Forum Clubic

Commentaires : Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes

Le scientifique suisse, Michel Mayor, récent lauréat du prix Nobel de physique, a tenu à battre en brèche une idée qu’il considère comme saugrenue. Selon lui, les êtres humains ne pourront pas coloniser d’autres planètes, même si la Terre devient hostile à la vie, à cause de la distance nous séparant de ces astres.

1 J'aime

Mais non, On est sauvé… l’autre guignol de Musk veut rendre vivable Mars à coup de bombes atomiques !

3 J'aime

Prédire le futur “avec les moyens à notre disposition aujourd’hui” est un peu bizarre pour un scientifique : pour le moins il aurait pu imaginer que ces moyens vont évoluer avec le temps. Comme quoi on peut être bon dans son domaine sans que cela se vérifie ailleurs.

3 J'aime

Ca c’est certain, juste un fantasme humain comme voyager dans le temps ou ce genre de chose.

3 J'aime

Ah bon ? C’est pas comme dans les films ?

Non mais sans blague, suffit pas d’être récompensé prix Nobel pour s’en rendre compte. L’humanité restera dans son système solaire pendant quelques siècles. Et aller au delà … on sera tous morts j’espère lol

1 J'aime

Sais pas si ce Suisse connaît Raoul mais ce qui est sûr c’est qu’il ne connaît pas l’Amérique… Le capitaine de vaisseau Trump et son ingénieur en chef Musk (ils ont fait la même école de commerce) ne vont en effet pas tarder à mettre le cap sur les exoplanètes les plus proches. Les postulants à cette quête d’une nouvelle terre promise où flottera la bannière étoilée à l’exclusion de toute autre peuvent dès maintenant réserver leur place en écrivant à Mars a-Lago Club, c/o D. Trump, 1100 S. Ocean Blvd., Palm Beach, Florida, United States. Hispaniques et autres ressortissants de shitholes prière de vous abstenir.

1 J'aime

Ca en bouche un coin, résigné à mourir sur terre, le lot de tous les êtres vivants qui y vivent, l’homme croyait quoi !
Une planète donne la vie et la reprend avant de s’éteindre sur elle-meme .

Bof, on disait à une époque que l’homme ne volerait jamais et c’est le cas ! Mais il a trouvé un moyen détourné d’y parvenir.
Les sciences comme la mécanique quantique prouve au moins une chose, on ne comprends pas grand chose à ce qui nous entoure alors un jour, qui sais …

1 J'aime

Le problème de Mars est que la gravité n’est qu’à 0.4 (si celle de la Terre est à 1). A long terme, notre corps n’est pas fait pour supporter une gravité si faible. On devrait plutôt coloniser Vénus (gravité 0.9), certes pas au sol, mais plutôt dans le ciel (bonne composition de gazs, bonnes températures…) Un peu comme la cité des nuages ^^

1 J'aime

Et avec quelle énergie magique vous voulez coloniser une nouvelle planète ? Il faut du carburant pour faire décoller toutes les missions prochaines ! Et nos réserves d’énergies non-entropiques sont limitées.

Techniquement, l’humanité a déjà voyagé plus loin que son système solaire. Les sondes Voyager sont déjà allées plus loin que Pluton, donc l’humanité a déjà laissé une trace de son passage sur d’autres planètes.

La solution qu’on aurait serait d’aller sur une lune de Jupiter ou de Saturne, notamment Encelade qui fait 500km de diamètre et qui couve un océan profond de 65 kilomètres sous une grande croûte de glace. On pourrait coloniser Mars, mais ça ne peut pas être “comme sur terre” car aucune atmosphère ne peut s’y tenir et qu’il n’y a pas assez de CO2 pour pouvoir faire un effet de serre suffisant.

Pareil pour Ganymède, Callisto,ou Europe qui pourraient avoir un océan sous leur croûte (pour Europe, on en est presque sûr). Problème : Jupiter a un rayonnement magnétique tellement intense que tenter une expédition là-bas nécessiterait des couvertures anti-radioactives évitant qu’on y meure en 5 jours. Problème deux : les lunes de Jupiter sont 30 fois plus lointaines que Mars… et pour y aller il faudra donc soit beauuuuucoup de temps, soit beauuuuuuucoup d’énergie. La trouverons-nous sur la Lune ou sur Mars ? Dans les deux cas, la colonisation prendra plusieurs siècles.

Si elle est possible, et si l’humain survit à ce qu’il s’inflige aujourd’hui ! Mais ça, c’est un autre débat. Dans tous les cas, il est très fortement improbable que nous assistions à une colonisation humaine de notre vivant. Même si la colonisation au bêtes de Silicium est, elle, déjà entamée.

1 J'aime

Oui, avec nos petits moyens actuels, c’est très loin et très lent. Jupiter n’est pas 30 fois plus éloignée que Mars, la distance la plus courte (qu’on utiliserait sans doute pour s’y rendre) est plus proche de 10,5 fois la distance Terre - Mars.

Des technologies trop dangereuses

Qu’en pensent ceux qui ont déjà mis les pieds dans l’espace et pas seulement envoyé une voiture de luxe dans les étoiles ? Et bien de ce point de vue, il y a quand même moins d’optimisme.

Celui qui brise la bonne ambiance générale, c’est Chris Hadfield. Si vous ne le connaissez pas, c’est un Canadien qui a déjà été trois fois dans l’espace. Ancien pilote de chasse, il commandait même la Station spatiale internationale pendant son dernier voyage. Vous avez vu l’interprétation de Space Oddity à 400 km d’altitude ? C’est lui.

Bref, il sait à peu près de quoi il parle. Interrogé par Business Insider dimanche 17 juin, il considère que dans les conditions actuelles, ce serait trop long et surtout trop dangereux.

Tout reste encore à inventer

Il a donné pour le média américain son avis sur trois fusées : BFR (SpaceX), SLS (Nasa) New Glen (Blue Origin). Les trois lanceurs sont censés pouvoir envoyer sur Mars un vaisseau rempli d’astronautes. Sa réponse ? « Personnellement, je pense qu’aucune de ces trois fusées ne va emmener quelqu’un sur Mars. » Les fusées seraient trop primitives. Conséquence ? Selon lui, il vaut mieux en rester aux robots comme Curiosity pour l’instant.

Pour que la situation change, il faudrait tout simplement une nouvelle technologie selon lui. Quelque chose qui n’a pas encore été inventé ni même imaginé sur un coin de table. Mais, la perspective n’est pas vraiment effrayante selon lui. « Cela peut sembler bizarre, mais nous avons réussi à trouver comment utiliser l’électricité et à comprendre comment fonctionnent les électrons. Cela semblait fou et ça a révolutionné notre vie et nos transports. Alors qui sait ? »

Il faudra donc peut-être prendre votre mal en patience avant de poser le pied sur la planète rouge…

Question… Avec une technologie censée être au top et qui est insuffisante pour mener des hommes sur Mars, comment d’autres ont fait à une époque où l’électronique et l’informatique était à des balbutiements pour envoyer des hommes sur la lune et revenir tranquillou…

Sourate 55 verset 33

« Ô peuple de djinns et d’hommes! si vous pouvez sortir du domaine des cieux et de la terre, alors faites-le. Mais vous ne pourrez en sortir qu’à l’aide d’un pouvoir [illimité]. »

Fieu, ton charabia des sourates et compagnie fumeurs des cannes ne m’intéresse pas.
Informatique n’a rien à avoir dedans.
Pose même question, comment un avion de chasse genre Mig 25 volait à l’époque sans informatique et électronique numérique.
Comment l’Union Soviétique a envoyé une sonde vers le Vénus avec atterrissage - sans informatique ! Va à l’école et arrête de lire des imbécillités…

Il parle même pas de problème de radiation , des problèmes que cela pèse sur le corp ect…

Bref pas besoin de Nobel pour savoir ça …

Alors pour ceux qui critique et qui se prétende plus intelligent d’un physicien vous devrez savoir 2 choses.

Déjà de 1 on a jamais dis que il avait le prix Nobel de physique grâce à ce qu’il à dis dans l’article ci-dessus,et les commentaires (sans critiquer) sur mars… On le sait déjà aussi pas besoin d’être physicien non plus !

Et de 2 pour ceux qui se seraient déjà énervé sur ma réponses sachez que mon intention n’était pas de critiquer les gens ou de me moquer d’eux mais bien de les faire réfléchir avant de poster leur(s) commentaire(s)!

Merci !

1 J'aime

On ne parle pas de futur la mais de present. A moins d’avoir une découverte révolutionnaire tres rapidement ca reste notre present.

Lord Kelvin, physicien britannique, président de la Royal Society, a dit en 1895 :
« Le vol des machines plus-lourd-que-l’air est impossible »

John William Strutt, 3ème Baron Rayleigh, Prix Nobel de Physique (1904), a dit en 1896 :
« Chercher à faire voler un engin plus lourd que l’air serait une perte de temps. » (WikiP.)

Alors, ce que dit Michel Mayor …

2 J'aime

Le monsieur parle des exoplanètes qui sont situées, pour la plus proche, à des millers d’années lumières de chez nous, il ne parle pas d’aller coloniser la lune ou mars…
Pas la peine de vous emballer…
(Pour info : 2 projets deja lancé chez la nasa pour une station orbitale sur la lune pour y crafter les outils pour bosser en surface et 1 autre projet en chine avec la france lancé il y a 2 ans ayant pour but de vivre h24 sur la lune donc ca aussi pas la peine de s emballer, tenez vous informé plutôt car ça a déja commencé)

Il dit juste que c’est fou de penser que l’on puisse aller habiter sur les exoplanètes qu’il recherche, ça n’a jamais été le but : Déja de par la taille de celles que l’on détecte et de leur position près d’un soleil ( je vous laisse vous renseigner un peu sur le sujet )…et ensuite car même si on se déplaçait a la vitesse de la lumière un jour, il nous faudrait plusieurs milliers 'années juste pour nous y rendre…ou pour envoyer un message…ou du matériel…mais on vit moins de 100 ans …

Pas besoin de nobel en effet mais certains n’arrivent déjà pas à lire un article ou cerner la base du problème,

et il ne parle pas des chocs avec un grain de sable à cette vitesse, de l’énergie nécessaire pour y parvenir, ni des radiations traversées, des pressions énormes, et de tant de milliards de choses qui peuvent arriver en route…

Pas besoin d’avoir un nobel pour comprendre ça non, mais avoir un nobel qui rappelle les bases et y apporte sa crédibilité dans le domaine et permet de remettre les pieds sur terre à certains théoristes “je sais mieux que les mecs qui bossent dans le domaine depuis 40 ans parce que j’ai google et que j’ai lu 2 pages de wikipédia et je ne suis pas foutu de lire correctement un article” ça peut toujours aider et de mon point de vue est toujours le bienvenu.

1 J'aime

Ce qui me renverse personnellement, c’est que on cherche à “fuir” la terre que l’on sait décliner peu à peu à cause de “nos” propres choix de technologie, fonctionnement, démographie, consommation etc…, plutot que de chercher de VRAIES solutions de vivre, fonctionner autrement (je ne parle pas des ecolos exaltés qui ne font que faire du bruit).

On veut aller dans l’espace, sur une autre planète, pour refaire les mêmes bêtises ?
Si c’est le cas, on ne mérite pas d’y arriver ; le cas échéant, alors essayons plutot de changer ici, plutot que rêver d’ailleurs.