Forum Clubic

Commentaires : Audi ne développera plus de nouveaux moteurs thermiques

Parce que l’avenir appartient au « tout électrique », Audi ne va pas développer de nouveaux blocs thermiques.

Ce n’est pas grave il y a d’autre constructeurs .
Hors de question de passer à l’électrique avec tout ces contraintes et les augmentations de tarifs .

2 J'aime

Effectivement dépenser de l’énergie et des moyens dans ses motorisations n’est plus vraiment intéressant.
Il faut taper dans les batteries et les piles à combustibles.

Avec la diminution de la demande en moteur thermique, il faudra plus viser la fiabilité que la sobriété pour eux.

2 J'aime

Enfin ça commence à bouger, peut-être il y a de l 'espoir pour le climat et nos poumons après tout.

4 J'aime

On pourra respirer si la chaine de production et l’utilisation économise en gaz de tout type… Pas sûr que de remplacer la combustion de pétrole par de la combustion de charbon soit meilleur pour nos poumons.

2 J'aime

c’est un début mais les voitures particulières ne représente que 20% de l’émission de CO2

4 J'aime

nos poumons et notre climat certainement.
Celui de ceux d’ou sera extra les matières premières nécessaire à la fabrication des batteries un peu moins.
cf afrique/pétrole

Beaucoup de flou ( à mon niveau) entour ce virage « écolo ». Gestion des ressources, gestion humaines…
Nous n’avons pas changé ni évolué dans notre façon de faire et de voir les choses.

Je ne sais pas vous…,
mais perso, je n’entends parler que de la mise sur le marché d’un nombre incroyable de nouveaux véhicules électriques/bornes de recharges mais nous n’entendons JAMAIS parler du développement de la filière de recyclage des batteries…
Bref, j’ai comme le présentiment que la vision des marchés reste très court-termiste…

Je sais que c’est quelque chose qui est dit et re-dit mais pensent-ils aux 95% (chiffre sorti de mon chapeau mais qui est juste la pour indiquer un fort pourcentage) de la population qui n’a pas l’infrastructure pour ce type de voiture?
Les gens qui n’habitent pas en maison avec garage sont bloqués. Il n’y a pas de bornes partout. Les emplacements des bornes ne sont pas forcemment adaptés à tout le monde, j’ose à peine imaginer des bornes en pleine sité un peu chaude…
Le parc électrique n’est pas mature et je ne pense pas qu’il le sera avant une bonne décénie et encore.

Matières premières ?
Faut comparer ce qui est comparable, dans le cas de la voiture avec moteur à explosions, ça ne l’est pas du tout.
"Selon l’étude, le volume de carburant brûlé représente 300 à 400 fois la quantité de matière perdue lors de la fabrication d’une batterie de VÉ."

Il ne faut pas prendre son cas pour une généralité.
Bien sûr ceux qui planifient et prévoient un peu plus loin vont mieux s’en sortir.
On parle quand même d’une migration sur plusieurs années.

(note pas besoin de garage)

2 J'aime

Ce n’est pas vraiment un problème. Le renouvellement du parc automobile, c’est environ 20 ans, et probablement plus car les tous véhicules actuels sont plutôt fiables.

@Remoss Il y a régulièrement des articles qui en parlent, y compris sur clubic… La filière commence doucement à ce mettre en place, pour le moment pour ne traiter que de tout petit volumes, il faut encore attendre au moins une grosse dizaine d’année pour que les premier VE partent à la casse en masse et que les batteries soient essorées dans leur seconde vie.

@hylea12 20%, c’est colossal par rapport au service rendu… Et il ne faut pas croire qu’il n’y a aucun effort de fait ailleurs! :stuck_out_tongue:

@vidarusny Sur la durée de vie d’VE, si il est « alimenté » au charbon, le bilan est à peu près neutre. Du coup, même dans les pires pays comme la Pologne, le bilan est légèrement positif. Après, même chez les bons élèves (le Quebec ou la Finlande), c’est sur que ça ne vaut pas le coup de mettre à la casse un véhicule thermique en bon état pour le remplacer par un VE, mais il faut y passer au fur et à mesure, la seule vraie solution (le changement de mode de consommation, la gabegie de biens inutiles et de consommation d’énergie) étant pratiquement impossible.

2 J'aime

Le hic de ta réflexion c’est que les batteries durent très longtemps dans les voitures, et ont aussi une deuxième vie comme storage, et qu’elles durent très très longtemps au final, et du coup il n’y en a pas encore en nombre suffisant pour justifier un recyclage intensif. Mais les recycleurs sont déjà en opération.
Je m’inquièterais bien plus du recyclage du litre d’essence à ta place :stuck_out_tongue_winking_eye:

1 J'aime

+1. Et certains recycleurs atteignent déjà d’excellentes performances, en arrivant à reconvertir 95% de la batterie en matière première de qualité équivalente à de la matière première « neuve », ce qui est loin d’être le cas de toutes les filières de recyclage, où à chaque cycle on obtient une matière première de qualité moindre, qui finit par ne plus être utilisable pour son usage premier… par exemple la filière papier et une bonne part de la filière plastique.

1 J'aime

C’est un mauvais début… on s’attaque à ce qui ne pollue pas tant que cela (pour les bénéfices qu’on en tire) et en ne s’occupant pas du reste…
Et les voitures particulières représentent bien moins de 20% des émissions, entre 6 et 9% pour être plus précis.

Les cheminées, poils à bois/granulés, chaudières bois devraient être bannies! Les centrales thermiques également… y’a même pas de comparaison possible avec les véhicules thermiques.

oui je suis d’accord, ce n’était pas mon propos.

En gros, toutes la communication que l’on nous sort aujourd’hui ca vaut parce que nous sommes dans les utilisateurs finaux. Toute la pollution est rejeter hors de nos pays donc invisible pour nous, je me demande juste si ce n’est pas un bien pour un mal.

Les gens s’en passeraient sans problème si le cout de l’électricité était moins élevé tu sais … ce serait eviter des contraintes.

D’un point de vue réchauffement climatique, les cheminées, poêles à bois et chaudières à bois ont un impact négligeable (seul les rejets de CO2 lié au transport du bois et à la gestion de la forêt ont un impact, pas celui rejeté par la combustion du bois). En fait, remplacer ces sources de chauffage par n’importe quelle autre source induirait inévitablement une hausse des rejets de CO2, même avec l’électricité faiblement carbonée de la France (30-40 gCO2/kWh pour une chaudière bois en moyenne, mais ça peut tomber à presque 0 selon l’origine du bois, par exemple pour ceux qui exploitent leur propre parcelle, avec du coup peu de transport, à peu près le double pour l’électricité française). Donc non, le bois n’est pas à bannir… Surtout pas. Il faut par contre l’équiper de systèmes de filtration pour éviter les rejets de polluants.

Les centrales thermiques, c’est effectivement plus problématique. Mais en France on peut difficilement réduire beaucoup à ce niveau : nos centrales thermiques à flamme ne sont utilisée que lors des pics de consommation, et représentent à peine 7-8% de la production annuelle, en baisse régulière d’année en année (les dernières centrales à charbon, qui ne représentent plus que 0.3% de la production, vont d’ailleurs fermer d’ici peu).

2 J'aime

Pour entendre il faut ouvrir les oreilles. En l’occurence la filière de recyclage existe.
La batterie d’une voiture électrique est-elle recyclable ? - Automobile Propre (automobile-propre.com)

Tu serais toujours en calèches si c’était commercialisé ?