Forum Clubic

Commentaires : L'Europe s'est équipée de parcs éoliens offshore d'une capacité record de 3,6 GW en 2019

Les États européens investissent de plus en plus dans l’éolien. En 2019, plusieurs milliards d’euros ont ainsi été investis pour créer de nouveaux parcs éoliens marins, d’une puissance totale de 3,6 GW. Un nouveau record pour le continent, qui a été permis par les récents progrès technologiques.

TROIS VIRGULE SIX GIGOWATTS ? Nom de Zeus Marty, on n’y arrivera jamais !

2 J'aime

Faut pas forcément courir derrière les USA, qui ont une électricité a priori plus polluante que la france par exemple

Troll spotted redface

Ha, c’est toi soixante Blackalf

pardon :angel:

C’est rn voyant l’évolution des puissances potentielles des éoliennes ces dernières années que je rigole en voyant les arguments des pro-nucleaires qui se basent sur des chiffres vieux d’une dizaine d’années pour dire que c’est l’éolienn n’est pas viable…

2 J'aime

Mais perso je préfère avoir 1 centrale isolée qu’une farandole d’éoliennes dégueulasses sur x km. Après chacun son truc.

4 J'aime

Le Royaume-Uni, numéro 1 en Europe

Ils sont encore dans l’Europe, eux ?

3 J'aime

Jusqu’à preuve du contraire le continent européen n’a pas changé…

3 J'aime

Ca nous fait une belle jambe sachant que 1,7 GW sont installés sur le territoire de la Grande Bretagne qui ne fait plus patie de l’Europe… Reste entre autre 1,1 GW en Allemagne et respectivement 370 MW au Danemark et en Belgique.

Jusqu’à preuve du contraire l’article parle de l’Europe en tant qu’UE et pas en tant que continent. À moins que tous les états du continent aient un budget commun ?

1 J'aime

Ce qui n’a aucune importance du point de vue des échanges énergétiques neutre

Il existe en Belgique des câbles permettant ces échanges entre nous et l’Allemagne (un second câble est d’ailleurs en cours d’installation), la Hollande, la France, et le Royaume-Uni…et sortie de l’Europe ou non, les échanges énergétiques entres les pays continueront à se faire dans les deux sens

1 J'aime

Sur 3.6 GW, plus que 1.9 GW est installé en Europe. Les échanges énergétiques sont définis dans le cadre des pays membres de l’Union Européenne. Dire que cela n’a aucune importance est cocasse quand on sait que la pêche européenne est déjà remise en question…

Conso annuelle en Europe ~ 3.1M GWh. /365/24, ça donne une production moyenne vers 354GW.
Donc ces 22GW peuvent en théorie en fournir 6% si toutes les éoliennes d’Europe tournent à fond.

Avec un facteur de charge de 20% (moyenne actuelle), ça fait 1,2% de la production élecrtique totale.
Pas mal en si peu d’années, mais il reste un trèèèèès long chemin avant que ça ne devienne vraiment significatif.

3 J'aime

@tfpsly a répondu plus bas. Et encore, il n’a pas évoqué le problème de la conversion à l’électrique rendu nécessaire par l’abandon (à terme) des sources d’énergie productrices de CO2. En fait, éolien et nucléaire ne sont juste pas dans la même cour.

1 J'aime

« C’est en voyant l’évolution des puissances potentielles des éoliennes ces dernières années que je rigole en voyant les arguments des pro-nucleaires qui se basent sur des chiffres vieux d’une dizaine d’années pour dire que c’est l’éolienn n’est pas viable… »

Pas besoin d’être pro ou anti nucléaire pour savoir que les éoliennes ne tournent que 5 à 6h par jour, soit environ 20% d’une journée mais également 20% de la puissance installée, celles off-shore un peu plus. Il y a « toujours » une centrale thermique derrière qui fonctionne pour compenser, ce qui fait dire que le bilan carbone de ces éoliennes est pas terrible au final, de bien gros et beaux mensonges de la part des promoteurs et autres marchands de courant d’air.

4 J'aime

Et encore, c’est une moyenne. rien que la france, le plus haut pic en hiver est pas loin de 100 GW. Alors 1.2% de la moyenne c’est bein gentil, mais faut pouvoir répondre aux pics de demandent (et la demande va augmenter avec l’abandon des énergies émettrices de CO2 comme ça a été dit plus haut).
Avec 12MW pour la turbine la plus puissante (et ce n’est pas ce qu’elle va fournir en continu), va en falloir de la turbine pour atteindre les 100GW, pas loin de la dizaine de millliers, rien que pour la france, si on compte la conso d’aujourdhui qui va évoluer, et encore, si elles tournent à fond et tout le temps, et à changer tous les 20-30 ans). Et pour le coup, 10000 éoliennes qui brassent l’air, bonjour l’impact climatologique.

2 J'aime

La comparaison avec la pêche n’a aucun sens neutre

Tu crois vraiment que parce qu’il est sorti de l’UE, le Royaume-Uni va cesser subitement d’importer/exporter et donc acheter/vendre de l’électricité ?

Quelques renseignements instructifs ici :

https://prix-elec.com/energie/etranger#qui

1 J'aime

Vu la faible efficacité mais la possible et rapide évolution future, je trouve que ca montre surtout qu’il est important d’attendre avant d’investir en masse, comme pour le photovoltaïque.

1 J'aime

Première ligne :

Les liaisons électriques entre pays permettent le développement de la concurrence sur les marchés européens

Par définition, en sortant de l’UE le Royaume-Uni n’est plus dans les marchés européens. Seuls subsistent les accord nationaux.