Forum Clubic

Commentaires : Elle dénonce des agressions sexuelles dans le metaverse Horizon Worlds

Le metaverse
de Meta connaît déjà la polémique, avec le témoignage d’une femme qui dénonce une agression sexuelle dans le tout nouvel univers virtuel, en proie à diverses dérives.

3 J'aime

« Pour le moment et sans doute pour de nombreuses années, le metaverse traversera une période de turbulence – loin, comme souvent, de toute réglementation juridique – qui sans doute pourrait finir par éteindre la belle promesse de départ. »

Rendez-vous au Tribunal des Avatars ! #CyberFrotteurs VS #MetaVioleurs

3 J'aime

Ces personnes découvrent un des versants du jeu en ligne massivement multijoueur en fait.
La vue aurait été à la troisième personne sans l’aspect VR leur réaction aurait été probablement moins forte.

Blocage, signalement et ignorance sont généralement les meilleurs remèdes. Après tout ça reste des crétins qui jouent avec des avatars.

1 J'aime

C’est un MMORPG, les gens s’attendent a quoi? amour et respect de la part des golems habituels que fréquentent ces lieux? Perso dans un MMORPG si quelqu’un me fais chié, je le bloque / mute / rend invisible selon les options de sécurité disponible. Apres je comprends qu’avec l’aspect VR, on a des possibilités d’interactions beaucoup plus avancés q’un simple MMORPG mais en dépit du coté « sensationnel » de la news, c’est pas une nouveauté ce genre de comportement sur un jeu en ligne: c’est aux développeurs d’appliquer des paramètres de sécurité sur ce nouveau paradigme d’interactions dans un monde 3d ouvert.

5 J'aime

Bloquer, se mettre dans un espace privé, ignorer les agressions…
Ce sont des possibilités, mais on fait porter la responsabilité des agissements et les actions à faire du côté des victimes ce que je trouve regrettable.

Mention spéciale à Facebook qui lui dit en gros de profiter de leur metaverse dans un espace clos sans interaction possible avec d’autres…

  • « Je me suis faite agresser dans la rue hier soir ! »
  • « Ben sors pas de chez toi »…
12 J'aime

Le metaverse n’est pas une réalité… les sanctions doivent rester propre au metaverse!
Sinon demain, j’ai tué l’avatar d’une personne, suis réellement condamné à de la prison… LOL.
Et malheureusement, on va s’y diriger vers de telles aberrations tellement on donne de l’importance à n’importe quoi… qui se passe à l’autre bout du monde… qui ne nous concerne absolument pas, mais où on se croit permis d’apporter un jugement et de condamner.

7 J'aime

Mouai, je relative la new fortement. C’est un jeu de réalité virtuelle, dans un jeu il est défini ce qu’il est possible de faire ou non, la beta testeuse n’a pas donc vraiment lu les possibilités.
Un jeu permet de faire ce qu’il n’est pas possible dans la réalité grâce/à cause des règles et de la morale donc rien d’étonnant ici dans les gestes des joueurs/joueuses

Soit dit en passant le problème est ici très simplement réglable par une simple option :
Mode de jeu « enfants » : aucune interaction sexuelle, violente possible envers son avatar ou visible quand cela concerne d’autres avatars
Mode de jeu « adulte, explicite, etc » : aucun restriction envers son avatar ou envers les autres.

Tu coches le mode de jeu « adulte », tu acceptes toutes les conséquences possibles qui t’auront été mentionnées à l’activation de l’option.

Basta plus de problèmes

Je sais pas ce qui est le plus grave, la femme qui se dit agressée sexuellement ou Clubic qui fait un article dessus.
Pour etre cohérent, Clubic devrait militer pour l’élargissement des trottoirs dans le méta verse.

8 J'aime

Je sais bien qu’il ne s’agit pas d’une réalité, mais ce que je trouve dommage c’est qu’on fait porter la responsabilité de ce qui arrive à la victime (même virtuelle) en lisant les commentaires (elle savait que ça pouvait arriver, y’a un lieu où elle peut être seule…).
Les mots eux aussi peuvent avoir une portée très forte, et là virtuel ou pas on se les prend de la même façon.

4 J'aime

Ce n’est pas parce que c’est possible que c’est tolérable et que ça donne le droit « moral » de le faire, de mon point de vue du moins.

4 J'aime

le ‹ metaverse › connait le même problème que toutes les nouvelles techno… ça part d’un bon sentiment, mais est rapidement détourné de son usage premier…
si c’est pas contrôlé rapidement, ça va être un désastre ce truc!

1 J'aime

Le premier point à aborder, c’est déjà, est-ce qu’il y a réellement une victime? et là j’ai de gros doutes… tant que la cible n’est qu’un avatar et pas la personne derrière, c’est la personne derrière qui devrait faire la part des choses!

4 J'aime

Il y a l’avatar certes, mais comme je l’ai écrit plus tôt, les mots, ce sont la personne réelle qui les lit et les reçoit, pas l’avatar. Et du fait de l’univers plus immersif je pense (mais je peux me tromper) qu’on se sent aussi beaucoup plus proche de ce qu’on vit même de façon virtuelle.
Si je me fais agresser sur Facebook ou autre c’est comment du coup ? Car en tant que tel ils s’adressent à un pseudo qui ne représente potentiellement pas grand-chose. Je vois ce « métaverse » comme une représentation graphique d’un réseau social d’où mon questionnement.

La personne derrière devrait faire la part des choses, mais la personne qui agresse devrait peut-être elle aussi non ?

2 J'aime

LOL, les gens croient ours que tout ce qui se passe sur les réseaux est un autre monde…NON! Plus il y a de monde sur Terre, plus il y a d’@brutis et donc aucune chance d’y échapper d’autant plus dans ce monde « virtuel » qui n’est qu’un pâle reflet de notre société, la décadence en plus.

1 J'aime

Les métaverses, c’est pas des réseaux sociaux! C’est avant tout des jeux où tu peux incarner tout ce que tu veux!

Les avocats virtuels vont se faire un pognon de dingue dans le metaverse.

3 J'aime

Métaverse ou non, bienvenue dans le monde des gens réels.

Sainte météorite délivre nous de ce monde devenu fou. Metaveste et rejoins nous sur terre.

3 J'aime

J’hallucine en lisant les propos de certains. C’est virtuel donc c’est pas grave ? Et qui peut dire si la personne qui fait ça ne sautera pas le pas dans la vie réelle ? Il n’y a pas de place pour les comportements de ce type, nulle part !

La justice finira par se saisir de ces univers virtuels.

4 J'aime

Si elle n’aime pas ce programme et qu’il y a des types relous, elle peut toujours fermer le jeu ou aller faire autre chose… C’est pas comme si elle avait été coincée dans une ruelle sans capacité de s’enfuir.

Et puis comme dit plus haut, un agissement virtuel n’est pas équivalent a un crime dans le monde réel. Il y a des milliers de types qui disent n’importe quoi sur Twitter et on ne peut pas se plaindre de harcèlement a chaque tweet. On les bloque, c’est tout. Un système de blocage pourrait aider.