Forum Clubic

Commentaires : Que peut faire un « satellite espion »?

Bercés par notre culture cinématographique,
les satellites utilisés au service des armées du monde entier sont souvent fantasmés.
A quoi servent-ils ? Et leurs capacités ? Elles ne sont pas
publiques, mais elles non plus ne peuvent égaler la fiction.

10 J'aime

Il faut savoir que les satellites optiques ne pointent pas forcément à la verticale de la zone observée, cela donne l’avantage de l’ombrage qui permet parfois de mieux distinguer la forme et donc la nature d’un objet, voire sa hauteur.
Et à noter qu’un satellite optique, c’est la bande du visible mais aussi de l’Infrarouge, ce qui permet de voir un peu la nuit. Par contre j’ignore s’ils font la gamme du Thermique

2 J'aime

Le tout proche IR est parfois compris, mais c’est très complexe à gérer, parce qu’on ne reconstruit pas du tout un paysage de la même façon qu’en visible. Et pour avoir les meilleures ombres on ne fait en général pas passer les satellites avec un soleil au zénith (= vers midi) mais plutôt vers 10h ou 16h.
Le thermique ne peut être géré qu’avec des capteurs super refroidis, donc ça n’est pas commun. Je pense qu’il n’y a que les SBIRS, donc les satellites d’alerte avancée qui en ont.

1 J'aime

En orbite terrestre, à l’ombre on a -170°c, ce qui est déjà un bon début pour un refroidissement, non ? Les cameras thermique sur Terre sont à -200°c donc on y est presque

1 J'aime

Froid et stable ^^
Moins besoin de refroidir qu’avec une illumination permanente, mais il faut un dispositif actif.

1 J'aime

C’est pourtant une techno utilisé par certains telescope spatiaux comme Herschel ou Spitzer entre autres. donc si les télescope spatiaux l’utilisent pourquoi pas les sat espions optiques, qui sont ni plus ni moins que des télescopes.
Et pour avoir une stabilité du fluide il suffit juste que le réservoir et le réseau soit protégé du rayonnement par un panneau ou un bouclier pour le garder à l’ombre, ce que font déja certains sat scientifiques.

1 J'aime

« Y’a qu’a » et « suffit de », les grands amis des chefs de projet du monde entier. Pour info toute la « deuxième carrière » de Spitzer a été initiée parce qu’à la fin de sa durée de vie, il n’avait plus de liquide de refroidissement, laissant une partie de ses systèmes inutilisables. Je ne dis pas que c’est infaisable, juste que ce n’est pas répandu du tout.
Et il faut aussi qu’en terme opérationnel, ça vaille le cout.

3 J'aime

Je ne dis pas non plus que ça existe ou que ça peut exister, je me posais juste la question.
On voit souvent des images de l’armée qui utilise des cameras thermique en mission, ce doit visiblement etre mieux que l’IR, et je me demandais si cela était le cas en observation orbitale.
Mais quoi qu’il en soit ce type d’info restera confidentielle, ça restera donc de l’hypothèse ou du faisable. Après s’ils ne l’utilisent pas il doit y avoir des raisons mais le fait est que des sat d’observation astronomique l’utilise donc techniquement c’est faisable.

Merci pour ce bel article, très intéressant

7 J'aime

Et Hubble, c’est, grosso-modo, un satellite espion (optique) tourné dans l’autre sens ou c’est sans commune mesure bien différent ?

1 J'aime

Hubble dispose en plus d’instruments scientifiques de très haute qualité, et d’une optique réglée pour voir loin, mais dans l’idée oui c’est comparable.
La NRO américaine a d’ailleurs fait don d’un miroir de 2,4m de diamètre à la NASA au début des années 2000 lorsqu’un gros satellite espion a été annulé. Il sera installé sur WFIRST.

3 J'aime

Ca c’est déjà de la vieille technologie

A la base c’était un satellite d’espionnage, mais ils l’on lancé à l’envers. Alors finalement ils en ont fait Hubble.
Plaisanterie mise à part, ils ont en effet bien créé un second télescope comme celui de Hubble destiné à l’espionnage, mais je crois qu’il n’est plus utilisé.

1 J'aime

C’est curieux d’opposer le thermique et l’infrarouge. L’IR thermique est juste une bande particulière de l’infrarouge.

1 J'aime

Mais encore, c’est mieux d’argumenter …

Où avez vous lu que je les opposait ? je constate juste que pour chacun il y a des utilisations différentes, notamment l’armée qui utilisent plutot la camera thermique qui est bien plus sélective car elle ne révèle que ce qui émet de la chaleur et pas ce qui en plus la réfléchie ou la restitue.

Je me suis mal exprimé, j’avais l’impression que tu faisais une différenciation entre les deux alors que l’un englobe l’autre. Mais effectivement en terme de mises en œuvre l’IR thermique est à part (il faut gérer le bruit « thermique », justement).

Effectivement tu as raison

Très bon article Eric, je me permets de réagir sur les commentaires intéressants sur l’aspect thermique. Tu as tout à fait raison, pour produire des images infrarouges on doit se tourner vers du refroidissement. En orbite basse le refroidissement passif est limité (mais peut être compatible avec les besoins optiques avec une complexité plus ou moins grande exemple: TROPOMI). Mais avec le développement des technologies de refroidissement actif, c’est de plus en plus intéressant pour l’optique infrarouge aussi bien dans l’observation de la Terre que dans la Science (James Webb, Athena etc…). A la différence des missions que tu as citées (Herschel, Planck), les machines cryogéniques fonctionnent en boucle fermée, on ne fait plus (à ma connaissance d’architecture) basée sur l’emport de fluides cryogéniques qui s’épuisent au fur et à mesure. Des satellites d’observation utilisent bien ces machines cryo (SENTINEL 3A, 3B) et même Exomars TGO

1 J'aime

Y a t-il des satellites avec un « rayon laser ».

1 J'aime