Forum Clubic

Commentaires : Après avoir mis à mal les ténors du marché, Apple redoublerait ses efforts dans la publicité

Le lundi 3 mai 2020, Apple lancera officiellement le « App Tacking Transparency » (ATT). Une innovation qui permettra à chaque utilisateur d’accepter ou de refuser les cookies d’une application proposée sur l’App Store, et un potentiel un suivi publicitaire personnalisé.

Et surtout, si jamais l’effondrement du marché publicitaire impacte la rentabilité des applications, elles deviendront payantes.
Et avec les applications payantes… Apple prend sa petite commission.

5 J'aime

En se rappelant que la pomme moissonne déjà à tous les étages… alors un de plus pour être plus riche que riche, pourquoi pas…

1 J'aime

On notera qu’Apple n’interdit pas mais donne le choix à l’utilisateur…

1 J'aime

Hé oui, c’est bien ce qu’Apple veut : des applications payantes sur lesquelles elle peut prélever sa dîme.

L’hypocrisie de la Pomme dans le domaine est impressionnante. L’App Store d’iOS existe depuis bientôt 13 ans, Apple s’en est abondamment servi pour venter les mérites de son iPhone (« There is an app for that »), elle a mis à disposition des développeurs un identifiant unique pour leur permettre de pister les activités des utilisateurs et les profiler, les encourageant à proposer à ceux-ci des applications gratuites ou peu chères… avant de changer son fusil d’épaule !
Parce que oui, aujourd’hui Apple mise sur les services pour croître et gagner toujours plus de milliards. Et les applications gratuites, ça ne l’arrange plus. Maintenant que le marché des téléphones « intelligent » a atteint sa maturité, que les utilisateurs sont captifs de son éco-système, elle fait en sorte que celui-ci lui rapporte de plus en plus, et qu’il devienne toujours plus refermé sur lui-même.
Un utilisateur achète une application ? Apple prélève sa commission, logique.
Ce même utilisateur veut faire des achats intégrés dans l’application ? Bam, encore une commission ! Pourquoi ? Parce que ça serait dommage de s’en priver !
Il décide ensuite de souscrire à un service numérique ? Tadaaa, un nouveau prélèvement, annuel cette fois-ci ! L’occasion était trop belle.
Il veut payer avec son appareil ? Ça sera Apple Pay only. Eh bien oui, une petite commission à chaque fois, ça ne peut pas faire de mal.
Il veut utiliser une identification unifiée dans une application ? Cette dernière sera obligée de mettre la solution d’Apple en premier.
Il fait une recherche sur l’App Store ? Les applications d’Apple seront favorisées dans les résultats (la Pomme a depuis corrigé ce « bug », à les en croire).
Il veut télécharger une nouvelle application ? Celle-ci devra détailler les données qu’elle collecte. Les applications Apple de base ? Oh non, elles elles ne sont pas concernées. Il est possible en cherchant bien de trouver une page sur le site Web de la marque qui donne ces informations, mais bon, les utilisateurs font confiance à l’entreprise, pas vrai ?
Il lance une application nouvellement téléchargée ? Une question pas du tout orientée lui demande s’il accepte que ses activités soient pistées dans d’autres applications et des sites Web ? Bien sûr là encore ça ne s’applique pas aux applications Apple !

Bref, si vous parvenez à acquérir une telle position dominante sur un marché comme Apple a réussi à le faire, vous pourrez vous permettre d’imposer tout ce que vous voulez à vos partenaires. Et, si en plus vous enrobez ça sous un joli verni « protection des utilisateurs », la presse (oui oui, celle qui vit en bonne partie de la publicité ciblée) chantera vos louanges. Victoire sur toute la ligne ! :v:

9 J'aime

Erreur au début de l’article : « Le lundi 3 mai 2020 » c’est pas 2021 ?

Si effectivement le même pop-up ne s’applique pas aux apps Apple ils vont rapidement se prendre des procès de partout et ça serait amplement mérité. Je n’ai jamais aimé cette marque et le vernis marketing trop propre sur lui (et limite insultant pour les concurrents) qui l’entoure, mais ils sont forts pour innover. Reste que cela ne justifie pas tout.

Comme le business model d’Apple repose sur des marges énormes sur leur iPhone / iPad et Mac, ils peuvent facilement se prétendre les défenseurs de la vie privée pour tacler leurs concurrents. Mais à vouloir le beurre et l’argent du beurre une fois leur position bien établie en tentant de se gaver aussi dans les pubs cela devient d’une rare indécence.

2 J'aime

Apple est train de vouloir maitriser toute la chaine et prendre toutes les marges.

A un moment ça risque de représenter un problème pour les concurrents sur divers produits et peut être obliger les représentants ou cours de justice de prendre des mesures contre Apple…

« Soucieux de générer davantage de revenus publicitaires Apple mise sur de nouvelles règles de confidentialité incluses dans la version 14.5 d’iOS »

Il commence bien l’article …

« Plus largement, en donnant à ses usagers le moyen de restreindre l’accès de potentiels concurrents à leurs données, Apple se donne les moyens d’accroitre ses propres bénéfices publicitaires, estimés à 2 milliards de dollars en 2020 »

Il n’y a aucun rapport !

« Ainsi, les développeurs d’application pourraient être prêts à débourser davantage d’argent pour apparaître dans les « meilleurs résultats » lors des recherches effectuées par les usagers sur l’App Store. »

Et pourquoi ? Parce qu’on va désactiver leur suivis ils vont devoir faire de la pub ?? Ils ne perdent pas d’utilisateur. Ça n’a aucun sens…

« Le lancement de la « App Tacking Transparency » pourrait réduire de 3% les revenus de Facebook, soit près de 600 millions de dollars »

Mince c’est un drame ! 3% ! Vite faisons de la pub sur l’app Store !

1 J'aime

Ce sont des gueguerres entre sociétés. Que l’argent de la publicité aille à Apple, Google ou FB, tous les trois riches à crever, ça ne change rien pour le pekin lambda. Ah si, on lui redonne un poil de liberté sur la gestion de ses données perso. Donc comme tu dis, pourquoi pas.

1 J'aime

Il faut reconnaitre que présenté comme ça (merci pour l’exposé, au passage) c’est à la fois impressionnant et effrayant d’efficacité et de voracité.

2 J'aime

Je ne nie pas le fait que la pomme ne soit pa la seule dans cette démarche d’engraissement mais… car il y a un mais… « qu’on lui redonne un poil de liberté sur la gestion de ses données » d’un côté, c’est pour mieux le plumer de l’autre… Alors comme dirait Tim « Pourquoi pas… »

Je présume que cette différence est due à la différence de nombre d’utilisateurs.

Pour exemple, Google doit collecter plus de données aux US qu’au Lichtenstein… Aussi me semble-t-il cohérent qu’il collecte plus de données que la pomme si l’on compare le nombre de leurs utilisateurs…

Non c’est par utilisateur sinon ça aurait été plus de 80x vu les parts de marchés.

Mettre sur le même plan la publicité ciblée dans toutes les appli et les 1 ou 2 bannières de pub que l’on trouve dans l’appli AppStore il faut oser. Apple n’a pas une agence de pub qui remplacera la pub dans les apps avec des accès au mots clés. Ou alors ils ne l’ont pas encore annoncé.

Et alors ?

1 J'aime

@LeVendangeurMasque

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

On a en tout clairement l’impression que ce FUD sur Apple se lançant soit-disant dans la pub, c’est une tentative de manipulation créé par Facebook, Google et autres.
Tout est bon pour essayer de trainer Apple dans la boue, et ce qui m’inquiète c’est que certains ici y croient dur comme fer.

Avec ses 8 « J’aime ce message » HAL1 ne me semble pas ressembler au méchant complotiste anti-pomme…