Forum Clubic

Commentaires : DirectStorage sera disponible sur Windows 10, mais moins efficace que sur Windows 11

La fonctionnalité DirectStorage, censée accélérer l’échange de données entre un SSD NVMe
et un GPU
, fera ses débuts sur Windows 11
. Mais elle sera en réalité aussi accessible via Windows 10 (version 1909 et ultérieure).

Oui bah on va y passer à windows 11.
Faut pas s’inquiéter et brider pour autant messieurs.
Laissez nous juste le temps de sauvegarder au cas où.

Je pense refaire une installation propre à la sortie parceque ça commence à faire un moment que mon Windows 10 tourne.

3 J'aime

Tout pareil que toi.
Mais bon, tout est vieux chez moi : matos, CG et Win(quoi que W10!)
J’achèterais un nouvel ordi quand il y aura la DDR5 et une 3070 :slightly_smiling_face:

1 J'aime

Franchement pas mieux ma config’ date de 2013 monté avec Windows 8…ensuite 8.1…puis le 10 jusqu’à aujourd’hui et la 20H2 fraichement installé la semaine dernière et tout ça sans aucune réinstallation :roll_eyes: et sans aucuns bugs ou crash !

1 J'aime

Pas mieux i5 3470, 8Go ram et une GTX 650Ti OC à la base et au fur à mesure 16Go ddr3 et GTX 970 ! va falloir songer à tout changer surtout pour le jeu ! Sinon pour le reste ça tourne parfaitement !

« Désireux de porter les améliorations de ses systèmes au plus grand nombre, même à ceux qui ne comptent pas passer à Windows 11 »

Quelle largesse… Utilisateur de Windows 10, je me sens honoré par tant de bonté…

3 J'aime

A moins de brider l’API pour qu’elle tourne moins bien sur Windows 10 je ne comprend pas bien pourquoi elle devrait moins bien fonctionner que sur Windows 11, si l’on s’en donne la peine. Ça sent un peu l’intox de la part de Microsoft pour ne pas ralentir l’adoption de Windows 11.

4 J'aime

Oui quand on a connu que Windows 10 (et éventuellement 7) on oublie les immenses progrès qu’a fait Windows à ce niveau là pendant les 15 dernière années. Un PC sous XP était bon à réinstaller tout les 2 ans tellement il finissait par s’auto-intoxiquer.
(Bon ce progres à sans doute aussi beaucoup à voir avec les SSD , les CPU plus puissants et la debauche de ram …)

2 J'aime

Perso, a tester. 3600X @ 4500mhz, 2x16go, 2080ti, je suis paré pour W11. J’attendrais la mise à jour mais j’attendrais avant. Des tests s’imposeront avant de faire la mise à jour car si j’ai des logiciels qui se lanceront plus en arrière plan, ça me ferais un peu iech quoi

Hello,

On est d’accord qu’il y a eu des progrès. De là à dire qu’il fallait réinstaller son OS tous les quatre matins dans le temps. J’ai eu (et j’ai encore, mais pour des usages différents désormais), des machines sous XP (qui sont plus connectées) et je n’en compte plus le nombre. Jamais je n’ai eu à réinstaller à cause d’une auto-intoxication (j’aime bien ce terme :D) mes systèmes. Connaître le fonctionnement de son système, faire une maintenance régulière, faire les mises à jour, ne pas installer et ne pas télécharger n’importe quoi, avoir de bonnes protections contre les menaces diverses et variées qu’il peut y avoir sur le net (ou qui peuvent atterrir sur un PC via des supports externes), ça permet au système en question de fonctionner sans aucun problème pendant des années. J’ai encore aujourd’hui quelques machines dont l’OS tourne comme au premier jour et de mémoire, le Windows XP que j’ai réinstallé le plus rapidement, c’était au bout de 6 ans (il fonctionnait toujours bien, mais j’ai dû changer le disque à la suite d’une panne).

En fait, je réinstalle plus souvent Windows 10, à bien y regarder. Parce que j’aime pas trop faire de grosses mises à jour (le passage d’une version à une autre via mise à jour, très peu pour moi). Donc je réinstalle mes Windows 10 quand le support de la version que j’ai prend fin. Et sachant que ce sont des installations unattended et qu’ensuite j’ai plein de petits scripts qui automatisent toutes les modifications que j’apporte à mes systèmes, ça se fait en un tournemain. :slight_smile: Mais voilà, le cycle de vie d’une version de Windows 10 étant de 18 mois à deux ans environ, ça me fait mettre la main à la pâte un peu plus souvent.

Sinon, pour Windows 11 de manière générale, je ne me fais pas de bile. Actuellement, j’ai la version qui a fuité qui tourne parfaitement sur une machine de 2011. Le jour où l’OS est commercialisé, soit il passe sur mes machines (actuellement trop anciennes sur le papier pour l’accueillir), soit il ne passe pas je n’ai presque pas de doute sur le fait qu’il y aura un moyen de contourner les limitations. Et si jamais c’était pas le cas, eh bien cela m’en touchera une sans faire bouger l’autre. Et comme je suis pas joueur et que tout mon matériel (pas des plus récents), fonctionne encore parfaitement bien, il n’est pas question que j’en change. Si je change c’est parce que je l’ai décidé, ce sera quand je veux, je prendrai ce qui me plaît et ce n’est pas un logiciel qui dictera ce que je dois m’acheter. :slight_smile: Et en supposant que je veuille absolument utiliser ce nouveau système, il y a de fortes chances que je puisse l’utiliser au travail (donc j’aurai moyen de mettre la main dessus au quotidien).

W.

1 J'aime

Config de 2011, Windows 7 puis upgrade l’année dernière en Windows 10. Changement du HD par un SSD, aucun ralentissement

1 J'aime

windows 10 sur un ssd m2 sata, ça me suffit largement niveau vitesse, et puis forcer les gens à formater en gpt (pour l’uefi et tout le tintouin) pour win 11 et perdre encore un peu plus de stockage sur son disque (partition bitlocker), c’est pas génial.
j’attends 2025 et la fin du support de windows 10 pour un bon nvme de plus de 2to pour que le gpt soit justifié.

2 J'aime

" je ne comprend pas bien pourquoi elle devrait moins bien fonctionner que sur Windows 11, si l’on s’en donne la peine."

Parfois, se donner la peine ne suffit pas pour des raisons architecturales.

Récemment je décide d’implémenter l’appel a un service (API) sur une vieille application que j’ai développé il y a 3 ans pour quelques clients.

Et bien je me suis retrouvé a devoir re-écrire 40% du code parce que ce n’étais pas prévu du tout a la base!

Et ma petite appli c’est de la m*rde hein.

Donc je comprends parfaitement pourquoi les performances peuvent êtres moindres sur W10 comparées a W11.

1 J'aime

Je pense que tu n’as pas de notions d’architecture ni de drivers. Une architecture qui n’est pas conçue pour supporter une API très bas niveau (ici dialogue direct entre composants quand même) peut très fortement brider celle-ci. Je soupçonne aussi que les drivers vidéos seront chamboulés eux aussi et donc auront des versions séparées W10 / W11, ou alors de taille quasiment doublé…

Edit: @RamsesDeux
Je n’ai pas vu ta réponse, avec un petit exemple en plus. J’ai répondu trop vite, la mienne fait doublon! :stuck_out_tongue:

1 J'aime

J’ai une expérience similaire.
Windows 7->8->8.1-10 (la même machine m’a en gros fait de 2010/2011 à 2017), et j’ai du réinstaller Windows à partir de zéro parce que j’ai entièrement changé de matos et j’ai préféré partir sur une base neuve.
Depuis 2017, aucun souci avec les différentes maj (et j’en ai forcé qques unes parce que j’avais pas envie d’attendre)
Donc quand j’entends que les maj font planter l’OS, perso ça ne m’est jamais arrivé (est-ce parce que j’ai des composants/pilotes de bonne qualité? ou simplement de la chance :stuck_out_tongue: ?)

1 J'aime

Compris, merci à vous deux pour les précisions.

1 J'aime

Vrai! QUAND le logiciel Windows décidera quel types de processeurs et quel type de cartes mères t’auras de besoin pour construire ton nouvel ordinateur, je passerai à Linux sur le champ!

2 J'aime

Linux aussi impose certaines choses du point de vue hardware. Il en sera toujours ainsi. Tu ne peux pas fournir certains services si le matériel n’est pas prévu pour. Le système d’exploitation est là pour faire une abstraction du matériel, certaines fonctionnalités peuvent être émulées, mais il y a une limite (performance, sécurité, mémoire, …).

Hello,

C’est un fait : chaque OS a besoin d’un certain type de matériel pour fonctionner. Si Windows a un position aussi importante aujourd’hui, je pense que c’est parce qu’il est bien adapté pour pas mal d’usages et pour une catégorie de machines qui est très majoritaire chez les utilisateurs particuliers : le PC. Et le PC a été imaginé pour pouvoir fonctionner correctement avec des composants très divers. Bon, c’est sûr que la politique agressive de Microsoft a aussi joué pas mal en faveur de l’adoption de Windows, mais ce n’est pas trop le sujet.

On ne peut pas nier que pour la plupart des choses que l’on fait, Windows suffit. Il reste facile à utiliser, intuitif, relativement homogène en terme d’interface (tellement homogène qu’on trouve encore des bouts d’interface datant de Windows 3.1 sur les versions les plus récentes ! :D).

Mais les années passent, l’OS prend de l’embonpoint et il n’est plus forcément aussi intéressant de l’installer sur de très vieilles machines, qui pourtant fonctionnent toujours bien, même si elles ont plusieurs années. Si en plus l’éditeur se décide à limiter l’installation du système sur ces machines, ça peut faire grincer des dents, mais je pense qu’il faut y voir du positif et du négatif :

– sur l’aspect positif, cela permet de ne pas avoir à intégrer dans le code tout un tas de choses qui permettrait à l’OS de tourner sur de vieilles machines. Système allégé, plus sécurisé, plus facile à maintenir ;
– pour l’aspect négatif : on nous force la main, on nous « oblige » à changer de matos, ce qui a un coût, ce qui est une aberration d’un point de vue écologique (on nous demande de faire attention à notre (sur)consommation et on nous pousse à acquérir du nouveau matériel en remplacement d’un ancien qui est toujours fonctionnel). Après, je ne suis pas codeur, mais j’imagine qu’avec la puissance des machines d’aujourd’hui, ces derniers doivent s’en donner à cœur-joie et ne plus forcément faire quelque chose d’aussi propre et optimisé qu’il y a plusieurs années. Quand on voit les ressources que demande un simple traitement de texte, je trouve ça affolant !

J’imagine qu’on pourrait trouver des tas de raisons à mettre dans les cases positif et négatif et chacun aura ses raisons d’en mettre de part et d’autre. Toujours est-il que si l’aspect négatif prend le dessus et s’il s’avère que Windows ne répond plus aux attentes, il y a des alternatives. Un commentateur plus haut soulignait que les systèmes d’exploitation Apple étaient rock-solid et c’est le cas, mais nous sommes sur des systèmes fermés, qui sont édités par Apple pour du matériel Apple. Sur une base BSD certes, mais si modifié que pour l’utilisateur lambda, cela passe sûrement totalement inaperçu. Et c’est si fermé que peu de modifications sont possibles comme elles le seraient sous Windows. Donc soit on accroche à la philosophie de l’OS et c’est très bien, soit on accroche pas et c’est l’enfer ou presque.

En ce qui me concerne, je ne savais pas trop quoi en penser avant de tester et finalement, j’ai été agréablement surpris. Mais comme j’ai un besoin irrépressible de pouvoir aller voir sous le capot ce qu’il se passe (c’est pareil avec les filles ! :D), si on me laisse pas un minimum de contrôle, je suis un peu frustré. En tous cas, l’ergonomie me plaît, les systèmes sont déjà très optimisés de base et l’expérience est agréable (my .2 ¢).

Que reste-t-il ? Plein d’autres choses, parmi lesquelles les distributions Linux ou les systèmes BSD. J’utilise les deux : Debian pour Linux et FreeBSD en face. Dans les deux cas, je prends les OS comme une boîte de Lego en vrac et je construis mon OS de A à Z (on est dans ce cas plus dans l’esprit d’un MOC plutôt que dans l’esprit de suivre une notice pour arriver à un truc déjà prédéfini). J’y trouve mon compte car mon système au bout du compte, ne comporte que ce dont j’ai besoin, tout compte fait ! Il m’est possible d’avoir un système qui me prend un ou deux gigaoctets d’espace disque (sans compter le swap pour peu que j’en configure un). Nombre minimal de paquets, sécurité accrue, maintenance facilitée et systèmes prenant en charge des configurations PC plus variées que Windows, donc je peux garder mes machines les plus vieilles toujours fonctionnelles). Et que ce soit pour Debian ou FreeBSD, le support communautaire est efficace, les infos pas trop compliquées à trouver. C’est très rationnel, donc on peut comprendre facilement et rapidement comment ça fonctionne. Et comme j’aime bien mettre les mains dans le cambouis (ça fait partie de mon travail qui est aussi une passion), c’est toujours un plaisir que de devoir « travailler » sur ces systèmes, ou les utiliser tout simplement. Et le jour où je décide de ne plus utiliser un PC x86, je sais que ma Debian pourra être installée sur une plateforme toute autre (même chose, dans une moindre mesure, pour FreeBSD). Finalement, la seule chose qui m’embête avec ces systèmes, c’est que d’un point de vue ergonomie, c’est difficile d’avoir quelque chose d’homogène. Mais c’est normal aussi. Et je préfère sacrifier un peu l’ergonomie sur l’autel des performances et de la légèreté. Je me vois mal installer un Ubuntu (que je trouve très joli) avec des tas de briques dont je n’ai pas besoin (je pourrais les enlever a posteriori, mais v’là le temps et l’énergie passés à faire ça, sans compter que je vais me retrouver avec un gruyère et peut-être des dépendances inutiles et quelque chose de pas forcément très propre.

En tous cas, pour peu qu’on s’en donne la peine, je pense qu’il est difficile aujourd’hui de ne pas avoir un outil qui puisse répondre correctement à ses besoins.

:slight_smile:

W.

Je ne sais pas si les traitements de textes sont bien optimisés ou pas… Il faut quand même reconnaitre que les fonctionnalités et les performances n’ont plus rien à voir. Je me souviens des 3 jours de pagination pour un document de 100 pages il y a 20 ans, et plusieurs heures pour la correction orthographique. Maintenant, je travaille sur des docs de 1000 pages de manière quasi instantanée (table des matières, statistiques, pagination, gestion des styles, liens internes, liens externes, …) et pas mal de choses se font à la volée. Toute cette mécanique demande des caches pour tout et une puissance considérable.
Et pour l’optimisation, cela est maintenant quasiment impossible d’optimiser une fois l’architecture système figée, éventuellement l’architecture logicielle peut aussi avoir un impact significatif. Un soft complexe n’est qu’un assemblage de code de plusieurs développeurs, et de librairies non maitrisées et elles-même trop complexes pour être optimisées manuellement (pas de possibilité de vue d’ensemble du code par une seule personne)… Bref, à part des erreurs de conception ou quelques boulettes de débutant (maitrise insuffisante du codage, mauvaise tournure d’esprit), le terme « optimisation » n’a plus vraiment de sens dans l’industrie informatique.

1 J'aime