Commentaires : Et le nouveau ministre délégué chargé de la transition numérique est... un inconnu dans le domaine?

Le nouveau ministre délégué à la Transition numérique et aux Télécommunications est entré en fonction ce lundi 4 juillet. Économiste surdiplômé, il est encore inconnu du grand public.

1 « J'aime »

« ou encore l’apprentissage du code au collège » moi je veux bien, mais tout informaticien n’est pas developpeur…

Coder, doit’il toujours être ludique ?
Vous avez 2 heures, sans calculatrice…

4 « J'aime »

Un beau CV en finance/économie…
Un champion de plus pour relever l’économie de la Start-up nation!

1 « J'aime »

Qu’est-ce que ça me fatigue d’entendre parler de chrétien démocrate ou autre joyeuseté de ce genre. Ça ne devrait même pas exister depuis qu’on a séparé l’église et l’état.
Quand on voit où ils en sont aux US…
Pas envie que des doctrines non politiques auxquelles je n’adhère pas du tout viennent diriger mon environnement.

12 « J'aime »

Oui, mais apprendre à programmer n’est pas utile que pour les développeurs. Ni même seulement pour les informaticiens.

En fait il y a énormément de métiers où avoir quelques notions de code serait un gros plus pour pouvoir écrire des scripts aidant à effectuer le travail.

Et accessoirement, le code, c’est avant tout de la logique, et enseigner ça ne peut pas faire de mal…

11 « J'aime »

Économiste capitaliste chrétien…

Tout pour améliorer ce monde qui manque cruellement de culs bénis maniant la finance déshumanisée !

:face_vomiting:

Et un technocrate de plus, sorti de la fabrique a homme politique, bref, tout ce que j’exècre.

2 « J'aime »

Apprendre un langage de programmation apprend avant tout la rigueur de l’écriture. Une phrase comportant des fôtes d’ortografe sera plus ou moins compréhensible. Par contre, lorsque l’on va demander à un ordinateur d’exécuter du code, la moindre erreur va stopper net le bon déroulement. Donc, apprendre à programmer ne peut qu’aider à mieux écrire. Sachant que le bon vieux tarif des cinq fautes = 0 dans une dictée n’existe plus, cela ne peut faire que du bien aux chers élèves.

3 « J'aime »

Un bel apparatchik qui doit bien connaître l’entrepreneuriat encore :unamused:. Franchement c’est si dur de trouver quelqu’un qui a un peu de légitimité sur ces sujets?

Je me demande bien a quoi ont conduit ses « recherches sur l’innovation ».

3 « J'aime »

« Jean-Noël Barrot impressionne par son pedigree. Fils et petit-fils de députés »

Il a dû vachement transpirer lui.

10 « J'aime »

C’est TRES utile par la suite, par exemple pour pouvoir mettre à l’heure la pendule du four :crazy_face:

1 « J'aime »

Quand on sait que le niveau de français et de math d’un bachelier est le même que celui d’un collégien des années 80, plutôt que de vouloir leur faire apprendre du C++ ils feraient mieux de réapprendre les bases des matières principales…

6 « J'aime »

À lire et à écrire…

Pas faux. Mais il appartient à tous de respecter notre langue en commençant par essayer de ne pas faire de faute. Quand je vois les « er » partout (pour ne citer que cela) je mz dis que certains ont abandonné le français bien avant ce que tu décris.

Quant aux maths, je suis plus modéré. Mon grand père était professeur d’orl, a soigné Pompidou, de Funès et autres stars de l’époque et avait passé un concours de médecine littéraire (qui n’existe plus aujourd’hui). La preuve que les maths c’est pas tout, mais juste un moyen de sélectionner facilement.

Nos « élites » sont dépassées depuis longtemps. Ils distribuent des richesses qui n’existent pas (on s’endette encore et encore) et inventent des lois stupides. Ma préférée reste le CICE (crédit impôt compétitivité) à la base pour permettre aux entreprises françaises de lutter contre le dumping et la concurrence déloyale.

Lol. L’un des premiers bénéficiaires c’est La Poste! La seule entreprise qui ne peut pas délocaliser er se faire concurrencer. Bref. L’espace me manque pour tout lacher mais comme disait Einstein: « Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. ». Cqfd.

2 « J'aime »

Qui connaissait Cedric O, Mounir Mahjoubi ou Fleur Pelerin avant qu’ils entrent en poste ???

3 « J'aime »

Vachement utile d’apprendre le codage au collège, le temps d’arriver sur le marché de l’emploi le langage appris sera obsolète.

1 « J'aime »

Sachant comment ça se passe dans l’Éducation nationale (j’y travaille), le langage sélectionné sera certainement déjà obsolète au moment de son inclusion dans les programme scolaires.

« Allez, dès septembre 2022 toutes nos chères têtes blondes feront du Cobol, youhou »

3 « J'aime »

tu as raison, mais il y a plus prioritaire à mon avis que d’apprendre à faire du code au collège… Maintenant que la 6e est le cm2, que le pourcentage d’illettré augmente, que les enfants ne savent pas ce qu’est un député, un sénateur…
C’est d’autant plus incompréhensible que le même gouvernement à enlever les maths en premières et terminales… Et se retrouvent bien embêté pour remettre juste 2 pauvres heures… (Bon, il est vrai que l’enseignement mathématique de ces années d’apprentissage ne sont pas utilisé tous les jours…)
Oui apprendre ne peut pas faire de mal, mais disperser le temps d’apprentissage qui a diminué en même temps que la durée du travail, je ne suis pas sûr que ce soit conseillé.
Pour moi le collège a pour mission de donner les compétences nécessaires dans la vie de tous les jours, d’être de futur citoyen. Pour moi cet enseignement est plus du niveau lycée. Après chacun sont avis sur la question.

1 « J'aime »

L’important dans l’apprentissage de la programmation, ce n’est pas le langage. C’est la logique et la façon d’appréhender un problème, de le décomposer en sous-problème, de concevoir un algorithme pour résoudre ces sous-problèmes…

Une fois qu’on a ces bases, on peut s’adapter à différents langages.

Et heureusement, parce que sinon ta remarque serait tout aussi valable pour n’importe quel diplôme dans l’informatique, quelques années après la formation, une partie de ce qui a été appris est obsolète… En 16 ans de carrière, je n’ai travaillé qu’un an et demi avec des langages étudiés en école d’ingé. Mais j’ai profité pendant les 16 années de ce que j’ai appris à l’école.

D’ailleurs, même à l’école, on nous a justement appris à nous adapter à un langage : après 6 mois d’enseignement de l’algorithmique en Ada, le premier gros projet, comptant pour une part importante de la note de première année, c’était un projet d’un mois à temps plein en C, sans avoir eu le moindre cours de C.

Tu dois visiblement suivre les dossiers de très loin, car ça fat des années que l’EN a sélectionné des langages pour l’enseignement de la programmation, et c’est très loin d’être obsolète. Il s’agit de Scratch (un projet du MIT soutenu par Google) pour les plus jeunes, puis Python.

Le premier est un langage spécifiquement dédié à l’apprentissage, mais qui se paye quand même le luxe d’entrer dans le top 25 du classement Tiobe, tandis que le second est incontestablement l’un des langages les plus populaires du moment, dans le top 15 du classement Tiobe depuis 20 ans, 5 fois "langage de l’année sur cette même période (dont 2018, 2020 et 2021) et actuellement en tête du classement.

Les calculatrices programmables se sont d’ailleurs mises au Python (alors que TI et Casio avaient chacun leur propre langage, inspiré du Basic) pour s’adapter aux programmes scolaires.

4 « J'aime »

Cela veut dire qu’un dyslexique ne peut pas être développeur ?

Je dois être l’exception à la règle alors ! :star_struck: