Forum Clubic

Commentaires : L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité

Alertée par les données en sa possession, l’Anses appelle les pouvoirs publics à poursuivre les efforts en matière de réduction de la pollution de l’air ambiant et présente quelques recommandations.

=> “L’Anses confirme l’impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir >>>l’électromobilité<<<”

A aucun moment l’article mentionne une promotion du véhicule électrique MAIS sur une continuité de recherche pour obtenir des véhicules plus propre (ce qui n’est pas le cas de l’électrique actuel au vu de impact de sa production et des batteries à long terme).

A part ça, pas besoin de faire parti de l’ANSES ou avoir bac +36 pour savoir que les véhicules thermique sont nocif pour notre santé…
Ce qui m’amène à la fin de l’article :

Enfin, l’Anses souhaite la poursuite des efforts pour mener des recherches sur les effets sur la santé que peuvent avoir des particules nocives issues des secteurs de l’agriculture, du transport maritime ou de l’activité aéroportuaire, regrettant le peu de données actuellement disponible sur ces pans.

=> "Enfin, l’Anses souhaite la poursuite des efforts pour mener des recherches sur les effets sur la santé que peuvent avoir des particules nocives issues des secteurs de l’agriculture, du transport maritime ou de l’activité aéroportuaire, regrettant le peu de données actuellement disponible sur ces pans.’

De même que l’article en lui même, un QI de poule pourrait deviner que tout cela est nocif.

A croire que c’est la mode de pondre des articles de “chercheurs”, “ingénieurs” qui nous sortent des rapports sur un fait que l’on connait déjà.

2 J'aime

Tout ceci n’est en aucun cas un problème de santé mais c’est un problème politique et économique d’ampleur. Les politiques se cachent derrière des études qui prennent du temps pour éviter de prendre des décisions qui seront non populaires et les empêcheront de se faire ré-élir, eux ou les camarades de leur parti :frowning:

1 J'aime

Faut bien qu’il justifie leur salaire et leur poste car on pourrait penser qu’ils ne servent à rien…
Quand bien même 160 rapports c’est pas encore suffisant.

1 J'aime

“L’Anses est en mesure de confirmer que les émissions causées par le trafic routier, les produits pétroliers et de biomasse, et la combustion de charbon ont bien des répercussions sur la santé.”
Dans le genre enfoncer des portes ouvertes, c’est pas mal. Et c’est payés avec nos impôts…y’aurait une économie à faire là.

1 J'aime

Il parait que le feu brûle aussi !

AH D’accord tout s’explique !!! je comprend mieux pourquoi le gouvernement arrete fret par le train et augmente du coup le nombre de camion sur la route… ON NOUS PRENDRAIS PAS UN PEU POUR DES CONS DES FOIS !!! (acte d’un gouvernement qui sont le contraire de ce rapport concernant les entreprises MAIS le gouvernement incite les gens a prendre electrique alors que les camions sont les plus gros pollueurs… tout les camions reunis qui roule sur le sol francais pollue 5 fois plus que toute le parc francais automobile)

J’ai pas la thune… Et je veux pas manger des pâtes toute l’année…

Pourquoi décès anticipés, à part les suicidaires, aucun d’entre nous n’a envie d’anticiper un décès =D

Décès prématuré serait peut-être plus approprié ^^

Pour le reste, je n’ai toujours pas le permis, j’ai toujours utilisé les transports en commun ou mes pieds donc… =D

Mais je milite pour les voitures électriques (même si la production et le recyclage des batteries et tout ce qui gravite autour peut gloablement poluer), i.e. dès que je passe mon permis lol

On doit malheureusement faire un choix… Choisissons le moins pire ^^

L’électromobilité c’est surtout AMA les trottinettes, vélos électriques et autres gyroroues. Ca ne coûte pas bien cher, ça pollue fort peu et ça complémente fortement les transports en commun.

Il n’existe pas un seul article scientifique qui apporte la (ou les) preuve irréfutable, c’est à dire détermine le (ou les) lien causal étiologique/physiologique/moléculaire entre la (soit disant) pollution et les prétendus effets sur la santé. Aucun certificat de décès n’a jamais mentionné la “pollution” comme cause principale. A cet égard, il n’existe pas de "niveaux de preuve forts » une expression qui n’est qu’une tromperie pseudo scientifique (généralement un jugement d’expert maquillé en test statistique) : soit la (ou les) preuve existe, soit elle n’existe pas.

La réanalyse des données des études d’origine de l’EPA américaine, qui a la première (faussement) sonné l’alarme dans les années 1970-1980, a mis en évidence de graves malversations dans la fabrication et l’utilisation des données, une partialité dans la sélection des données pour obtenir LA conclusion souhaitée, mais contraire aux résultats, des méthodologies déficientes, de graves problèmes déontologiques des études en chambre à gaz sur l’Homme dont des enfants, etc.

Tout ce qu’on est capable de faire est de poser des hypothèses a priori et calculer des effets potentiels à partir d’un modèle dont il est impossible de savoir s’il représente la réalité puisqu’on ne sait pas de quoi sont décédés les personnes réelles : on modifie alors les paramètres jusqu’à obtenir suffisamment de morts virtuels qu’on généralise abusivement à l’échelle d’un pays, voire du monde, ce qui permet ensuite d’abreuver le grand public de chiffres grandiloquents (inventés donc) qui ne représentent que les préjugés du (ou des) modeleur, c’est à dire de désinformation et de propagande avec répétition de slogans faciles à vendre (“sauver la planète”, “santé publique”, etc.).

Bref une escroquerie scientifique parmi bien d’autres de l’escrologie moderne.

1 J'aime

“…/… pour obtenir des véhicules plus propre (ce qui n’est pas le cas de l’électrique actuel au vu de impact de sa production et des batteries à long terme).”
Faut lire les études et sortir un peu de la complosphère pétrolière (coucou M.Pitron) et de ses vidéos Facebook : le VE est de fait considérablement plus propre Y COMPRIS au vu de sa production et surtout sur le long terme (usage des batteries supérieur à la durée de vie du véhicule, filière de recyclage > 90% déjà en place voir en concurrence etc etc.)

Et c’est en fait assez logique, on se doute bien qu’un véhicule, au rendement énergétique proche de 80% tout compris, dont la batt va servir pendant 300 000 kms minimum avant de terminer en stockage statique, qui n’émet aucune particule fine de combustion en local, aucun NOX, CO, deux ou trois fois moins de particules de freinage et presque aucun bruit ne va pas polluer plus qu’un moteur à combustion au rendement de 20% qui crame 50 kilos de pétrole tous les 700 kms à moins de 2m des populations…

2 J'aime

Encore une news autophobe

J’aime à croire et penser que la science est et reste neutre (enfin je l’espère vraiment de tout coeur…) donc parler escroquerie scientifique pique un peu mes yeux…

Autrement, je te rejoins à 200% sur le fait que les chiffres, on leur faire dire ce que l’on veut, c’est juste un point de vu, juste des chiffres que l’on sort et que l’on met en avant, sans forcément le contexte qui va avec pour appuyer un message; le plus souvent politisé…

Le problème est donc de savoir principalement qui commande l’étude et à qui elle sert finalement.

Mais la vraie science, est noble et je la défends avec ferveur parce qu’elle fait de nous ce que nous sommes =)

C’est parce que la politique s’en mêle que tout part en vrille… C’est parce que des multi nationales cherchent à plaire à leurs investisseurs que ça part en vrille…

Électrique le moins pire :sweat_smile::joy::rofl::rofl::rofl::sob::sob::sob::sob::sob::sob:
Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire

On voit le nombre de pétrolls qui font leur sale boulot de discréditer l’électrique qui est pourtant sans conteste plus propre, plus efficace, plus fun, plus doux, plus durable et plus économique que l’archaïque moteur à explosions.

Et bien je souhaite me faire financer une étude, sur plusieurs années, évidemment bien payée, qui aura tendance à mettre en lumière, une épidémie qui tue 100% des humains à savoir…

La naissance, mes conclusions, seront que pour éviter tous ces décès, à cause de la pollution, de la faim, des accidents, de la maladie, il faut supprimer toutes les naissances, cela va être le meilleur moyen de sauver des vies, pour ceux que les médias osent appeler de façon dédaigneuse climatosceptiques, qu’ils prouvent le contraire et pour les climatogogos, il y a évidemment un moyen imparable pour les faire rentrer dans le rang, à savoir la taxe naissance, comme cela seulement ceux qui ont les moyens de leur ambitions auront le droit de vivre pour polluer. Merveilleux n’est ce pas !!

{ réduction de l’exposition aux poussières de désert.}

ça y est les énarques vont ratisser les déserts.

La Science est faite par des humains avec leurs faiblesses, défauts et préjugés. Elle n’est pas neutre et le ne sera jamais. Mais on peut défendre et tendre vers un idéal.

Ici l’Anses ne fait que reprendre les divers papiers de modélisation déjà publiés en oubliant de les analyser critiquement : tous sont basés sur la même approche des morts virtuels obtenus selon des modèles invérifiables basés sur des hypothèses non testables. Autant dire du vent.

Mais si quelques équipes publient en aboutissant aux mêmes résultats, ce qui est facile puisque les chercheurs prennent en compte tout risque relatif supérieur à 0 alors que normalement seul un RR supérieur à 3 ou 4 devrait être considéré comme représentant un risque potentiel réel, on peut aboutir à un consensus scientifique qui n’existe qu’en apparence (c’est la même chose pour en climatologie, nutrition, épidémiologie, sociologie, psychologie, etc.).

L’interprétation et le jugement que l’on porte à une étude est loin d’être neutre également, surtout lorsque l’on donne son avis sur un rapport que l’on a visiblement pas lu.
Toute analyse d’impact appliqué à la population générale sera forcément issu de calculs statistiques. Est-ce mal? C’est plutôt pour contourner un problème de faisabilité, il est impossible d’étudier l’ensemble d’une population exposée, surtout sur des problématiques comme celle-ci où l’ensemble de la population mondiale est concernée. Dire que c’est du vent montre qu’on ne connait pas le domaine, en soit ce n’est pas grave on ne peut pas tout connaitre mais on n’est pas obligé de dire n’importe quoi. Les statistiques sont une discipline à part entière, les incertitudes sont prises en compte et selon la robustesse des données, on peut prédire la justesse des résultats obtenus. Les hypothèses prises en compte et l’interprétation des résultats peuvent ensuite être discutés mais si on s’arrête à croire que tout ce qui est statistique est du vent, le préjugé est trop fort pour avoir une analyse pertinente derrière.
Ce que tu oublies de dire, c’est qu’au delà des calculs, des études de cohortes ont été menées pour identifier l’association entre l’exposition à la pollution atmosphérique et l’impact sur la santé. Tu es libre de les nier mais il faudrait dans ce cas avoir une argumentation robuste sur les biais de ces études qui pourraient conduire à remettre en question les résultats.

Pour le risque relatif, un RR de 1 traduit une absence de relation entre le facteur de risque étudié et la survenue d’une maladie, un RR de 0 s’il existait traduirait un caractère protecteur du facteur de risque étudié (100 % des personnes exposées à la pollution atmosphérique seraient en bonne santé alors que toutes celles non exposées seraient malades. Si un tel résultat se produisait, effectivement les chercheurs le prendraient en compte ^^).
Un RR de 3, 4 ou 10 peut très bien ne pas être pertinent, alors qu’un RR de 1,02 peut l’être. C’est l’intervalle de confiance du risque relatif qui permettent de porter un jugement de signification statistique, il donne la précision de l’estimation réalisée et dépend de la robustesse du jeu de données étudiées. Si on réalise une étude sur 10 personnes, on se doute bien que les résultats seront moins robustes qu’une étude réalisée sur 1000 personnes, cela rentre en compte dans le calcul de l’intervalle de confiance.
L’exposition au facteur de risque est également à prendre en compte dans son interprétation. Un RR par exemple de 1,2, s’il est robuste et associé à une très forte exposition comme c’est le cas ici, aura un impact sanitaire important.