Forum Clubic

Commentaires : Que peut faire un « satellite espion »? (page 2)

Dans le sens où on l’entend à Hollywood, pas vraiment. Ou en tout cas, pas encore. La France par exemple développe des petits satellites de protection de ses grands satellites les plus précieux, qui auront une capacité laser telle qu’elle peut aveugler voire abîmer les capteurs d’un autre satellite qui s’en approcherait trop près.

Il existe un autre type de laser qui est plus utilisé, c’est celui qui sert à la communication. On se sert en gros du laser comme d’une fibre optique pour communiquer entre deux satellites. Ce n’est pas très répandu, mais ça existe et ça permet de transférer de gros débits de données.

En plus du débit, la transmission laser à le GROS avantage de la discrétion: à part se placer dans le flux (et donc être immédiatement détecté par le récepteur par la coupure, le délai et/ou la baisse de niveau du signal), il n’est pas possible d’intercepter la communication.

1 J'aime

Le satellite espion est obsolète, il est gros, peu maniable, pas forcément là où en a besoin, emmerdé par les nuages, difficilement mis à jour…

Maintenant y’a le drone espion ^^

Je n’ai pas tout lu dans les commentaires mais je sais que j’ai travaillé avec des images satellites SPOT depuis longtemps en PIR et d’autres fréquences comme les satellites LANDSAT ont pu gérer. Je sais même que j’ai eu des cours sur des satellites « radar » qui permettent de faire de l’interférométrie et de suivre par exemple les glissements de terrain. Avec les progrès de l’imagerie, je n’imagine même pas les possibilités. Tiens, si : aujourd’hui on est capable de faire un suivi journalier de l’évolution des cultures, utile pour les agriculteurs (moyennant quelques deniers je le conçois).

« On se sert en gros du laser comme d’une fibre optique pour communiquer entre deux satellites. Ce n’est pas très répandu, mais ça existe et ça permet de transférer de gros débits de données. »
Oui « pour le ce n’est pas très répandu » mais cela devrait basculer assez rapidement, tu le sais probablement, les satellites Starlink sont prévus pour être dotés de 4 liaisons optiques chacun (free space optics) pour communiquer avec les deux satellites les plus proches sur le même plan orbital, et les deux satellites des deux plans orbitaux les plus proches. SpaceX compte les utiliser pour router le trafic quand il n’est pas possible ou souhaitable de redescendre immédiatement sur une station sol (exemple lorsque la couverture est en pleine mer, c’est utile de faire un ou plusieurs sauts inter satellites via les liaisons optiques, puis redescendre par la station sol la plus proche). A ma connaissance ces liaisons ont été testées fin 2020 et fin janvier 2021 une dizaine de satellites a été mise en orbite, équipés de ces liaisons. Logiquement ce devrait devenir la configuration standard, donc de fait ça risque de devenir plus fréquent. Plusieurs autres constellations LEO, certes moins grosses, prévoient ou utilisent déjà ce type de liaisons optiques.

« En plus du débit, la transmission laser à le GROS avantage de la discrétion: à part se placer dans le flux (et donc être immédiatement détecté par le récepteur par la coupure, le délai et/ou la baisse de niveau du signal), il n’est pas possible d’intercepter la communication. »
La transmission optique étant directive, elle rajoute un niveau de sécurité physique du à cette directivité, ok. Mais il y a un gros état de l’art sur l’interception des liaisons optiques, faire du eavesdropping est faisable. Actuellement pour sécuriser le lien, on ne fait à ma connaissance pas mieux que d’utiliser des communications quantiques (échanges de clés QKD, quantum key distribution). Là pour le coup, il est possible de détecter une interception de la transmission.

Ça devient recurrent la publication d’ancien articles (15j- 2mois) cela sert quel intérêt ?

Au hasard ceux qui ne l’ont pas lu la première fois ? (comme moi ^^)

C’est sur que que c’est encore mieux, surtout si on combine les deux! :stuck_out_tongue: Je parlais de support transmission pas de codage. Et ça reste encore très théorique, je ne sais pas si c’est déjà utilisable.

Hello Nmut,
« Et ça reste encore très théorique, je ne sais pas si c’est déjà utilisable. »
Oui ça manque encore de maturité, mais il y a déjà une certaine activité sur le sujet
Chine, 2016: China launches world's first quantum communications satellite | New Scientist
En Europe il y a par exemple EuroQCI The future is quantum: EU countries plan ultra-secure communication network | Shaping Europe’s digital future mais ça reste un projet de recherche.

Marre, encore un article intéressant

Je suis certain que les forces armées ne coulent pas leurs avancées, que des années plus tard. Ce serait con de révéler leurs avantages tactiques à l’ennemi.
Et je suis certain qu’ils peuvent lire par dessus notre épaule depuis des décennies… entre autres…

Comme toujours, tu rêves en couleur… Je suis ingénieur de l’armement en traitement et analyse d’image, donc je pourrais te parler de diffraction, de front d’onde, de MTF, de filtrage, etc. Mais autant faire une démonstration par l’exemple puisque celle-ci est possible et facile. En effet, il suffit de connaitre les performances d’un télescope astronomique de diamètre et ouverture équivalente, et équipé d’une optique adaptative avec intelligence artificielle dernier cri pour avoir un ordre d’idée de ce qui est possible. Et ce dans le meilleur des cas, puisque ce genre de télescope est installé sur des sites offrant un ciel nocturne exceptionnel (aussi bien en terme de turbulence que de transparence). Alors au dessus du Sahel, en milieu de journée et par temps d’harmattan, et ton beau satellite espion (ou avion espion) t’offrira une accutance bien mollassone…

Merci pour la republication de cet article fouillé et instructif. Je l’ai raté la première fois.

Mais je crois qu’il n’y a pas de domaine sous-côté comme il peut y en avoir à côté. :smiley:

1 J'aime

Et tu n’as pas signé d’entente de confidentialité ?

En l’occurrence je n’ai divulgué aucun secret. :wink:

1 J'aime