Forum Clubic

Commentaires : Pour dénoncer Amazon, les Amis de la Terre livrent 577 colis aux députés!

Les Amis de la Terre, l’ONG qui œuvre à la protection de l’environnement, et la Confédération des Commerçants de France ont mené une action coup de poing, mercredi devant l’Assemblée nationale nationale, pour qu’Amazon soit intégrée au moratoire sur la construction des zones commerciales, dans le cadre de la Loi Climat.

1 J'aime

Ils nous fatiguent…

4 J'aime

Comme c’est minuscule, insignifiant :confused: des soit disant verts (mais quel vert ?) par nihilisme paranoïaque utilisent amazon pour montrer les soi-disant effets de bords d’amazon pour ? l’écologie ??? c’est sérieusement stupide: combien de m3 de CO2 sont dépensés en commandant en un clic ? Tout arrive chez vous en train et en camion de manière completement optimisée. Combien de m3 de CO2 sont dépensés en faisant toutes les boutiques du centre-ville et de la périphérie en voiture individuelle pour trouver le bon produit ? 100 fois plus ? C’est progressiste ça ? Les verts du 20e sièces sont les réacs du 21e siècle, voila ce que j’en pense.

9 J'aime

Qu’ils commencent aussi à réfléchir pour nous enlever les sapins de noel en décembre. Hautement prioritaire pour nos escrologistes

5 J'aime

pourquoi seulement pour Amazon et pas pour Alibaba …

4 J'aime

Osons dire à ces associations bruyantes et minoritaires qu’on ne pense pas comme eux.

Si je suis leur raisonnement, mieux vaut continuer de prendre son gros 4x4 pour aller dans les magasins tous les 2 jours. :wink:

Et quand on habite en province, aller au supermarché, ça peut signifier faire 30km.

Sans compter que les marchandises, elles sont bien livrées dans les supermarché.

Personnellement, je pense que la livraison, c’est le futur de l’écologie, même si évidement, il y a des choses à améliorer, comme le fait d’utiliser des caisses réutilisables et consignées. Ou de généraliser les casiers « de quartier » qui diminuent grandement les trajets des livreurs et le temps passé.

Et si Amazon grandit en France, c’est parce que nous les français n’avons rien fait de bon en la matière.

Les possibilités d’optimisations fiscales ne sont que le fruit des lois que nos députés ont promulgué… ou du bordel européen pour lequel nous avons voté.

Quand à la destruction d’emploi, certains n’ont manifestement pas encore compris qu’avec l’automatisation, c’est inéluctable. Et cette efficience est aussi la voie d’une meilleure écologie.

La solution, ce n’est pas de promouvoir l’inéfficience pour conserver l’emploi d’un maximum de gens : car dans ce cas, nous seront bientôt mort sur le plan économique. La vraie solution, c’est de créer un revenu citoyen afin que ceux qui n’ont pas d’emploi aient du temps pour penser et développer d’autres choses… oui prendre le temps de vivre plutôt que de se livrer à la course au productivisme.

Quand à l’importation massive, la encore, c’est se tromper complètement de cible. Et rappelons à ces jeunes qu’elle n’est pas apparue avec le e-commerce.

L’importation massive est juste la résultante de l’Européisme et de son erreur monétaire fatale. La ou la Chine à intelligemment manœuvré pour garder une monnaie à un cours très bas, l’Europe à créé une monnaie dont la définition monétaire aboutit à un cours totalement surévalué.
Avec le résultat qu’il n’est plus rentable de fabriquer des produits sur notre sol, que les usines ont fermées les unes après les autres. Et qu’en plus d’un chômage massif, nous sommes maintenant dépendants de la Chine pour absolument tout.

3 J'aime

Combien de m3 de CO2 sont dépensés en faisant toutes les boutiques du centre-ville et de la périphérie en voiture individuelle pour trouver le bon produit ? 100 fois plus ? C’est progressiste ça ? Les verts du 20e sièces sont les réacs du 21e siècle, voila ce que j’en pense.

Tout à fait d’accord avec vous.

Avant, il arrivait assez souvent à la plupart des gens de devoir prendre sa voiture, faire 3 ou 4 magasins et des dizaines de km en voiture pour trouver UN produit. Ce qui n’était pas terrible du point de vue écologique.

Les verts du 20e sièces sont les réacs du 21e siècle, voila ce que j’en pense.

Rassurez vous, il existe bien d’autres façons de faire de l’écologie qui n’impliquent pas de visions totalitaires. Et j’en parle en tant que vieil écologiste.

Moi j’ai décroché de cette pseudo écologie quand j’ai vu qu’ils commençaient à s’en prendre aux véhicules des plus pauvres (alors que l’utilité réelle est discutable). A partir de la, il était facile de comprendre ou cette vision dévoyée allait finir. Et on voit le résultat.

4 J'aime

Allez et encore un groupuscule d’extrémistes…

Pastèques !
Vert à l’extérieur, rouge à l’intérieur

1 J'aime

En fait le fond des choses c’est que vouloir marier l’écologie à un systeme intrinsèquement consumériste mène inexorablement à « quelque chose est considéré écolo si et seulement si ça fait marcher le commerce » … d’où ce qu’on voit au niveau de l’automobile, on à beau savoir que la voiture la moins polluante est … celle qui est déjà construite, on a un systeme qui fait tout pour que les voitures partent le plus vite possible à la casse (via un CT de + en + sévère) et que le parc soit renouvelé via la promotion de la voiture électrique noyée de subventions …

1 J'aime

Si au moins ils ne subventionnaient que les véhicules produits en France, au moins largent serait ré injectée directement dans l’économie du pays. (Bon il n’y aurait pas des masses de choix tu me diras!)

2 J'aime

Ils gonflent les taxes, barrent l’accès aux villes à 50% de la population qui n’a pas la bonne vignette Critair, puis ils bloquent les e-commerce des fois qu’on s’adapte…
Qu’ils rajoutent encore une bonne dose d’escroclogie pour que la coupe soit bien pleine d’ici 2022 ! On dira à tous ces nuisibles empêcheurs de vivre ce qu’on pense dans les urnes !

2 J'aime

Tout à fait.

L’écologie punitive, ce n’est tout simplement pas de l’écologie.

Paradoxalement, le système consumériste se sers de la pseudo écologie comme d’un instrument pour accentuer encore la pression sur l’humain, pour qu’il travaille et produise encore plus et qu’il renouvelle ses biens plus souvent.

Amusant : Les voitures qu’on envoie à la casse… certaines ont encore leur « pastille verte » sur le pare brise.

La véritable écologie, c’est d’empêcher le système capitaliste de mettre la pression sur l’humain. Qu’il travaille moins, qu’il profite plus de la vie et de son temps. Qu’il fasse durer ses biens en prenant le temps de les entretenir et de les réparer. Qu’il ait moins besoin de courir, il aura moins besoin de polluer.

Qu’on cesse de l’obliger à produire, coûte que coûte, il aura moins besoin de polluer. Moins besoin de se lever le matin pour prendre sa voiture… pour aller fabriquer des voitures… ou pour les détruire.

Et pour ceux qui ont peur de manquer, rappelons que l’homme n’a jamais eu un taux de productivité aussi élevé. Et que beaucoup de choses que l’on produit se retrouvent rapidement dans les poubelles parce qu’elles sont conçues pour ne pas durer.

Oui, on peut rêver d’un avenir meilleur que de remplir nos poubelles de merdouilles en plastique déjà cassées avant même d’être produites.

Et tout cela, sans mesures punitives, mais au contraire, de choses qui nous apporteront du « mieux être ».

Il faut bien comprendre que l’économie mondialiste est une forme de guerre. Sans armes en apparence, mais qui fait de vraies victimes et dans lequel l’homme finit asservi, même dans les pays soit disant « gagnants ». Sachant que le « gagnant », qui aura de beaux chiffres, mais un peuple malheureux, c’est le pays qui trouve le moyen de rétablir l’esclavage, tout en lui donnant, bien entendu un autre nom à coup de « novlang ».
Il ne tient qu’a nous de prendre les décisions qui s’imposent pour prendre nos distances avec ce système et redonner à nos rapports commerciaux un rôle plus positif.

Il faut bien comprendre que le manque d’écologie est une conséquence directe du fait que l’homme à consacré tout son temps, toutes ses ressources, toutes sont énergie, non pas à faire son bonheur dans un mode de vie en harmonie avec la nature, mais à se perdre une fois de plus dans une nouvelle et n-ième forme de guerre.

3 J'aime

Dommage que vous vous laissez influencer par le contexte et ce que font les autres ou encore « c’était pire avant ». Ca peut être décourageant mais se rassurer ou accuser l’autre de faire pire ça n’a pas de sens.

Si vous trouvez ça fatiguant c’est que les enjeux vous échappent. Il y a des initiatives plus ou moins intéressantes et des gens qui sont plus ou moins écolo mais c’est logique, c’est humain. Il n’y a aucune règle ou éducation écologique dans la société. Chacun a sa vision et ses priorités malheureusement.
Si on voit autant de groupe insister c’est parce que justement on est même pas a 1% de ce qu’on devrait faire. On est au point mort et chaque années les propositions sont balayées par les dirigeants et on continue a foncer dans le mur.

Les enjeux n’échappent pas forcément aux gens… mais les écolos si par contre :roll_eyes:
Dans l’esprit de beaucoup de gens l’écologie c’est planter plus d’arbres, favoriser certaines technologies mais pas d’emm… le monde pour une histoire d’arbre de Noël qui fait partie de notre tradition, en donnant des subventions pour des projets plus ou moins douteux ou définir les rêves de nos enfants :face_with_raised_eyebrow:. Certes il y a beaucoup de boulot a faire mais les écolos de tout poil sont souvent aussi de bons donneurs de leçons alors qu’ils polluent autant que les autres. Si on les écoutait on retournerait au 18e siècle :thinking:

1 J'aime

Je pense qu’il faut accepter justement que les écolos ne sont pas irréprochables et se concentrer sur les vrai causes. On ne décourage pas des gens qui font des efforts même si ils font des erreurs. Comme tu le dis chacun a sa définition de l’écologie : commençons par là, uniformisons cette idée pour ne rien oublier. Ca devrait même être une liste précise et commune qu’on devrait tous connaitre.
S’attaquer entre écolo et non écolo n’avance a rien au contraire il faut essayer d’aller plus loin ensemble. D’un autre côté sans règles étatique, je pense que c’est sans espoirs, sauf si le nombre pousse au changement profond. SInon bah on connait la suite, on ira jusqu’à épuisement des ressources et on subira toutes les ruptures et les problèmes.

1 J'aime

Très bonne analyse! je rajoute pour amplifier vos dires, que vouloir limiter Amazon pour réduire les destructions d’emploi dans l’e-commerce en France revient à punir ceux qui ont innové et ce sont bougé les fesses pour récompenser ceux qui n’ont absolument pas anticipé la révolution numérique et ont continué à se tourner les pouces en pensant que le commerce de papa était immortel. Et maintenant que c’est trop tard ils pleurent!

Magnifique projet de société! Ne plus travailler ( ou vraiment si on est motivé hein! ) et dormir tard le matin… Bien bien… Moi je vous préviens, je ne me lèverais pas plus tôt que vous pour vous nourrir en tant qu’agriculteur ou pour vous construire votre maison ( en bois je suppose? ) en tant qu’ouvrier du BTP. Faudra faire ça vous même… aaah mais je suis bête, vous ne pourrez pas, vous serez entrain de philosopher sur le sens de votre vie au fond de votre lit. Bah dommage, vous serez libéré de l’horreur de cette société que vous rejetez tant mais vous serez sans toit et l’estomac vide :wink:

Il reste quelques cavernes…

Je ferais remarquer que la fin de la société du travail est déjà une réalité. Il y a de par le monde des centaines de millions de chômeurs. Et cela pour une raison qu’on ne veut pas s’avouer, c’est que nous n’avons pas besoin de leur travail.

Car le travail n’est plus limité aujourd’hui par le nombre de bras, mais bien par la quantité d’énergie disponible et la limite des ressources de la planète. Et cela ne fera que s’accentuer avec la fin du pétrole.

Vous parlez des agriculteurs. Mais combien sont t’ils aujourd’hui pour nourrir tout le monde ?
Par le passé, l’agriculture représentait plus de 70% de la population. Ils sont aujourd’hui moins de 2% grâce à la mécanisation. Combien d’hommes pour remplacer une moissonneuse batteuse ? Et ce n’est que le début, avec l’IA, on peut s’attendre à beaucoup plus encore.

Il faut comprendre que l’essentiel de la production humaine actuelle, ce sont des biens et des services subalternes. Et de plus en plus de travail et d’énergie perdue en marketing parce qu’il existe 50 versions d’un même produit.

Objectivement, l’homme peut se permettre de travailler moins, même beaucoup moins sans être menacé dans ses besoins primaires.

Enfin, j’arguerait, qu’il y a une différence entre la fin du travail et l’inactivité. Essayez de rester inactif, vous comprendrez que c’est impossible. Etre condamné à l’inactivité, c’est juste une punition que l’on inflige aux pires criminels.

En réalité, il s’agit moins d’être oisif que de redonner aux hommes plus de liberté sur la façon dont ils emploient leur temps. Donner du bonheur aux autres, faire de la recherche et développement pour de nouvelles inventions et pleins d’autre choses qui apportent tant sur le plan collectif. Il y a tant de choses qui sont utiles à la société sans pour autant appartenir au domaine commercial.

Selon vous, cela est t’il moins utile et plus idiot que d’envoyer une armée de chômeurs courir à longueur de journée avec leur voiture pour trouver du travail qui n’existe pas ?

Mais notre société doit changer son regarde sur l’activité et le travail. Pourquoi tondre une pelouse sera perçu différemment selon que c’est fait par un employé d’une entreprise privée (bon travailleur qui se lève tot), par un fonctionnaire (soit disant parasite qui vit de nos deniers) ou par un chomeur (soit disant un assisté fainéant). Pourtant, le travail réalisé est exactement le même…

Aujourd’hui, notre monde ne voit la vie que par la dictature du PIB. Peut être devrions nous, comme nous l’a un jour suggéré un chef d’état africain considérer la notion de bonheur au lieu de celle de profit. Par exemple :

vous ne pourrez pas, vous serez entrain de philosopher sur le sens de votre vie au fond de votre lit.

IMHO, c’est une erreur majeure de penser que la réflexion n’apporte pas de valeur ajoutée importante à l’humanité.

Selon vous, ne doit t’on pas réfléchir et laisser le marché décider de l’avenir de l’agriculture en France ?

Ceux qui pensent qu’on sauvera l’économie de la France juste en se levant « encore plus tôt » seraient bien avisé de s’arrêter un peu, de prendre le temps de réfléchir et de comprendre ce qu’est une économie… pour réaliser qu’ils vont droit dans le mur.

Parce que le monde est en train de changer. Entre la mécanisation massive et les pays qui jouent d’une monnaie faible, le travail en France ne vit plus que de subventions et de l’endettement.