Forum Clubic

Commentaires : Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan?

Récemment, un ministre du gouvernement japonais a été limogé pour avoir envisagé en public un rejet de l’eau radioactive de Fukushima dans l’océan. L’idée n’est pourtant pas si folle, même si ce n’est pas la seule option étudiée, ni la plus aisée à prendre sur le plan politique…

beaucoup de parlotte pour l’equivalent de la quantité d’un petit etang !!! Une fois en haute mer, l’eau va se dissoudre hyper vite et perdre tout radioactivité en qq semaines…

3 J'aime

Non mais n’importe quoi, c’est du délire ton commentaire… ça ne va pas se dissoudre dans l’eau naturellement sans rien endommager de quoique ce soit… Hallucinant de lire ça. au hasard, les poissons y sont, la pêche est un commerce essentiel au Japon également.
Non mais quand même…

4 J'aime

Faudrait que l’auteur de l’article relise son article pour en faire une conclusion…
« Il faut dire qu’aujourd’hui de l’eau tritiée est déjà rejetée dans le cadre du fonctionnement normal des centrales nucléaires, diluée dans l’eau de rivière ou de mer dans le respect des seuils de risque radiologique fixés par les autorités compétentes de chaque pays »

oui, donc « seuil limite »

« Une commission d’experts mandatés par le ministère japonais de l’Industrie a d’ailleurs conclu en 2016 qu’il ne faudrait que 7 ans et 4 mois pour se débarrasser en totalité de l’eau tritiée de Fukushima, dans le respect des seuils actuels. D’autres scientifiques préconisent un rejet étalé sur 20 ans. »

Oui, 20 ans est envisagé, c’est une probabilité !

« Si l’aspect pratique (on le fait déjà) ou la protection de la santé publique (à condition que l’effet de dilution soit suffisant pour respecter les seuils) ne posent pas problème »
Si, ça en pose bel et bien ^^
Ce n’est pas pour rien que personne n’est d’accord pour évaluer la durée d’étalement.
entre 7 ans et 20 ans, y’a une marge gigantesque.

« l’acceptation de la population est une autre histoire. »
Bah tu m’etonnes, on dit quoi aux pêcheurs et à toute l’industrie de la pêche ?
Déja que l’eau potable est contaminée à Tokyo et qu’elle est considérée comme dangereuse pour les plus jeunes, alors là…

« Au final, il s’agira surtout d’un choix politique (délicat) »
Bah oui et non.
Un choix politique ne peut se faire que sur des bases scientifiques solides, or ce n’est actuellement pas le cas du tout.

2 J'aime

Scientifiquement parlant, il a raison. La dilution va vite faire que la concentration en particules radioactives sera au niveau de la radio-activité naturelle, même si la tournure « perdre toute radioactivité en quelques semaines » est fausse, c’est juste le danger qui disparait. Si le rejet est bien fait (pas tout au même endroit au même moment) cela peut prendre juste quelques jours.
C’est plutôt moralement que ce n’est pas terrible, on met sous le tapis le problème sans le corriger ni trouver des solutions pérennes… Sans compter les risques de problèmes (chavirage des bateaux « pulvérisateurs », fausses manips, …).

4 J'aime

Je suis plus ou moins d’accord avec toi, mais juste pour chipoter, 2 choses.
« entre 7 ans et 20 ans, y’a une marge gigantesque. », pour moi c’est le même ordre de grandeur. 3x, ce n’est rien, juste une estimation de marge un peu différente, surtout quand on parle de radioactivité…
Et les bases scientifiques sont solides, c’est surtout un débat sur une évaluation du « risque acceptable » sur fausse manœuvre, imprécisions de mesures, … bref tout ce qui fait que la physique souvent se rapproche de la logique floue.

Si les choix politiques se faisait sur des bases scientifiques et pour le bien de tous, ça se saurait

5 J'aime

Je le concède volontiers.
C’est dire que s’ils ne déversent pas tout comme ça comme des cochons, c’est qu’on est au delà du raisonnable.

Si 17 ans d’écart ne représente rien, pourtant c’est tout.
A la base il faut rappeler que le Japon s’est assis depuis toujours sur la sûreté nucléaire.
A la base quand un incident survient dans une centrale, toutes les centrales du monde prennent note pour réajuster.
Le Japon jamais.
Pour dire, ils n’avaient même pas réajusté après Three miles island. C’est consternant.

Et la concentration de radioactivité n’est pas bon.
Et ça ne peut pas se passer autrement que ça.

C’est bien pour ça que le mec a été viré illico.
Et pour dire, on parle du même Japon qui a redémarré ses centrales et ne communique même pas sur les réajustements de sécurité.

Donc y’a plus qu’un côté « avis des gens »

1 J'aime

pourquoi ne pas réutiliser la même eau contaminé pour refroidir les cuves des réacteurs endommagés???

Des glaçons et on expédie ça dans l’espace.

En France nous avons de l eau en bouteille contaminée avec de la radioactivité…ou des particules de plastique…alors je vous laisse deviner…l humain est grand…

2 J'aime

Tout à fait comme l’article le laisse suggérer cette Eau tritié et de toute façon une eau filtré de ses principaux déchets radioactifs et serait naturellement dilué dans l’océan de manière à ce que ça n’est aucun impact à l’échelle planétaire…

Le souci dès qu’on parle de « Radioactivité » c’est que tous les crétins se jettent dessus alors qu’ils ne cherchent même pas à comprendre par la science.
Pareil que pour le Linky… ou la 5G…

1 J'aime

C’est pas con comme idée :slight_smile:
Mais faut voir de quelle quantité de glaçon on parle :x

Sinon on peut cumuler 2 solutions : Couler du béton , et les blocs de béton largués sur une large zone dans le pacifique.

si c’est géré comme les deux pompes diesel au même endroit qui ont étés noyés par le tsunami et le résultat qu’on connait depuis !? Alors Oui il y a de quoi s’inquiéter sur cette eau polluée ?

1 J'aime

Si c’était si simple, ça aurait été fait.
S’il ne s’agissait que de l’opinion publique, ça aurait été fait.
Pour rappel, les centrales nucléaires ont été relancées au Japon et sans communications sur les mises à jour de sûreté et c’est passé.

Donc les gens ne sont pas des cretins.
Ils ont simplement constaté que pendant la crise de Fukushima, il y’avait une norme où il était indiqué qu’ils étaient irradiés.
La norme a été changée « pendant » cette crise pour que d’un coup, on dise qu’ils ne sont plus irradiés.

Ils ont fait venir les sdf du coin pour aider à la décontamination et ces pauvres gens ont été surexploités par les yakuzas qui leur piquait le peu de pognon qu’ils avaient.

Ils ont vu que tout Tepco et gouvernement avaient été blanchis alors que des rapports officiels démontraient qu’ils avaient en toute connaissance de cause mis les alertes sous le tapis et volontairement négligé toute forme de sûreté en dépit du bon sens uniquement pour tenir la chique à la France et rester competitif.

Non ce n’est pas de l’eau filtrée du robinet qui est dans ces conteneurs.
Faut vous réveiller de votre petit monde de bisounours.
C’est de l’eau contaminée en très grande quantités.
Très hautement contaminée même. Moins que si elle n’était pas traitée mais hautement dangereuse et déverser ça dans le pacifique est une honte absolue dont les conséquences ne sont pas mesurable.
C’est pour ça qu’ils ne le font pas, tout simplement.

Et ça ne fait plaisir à personne.
Et le problème n’est toujours pas résolu la bas.
Il ne suffit pas de verser l’eau dans la mer en disant « hop c’est fini ».
Non, y’a rien de fini la bas, le problème n’est pas résolu ni terminé.

Ah oui, un petit tour rapide du côté de Wikipedia,

C’est une approche de base qu’il convient ensuite à chacun d’approfondir!
Si, l’eau tritiee est une eau fortement radioactive et considérée comme telle.
Ça n’a rien d’anodin et non, ça ne se diluera pas dans l’océan et si la durée de radioactivité est particulièrement importante pour impacter l’environnement.

Enfin quand même quoi… vous n’allez quand même pas ressortir le coup de la pomme en Bretagne ? Faut arrêter 30s le délire, c’est une eau radioactive et même fortement radioactive.

2 J'aime

Le problème qu’ils ont c’est que les containers s’accumulent et qu’ils ne savent pas quoi en faire et que ces containers risquent de se dégrader.
Ils ont fait au plus pressés d’un problème où il n’existe à ce jour pas la solution.
Donc ça s’accumule au fil du temps en attendant.
Y’a aucune solution idéale dans l’affaire

1 J'aime

On vit dans un système isolé donc naturellement rien ne se perd tous se transforme.
Tout envoyer dans l’espace : ça équivaudrait à envoyer 800 000 fusées starlinks.

2 J'aime

Je reviens sur le sujet que tu évoques.
Je me rappel, j’ai suivi très fortement le sujet au début, c’était très clair que le gros soucis majeur était qu’il n’y avait pas de solution à court et moyen terme pour gérer la situation.
Le stockage de l’eau comme c’était le cas était vraiment parce qu’ils n’avaient rien d’autre de fiable.
Et clairement, clairement, il n’y avait pas et il n’y a toujours pas de base scientifique solide pour clôturer l’incident de Fukushima.
Ça avait déjà été évoqué dès le départ de fourguer l’eau dans le pacifique mais il faut savoir que les effets de Fukushima se sont ressentir jusqu’à Vladivostok de mémoire.
Ce n’est pas une solution de verser léau dans le pacifique car ça va ruiner toute l’industrie de la pêche, que ça va polluer durablement l’océan et surtout, il faut continuer à remplir des cuves et des cuves et des cuves d’eau encore et encore.
Le problème n’est pas clôt.
Et lorsque tu dis que 7 ans ou 20 ans ce n’est rien, je rappel que l’on parle de déverser des l’eau radioactive « forte » sans impacter la population.
C’est juste impossible avec une telle marge d’erreur, c’est de la folie pure et simple.
Il y’a des études qui ont démontré que Tokyo qui est hyper loin et pourtant l’eau « courante » est contaminée. À faible dose, mais suffisamment pour en déconseiller la consommation aux plus jeunes.
Et ça, c’est malgré l’information ultra verrouillée que l’on peut avoir.
Je trouve ça oser d’en faire un petit article rassurant où on ose laisser croire aux gens que s’ils ne déversent pas tout d’un coup, c’est à cause de « crêtins qui ont peur de leur ombre ». C’est vraiment insensé.
Ça ne vaut pas mieux que les rapports du gouvernement en France qui laissent à penser que Lubrizol, c’était de la fumée non toxique.
8.000 m2 de toit amianté qui part en fumée et y’aurait aucun risque ? Si je fait brûler mon toit de cabanon en amiante dans le jardin, les gendarmes débarqueraient pour mise en danger, pollution ça ne passerait pas comme ça.
Y’a une inconscience des gens qui me laisse souvent pantois.

2 J'aime