller sur place ou échanger sur skype avant d’aller en orbite, et pour ça, il y a l’aspect pratique de l’anglais, mais il y a aussi une importance à bien comprendre la langue locale et à savoir la pratiquer à minima. De la même façon son collègue japonais révisera son anglais, son russe et très probablement quelques mots de français pour échanger avec Thomas (c’est poli) et les équipes du CADMOS à Toulouse.

La sensibilité aux langues fait partie des qualités recherchées pour des astronautes. Thomas en parle 5 ou 6.

1 J'aime

Je pense effectivement que toi tu n’as pas besoin d’apprendre de langues, en dehors de l’anglais vu ta certitude.
Apprendre la langue de tes hôtes c’est de la politesse comme te l’a déjà expliqué Niverolle.
Ca simplifie aussi ta vie, car tu n’es pas une machine qui va dans l’espace mais une personne qui mange, rencontre d’autres personnes…
Avec un étranger, t’es tu déjà fait la réflexion suivante : wah ! on pourrait parler anglais, mais lui, il fait l’effort de parler ma langue : c’est marrant tout de suite on fait plus d’efforts : pour se faire comprendre, mais aussi pour le reste : tu peux aussi prévoir de faire passer la personne chez toi un soir, avec ta famille, tes enfants qui ne parlent encore que leur langue maternelle… parce que la communication est plus aisée. C’est aussi ça qui fait que qq semaines après en situation les relations et la collaboration sont plus aisés.
… mais avant de rentrer dans ce genre de projection, je redirais déjà que c’est de la politesse envers des hôtes, l’intérêt que tu leur portes, et l’envie d’apprendre et de découvrir.
Mais comme le disais Niverolle, je te souhaites bonne chance dans ta recherche d’explications…

1 J'aime

Les hôtes étant américains et l’espace russe de la station étant interdit aux étrangers et sans parler du fait qu’il s’agit d’une mission internationale qui nécessite donc une langue commune, je vais effectivement en rester là vu vos réactions…
PS: avec les étrangers je parle anglais et en retour j’en attends ni moins, ni plus

Sorti des grandes villes de tous les pays du monde, bonne chance avec ton anglais …