Forum Clubic

Petit sujet de culture générale et d'actualité... - ... sur les inégalités économiques

La période hivernale pour les SDF, le débat politique sur la fiscalité, le topic sur le squat, etc, m’ont rappelé cette citation de Charles Péguy :

“… Par la fraternité, nous sommes tenus d’arracher à la misère nos frères les hommes ; c’est un devoir préalable ; au contraire, le devoir d’égalité est un devoir beaucoup moins pressant ; autant il est passionnant, inquiétant, de savoir s’il y a encore des hommes dans la misère, autant il m’est égal de savoir si, hors de la misère, les hommes ont des morceaux plus ou moins grands de fortune. Je ne puis parvenir à me passionner de la question célèbre de savoir à qui reviendra, dans la cité future, les bouteilles de champagne, les cheveaux rares, les chateaux de la Loire…” (1902)

Partagez vous cette opinion ?

NB 1 : Merci de garder la charte clubic à l’esprit afin d’éviter les débordements comme ceux qui ont fait fermé le topic sur le squat.

NB 2 : Péguy s’est orienté vers le catholicisme avant de dénoncer avec intransigeance son conservatisme. Il s’est également tourné vers le socialisme avec lequel il a rompu car il refusait l’internationalisme et considérait que l’attachement à la patrie était bien plus important que l’attachement à une classe ; ce qui lui valu d’être parfois rangé, à tord, parmi les mouvements d’extrême droite de l’époque. Contrairement à Barrès ou Maurras, il était d’ailleurs Dreyfusard.
Merci donc d’éviter les amalgames.

A voté 3

Je suis assez pour aider les gens dans la misère.
mais il est stupide d’aider ceux qui ne veulent pas être aidé même si leur misère vous fait mal aux yeux.

Par contre, j’en ai marre de cette stigmatisation en france des gens qui gagne bien leur vie parce que il y a des gens pauvres.

A rendre tout les gens pauvres sous réservé d’égalité et solidarité, on appauvrit la société francaise.

Maintenant, je suis parti de france alors que j’aurais pu resté et faire toujours mon travail. C’est un choix, que je referais.

Aider les gens à sortir de la misère, oui. :oui:

Les assister éternellement en les dépossédant de leur libre arbitre non. :neutre:

[Le seul cas particulier étant les gens qui, par un handicap lourd, ne peuvent gagner par eux-mêmes leur vie: là l’état doit leur venir en aide.]

Faire croire que la redistribution est forcément égalitaire et non criticable … parce qu’égalitaire (on tourne en rond ! :ane: ), non plus. :smiley:

L’extrême richesse ne me dérange pas du moment où tous les pans de la société compris entre la richesse et la pauvreté sont représentés (la fameuse “échelle des salaires”) et que les gens peuvent envisager par l’effort (et parce que le modéle de société le permet, ce qui n’est pas le cas en France) de changer de condition… et/ ou de salaire.

L’égalitarisme au sens de niveau de vie “moyen” pour tous finit toujours par se rapprocher de la misère pour tous… ou plus exactement un niveau de vie où les gens ne peuvent plus rien faire (monter une boite, développer un projet privé…).

Croire que tout homme peut se satisfaire de ce qu’a son voisin est illusoire: la différence est là pour le rappeler.

Enfin un p’tit troll (ouais quand même… :o).

J’ai pour habitude de dire qu’en France, tout le monde veut avoir plus que son voisin mais personne n’aime que son voisin en ait plus que lui… :paf:

Allez, je sors… :ane:

Non mais perso je suis d’accord avec toi. En France, c’est culturel, on n’a pas le même rapport à l’argent et à la réussite socio-économique que dans de nombreux autres pays.

Sinon, +1 avec le reste de ce que tu as dis.

en gros si je résume la phrase de Péguy :o

  • aider les gens dans la misère > oui
  • être égaux devant la fortune > non

là de prime abord, j’ai un peu l’impression que c’est le serpent qui se mords la queue :

  • soit il y’a des pauvres, donc des riches (principe de dualité > l’un va avec l’autre et vice versa, l’un sans l’autre ne peut exister), et les riches aident les pauvres (fraternité, mais pas d’égalité)
  • soit il n’y a ni pauvre, ni riche, et personne n’aide personne puisque personne n’as besoin d’être aider (égalité, mais pas de fraternité) …

maintenant, il serait peut-être bon de détailler ce qu’on entend par “égalité” et “inégalité” devant la fortune … pour résumer : quelqu’un qui naît pauvre doit-il le rester de façon à ce que les riches restent riches (un peu comme le système des castes en Inde) ? :neutre:

Tout +1 :o

A voté 2, avec réserve.

Si je comprends bien ce que tu dis: tant qu’il y aura des inégalités économiques, il y aura des riches par rapport aux uns et des pauvres par rapport aux autres.

Mais je ne pose le problème comme toi. Personne ne doit rester pauvre et personne n’est assuré de rester riche.
C’est juste de savoir si les inégalités économiques sont acceptables. L’exemple des castes est un trés mauvais exemple me semblet-il car on ne parle pas d’inégalités de naissance. La révolution française et na noblesse c’est du passé !

On est dans un pays ou tout le monde est libre d’entreprendre, de passer des concours (principe de méritocratie), etc.
Ce à quoi tu répondras peut être que l’héritage de nos parents ne nous donne pas la même chance à tous à la naissance mais alors il faut prendre en compte aussi le capital social (les relations) et le capitla culturel (diplomes, éducation, élocution, etc). Je te répondrai que l’école de la république et là pour corriger tout ça.
Bref, le débat de savoir si il faut inventer une autre société est intéressant mais nous serons alors hors sujet.

La question est simple c’est : les inégalités économiques sont elles acceptables (donc des riches et des pauvres) dans la mesure ou personne ne connait la misère.

On peut débattre de ce que signifie sortir de la misère. A la louche, je dirais :

  • un toit … pour ne pas mourir de froid, etc,
  • manger à sa faim et de manière équlibrée,
  • avoir le droit à la santé et à tous les soins médicaux utiles.

ah, c’était ça en fait la question ? :paf:
parce que bon, la phrase de Péguy à beau être de la belle rhétorique :jap:, on vient de voir qu’elle est sujette à différentes interprétations :smiley:

reste à définir ce qu’on appelle la “misère” maintenant :smiley:
parce que bon, la misère pour certain c’est de ne pas pouvoir se payer une Enzo :sarcastic: …

idem :jap:

Que personne soit dans la misère c’est bien joli, mais pkoi ceux-ci sont dans la misère ?

et bon que tout le monde ait le même revenu hors de question.
De toute façon y’a des gens “gentillets” qui sont incapable intellectuellement d’avoir un boulot bien payé :neutre:

Donc 3 :neutre:

Je vais peut être passer pour le monstre de service, mais j’ai voté 3),
même si je pense en fait que c’est à chacun de se sortir de la misère, mais que ces personnes devraient pouvoir disposer, si elles le souhaitent réellement, d’aides pour s’en sortir.

A voté 2.

Il y a beaucoup de raisons qui peuvent faire qu’on sombre dans la misère, ou qu’on y naisse et y reste toute sa vie :jap:

Et même si Charles Péguy parlait peut-être spécifiquement de la France, dans beaucoup de pays, même avec la meilleure volonté du monde, tu ne sortiras pas de la misère.

Vote blanc, je dois etre fatigué mais je ne suis pas a 100% d’accord avec la phrase et les deux réponses négatives ne me convenaient pas non plus.

Pour moi il est interessant et important de sortir les gens qui sont dans la misère de leur "merdier" mais il est aussi important de ne pas traiter pareillement les revenu modeste et les grandes fortunes.

C’est la derniere partie qui me choque :neutre:

Je vais quand même nuancer ma réponse :
Je pense qu’il faut aider ces personnes sans pour autant taper sur celles qui vivent bien, et ne pas faire des français des assistés.

+1

J’étais également dans une logique nationale. Mais alors si veut sortir de la misère le monde entier, on n’est pas sorti de l’auberge…

lol, on a vaincu le 2ème monde, on a crée le quart monde et on a oublié le tiers monde. :pt1cable: