Forum Clubic

Commentaires : L'impact écologique de l'exploitation du Bitcoin à nouveau pointé du doigt

Au rang des produits ayant un lourd bilan carbone, le Bitcoin (BTC)
se place haut dans la hiérarchie. La crypto-monnaie est ainsi régulièrement décriée pour l’impact énergétique de sa production, plus particulièrement son minage.

Exactement les mêmes réflexions avaient été faites il y a une 20aine d’années à propos d’internet quand ce n’était alors qu’un truc compliqué et obscure pour les gems bizarres et dont l’utilité n’était pas comprise par la grande majorité des gens… comme Bitcoin aujourd’hui.

En plus de l’électricité consommée, qui est déjà énorme, il ne faut pas oublier que les ASICs utilisés pour miner (ou les CG pour d’autres coins), ça ne pousse pas dans les arbres.
Le bilan écologique total de la chose est donc encore bien pire qu’annoncé.

7 J'aime

C’est vrai que la planète est déjà mal barrer et il faut toujours en rajouter…

2 J'aime

Quelqu’un sait-il quelle est l’empreinte carbone de la pollution publicitaire absolument TOUT supports confondus?

1 J'aime

Absolument pas, car à cette époque la consommation électrique d’Internet était faible…
La consommation électrique d’Internet a explosé avec l’explosion de l’utilisation, et en particulier avec l’arrivée du cloud et du streaming.

Mais la consommation électrique d’Internet rapporté à son poids réel dans l’économie et à la proportion de la population mondiale qui l’utilise reste infime par rapport à celle des cryptos…

10 J'aime

le débat est très différent : le Bitcoin a introduit un truc totalement nouveau : la compétition par preuve de gâchis (d’énergie et de ressources) comme processus de « validation d’unicité » .

Dans un monde ou on cherche a optimiser l’informatique, à exploiter les machines endormies, à utiliser le cloud en mode coopératif… la prood-of-waste, qu’elle soit par calculs délirants de solutions toutes juste par milliards (pour n’en conserver qu’une à la fin !) ou en flinguant des montagnes de disques durs, est réellement à contre-histoire.

Qu’on se comprenne, le problème n’est pas « la crypto » ou « la logique de blockchain », mais uniquement dans CE système de validation.

On est en 2021, des dizaines de cryptos ont démontré que les autres types de preuves sont non seulement plusieurs millions (oui oui) de fois moins énergivores, mais en plus incomparablement plus rapides (plusieurs milliers de fois).

Cardano/ADA en tête bien sûr, mais aussi Stellar, Tezos, Neo, Iota, et maintenant Solana, bientôt le fork d’Ethereum.

Dans un monde contraint en ressources, sous la menace d’un réchauffement climatique, où l’on fait attention à l’empreinte environnementale des composants, toutes les validations par « compétition de preuve de gâchis » devraient être interdites.

10 J'aime

En plein réchauffement climatique, faut être irresponsable pour utiliser et miner des bitcoins.

C’est l’une des inventions les plus stupide des dernières décenies.

Et le pire c’est qu’il y a une montagne de poissons qui entrent dans la pyramide en pensant s’enrichir sur le dos de ceux qui entrerons dans la pyramide après… La bonne vieille arnaque pyramidale à la sauce 2.0.

N’importe qui qui a la moindre connaissance en investissement sérieux ne toucherait pas au bitcoin meme avec une pole de 50 pieds.

5 J'aime

En effet, tous ces mineurs pourissent la vie des gamers et détruisent l’environement.

En France, on devrait imiter le gouvernement Chinois et banir toutes ces crypto-« monnaies ». Ca sera bénéfique pour l’environement et ca va empecher bien des gens de perdre toutes leurs économies dans un délire pyramidal.

2 J'aime

Comparer internet au bitcoin fallait oser, bravo.

4 J'aime

On en rediscutera quand l’Euro et le dollar n’auront plus de valeur avec l’inflation incontrôlée qu’on commence à voir et qui est dû au fonctionnement du système monétaire en place depuis 1971…

Comme d’habitude sur ce genre de débat, on critique une nouveauté qui pollue mais qui pourtant trouve des solutions techniques afin de réduire cette consommation.
Et comme à chaque fois, pourquoi est-ce qu’on ne le compare pas à ce qui est en place ? la gestion de l’argent dans le monde en prenant en compte bien sur le nombre d’entreprise (banques, assurance etc) qui seraient réduites, voir éliminées avec la technologie de la blockchain.
On critique ce qui sort mais pas ce qui est déjà mis en place. C’est comme le faite de ne pas avoir ouvert une centrale nucléaire au lieu de fermer les anciennes (plus de sécurité, mailleur rendement).
Et arrêtaient les écolos, aujourd’hui, sauf si tu ne travailles pas dans un secteur qui n’utilise pas l’informatique, le chauffage, ou autre polluant (fabrication incluse) et que tu ne te nourris que par ce que tu fais pousser dans ton jardin, il est impossible de se passer du nucléaire.
Et faire des champs d’éoliennes, ça ne résoudra pas le problème, une Eolienne doit être démontée au bout de 20ans. Et comme cadeau, ça impact les animaux autour (et pas que les piafs).

Donc oui, il faut arrêter les déchets etc, mais à part le reacteur à fusion (qui sera la dans 30ans (ils ont dit la même il y a 30ans)), il y a pas de solutions miracles

ça me fait bien rire les gens qui parlent des crypto sans savoir ce que c’est vraiment et leur utilité tous les jours. Bien-sur certaines sont du Lol et ne servent à rien, mais certaines sont très pertinente (recherche scientifique, médicale, etc.)
La consommation oui, comme tout. Ce site en utilise. La pollution il y en a dans tous les domaines sans exception.
La rupture des cartes graphiques ne vient pas que de ce domaine, il y a une rupture mondiale de matériaux, car les gens veulent toujours plus et donc la production explose.
les CG n’ont même pas le temps d’être utilisé qu’une nouvelle 3X plus puissante sort, sans compter le nombre de modelés différents et là on parle de des CG, sauf que c’est partout pareil (voiture, téléphone, etc.).

Entre ça et les tonnes de masques jeter dans la nature, et bha rip la terre!

« Comme d’habitude sur ce genre de débat, on critique une nouveauté qui pollue mais qui pourtant trouve des solutions techniques afin de réduire cette consommation. »

Ce n’est typiquement pas l’objet du Bitcoin, quand il l’est, c’est mensonger. Par définition, sa validation repose sur une compétition qui ne fixe aucun objectif d’optimisation énergétique.

Chaque mineur qui trouvera un moyen de consommer moins de jus par cycle de calcul en profitera pour placer plus de cycles, histoire de remporter le magot.Au mieux tu décarbonera, mais au prix d’un gouffre énergétique fou.

« Et comme à chaque fois, pourquoi est-ce qu’on ne le compare pas à ce qui est en place ? la gestion de l’argent dans le monde en prenant en compte bien sur le nombre d’entreprise (banques, assurance etc) qui seraient réduites, voir éliminées avec la technologie de la blockchain. »

Et bien ces calculs existent, et s’il y a bien une certitude c’est que le Bitcoin est le pire de tous les moyens possible de générer une valeur, numérique ou physique.
Il n’existe pas de transaction plus couteuse, c’est plus cher même que de générer de la monnaie physique.
(on parle de 30 Tonnes de co2 par Bitcoin)

L’article est précis, il ne critique ni la logique de Blockchain, ni « les cryptos », ce n’est pas une querelle des anciens VS les nouveaux, le problème est spécifique au bitcoin et seulement à lui (et dans une certaine mesure, les quelques coins utilisant le même protocole : Litecoin, Doge…)

2 J'aime

Quelles sont ces cryptos qui participent à la recherche scientifique et médicale ? Et comment participent-elles ?

1 J'aime

Bitcoin rend un service inestimable et inégalé en sa qualité de réserve de valeur. De par ses caractéristiques mais aussi de son adoption croissante et accélérée. A mon sens, sa consommation est un non sujet car c’est une transformation d’énergie électrique, matériel et humaine en une énergie stocké sous forme de valorisation numérique. L’énergie n’est pas gâchée mais transformé en service et valeur. Cette énergie n’est pas liée au nombre de transaction mais détermine son niveau de sécurisation (bien plus élevé que n’importe lequel des autres protocoles les plus sécurisés au monde). Bitcoin est unique et irremplaçable. On peut l’imiter ou essayer de faire mieux mais pour le moment pas même Ethereum n’arrive à être une réserve de valeur aussi résiliente et distribué de façon autonome. Et je précise bien « De façon autonome » car même sa gouvernance est distribuée un peu à la façon qu’elle sécurise son réseau.
Alors oui Bitcoin consomme de l’électricité pour fonctionner comme tout systèmes, comme vous, vous avez besoin de manger pour vivre. Sauf que le service, que ce protocole rend au monde entier, quel qu’ils soient, où qu’ils soient, rien d’autre ni personnes n’a jamais réussi à le faire aussi bien. Sa valeur actuelle est largement sous-estimé grâce aux efforts du lobby bancaire mais le monde ne pourra pas passer à côté de ce train technologique (tout comme pour internet). C’est une monnaie libre, chacun est libre d’y participer ou de s’exclure d’un futur incontournable.
Les mineurs de Bitcoin cherchent toujours les coût d’électricité les moins chers au monde car la concurrence est mondiale. Les meilleurs tarifs sont ceux permis par l’utilisation d’énergie produite mais non exploitée comme l’énergie renouvelable (Géothermie, hydraulique,…). Maintenant que la chine a interdit le minage sur son territoire, les mineurs ne vont pas aller miner avec du charbon au risque de payer cher en taxe Carbone une énergie électrique alors qu’ils peuvent tout simplement s’installer où ils veulent dès lors que des MWH sont disponible sans polluer et ce, un peut partout sur le globe .

Le bitcoin c’est du vent, il est lâché de partout…
La technologie blockchain est très intéressante, mais le bitcoin en est une application vraiment dégueulasse. Et les seuls à défendre le bitcoin à l’heure actuelle sont ceux qui espèrent pigeonner les suivants, sinon ils sont en bas de la pyramide et perdent tout.
Cette arnaque ne rend service à personne à part les premiers malins qui se sont bien enrichis.

3 J'aime

Une réserve de valeur qui peut fluctuer de 20% en quelques heures sous l’effet d’un tweet d’une personnalité influente… Tu parles d’une réserve… Le BTC n’a AUCUNE valeur intrinsèque, il n’a comme seule valeur la confiance que les gens ont en lui… Ce n’est donc pas une réserve de valeur.

Non, l’énergie n’est pas stockée. Elle est dissipée dans l’atmosphère sous forme de chaleur. Ta « valorisation numérique », elle ne stocke aucune énergie, elle ne peut pas réstituer d’énergie sous quelque forme que ce soit.

De l’énergie électrique produite mais non exploitée, ça n’existe pas. TOUTE l’énergie électrique qui est produite DOIT être exploitée, quoiqu’il arrive. S’il n’y a pas assez de consommation pour tout exploiter et que les quelques moyens de stockage ne peuvent plus absorber le surplus, la production est diminuée.

Et le coup de l’utilisation d’énergies renouvelables par le BTC, c’est du green washing, et rien d’autre. Le coût marginal de production des centrales à énergie renouvelable, il est proche de 0 (il y a un coût de construction initial, des coûts liés au temps qui passe, mais très peu de coûts liés à la production), donc tous les producteurs d’électricité qui ont de tels moyens de production, ils cherchent en permanence à les exploiter au maximum, même si y a personne qui leur achète de l’énergie « certifiée renouvelable ». La seule conséquence quand un mineur de BTC achète de l’énergie « certifiée renouvelable » à un producteur, c’est que ce producteur va utiliser d’autres moyens de production pour assurer les besoins d’autres clients qui étaient auparavant assurés en renouvelable… Et si le mineur arrête de lui acheter de l’électricité, c’est ces autres moyens de production qui vont être ralentis.

Par exemple, s’il fait grand soleil et que le parc solaire d’EDF peut tourner à plein régime, ils vont pas le laisser à l’arrêt juste parce qu’il y a personne qui leur achète suffisamment d’énergie certifiée renouvelable… Ils vont simplement réduire la production des centrales thermiques à flamme et nucléaire et produire autant qu’ils peuvent avec le solaire. Et si un mineur débarque et demande 100MW certifiés renouvelables, c’est pas le parc solaire qui va être mis à contribution pour couvrir ces 100 MW supplémentaire (puisqu’il produit déjà le maximum de ce qu’il peut !), c’est bien le parc thermique qui va assurer ce surplus, parce qu’il y a que lui qui n’est pas exploité au maximum de sa capacité.

3 J'aime

Tout bien rare et recherché peut être une réserve de valeur. Si une personne pense que ce qu’elle investit dans un bien sera récupérable au moins au même niveau dans le future alors ce bien devient une réserve de valeur (que cela soit des coquillages, de l’or ou un bien immobilier). Ce qui est le cas pour Bitcoin car toutes personnes ayant conservé du bitcoin pendant plus de 3 ans a vu sa valorisation au moins doubler et ce depuis plus de 10ans. Des personnes achètent des biens immobilier dans du neuf, qui perd de sa valeur dans l’année avant de peut-être en prendre au fils des années. Pour autant cet investissement devient une réserve de valeur pour le future.
La valeur intrinsèque de Bitcoin c’est le service qu’il rend.

N’importe qui peux tout à fait revendre des bitcoins pour acheter de l’électricité et peux donc retransformer de la valeur stocké en énergie électrique.

Ce n’est pas parce que tu ne connais pas de cas où le potentiel d’énergie électrique produit n’est pas consommé que cela n’existe pas. Tu l’ignores peut être mais de nombreuses centrales dans le monde ne fonctionne pas à plein régime, hors les coûts d’investissements sont colossaux et non marginaux comme tu sembles l’imaginer et ces coûts sont un frein à leur création. L’arrivée de Bitcoin aide au développement de la rentabilité des centrales à énergie renouvelable c’est un fait (Univers Bitcoin Podcast #13 : Minage et écologie, incompatible ? Avec Sébastien Gouspillou : Minage et écologie, incompatible ? Avec Sébastien Gouspillou - UBP#13 - YouTube).
Je crois que tu extrapole l’état du réseau et de la production électrique française au reste du monde. Mais Bitcoin est mondiale et le minage est une des rares industrie à pouvoir s’installer au plus près des centrales en surcapacité (car oui on ne construit pas un barrage hydraulique pour la capacité de consommation passée ou présente mais bien la capacité de consommation future espéré). Le fait qu’un mineur préfère l’énergie la moins cher n’est pas du green washing, c’est un fait logique. Un mineur est mobile et n’a pas besoin de grand investissement pour s’installer où il le souhaite. Donc il est normale qu’il s’installe là où on peut lui fournit cette énergie la moins cher possible et par chance elle se trouve la plus par du temps dans le renouvelable. Mais le nucléaire pourrai aussi être utilisé, c’est qu’une histoire de prix d’achat dans une compétition international.

Créer de la confiance, cela coute extrêmement chère en temps, en matériel, en monnaie et en énergie. Bitcoin le fait sans tiers de confiance et bien moins cher que les systèmes actuels basés sur des modèles de fonctionnement devenu archaïques et bientôt obsolètes.