Forum Clubic

Commentaires : Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots

Environ 80 journalistes, rattachés à MSN et Edge, vont être remplacés par un logiciel boosté à l’IA, qui traitera dès cet été l’information grâce à un algorithme.

Bien souvent, en France tout du moins, c’est une réécriture des dépêches de l’AFP.

6 J'aime

@nirgal76 Superbe réponse tout en délicatesse… Justement quelle tristesse de voir un merveilleux métier remplacé par de la robotique. Pour l’instant ce n’est que pour classer et organiser les contenus, mais quid lorsque celle-ci pourra reformuler un article et donc potentiellement faire des erreurs qu’un humain n’aurait pas fait.

Cela doit justement mener un réflexion bien plus profonde sur notre consommation de l’information. Mais surtout les GAFA devraient s’engager à ne pas remplacer des métiers sensibles tels que l’information.

Ça fait peur, ce monde-là ou l’intellect ne sera qu’un lointain souvenir…

4 J'aime

« l’intelligence artificielle va occuper tous nos emplois »

A moins qu’il ne parle que des emplois liés à son domaine, ce n’est pas du tout ce que prédisent la quasi totalité des études et analyses sur le sujet.

Ce serait plus l’éternel critique « les automates / les robots / les ordinateurs / les IAs / la technologie » détruisent l’emploi, qui est criée depuis 2 siècles par des gens qui ne prennent pas la peine de s’intéresser au sujet de manière objective.

A chaque fois certains crient « la technologie va tous nous remplacer », et quand on fait remarquer que l’évolution des technologies va de pair avec une augmentation du nombre d’emplois, de la qualité de vie, etc. la réponse c’est généralement « cette fois c’est différent ».

3 J'aime

« Faire des erreurs qu’un humain n’aurait pas fait ».

Et à l’inverse, un humain fait des erreurs qu’une IA n’aurait pas faite. A moins que vous n’ayez des chiffres appuyant vos propos, jene vois pas ce qui vous permet de prétendre qu’un humain ferait moins d’erreurs.

Personnellement, j’ai bien plus confiance en une machine qu’en un humain.

En fait, que ce soit en termes de qualités (quasiment que des reprises de dépêches, des titres bait, des sujets people débiles, etc.) ou en termes de biais (politique, religieux, idéologique, etc.) je ne suis pas sûr que les IA peuvent faire pire…

quand viendra ton tour ? tu rigoleras moins et peut être seras tu plus solidaire avec les autres.

2 J'aime

as-tu des chiffres sur ce que tu crois savoir ? Parce que autant nous savons ce qu’un humain peut faire et mal faire depuis de très longues années, alors qu’une IA ne fait que démarrer, j’ai donc des gros doutes sur ce que tu vantes sur ELLE !

Justement, je ne prétends rien, c’est vous qui affirmez qu’une IA fera plus d’erreurs, donc c’est à vous d’avancer les preuves.

Niveau chiffres, il y a eu plusieurs études sur les capacités de diagnostique d’IA médicales, et elles montrent que l’IA arrive au même taux de réussite que des médecins.
Bien entendu, il y a certains facteurs externes qui peuvent l’expliquer, mais ça reste impressionnant, justement en sachant qu’on en est qu’au début.

On pourrait aussi regarder du côté des IA de jeux (Go, etc.) qui bâtent les humains.
Ou même les débuts des voitures autonomes, qui ont un taux d’accident au km extrêmement faible malgré leur jeunesse.

Toujours formidable de faire des généralités.
Il y a des « journalistes » qui ne font que recopier des dépêches AFP ou autres choses du genre, et il y en a aussi beaucoup d’autres qui font des vrais sujets de fonds.
Je ne sais pas quel métier vous faites mais je parie qu’on pourrait aussi en sortir une généralité bien dégradante…

2 J'aime

Si mes propos ont semblé prétendre que je parlais de « tous » les journalistes, je m’en excuse. Bien entendu il y en a de très bons. Merci pour cette rectification.

1 J'aime

C’est l’imperfection qui rend les choses si attirantes et retransmet l’esprit d’une personne jusque dans ses écrits justement.

Vouloir mettre de l’IA partout, et notamment tout ce qui concerne les domaines créatifs, nous entraînera vers un monde froid et dénué de sens.

Quand on lit des articles de presse, je pense qu’on préfère éviter les erreurs et les biais artistiques. C’est bien un domaine ou l’information devrait être la plus neutre et objective possible.

Pour d’autres domaines, vous supposez qu’une IA ne peux pas être créative. Pourtant il y a plein d’études et de démos qui montrent que c’est faux. De même, si une IA est entraînée à faire des erreurs, elle peut en faire.

Je pense que c’est surtout votre vision de l’IA qui est trop bornée. L’IA est un outil. On peut en faire ce qu’on veut. Typiquement, on peut très bien générer des articles p*taclick à la chaine avec une IA. Mais on peut aussi générer des articles de qualité, précis et bien écrits.

1 J'aime

D’autant plus que l’AFP voit son poids diminuer au fil des années… ce que certains apprécient, et d’autres non.

Et ce sont généralement les médias « historiques » et/ou « généralistes » (du type Le Monde, Ouest-France, Le Parisien etc.) qui y sont abonnés.

Clubic, de son côté, n’est pas rattaché à une agence de presse.

Peut-être…

Mais jamais une IA ne remplacera une « plume », ou « style » ou ne se livrera à des échanges avec une source, un intervenant, un témoin ou autre. Car le cerveau humain est inimitable, tu ne peux que « tenter » de l’imiter. Et une IA répond à une tâche précise. Le journaliste, lui, ne s’arrête pas à ça, surtout en 2020.

Le journalisme a encore de belles heures devant lui (j’en veux pour preuve - facile certes mais criante de vérité - la sollicitation des médias pendant le confinement), si tant est que son modèle économique subsiste. Et ça c’est autre chose…

2 J'aime

Ce sera à moi de me montrer meilleur.
Pour l’instant ça va, mon boulot c’est justement l’automatisme et l’informatique, donc je remplace plus que je ne suis remplacé :wink:

[troll on] Et m3rde, les journalistes de Clubic vont partir au chômage. [troll off] :laughing:

t’as raison de mettre les balises de troll, je ne l’ai pas fait et certains sont un peu trop premier degré

1 J'aime

Là on entre dans un débat philosophique. Prétendre que le cerveau est inimitable me parait assez arbitraire comme affirmation.

Pour ce qui est d’avoir un style, c’est faux. On a actuellement de IA capables de générer de nouveaux morceaux de musique dans un « style » choisi (musique baroque, techno, etc.). On peut aussi créer des IA qui vont se forger un style (sans en copier un) et évoluer selon les feedbacks qu’on lui donne. Les progrès dans ce domaine sont fulgurants.

Pour se livrer à des échanges, c’est encore plus facile. On a déjà des IA qui jouent les call-centers, les publicitaires, les assistants vocaux, les moteurs de recherche. Donc contacter une source et poser des questions sur un sujet est tout à fait faisable.

Pour la sollicitation des médias en cette période, on pourrait tout autant pointer les dérives avec les études repris sans vérifications dans les grands journaux (ou dont le contenu est déformé pour « attirer l’oeil »), la surmédiatisation de certaines choses, etc.

Ce qui ne veut pas dire que je dénigre le journalisme ou que j’en imagine la fin proche. Mais de là à se masquer la face en prétendant être irremplaçable… Personnellement, il n’y a aucun métier que je pense éternel.

1 J'aime

L’un des avantages que je vois à l’IA dans le journalisme, c’est la possibilité de vérifier une information en remontant à la source, de détecter des images truquées ou qui ne correspondent pas à évènement en question. Tout cela, de façon extrêmement rapide.

2 J'aime

Personne n’est irremplaçable, ça c’est une certitude. Mais de nombreuses professions le sont. Seront-elles éternelles, ça on l’ignore, mais leur utilité est indéniable.

Je n’ai pas la prétention de dire que le journalisme en fait partie… Loin de là. Mais d’un point de vue tout à fait personnel (et je ne veux pas être pris pour un prétentieux, je ne le suis pas, je suis juste passionné par mon métier), je vois mal comment une IA pourrait mener un entretien pertinent et « humanisé », et en décrypter tous les aspects. Et ce n’est qu’un exemple. Une IA pourrait-elle construire un reportage toute seule ? Il faudra bien quelqu’un pour prendre les images et le son, pour décider des plans et de l’angle du reportage, etc. Imagine tous les paramètres à prendre en compte… Un jour, ce sera peut-être possible. Mais on sera tous morts avant de le vivre.

Lorsque tu parles à quelqu’un (que ce soit l’interview d’un journaliste ou les questions que tu peux poser à ton pharmacien sur tel traitement ou tel médicament), il y a un réel échange, il y a des rebonds dans la discussion, certains auront un affecte, d’autres des préjugés, d’autres de la compassion, l’échange peut prendre une tournure inattendue. On peut rester neutre, tout en apportant une nuance propre à l’humain. Une IA ne peut pas gérer l’imprévu.

Luc Julia (le papa de Siri) me disait ceci en début d’année en interview, je te le cite : « Les IA sont spécialisées dans un domaine particulier, tandis que notre cerveau couvre tous les domaines sans aucun problème ni frontière. Les IA vont nous battre dans un domaine particulier. Ce sont des outils, comme le marteau créé pour planter le clou parce que ça fait mal de le faire à mains nues »

Je pense que c’est révélateur, en quelques mots, des capacités mais aussi des limites de l’IA.

Le journalisme peut paraître être un métier facile, mais il est l’un des plus complexes à exercer, tant il ne dépend pas et plus que jamais de celui qui l’exerce, justement. Je le vois comme de l’artisanat. Mais encore une fois, je te dis tout cela en mélangeant ma passion, et mon modeste vécu dans ce milieu. Peut-être que je me trompe en grande partie…

En tout cas, le débat est passionnant :wink:

1 J'aime