Forum Clubic

Le topic de la HONTE - Pour crever l'abcès une fois pour toutes (page 23)

:love:

:jap:

si ça cay pas une honte :MDR
[:shy]

[:eveden]
et c’est la reine du Queen qui parle de honte…
[:eveden]

j’assume :neutre:
:MDR

:ane:

de peter quand y avait une personne derrier

Et en général, il s’agit d’une jolie brune tout à fait charmante à qui tu plaisais et qui voulait engager la conversation avec toi. [:vincent]

Pareil , j’ai larguer une caisse en TD une fois, ben malgré le silencieux, tout le monde en profité :riva:

p
Edité le 30/06/2007 à 16:38

up de goret d’un topic mort :confused:

non il est pas mort, le preuve:

Une fois quand j’étais tout petit, mes parents et moi dormions chez des amis, et y’avais un petit de mon âge là-bas…
Au moment de prendre le bain, je passe en premier.
une fois fini, on lui dit de passer (dans le même bain :paf: ), et lui (il était un peu caractériel :ane: ) sans raison il dit: “Nan j’suis sûr il a pissé dans le bain !! je vais vérifier… […] Ok c’est bon j’y vais” L’eau était pas jaune quoi :ane:

Le truc c’est que j’avais vraiment pissé dans le bain :sweet:

C’est dégueulasse en y repensant :paf:

:paf: :mdr

Y’a peut-être un post qui en parle dans les pages précédentes :neutre:
De toute façon, vu l’utilité des tags… [:shy]

Cf premier post : “si vous avez dû vous faire tatouer un “Windows 98” sur la fesse gauche suite à la perte d’un pari” :paf:

Bref :paf:
Un jour (je devais avoir 4 ans :o ), les parents avaient invité des amis et ma soeur et moi dinions dans la cuisine. J’avais envie d’aller au toilettes mais pour cela il fallait passer devant la porte de la salle à manger, et je n’avais pas envie d’être vu par les invités (dire bonjour, toussa). Ma soeur, cette peste, me dit :" t’as qu’à faire dans le tabouret" (j’explique : nos anciens tabourets étaient en plastique et pouvaient se séparer en deux, il y avaient donc une partie creuse.)
Et moi, comme un con, j’ai fait ce qu’elle m’a dit [:woohoo]

Je ne reviendrais jamais sur ce forum, j’ai trop honte :sweat:

:ouch: :ouch: :ouch:
Là j’avoue, tu fais très fort ! :super:

Ce message n’était pas conforme aux règles d’utilisation du nouveau forum :

:MDR

c’est fortiche ! :nexath

:MDR:MDR:paf:

Ma première grosse cuite, j’avais genre 18 ans à l’époque, et j’étais avec deux autres amis (C, qui avait le bon gout d’être en médecine et G )dans la propriété des parents de l’un des deux. On était logé dans la barraque d’amis, plutôt confortable et tout et…

on avait planifié de se la coller un soir, donc l’apres midi on va au supermarché du coin et on prend une bouteille de vodka, une de whisky et une d’alcool de pêche.

Bref, le soir arrive, on se retrouve a minuit devant nos 3 bouteilles et

G : “Merde, il nous manque un truc… des verres”
C : “Y en a pas dans la barraque d amis, que dans la barraque principale…”
G : “Merde… comment on fait”
C : “attends je sais”

C descend et ramène… des bols de petit déjeuner de la cuisine d’été de la barraque d’amis…

Moi “c est pas un peu violent de boire de l’alcool fort au bol?”
C : “meuh non”

Bref, on entame bien les bouteilles et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire , on se retrouve bien, bien, bien fait

Au bout d’1h, je me sens pas vraiment bien, du coup je me lève, articule vaguement je vais me coucher et…
sous les yeux de mes comparses, m’effondre comme une merde en essayant d’atteindre ma chambre

A ce stade la, mes souvenirs deviennent confus,
C a lancé à G un truc du style “et merde, il est mal, on va le porter jusqu aux chiottes pour qu’il puisse vomir”

Moi (intérieurement, j arrivais plus à parler) : “mais non, m amenez pas aux chiottes ,je vais tres bien, jai pas envie de vomir”

L’un me saisit par les bras, l autre par les jambes , et ils me trimballent en courant vers les chiottes à travers la barraque. Forcément, ca secouait un peu, et comme j’étais moyennement bien déjà, ca m’a collé la gerbe.

Résultat, à 20 cm des chiottes, je pose une galette sur la magnifique moquette en parfait état… Puis, ils me laissent cuver, la tête sur les toilettes pendant une demi heure.

A ce stade la, tout l’alcool que j’avias absorbé était monté au cerveau et j’étais plus franchement conscient

Le reste du récit est raconté par C, qui était le seul à peu près encore en bon état à ce stade
C dit à G qu’il va me foutre sous la douche froide. G va lui même de plus en plus mal, et va s’allonger sur un pieu en attendant. C me fout à poil, me balance sous la douche froide.

Parait qu’au bout d’une minute à me prendre de l’eau à 10 degrés j’ai réussi à gueuler que j’avais froid. Pendant ce temps la, C essaie de faire parler G tout en me surveillant pour éviter que je ne me noie comme un con sous la douche. G ne répond plus. Bon…

C me sort de la douche, m habille, m’enleve les lentilles et me balance dans un pieu.

Puis il va voir G et la. Panique. G ne répond plus quand on lui parle. C essaie de le reveiller mais n y arrive pas.

C appelle sa cousine, plus avancée en études de médecine que lui (il devait être 3 heures du mat). il la réveille, lui décrit la situation. Elle lui fait prendre le pouls, etc …, dit que c’est mauvais, qu’il faut aller à l hosto. Bref, C va réveiller ses parents et leur raconte qu’on a un chouia trop bu.

Les parents se levent, viennent constater l’ampleur du désastre.

La j’ai un flash : j’ai eu un vague moment de conscience, vers 4h du mat, j’ai ouvert les yeux, constaté qu’un type avec un pull noir et une bande rouge très jolie sur son pull se tenait à côté de moi. La je m’impressionne, parce que même à ce stade, j’ai tilté que c’était un pompier. Bon, je couine un truc du style “c’est marrant, y a un pompier dans ma chambre” et me rendort.

Le lendemain fut assez douloureux. Notamment le réveil avec le père de C au bout de mon lit. “Bonjour stan, comment ca va ce matin?”

“erm. Je crois qu’on a fait une connerie”

Au final, les parents de C ont été super cools, et c’est plus devenu un sujet de plaisanterie quand on vient chez eux. G lui, ne se rappelle pas de cette soirée (les pompiers ont réussi à le faire vomir apparemment et c est ca qui lui a évité le coma éthylique)

Voila, c’était la minute vérité
Edité le 01/07/2007 à 21:50