Commentaires : Les véhicules électriques ont doublé leur part de marché en Europe en 2021

Depuis plusieurs mois maintenant, l’accent est mis sur les véhicules électriques et sur les hybrides rechargeables. Le deuxième trimestre 2021 indique une forte hausse de ces motorisations comparé à la même période en 2020.

1 « J'aime »

C’est quoi ces chiffres qui veulent rien dire, les pourcentages on leur fait dire ce qu’on veut.
Il aurait été plus judicieux d’avoir le nombre de véhicules électriques en rapport des véhicules traditionnels.
Quand on de 10 a 100 forcément ça fait un gros pourcentages mais ramené au nombre total des autres, c’est ridicule’.(c’est un exemple).
Un peu de professionnalisme serait le bienvenu !!!

3 « J'aime »

Ah, je me suis fait griller ! Je voulais moi aussi signaler que cet article n’apporte aucune information finalement.

Quand on passe de 10 voitures vendues par an à 20 , on a une progression de 100 % …la belle affaire …ridicule …

Quand on travaille sur des nombres, statistiques ou autres, on n’oublie pas de vérifier qu’un résultat est significatif et on s’adonne parfois à un petit calcul d’erreur.

Ce sont des approches basiques mais qui permettent de rendre compte d’éléments de manière juste factuelle. Ensuite, à chacun de tirer les conclusions qu’il veut sans être influencé par des % qui ne veulent rien dire ou dans le pire des cas, sont utilisés pour manipuler une information en lui donnant une saveur qu’elle n’a pas…

1 « J'aime »

Ce n’est pas seulement le pourcentage le problème, c’est que dans électrique : ils comptent aussi les hybrides simples et rechargeables… comment influencer les gens qui n’y connaissent rien…

1 « J'aime »

Véhicules électriques et véhicules hybrides sont séparés dans les pourcentages donné par l’article.

3 « J'aime »

75 % des Ve vendus dans 4 pays européens. Toujours les mêmes problèmes : les voitures a grosses capacités sont réservées aux riches. Toujours les mêmes de problèmes de distance et de recharges. J’ai beaucoup de personnes qui veulent rester au véhicule thermique, ou au gaz ou hybride

3 « J'aime »

C’est sûr qu’en partant d’un nombre de ventes insignifiantes, on obtient des pourcentages de croissance énormes. On verra à quel taux les VE vont plafonner étant donner qu’il ne répondent pas à tous les usages. Qui peut le plus, peut le moins, mais pas le VE.

Consommer de l’électricité consomme bien du co2 ? Donc zero émission est juste utopique non ?

1 « J'aime »

Tu peux aussi faire le calcul toi même et trouvé qu’il reste 10% pour les VE/hybrides.
Bon, ok, ça aurait été bien les chiffres bruts aussi! :smiley:

Sous entendu 0 émission de CO2 en roulage.
Mais c’est sûr que le coté « voiture verte » est abusif, reste que c’est quand même très nettement mieux que les thermiques pures. Rien ne peut être totalement « vert », sauf éliminer la race humaine…

1 « J'aime »

C’est fou le cynisme qu’il y a sur tous les articles concernant les VE. Ce qu’il faut comprendre c’est que la tendance augmente, quand bien même on part d’un parc très faible, il sera en perpétuel augmentation jusqu’à devenir majoritaire d’ici qqs décennies. Nous on est là génération qui voit le changement, nos petit enfants iront voir les véhicules thermiques dans les musées. Point.

2 « J'aime »

C’est sans émissions directes.

Et avec un mix électrique à faible charge carbone, on arrive à des valeurs très basses, même pour les émissions indirectes. Depuis mon dernier plein, mon PHEV est à 11.3 gCO2/km de moyenne… Dont plus de la moitié qui viennent des 0.3 l/100 km d’essence que j’ai consommés. Avec une EV, je serai à environ 5g. Alors oui, c’est pas 0, mais en comparaison des 120-180g de la plupart des thermiques, c’est bel et bien peanuts.

Surtout que là aussi, pour les thermiques on ne compte que les émissions directes… si on veut comparer aux 5g des émissions indirectes en électrique, faut aussi inclure dans les émissions des thermiques les émissions indirectes liées à l’extraction du pétrole, son raffinage, son transport… y compris la construction et la démolition des installations nécessaires. Mais bizarrement y a que pour les électriques qu’on se plaint que les émissions indirectes ne soient pas comptées…

2 « J'aime »

Sûrement le commentaire d’un possesseurs d’un VE…
Forcément, quand tu pars de zéro, on obtient rapidement de gros chiffres comme dit dans un précédent commentaire… On en reparle dans 5 ans…
Pour moi, c’est tout sauf la solution au problème quand tu regarde de bout en bout ce qu’est un VE, c’est une ineptie, un rêve de bobo, un objet de mode fait pour se démarquer dans la société car c’est tendance.
Quand on se soucis vraiment du point écolo (ce qui n’est pas mon cas), la VE est un attrape bobo.
Le seule chose qui motive les constructeur? La marge.

1 « J'aime »

j’ai vu le titre, j’ai deviné le premier commentaire, je suis un génie.
M’enfin c’est quand même très basique comme raisonnement.

1 « J'aime »

@aazert message supprimé pour le motif message non constructif/hors-sujet

Ruffin en a une bonne idée du business

L’adoption des véhicules électriques est une lame de fonds; la première étape d’une révolution qu’on arrêtera pas : la fin de l’ère de possession de voiture personnelle !

(qui, en elle-même d’ailleurs, porte la plus grande part de responsabilité de la pollution générée par le transport automobile : il est abhérent de construire autant de voitures alors que chacune d’elle individuellement est utilisée moins de 5% de la journée)

Le passage à la voiture électrique est la première étape (mais n’est rien par rapport à la seconde vague).

La seconde vague, déjà balbutiante aussi, sera de rendre autonome cette même voiture. Cette seconde étape marquera d’ailleurs la phase visible de la révolution évoquée. Il est peu probable que nous achetions massivement des voitures autonomes. En revanche, et c’est le coeur de la révolution, nous en « consommerons » (de la même façon que certains d’entre nous consommons aujourd’hui du taxi et de l’uber ou compagnie. - d’ailleurs deux modèles qui, comme la possession de la voiture individuelle, seront emportées par la vague de fonds qui est en train de se former-).

A l’aube de ce tsunami, on peut donc regarder avec dédain la petite vaguelette qu’est ce doublement de la part de marché du véhicule électrique, comme d’aileurs la vaguelette de la voiture autonome, et s’en moquer … ou … lever la tête, regarder vers le large et de se rendre compte enfin que cette vaguelette n’est en fait qu’un des premiers signes visibles de cette lame de fonds … à moins de 15 ans.

2 « J'aime »

Hors essence et diesel la source donne les chiffres EU
BEV (elec batterie) : 210 298
PHEV : (hybride rechargeable) : 235 730
HEV (hybride) : 541 162
GNV (gaz naturel) : 13 497
LPG (mélange de gaz) : 59 363

essence et diesel : la source dit aussi que les HEV c’est 19.3% des ventes, et le diesel 20.4% , essence 41.8%, donc à la grosse louche/doigt mouillé vers 550 000 diesel et 1 100 000 d’essence

Comparer 2021 à 2020 ou le marché a fait -25% …lol

Sauf qu’en 2020, le marché avait certes fait -25%, mais la part des EV avait déjà fait une forte croissance (et dans l’absolu, le marché des EV n’avait pas baissé, il s’en était vendu plus en 2020 qu’en 2019)…

Donc cette croissance des EV en 2021 n’est pas un rattrapage de la baisse de 2020, mais une croissance supplémentaire.

La bascule vers les EV est en marche de toute façon, rien ne l’arrêtera.