Forum Clubic

Commentaires : Notepad++ : le logiciel français banni de Chine après sa prise de position pour les manifestants hongkongais

Le développeur du logiciel, Don Ho, avait exprimé ses préoccupations quant à la situation à Hong Kong dans les notes de version de la dernière mise à jour.

2 J'aime

C’est bien fait. Qu’il fasse du logiciel, pas de la politique.

15 J'aime

Si les gens ne s’appuyait pas sur leur domaine, métiers pour porter certains sujets //, il y aurait pas mal de choses actuelles qui ne serait pas là. Il a totalement raison d’exprimer ce qu’il pense s’il le veut et l’interdiction doit bien le faire rire.
Si on le prend à l’inverse, un politique ne doit pas parler de logiciel ?, ba si dans certains cas c’est utile.

25 J'aime

Heu… si Roselyne Bachelot commence à parler de Microsoft Back Orifice, moi je sors.

1 J'aime

Ce genre de loi est votée régulièrement en France et personne ne l’ouvre… De toute façon il faudrait une bonne fois pour toute que la pensée française arrête de faire de l’ingérence continuellement en pensant détenir la vérité et le modèle ultime d’une société parfaite…

2 J'aime

C’est très IBM a.d. 1933 comme mentalité.

4 J'aime

Tu dirais aussi « bien fait » pour les matériels et logiciels chinois bannis des Etats-Unis ou d’ailleurs ? Ou « bravo » à tous les pays qui bannissent des logiciels parce qu’ils désapprouvent leur concepteur ?
Parce qu’il ne faut pas oublier que pour avoir le droit d’exercer en tant qu’entreprise chinoise, il faut faire allégeance au gouvernement chinois, ce qui signifie participer indirectement à sa politique et en être son représentant.
On peut toujours critiquer le fait d’utiliser son logiciel pour faire passer des idées politiques, mais si cette critique sert à justifier les censures des dictatures, alors c’est encore pire.
Ce développeur est coutumier du genre et il s’est déjà fait pas mal d’ennemis dans la communauté, mais il est originaire de Taïwan et a peut-être une histoire et des attaches qu’on ignore. S’il a envie de s’engager, c’est son droit (droit qui n’existe pas dans les dictatures) et personne ne nous oblige à utiliser son logiciel.
Défendre ce type de censure, c’est attaquer notre propre liberté à s’exprimer.

13 J'aime

Je trouve les réactions dans les commentaires sévères.

Quand bien même on n’est pas d’accord avec ses opinions : ce type développe ce logiciel bénévolement et le distribue gratuitement.

S’il veut exprimer ses opinion dessus : c’est sa tribune. On a pas à le juger.

Le dev de Sublime Text n’exprime aucune opinion politique… mais son produit il le vend, c’est donc la meilleure stratégie.
Par idéologie Don Ho distribue sa création gratuitement, en contrepartie il en fait ce qu’il en veut.
Il defend le logiciel libre, il prend position sur la défense de la liberté contre le communisme.
Moi je trouve ça cohérent.

Tout mon soutien contre les wumaos.

Le code source est libre: qu’ils fassent un fork qui censure automatiquement le code contraire à la ligne directrice du politburo.

13 J'aime

Bannissons tous les sites Chinois qui tentent d’éviter les droits de douane.

9 J'aime

Un très bon éditeur, qui inclut les comparaisons de fichiers…
Il n a pas besoin d’internet pour fonctionner, alors l’impact du bannissement Chinois est limité, et ceux qui en ont besoin connaissent probablement quelqu un qui l’a dejaet qui peut lui donner. Évidemment, il reste le problème des mises à jour mais c’est négligeable pour ce type de logiciel

Merci pour ton commentaire et pour avoir rappelé ce qu’est aussi l’esprit du logiciel libre.

2 J'aime

Non il a raison et le droit de s’exprimer.

Attention, libre ne veut pas dire opensource.

Ils n’ont en principe pas le droit de changer son code sans accord (bon la chine hein le droit c’est quand ça les arrange).

En 2014 je n’avais pas apprécié la manière utilisée pour faire passer son message politique.
Si tous les développeurs y allaient de leur logiciel pour faire passer leur opinion politique, ca serait un joyeux cirque.

Je fait partie des personnes qui pensent que le logiciel ne devrait pas être utilisé comme moyen de propagande.

Il existe bien d’autres manières de faire qu’imposer à la personne qui télécharge le logiciel de recevoir le message.

De toute manière, Don Ho avait déjà par le passé indiqué que ceux à qui cela ne plait pas, qu’ils arrêtent d’utiliser son logiciel.

Me concernant, en 2014 j’ai suivi son conseil à la lettre. D’abord sur Atom et ensuite sur Visual Studio Code, je ne m’en porte que mieux. De plus ce dernier n’est pas limité à windows. Et dernièrement, je peux synchroniser mes données d’une machine à l’autre et d’un os à l’autre.

2 J'aime

il parle politique dans le Patchnote du logiciel , c’est ça le probleme , il peut en parler comme il veut sur les réseaux sociaux , mais pas dans le patchnote .

2 J'aime

Attention, libre ne veut pas dire opensource.
Ils n’ont en principe pas le droit de changer son code sans accord (bon la chine hein le droit c’est quand ça les arrange).

Libre veut dire forcément OpenSource. C’est l’inverse qui n’est pas vrai.

Un logiciel libre peut forcément être modifié sans l’accord de l’auteur. C’est même une des conditions siné qua non pour être qualifié de « logiciel libre ».

Un critère souvent utilisé pour savoir si un logiciel est libre est de savoir s’il réponds aux éxigences des 4 libertés :

-la liberté d’utiliser le logiciel
-la liberté de copier le logiciel
-la liberté d’étudier le logiciel
-la liberté de modifier le logiciel et de redistribuer les versions modifiées

Par contre, une confusion est souvent faite sur l’idée de gratuité. Même si les logiciels libres sont souvent gratuits, ce n’est pas un critère obligatoire.

1 J'aime

En 2014 je n’avais pas apprécié la manière utilisée pour faire passer son message politique.

Dans le monde du logiciel libre, par définition, les gens sont libres de faire ce qu’ils veulent.

Je fait partie des personnes qui pensent que le logiciel ne devrait pas être utilisé comme moyen de propagande. Il existe bien d’autres manières de faire qu’imposer à la personne qui télécharge le logiciel de recevoir le message.

Pourtant, des centaines de logiciels sur smartphones affichent des publicités commerciales qui sont autant de messages passés destinés à influencer notre comportement. Et ça ne dérange personne.

Réalisons que Don Ho ne nous oblige à rien de plus qu’a lui accorder un court instant de notre temps de cerveau en échange de sont travail.

De toute manière, Don Ho avait déjà par le passé indiqué que ceux à qui cela ne plait pas, qu’ils arrêtent d’utiliser son logiciel. Me concernant, en 2014 j’ai suivi son conseil à la lettre.

Rassure toi, la majorité des développeurs préfèrent faire du pognon en taisant leurs idées politiques. Et je ne parle même pas de ceux qui se foutraient totalement de faire du « contrôle des foules » du moment qu’ils ont leur chèque à la fin du mois pour s’acheter le dernier smartphone.

Alors pour ma part, je préfère encore l’attitude engagée d’un Don Ho qui a sans doutes d’excellentes raisons de vouloir attirer notre attention sur certaines choses.

2 J'aime

Contrairement à l’idéologie dominante.
Quand on fait la leçon à un pays étranger, faut pas s’étonner et même trouver cela injuste de se faire censurer!

En tant que Français je n’accepte pas que des pays étrangers viennent me faire des leçons de morale.
Pourquoi aurions nous le droit de le faire aux autre?

Parceque les « Droits de l’Homme »? la bonne blague…

Si les chinois ne veulent pas de la communauté islamiste ouïghour (tout comme l’inde) chez eux c’est leur droit légitime.

Les révolutions naissent des peuples, pas de l’ingérence de pays ou de communautés étrangères.
Car dans ce cas là cela s’appelle une colonisation, voir une Invasion.

Les USA ont essayé d’imposer leur pouvoir en Iran, Pakistan, Koweit, Irak, Libye et comme la plupart des pays d’afrique aucun n’a réussi à avoir une vrai Démocratie parceque les locaux eux même sont divisés et en constant conflits tribaux ou communautaires.

5 J'aime

Ah oui ? Donc pour vous c’est normal qu’une communauté soit marginalisée, emprisonner en « camps de rééducation », avec un accès à l’éducation restreint pour leurs enfants à cause de leur religion ?
A titre de comparaison, nos amis outre-Rhin ont fait la même chose il y a 80 ans !

Les Chinois font de même avec toutes les religions (https://www.dailywire.com/news/china-forces-christians-to-renounce-faith-destroy-christian-symbols-or-be-cut-off-from-welfare-reports-say). SI ça vous gêne cessez d’acheter du made in China. Personne n’avait jusqu’ici été choqué du sort réservé aux chrétiens de chine ou d’orient. Quand à faire passer ses idées politiques à travers des logiciels libres, OK, mais dans ce cas que toutes les idées soient autorisées… Par exemple j’aime pas la GPA, j’aime pas les verts, j’aime la peine de mort … etc.