Forum Clubic

Comment peut on l'appeler lycéen

un lycéen de Montreuil exclu pour avoir tenu des propos abjects lors d’une visite au camp témoin d’extermination nazi à Auschwitz…

incroyable: je n’arrive pas à y croire et personne ne semble être au courant…
il aurait dit el plein camp de la mort “les nazis ont bien fait de brûler les juifs” pendant que ses copains riaient en faisant des photos et en lançant des boules de neige…
comment peut on accepter une telle ignominie et quel genre de proviseur peut il exister dans un tel “lycée”… :frowning:

Tu as un lien ? :jap:

Parce que là, je ne vois que du conditionnel… :confused:

si c’est vrai, une discussion avec mon grand pere qui a tout vu et vécu lui aurait remis les idées en place…

:confused: si c’est vrai
:confused: si tu fais courir une rumeur

si je mets une info comme celle ci sur un forum fréquenté par une majorité de jeunes, c’est qu’elle a été vérifiée 10 fois plutôt qu’une …

faut pas me confondre avec certains qui manient l’amalgame, la falsification historique, le mensonge car l’Histoire rattrape
toujours le monstre…

AFP – Jérusalem. Le président du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme, Sammy Gozlan, a salué lundi lors d’une visite en Israël la décision du proviseur d’un établissement de la banlieue parisienne d’exclure un élève du lycée pour propos antisémites.

L’adolescent français avait été renvoyé pour avoir dit à propos des juifs lors d’un voyage scolaire au camp d’extermination nazi d’Auschwitz : “Ils ont bien fait de les brûler”.

Un conseil de discipline du lycée Jean-Jaurès, à Montreuil, avait décidé de son exclusion, une mesure cependant jugée “insuffisante” par des médias communautaires juifs français.

Selon Sammy Gozlan, “c’est la première fois que des mesures disciplinaires aussi sévères sont prises dans une telle affaire et cela mérite d’être salué”. “J’ai par ailleurs soumis à l’approbation du procureur de la République de Bobigny une demande de poursuites pénale à l’encontre des responsables de l’incident, pour que soit pris en compte son caractère antisémite”, a-t-il indiqué.

Le lycéen, qui a fait appel de son exclusion, a été scolarisé dans un autre établissement. Cinq autres élèves du lycée, qui avaient eu des comportements “désinvoltes” lors de cette visite, ont également été sanctionnés. Ils sont accusés d’avoir couru dans le camp, fait des batailles de boules de neige et ri devant des photos anthropométriques des déportés.

© 2005 AFP.

mais m*rde bourdayl… :’(

Je sais pas quoi pas dire …

Il est arrivé que des évènements présumés “vrais” et exploités médiatiquement se soient révélés totalement infondés, d’où ma méfiance.

Néanmoins, j’ai fait des recherches, l’évènement remonte au 24 Novembre 2004.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-394512,0.html

[b]Les sanctions décidées contre deux lycéens de Montreuil après un voyage à Auschwitz sont examinées en appel

En décembre 2004, le conseil de discipline du lycée Jean-Jaurès a exclu définitivement un élève pour “approbation du génocide”. Cinq autres ont été exclus temporairement. Depuis, la polémique enfle.[/b]

[i]Le voyage scolaire à Auschwitz se voulait pédagogique. Il a mal tourné pour six élèves du lycée Jean-Jaurès de Montreuil (Seine-Saint-Denis). L’un d’entre eux a été exclu définitivement de son établissement pour “approbation du génocide”, les cinq autres ont fait l’objet d’une exclusion temporaire pour leur attitude inconvenante et devront mener un travail de réparation. Un mois et demi plus tard, la commission d’appel rectorale de l’académie de Créteil (Val-de-Marne) devait examiner, mardi 18 janvier, les sanctions prononcées, les 9 et 10 décembre 2004, en conseils de discipline, contre A., 16 ans, exclu définitivement du lycée, et F., 17 ans, exclu quinze jours pour “comportement irrespectueux et inconvenant”.

L’affaire remonte au mercredi 24 novembre 2004. A quelques semaines de la commémoration des soixante ans de la libération du camp d’Auschwitz, quelque 150 élèves de huit lycées d’Ile-de-France partent en Pologne visiter les camps d’extermination nazis dans le cadre d’un voyage organisé par le conseil régional et le Mémorial de la Shoah.

Mais un petit groupe d’élèves du lycée Jean-Jaurès se fait remarquer par leurs deux professeurs accompagnateurs qui, à leur retour, réclament des sanctions. Une enquête est conduite par la proviseure, Michèle Amiel, et un rapport est établi par les deux professeurs accompagnateurs. “Nous reprochons aux élèves leur manque d’écoute, leur ricanement, leur comportement inconvenant mais nous n’avons pas entendu de remarques antisémites”, explique Vincent Simon, l’un des deux enseignants. “Certains ont couru dans le camp sur la rampe des déportés, se sont livrés à une bataille de boules de neige et ont pris des photos choquantes”, complète Claudine Guittoneau, l’autre enseignante accompagnatrice.

Au retour du voyage, les appareils photos jetables fournis aux élèves par l’établissement sont récupérés et les photos développées. On y voit, sur l’une, des élèves faire un doigt d’honneur devant des baraquements, sur une autre, F. souriant devant une vitrine contenant des capsules de Zyklon B, utilisées dans les chambres à gaz, et, sur une autre encore, F., son écharpe sur la tête, devant une vitrine qui présentait des foulards de prière.

Après enquête, il est apparu qu’A. aurait dit, pendant la visite, “ils ont bien fait de les brûler”. Il reconnaît aujourd’hui l’avoir “peut-être” formulé dans des aveux rédigés dans le bureau du conseiller principal d’éducation. Une plainte a été déposée au commissariat et classée sans suite.

Les 9 et 10 décembre, les conseils de discipline des six élèves se sont tenus dans une ambiance tendue, une partie des professeurs réclamant de fortes sanctions. Les trois premiers cas examinés n’ont pas donné lieu à une condamnation des élèves ; le conseil de discipline a voté le renvoi de la décision devant le chef d’établissement qui peut, dans ce cas, prononcer une exclusion de huit jours au maximum.

Ces décisions ont mécontenté une partie des enseignants. “Juste avant l’examen du cas d’A., une enseignante, membre du conseil de discipline, s’est plaint que les sanctions n’étaient pas suffisamment sévères, que les enseignants n’étaient pas d’accord et qu’il y avait des risques de mouvements”, rapporte-t-on de source concordante. Durant l’examen de son cas, A. a répondu “ne pas savoir” s’il avait dit la fameuse phrase qu’on lui reproche avant de concéder qu’il l’avait “peut-être” dite. Personne n’était là pour témoigner. Il s’agirait d’un ou de plusieurs élèves qui l’auraient entendu durant le voyage.

Pour la famille d’A., d’origine turque, c’est la consternation. “Ça nous a détruits”, dit une de ses sœurs. Marc, qui était dans la même classe de première S qu’A. et F., assure que ses deux camarades ne sont pas antisémites. “Tous ceux qui les connaissent bien le savent, assure-t-il. Nous sommes une dizaine de la classe à avoir produit des témoignages écrits en leur faveur, y compris deux camarades juifs. Peut-être qu’ils ont déconné, comme on peut le faire en voyage scolaire. Mais bon, ça ne justifiait pas de telles sanctions.”

Dans un courrier adressé au rectorat, le conseil local de la FCPE (fédération de parents d’élèves, classée à gauche) reproche à son tour le deuxième procès fait aux élèves, dans les couloirs du lycée. L’un d’entre eux, traité de “nazi”, envisagerait même d’abandonner ses études.

Aujourd’hui, l’incident conduit à s’interroger sur l’organisation de tels voyages. Dans un communiqué, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) estime qu’“au nom d’un devoir de mémoire devenu parfois incantatoire, des élèves de plus en plus jeunes et mal préparés sont conduits sur ces lieux qui exigent de chacun une phase importante tant intellectuelle que psychologique. Nous sommes aujourd’hui en droit de craindre que de tels voyages soient contre-productifs puisqu’à plusieurs reprises, déjà, des faits de même nature ont été signalés”. Pour Elisabeth Gourévitch, vice-présidente (PS) du conseil régional, chargée des lycées et de la politique éducative, “c’est la première fois en quatre ans”, qu’un tel incident se produit. “Ces voyages sont salutaires et il est important de continuer.”[/i]

:jap:

Edit: On peut trouver d’autres liens en effectuant la recherche yahoo suivante; http://fr.search.yahoo.com/search/news?ei=ISO-8859-1&fr=nhp&p=lyc�e+Jean-Jaur�s&c=0

C’est moche mais je vois rien de choquant a ce que ca fasse pas la une… Encore heureux meme, des gens qui disent ça c’est malheureusement pas nouveau.

+1

C’est réellement incompréhensible comme comportement…

fzbn > "Néanmoins, j’ai fait des recherches, l’évènement remonte au 24 Novembre 2004. "

eh ben tu as du pain sur la planche…
je pense qu’il faut jeter des coups de projecteur sur des actes tels que celui ci afin de comprendre ce que peut être le sens éthique…
apparement, beaucoup se laissent avoir par de l’amalgame, de la falsification, et perdent complètement les repères facilité en cela par une classe de politicards véreux dans leur trés grosse majorité…

de trés nombreux faits dont personne ne parlera se passent tous les jours et ont exactement les mêmes contenus horribles…

Tu peux expliquer tes propos ?

Tu me parles d’un évènement, j’en cherche la trace…

Quand aux “politicards véreux dans leur trés grosse majorité” dont tu parles, il faudrait aussi que tu explicites le rapport entre cette phrase et cette histoire…

L’amalgame, la généralisation sont aussi 2 des chemins faciles qui mènent à la haine… non ?

Maintenant pour le lycéen en question, pas de pitié de ma part, que les choses soient claires.

trop long

par contre,en ce qui concerne les politiciens, si tu ne vois pas le lien, c’est que tu as effectivement un trés gros travail à réaliser…

Je te remercie de douter de mes compétences d’analyse sachant que je ne mélange pas modération et opinion politique… :slight_smile:

Pour le reste évite de généraliser, comme d’autres l’ont fait pour s’autoconvaincre de “l’idée” (les guillemets sont de rigueur) de solution finale… à trop vouloir dénoncer les intolérants, on finit par leur ressembler…

Moi j’aurais aimé savoir ce qui l’a poussé à dire cela…
Si c’est juste parce qu’il est raciste ou à cause d’autre chose…

Dans tous les cas il mérite une punition exemplaire…
Je n’ai pas eu le courage de lire tous les articles, mais parlent ils de l’age du lycéen en question ?

oui, 16 ou 17

moi je voit surtout une bande d’ado pas tres matures qui ont fait les cons à un endroit ou il fallais pas

d’ailleurs c’est meme pas prouvé qu’il ai dis la “fameuse” phrase …

enfin bon ca reste d’un niveau assez bas je l’accorde :confused:

TheMika >>> 16 ans.

Je n’ai jamais visité de camps de concentration et/ou d’extérmination, mais j’ai vu des images à la télé et j’ai également vu “Nuit et Brouillard” en 3ème… et rien que comme ça j’en ai pleurée… :confused:

Je ne parle même pas de ce que j’ai ressentie en lisant le récit du grand-père de Billy, qui a eu la chance de survivre à ça… :confused:

Alors ce genre de propos et de réactions stupides, j’ai du mal à admettre… même si il voulait juste épater la galerie…

Un renvoi, c’est bien, mais je crois qu’une autre sanction plus dure ne serait pas de trop… genre un TIG qui serait en rapport avec ses propos odieux…

En même temps, lorsque j’entend que Goldmich est réintégré à la fac de Lyon après avoir tenu des propos négationiste sur l’existance des camps, je ne m’étonne plus de rien…

Long est le chemin pour le respect de tous et surtout de ceux qui ont souffert injustement…

:’(

vi goldmich je trouve ca plus choquant qu’une bande de gamins decerebré faisant les mariolles la bas, parce que entre les deux, y’en a un qui sais vraiment ce qu’il fait et les autres sont juste un peu trop con …

Eh bien si toutes les personnes qui ont des propos racistes sont expulsés du lieu ou ils sont y’en aurait des gens dehors :wink: