Forum Clubic

Commentaires : Des chercheurs français ont (probablement) observé de l’hydrogène métallique

Première mondiale, espérée depuis 80 ans, l’observation de l’hydrogène sous forme métallique ouvre de nouvelles perspectives.

3 J'aime

Ce métal existerait à -192°C et 430 GPa et vous osez parler de l’utiliser dans des conditions normales :joy:

2 J'aime

Beau chemin parcouru en 1 an : https://www.youtube.com/watch?v=f3RT_0Bkjus

2 J'aime

:man_facepalming: vous commentez sans comprendre une once de ce qu’est la recherche scientifique.
Heureusement que vous ne travaillez pas au CERN ou au CEA ou au CNRS.
Avec vous, nous n’aurions pas découvert grand chose…

2 J'aime

Prenez donc le temps d’aller lire le communiqué ou même l’article de Nature si vous ne trouvez pas le texte assez clair…

1 J'aime

Expliquez donc comment un matériau qui a une transition liquide/solide a très haute pression et très basse température peut rester solide dans des conditions ambiantes… https://qph.fs.quoracdn.net/main-qimg-1f1f80ef66eaeefa6689affb0a572163.webp

Je pense que le principe est le même que le carbone qui grâce à la pression au centre de le terre se transforme en diamant et remonte à la surface en passant par les chambres volcaniques donc de gazeux à solide et à température ambiante reste solide.

3 J'aime

Comment un diamant reste t’il ainsi ?
Comment on retransforme un diamant en graphite ?

Quand tu auras répondu à ces questions, tu auras répondu à la tienne. C’est la même chose théoriquement, la stabilité serait de plusieurs milliers d’années.

En résumé, quand y’a plusieurs personnes qui insinuent que tu n’as pas compris, ne t’entête pas, je sais que ton envie de remettre en cause tous les scientifiques et articles pour croire que seul toi a raison est très tentante mais bon :slight_smile:

7 J'aime

Je ne saisis pas, la remarque de kroman est juste.

La formation et surtout le maintien de la forme métallique nécessite, selon l’article, -192°C & 4.25 Millions Pa.

Et comme conclusion de l’article on lit « il pourrait être supraconducteur à des températures et pressions ambiantes »

Ambiantes… ici, je ne comprends pas ce qualificatif… En regard de ce que je lis plutôt

(je m’interroge, je suis pas là pour savoir qui a tort, qui a raison)

Pour le diamant, je n’ai pas de problème à concevoir le concept, car le carbone, on en trouve dans la nature, partout et surtout en élément tangible et palpable… La pression joue son rôle dans l’organisation des molécules OK

Mais là on parle d’élément gazeux, dans des conditions normales atmosphériques. Comment on peut faire en sorte pour que cela se maintienne dans son état solide?

Les chercheurs parlent de possibilité d’en trouver au sein des géantes gazeuses, mais est-ce que le « métal » restera stable une fois extrait, en condition normal atmosphérique? (encore faut-il pouvoir le faire…)

C’est comme le 4ème état de l’eau, découvert récemment, qui est en même temps solide, liquide et gazeux

En tous les cas, c’est vraiment chouette ces genres de découvertes =)

En fait personne n’a tort, le ton de Kroman était simplement médiocre. Le communiqué du CEA est plus long que l’article (c’est d’ailleurs pour ça qu’on met les sources) et explique bien qu’il s’agit de trouver de futures solutions pour que l’hydrogène métallique soit stable et puisse être employé dans des conditions avantageuses, notamment en passant par des alliages super-hydrures. Ca n’est pas pour tout de suite, le coeur de la news c’était quand même l’observation de l’hydrogène métallique, et c’est pour ça que j’ai préféré préciser que pour arriver à ces usages futurs, il faudrait casser de nouvelles barrières.

5 J'aime

là dessus, je suis d’accord, les formes n’y sont pas, mais bon, je suis habitué au taf de ces messages courts qui pourraient froisser plus d’un =)

L’état original n’a pas d’importance en réalité. D’où l’exemple du diamant, qui se forme sous pression énorme et remonte.

En réalité l’état du diamant n’est pas figé, il est stable durant des milliers d’années (mais nous, forcement, on ne le vois pas ^^). iIl faut énormément d’énergie pour le retransformer en arrière. Ce n’est pas un état qui doit être maintenu. Théoriquement ici c’est la même chose. Une fois transformé, que ce soit liquide ou solide à la base, le retour aux pressions et températures ambiantes demandera trop d’énergie pour retransformer l’hydrogène en son état d’origine.

L’hydrogène métallique sera en théorie stable. Tout comme le diamant. Les conditions en revanche : combien de temps sera t’il stable, les méthodes pour optimiser, etc, tout ceci n’est que de l’hypothèse.

Mais c’est pas du « hop on ressort et hop ça redevient gazeux » comme le laissait largement sous entendre l’auteur. Il y a un état stable d’une durée inconnue :slight_smile:

2 J'aime

D’accord, un peu comme le verre qui est considéré comme du liquide par les scientifiques, car il continue de couler (l’épaisseur en bas s’épaissit avec le temps)

Mais j’avoue avoir beaucoup de mal à concevoir le modèle ici

Quoiqu’il en soit, le coût serait faramineux pour produire du métal hydrogen qu’il serait pas rentable…

Et qui dit non rentabilité… =)

Attention, les conditions dans lesquelles l’hydrogène métallique reste stable n’ont pas été publiées.

1 J'aime

C’est bien qu’est ce que j’ai marqué.

@K4minoU

Ca la rentabilité c’est autre chose, c’est comme toute nouvelle transformation. C’est extrêmement couteux, puis le devient de moins en moins au fil des applications, des améliorations des technologies, de la recherche etc.

Mais oui, la phase découverte est toujours (trop) couteuse =/

1 J'aime

Déjà il faut qu’ils reproduisent les expériences =)

Merci pour vos avis en tous les cas ^^

1 J'aime

Je ne sais pas pour toi, mais pour moi, je serais déjà plus là pour le voir ha ha =D

« Ca la rentabilité c’est autre chose, c’est comme toute nouvelle transformation. C’est extrêmement couteux, puis le devient de moins en moins au fil des applications, des améliorations des technologies, de la recherche etc. »

Moui enfin non.
Il ne sera jamais rentable de faire du verre une bonne source de sable, ou encore de passer par le stade diamant pour trimballer du carbone-carburant.
Il s’avère que si cet état de la matière n’est pas un condensat spontané à température ambiante mais nécessite un combo pression/température énorme, y’aura pas de miracles physiques a attendre, parce que de fait l’objet obtenu va soit nécéssiter une énergie dont une part non-négligeable de non récupérable (la chaleur dispersée par exemple) ou bien EST directement une énergie potentielle stockée (l’hydrogène comprimé par exemple)

La rentabilité est exprimée en fonction de l’argent dépensé dans le processus, et de l’argent gagné/économisé derrière par les applications. Tes exemples sont sympa, mais ils sont dénués d’intérêt quelconque. Rien n’a poussé la recherche en ce sens, tout simplement car il n’y a pas ou peu d’intérêt. Forcement que passer du verre au sable ne sera pas rentable, nous avons d’autres sources de sable. Le jour où celui-ci deviendra une denrée rare (réellement, car elle est déjà en voie), nous en reparlerons ^^

Quand les applications sont nombreuses, et que l’intérêt en vaut la chandelle, je t’assure que les processus sont améliorés pour passer un certain seuil de rentabilité :slight_smile: