Forum Clubic

Commentaires : Comment les passeports vaccinaux pourraient entériner l'adoption massive des blockchains

Alors que l’Europe a annoncé des « certificats verts » pour cet été, une multitude de « passeports COVID numériques » sont déjà opérationnels, et beaucoup fonctionnent sur des blockchains. Un cas d’usage qui pourrait précipiter la généralisation de cette technologie. Qu’est-ce que ça change ?

4 J'aime

Quelle connerie ce satané passeport, il va se faire pirater en moins de deux pour être perpétuellement valide encore une ânerie attendu de doigts ferme par le dark web, ce passeport sera un vrai passeport à virus informatique, quelle ironie pour lutter contre un virus !

1 J'aime

Merci a Clubic pour cet article très intéressant. Oui la blockchain est une bonne idée mais il se pose des questions:

Comment fait on si on doit attendre parfois 2 ou 3 minutes la vérification du passeport pour cause de saturation des nœuds du réseau ? Ca risque de poser de gros problèmes.

Une blockchain doit bénéficier à tous, y compris les mineurs, ceux qui hébergent des nœuds du réseau chez eux. Pour Ethereum, il y a des frais de gas assez important quand on veut inscrire de nouvelles données du genre 200 dollars par moment, selon la charge. Irréaliste si on veut inscrire les données de millions de passeports sanitaires.

Ou se retrouvent stockées les donnes des passeports sanitaires ? Fragmentees Dans les milliers de nœuds du réseau via un système IPFS ? Pourquoi ce serait a des volontaires privés de servir de prestataires pour un service public ?

Bref, bcp de questions en suspend mais le concept est très interessant et montre la voie de ce que sera peut être un jour le Web 3.0

3 J'aime

Le covid utilisé à toutes les sauces et notamment imposer le traçage biométrique de masse…

J’en peux plus de cette société bordel…

7 J'aime

Non pas de piratage possible si les données des passeports sont stockées de manière fragmentée dans des milliers de nœuds comme le permet le protocole IPFS. Les données sont chiffrées, fragmentees.

Aucun détendeur de nœud ne peut y accéder, même en allant directement sur le SSD de la machine.

Pour imager, tu écris ton passeport sur une feuille de papier A4, tu chiffres le message, puis tu prend ta feuille que tu coupe ensuite en 1000 petits morceaux et que tu donnes à 1000 personnes différentes tout autour du monde. Même en ayant un seul bout de papier, qui est déjà chiffré, rappelons le, tu ne pourras jamais récupérer l entièreté du document car les 999 autres bouts de papier sont ailleurs , parfois à des milliers de kms de la.

6 J'aime

Avec tous les faux résultats de test qui circulent actuellement, ça n’est pas l’adoption d’une blockchain qui empêchera les mêmes magouilles pour le passeport vaccinal. Si le document de départ est un faux, il sera enregistré valide sur la blockchain.
La technologie nous vend encore abusivement de la sécurité en ne se concentrant que sur l’aspect technique de la chose.

1 J'aime

@cirdan

Non, ce ne sera pas toi qui contrôlera l enregistrement du document sur la blockchain. Du moins je l’espère sinon ça n a aucun intérêt. Ce sera un tiers, idéalement le laboratoire ou le médecin. Et si le médecin magouille, c est radié de l ordre des medecins, on l a vu avec les faux certificats de vaccination fournis aux écoles a la demande de parents anti vaccin.

Quand tu fais un virement bancaire, ce n est pas toi qui credite l argent sur le compte du destinataire mais sa banque. Quand tu déposes des espèces sur ton compte en banque, ce n est pas toi qui dit combien tu mets mais la machine qui a compté les billets à ta place et tu ne peux pas changer montant. Quand on te verse ton salaire ou tes allocations, ce n est pas toi qui fait l opération mais ton employeur ou la CAF.

Ce sera pareil si on suit la même logique.

3 J'aime

en même temps … il faut bien faire quelque chose, sinon on ne s’en sortira jamais … Les gens ne veulent pas de passeport, ne veulent pas d’attestation, ne veulent pas rester chez eux, ne veulent pas le masque, les gestes barrières, ne se genent pas pour passer d’une région sous restrictions a une avec moins de restrictions, certains ne veulent même pas du vaccin … tout ca, au nom de la sacro-sainte liberté individuelle (accessoire on n’a pas demandé a être contaminé)… bref, il y aura certainement des abus, surtout avec le « tourisme médical », mais ils devraient être minimes au vu de la technologie surtout si ce sont les médecins qui valident (et accessoirement jouent leur carrière).
Quoiqu’il en soit le problème de la sécurité et des données personnelles ne se sera jamais autant posé … il était temps !

4 J'aime

Je suis bien d’accord avec le fait qu’il faut faire quelque chose, mon propos n’était pas sur ce point.
C’est simplement quelque chose que je trouve assez agaçant quand on essaie de nous vendre une innovation, nous faire croire que c’est la panacée alors que de partout où il y a besoin d’une intervention humaine (comme ici au départ du processus), il reste toujours un risque. Et je ne parle même pas des risques de défaillance du matériel ou de panne du réseau quand tu auras besoin de montrer ce passeport.
En gros, merci de montrer les bienfaits de votre technologie, mais montrez-en aussi les limites !

1 J'aime

Je ne veux pas m’avancer à parler plus d’une technologie que je ne maitrise pas, mais même cette blockchain ne supprime pas le QR code de départ, ni une intervention humaine avant que ces données ne soient intégrées. Partant de ce principe, on a bien le droit d’avoir des doutes quelle que soit la technologie employée.

@cirdan

Pour simplifier a l’extrême, Il faut voir une blockchain comme une feuille de calcul d un tableur avec chaque ligne qui correspond à une transaction, datée, émetteur, destinataire, méta-données, etc.

Une fois enregistrées, les lignes ne peuvent plus être supprimées, et sont conservées pour toujours.

La blockchain est enregistrée en simultanée sur des milliers de nœuds (ordinateurs) répartis librement tout autour du monde. Pour y écrire de nouvelles lignes, il faut réaliser des operations de calculs , complexes, qui sont réalisées par les mineurs et qui sont rémunérés pour cela.

Une blockchain ne sert pas qu aux cryptomonnaies mais aussi pour d autres objets comme les NFT, les contrats a terme, les noms de domaine, peut être demain les passeports sanitaires.

Contrairement à une idée reçue, on ne stocke pas grand chose comme metadata dans une blockchain. Pour un NFT, c est 256 octets qui pointent en général vers un nom de domaine qui contient le fichier multimédia en question.

Actuellement, des blockchains un peu ancienne comme Bitcoin ou Ethereum font autour de 200 Go et grossissent chaque jour, a chaque nouvelle transaction enregistrée.

1 J'aime

Juste pour répondre sur quelques points précis :

. Ne pas croire que blockchain est synonyme de lenteur.
Il y a déjà, en fait, des blockchains ultra-rapides (disons plusieurs milliers de transactions par seconde, sans entrer dans les détails). Il y a aussi des moyens d’accélérer les traitements par des solutions dite « Layer 2 », qui peuvent prendre de multiples formes. Exemple avec Bitcoin, où Bitcoin Lightning autorise des transactions quasi immédiates (contre quelques minutes sur le réseau principal). Ne pas oublier aussi que certains systèmes tourneront sur des blockchains privées, donc avec des « vérifieurs » triés sur le volet et plus homogènes…

. Ethereum
Ethereum est engorgé, mais n’exagérons rien. :wink: En ce moment les frais de transaction sont particulièrement élevés (le « gas » moyen est actuellement de 7/8$, toujours plus près de 10 que de 200) mais les transactions demeurent rapides (< 1 minute). Et le réseau est en train de migrer vers une v2, qui sera plus rapide. En outre, comme je disais, il y a des moyens d’accélérer avec des traitements par batch etc.

Stockage
IPFS est utilisé en effet dans certaines des solutions que j’ai évoqué. Pour ce qui est des prestataires publics/privés, c’est un autre (gros) débat. Mais les blockchains ne seront pas le premier exemple de logiciels, applis ou prestataires privés utilisés par l’administration ou des services publics :slight_smile:

1 J'aime

Alors déjà quand tu dis « ils » de qui tu parles ? Parce que c’est bien beau d’accuser mais encore faut il avoir des preuves.
Il s’agit ici d’un passeport numérique…qui n’a rien d’obligatoire et de surcroît basé sur la blockchain… Le simple fait d’être sur un site fait que tu laisses des informations … et ça ne te choque pas…
C’est toujours pareil avec les complotistes de pacotille…ils critiquent le système, élaborent des théories mais ne sont pas les derniers a utiliser ce même système, en l’occurrence ici le système de santé.(Bah oui hein quand on est malade les théories s’envolent)

2 J'aime

De mon humble avis tout système a des failles qu’il y a moyen d’abuser, ici je pense que ce sera plus au niveau humain et validité du test que sur la technologie employée. Eg je suis riche je paye un médecin peu scrupuleux pour validé le passeport COVID de mon joueur de foot car ,il y a match la semaine prochaine pour la finale de la champions-league … Il y déjà des scandales dans le foot d’entraîneur qui ont fait usage de faux …

Pour réagir sur certains points:

Une blockchain ne repose pas nécessairement sur des mineurs ou des validateurs publics. Les Etats pourraient très bien utiliser une blockchain privée où les validateurs seraient par exemple chacun des Etats participants. Monsieur et Madame tout le monde ne pourrait par exemple ni valider les nouvelles données et les Etats pourraient définir comment on peut lire l’information sur la blockchain. Par exemple via une app dédiée, chacun pourrait connaître son résultat et celui de ses enfants vivants sous le même toit. Chacun pourrait avoir un QR code dédié qu’on pourrait présenter à quelques’un d’autre qui aurait également l’application et en retour de la lecture du QR code, l’autre pourrait connaitre la situation de celui qui l’a présenté.

Une blockchain ne doit pas nécessairement utiliser une puissance de calcul pour valider une transaction. Il existe des blockchains (privées ou publiques) qui ne se basent ni sur la preuve de travail (Proof Of Work) ni sur la preuve d’enjeu (Proof Of Stake) pour valider une écriture dans la base de données distribuer (blockchain) mais une simple publication d’un résultat dans le réseau pourrait suffire.

Une blockchain publique comme Bitcoin ou Ethereum est intéressante pour sa résistance à la censure. Mais ici, il n’y a pas d’intérêt. Ceux qui pourraient censurer le passport sont justement ceux qui le réclament.

Pour ce qui est des failles du système, bien évidemment qu’une telle solution en aurait. Il suffirait d’avoir un accès en écriture sur le logiciel qui écrit de nouvelles entrées dans la blockchain. Par exemple un simple cheval de Troie sur l’ordinateur du Médecin qui valide des vaccinations dans le réseau et c’est réglé.

La technologie blockchain rendra par contre plus difficile une modification d’un résultat.

1 J'aime

Ce genre de passeport est une honte pour une maladie qui n’est dangereuse que pour à peine 1% de la population

1 J'aime

la ou j’habite on est plus ou moins comme avant, meme plus de masque, on a eu un confinement long dont la reponse du gouvernement etait fermez vot’ gueule. On a suivi des protocoles objectifs fait par des universitaires et de maniere pragmatique. On a aussi panique assez tot, enfermant tout le monde des 600 cas.

L’autre qui dit dangerueux pour 1%, ca fait du monde, et a encombrer les soins intensifs c’est d’autres personnes qui n’y ont pas acces (et croyez moi il y a rarement des lits vides). Mourrir d’un truc respiratoire c’est une torture lente, je ne le souhaite qu’a une poignee de gens que je deteste

1 J'aime

Aujourd’hui on a déjà quelques vaccins obligatoires comme:

  • Diphtérie, tétanos et poliomyélite (DTP)
  • Coqueluche
  • Hépatite B
  • Rougeole, oreillons et rubéole
  • etc.

Et pourtant, personne n’en fait tout une histoire.

Et bien on devrait (mais c’est un autre sujet)

Avant, il y avait 4 vaccins obligatoires, maintenant 11 (donc 8 qui le sont devenus, la maladie en question est elle subitement devenue + dangereuse ? Je ne pense pas)

Et là on parle d’une maladie qui tue 0.2% des contaminés, quasi uniquement des + de 50 ans ou avec comorbidités. Allez demander à la Polio, tétanos, coqueluche etc… leur taux de létalite et qui elles touchent :slight_smile:

Vacciner contre une maladie grave est un sujet, vacciner contre une maladie bénigne pour 99% de la population en est un autre !

2 J'aime

Contrairement à ce que la blockchain POW de bitcoin a fait accroire, la logique de blockchain distribuée dans laquelle les mineurs sont en collaboration/vérification plutôt qu’en compétition permet d’imaginer des chaines dont la puissance est une fonction de la taille du réseau (ou même chaque utilisateur est « contraint » de partager une des tâches).

Cardano est par exemple 4 millions de fois plus efficace que la chaine BTC, Tezos serait encore plus performant et le pompon reviendrait à IOTA/Tangle. Ces chaînes sont si efficaces qu’au lieu d’en dépenser, on peut trader de l’énergie au KWh près dessus !
Dans ce dernier cas les accès sont simultanés, il n’y a pas d’attente avec un cycle imposé à la minute.

C’est au contraire un moyen presque low cost de créer une base de données distribuée et fiable.

Utiliser Ethereum (1.0)comme l’a fait abu dhabi est en tout cas une erreur, à moins qu’il n’aient profité du protocole en betatest pour Eth2.0, c’est bien historiquement la première chaine réellement fonctionnelle pour les smart contract mais ça doit être aujourd’hui de loin la moins performante autant en coûts qu’en latence.