Forum Clubic

Mort de Michel Serrault

L’acteur Michel Serrault est décédé dimanche soir à l’âge de 79 ans des suites d’une longue maladie, à sa résidence de Honfleur, en Normandie (nord-ouest)

Michel Serrault, un des monstres sacrés du cinéma français était connu pour son talent comique mais avait également su s’imposer dans des rôles dramatiques.

En plus d’un demi-siècle d’une impressionnante carrière, il a joué dans quelque 135 longs métrages (sans parler des téléfilms), sous la direction de Clouzot, Chabrol, Mocky, Lautner, Audiard, Blier, Zidi ou Kassovitz.
Cinq fois nominé, il a obtenu trois Césars : en 1979 pour son plus grand succès, La cage aux folles (d’Edouard Molinaro), 1982 pour Garde à vue (de Claude Miller) et 1996 pour Nelly et Monsieur Arnaud (de Claude Sautet).

Cet homme au physique de monsieur-tout-le-monde et au caractère fougueux, cabotin, provocateur, franc et chaleureux répétait que le principal souci dans son métier était de ne pas ennuyer le spectateur.

Peut-être grâce à cette ambition, il a accumulé une impressionnante galerie de portraits, se glissant avec la même aisance dans la peau de personnages ambigus et dramatiques, du Dr Petiot à Zaza, l’homosexuel excentrique de La cage aux folles, d’Harpagon à Nestor Burma.

Le public n’a longtemps attendu de lui qu’une seule chose: qu’il fasse rire. Mais, comme tous les clowns qu’il prenait d’ailleurs pour modèles, Michel Serrault était dans le fond assez triste. Il se définissait comme «l’âme de Chaplin sur un corps d’apothicaire».

Né le 24 janvier 1928 à Brunoy (aujourd’hui Essonne, ex Seine-et-Oise) dans une famille modeste et chrétienne, il entre à 14 ans au petit séminaire. Hésitant entre devenir curé ou clown, il choisit finalement le monde du spectacle.

Le réalisateur Claude Chabrol dirige Michel Serreault dans «Les Fantômes du chapelier» en 1982.
Photo AFP

Il fréquente dès 1949 la fameuse troupe des «Branquignols» de Robert Dhéry et apparaît pour la première fois au cinéma en 1954 dans Ah! les belles bacchantes! de Jean Loubignac. Avec son complice et ami Jean Poiret (mort en 1992), il monte un fameux numéro de cabaret qui fait les beaux soirs de l’Alhambra, de Bobino ou de l’Olympia.

Puis, pendant vingt ans, Michel Serrault accumule les rôles plus qu’il ne les choisit véritablement. Les navets, il les appellait «mes exercices de style». «Mes auditions, poursuivait-il, je les ai passées à l’écran».

Il retrouve Poiret pour «La cage aux folles» (pièce écrite par ce dernier qui fera plus tard l’objet du film) qu’ils jouent plus de 1 500 fois. «Il n’était pas question de se vautrer dans une farce épaisse et vulgaire. Nous avons prouvé que l’ennui au théâtre n’était pas un mal nécessaire», disait Serrault. «Combien tu me manques, Jean. Toi, tu as su tout dissimuler sous le rire. Moi, j’y parviens de moins en moins», a-t-il aussi écrit dans un livre de souvenirs.

Au milieu des années 70, ses personnages s’étoffent et on le voit dans des rôles dramatiques comme dans Pile ou face (Enrico), Garde à vue (Miller), L’ibis rouge (Mocky, un de ses grands potes) où il étrangle des femmes. Il dit que jouer «les tordus» l’amuse.

Au théâtre, on le remarque notamment dans «L’Avare» (1986, dirigé par Roger Planchon) et dans «Knock» (1992, mise en scène de Pierre Mondy). «Si on n’a pas d’intention intérieure, les mots ne veulent rien dire. Je voudrais être un passeur, un messager. Je suis contre les acteurs qui se disent “humbles serviteurs de l’auteur”», disait-il de son métier.

À la télé, entre autres prestations, il campe en 2003 pour TF1 un Gaston Dominici plus vrai que nature.

Ses cheveux devenus tout blancs et sa silhouette davantage arrondie ne l’empêchaient pas d’intéresser de jeunes réalisateurs qui lui ont fait touner Belphégor ou Une hirondelle a fait le printemps.

Avec sa femme Juanita, épousée en 1958, ils ont eu deux filles, l’aînée se tuant en 1977 dans un accident de voiture. N’ayant jamais cessé d’être croyant, il restait fort pudique sur sa vie privée. Il passait beaucoup de temps dans sa propriété du Perche et sa maison de Neuilly-sur-Seine où on pouvait encore récemment le voir, en soirée, promener paisiblement son chien.

Je viens de l’apprendre à la radio… c’est triste, après Philippe Noiret et Jean-Claude Brialy, c’est un autre grand acteur français qui nous quitte :frowning:

RIP :jap:

c’est Renato qui va être triste…

arf c’est triste… :frowning:

“Des suites d’une longue maladie”
Décidemment dernièrement c’est la mode … nous rappelons que le vie n’est pas considérée comme une maladie

C’est qui? :paf:

edit> je rigole hein :wink: je l’ai surtout apprécié dans son role du vieux papy grisonnant dans “Une hirondelle a fait le printemps”
Edité le 30/07/2007 à 09:32

Bah le cancer…:neutre:

:frowning:

Le cinéma perd encore un grand, je l’ai encore vu dernièrement dans quelques longs métrages… :confused:
Il était là depuis tellement longtemps et dans tellement de films, ça fait tout bizarre.

Et dire qu’il y a des films qu’il a tourné qui sont pas encore sortis : Antonio Vivaldi et Le Bénévole par exemple.

je dois le voir d’ailleurs celui-la.

une page se tourne avec cette génération qui s’en va. merci a eux pour leurs oeuvres [:tat]
Edité le 30/07/2007 à 12:45

C’est à cause de lui, il avait contracté le SIDA :neutre:

[spoiler]Serrault Positif :ane:

Je suis sur qu’il ne m’en voudrait pas de ce jeu de mot morbide :slight_smile: [/spoiler]

Ce message n’était pas conforme aux règles d’utilisation du nouveau forum :

R.I.P.

:confused:

:MDR

RIP. Un grand acteur, capable de tout jouer. Un grand de moins… :confused:

REP :jap:

R.I.P. http://kay.smiley.free.fr/images/859.gif

:jap:

Rhôôôô…
:smiley:

J espere qu ils vont passer “on a retrouvé la 7eme compagnie” ce soir :confused:

Il jouait dedans ? :smiley:

nan mais j ai pas envie qu il le remplace par un film de Serrault, il est mort tant pis mais on va pas en chier une pendule non plus:neutre:

Mouais, mais un bon film avec Serraut, je préfère quand même :neutre:

PS : Perso, j’ai pas envie non plus qu’un coucou me sorte du trou du c*l tous les 1/4 d’heure pour me donner l’heure :neutre:

:paf:

visuelement pourtant…

:mdr