Forum Clubic

Le sanglot des cigales, higurashi no naku

Pourquoi “Higurashi” ?

Je vous explique. Savez vous d’où provient Higurashi, à la base ? Avant d’être retranscris en anime (car j’imagine que l’anime est plus connu que le reste) ? D’un visual novel.
Et qu’est ce que c’est, un visual novel ?
Pour faire très simple, un livre animé (généralement sur pc : c’est le cas ici).
Pour faire plus dans le détail, l’œuvre est surtout constitué de textes, la seule interaction possible avec ce genre de “jeu” est de faire défiler ce texte, voir de revenir en arrière. Bien sûr, le texte est agrémenté d’images fixes, de personnages animés et de sons, qui au final, nous font ressentir l’ambiance bien plus profondément.

Bref, Higurashi (et son petit frère Umineko aussi d’ailleurs) est issu d’un visual novel. Pourquoi ? Eh bien, pour les amateurs, c’est le format le plus simple à réaliser, le moins couteux. Car, si vous ne le saviez pas, Higurashi provient d’un cercle amateur ; seulement, son succès inouï (près d’un million d’exemplaires vendus) l’a fait décliner en anime.

Mais alors, pourquoi “le sanglot des cigales” ?
Très simple. Tout simplement car une personne, seule, a décidé de traduire le jeu ! Les 2 premiers chapitres sont ainsi disponibles, entièrement en français !
Les puristes vont alors me dire “mais c’est pas la vrai traduction ! Higurashi se traduit par ‘quand les cigales pleurent’ (en gros hein)”.
Certes. Cependant, la traduction inclue un élément non négligeable, issu de la version originale. Quoi ? Attendez, je vous la refait : “le SANGlot des cigales”

:slight_smile:

http://toutdasie.com/img/p/1332-2692-thickbox.jpg

Bref, attaquons nous au jeu, ou plutôt, au visual novel. Car, en France, le visual novel n’est ni considéré comme un jeu, ni comme un livre, c’est pas moi qui le dit, c’est le traducteur qui a effectué toutes les démarches possibles et imaginables. Enfin, sur la jaquette, vous pourrez voir une icône issue de la Pegi, l’organisme de jeux vidéo, qui finalement accepté d’accepter son logo mais uniquement sur les mini jeux du visual novel ; ça ne reflète en rien l’âge requis pour le jeu en lui même.
Par ailleurs, je précise que si je met le sujet ici, c’est suite au conseil du webmaster que j’ai contacté, puisqu’il n’y a pas de rubrique “visual novel”.

Oups, je me suis égaré une fois de plus, désolé.
Cette fois, promis, j’y vais.
Vous l’aurez surement deviné, si vous avez vu l’anime, vous saurez automatiquement de quoi parle le visual novel. C’est l’inverse plutôt, mais passons. En effet, l’histoire est la même.
A noter que sur le premier dvd, 2 chapitres sont inclus, sur les 8 présents, chaque chapitre est l’équivalent d’un arc dans l’anime.
Le premier chapitre vous met donc dans la peau de Keiichi, un jeune garçon transféré de Tokyo à Hinamizawa.
Il va rapidement se lié d’amitié avec 4 jeunes filles plus ou moins de son âge, à savoir, Rena, Mion, Rika et Satoko.
Tout se passe à merveille, ils s’entendent tous très bien, et le village paraît sans histoire. Seulement, un jour, au cours d’une conversation, Keiichi apprend qu’il y’a eu un meurtre dans le village, un meurtre datant de quelques années à peine, plutôt horrible, puisqu’on y parle de démembrement.
Voulant en savoir plus, il interroge ses amies… Qui vont lui faire comprendre qu’elles n’ont aucunement envie d’en parler. Et le soucis, c’est que ça n’en rend Keiichi que plus curieux…

Oui, l’histoire est la même. Alors, je ne vais pas vous parler des qualités d’Higurashi, je pense que la plupart d’ici les connaissent, mais je vais plutôt vous faire une comparaison avec l’anime, et surtout, vous dire si le visual novel vaut le coup si vous avez déjà vu l’anime.

Car oui, en quoi il est nécessaire de lire du texte si on a déjà vu l’anime ?
Je vais être franc : si vous avez vu l’anime et que vous avez aimé, mais sans plus, il n’est en effet pas vraiment utile de tout relire.
Par contre, si vous avez adoré, la lecture du visual novel n’en devient que plus indispensable.

La première chose qu’il faut savoir, c’est que les graphismes, enfin, les images fixes des personnages, sont LAIDS. Mais vraiment. Vous trouviez l’anime moche ? Le visual novel, c’est pire.
http://toutdasie.com/img/p/1332-2702-thickbox.jpg

L’intérêt n’est pas là. La force du jeu, c’est bel et bien le texte.
Pour ma part, je m’y suis lancé car je suis fan d’Higurashi, et je voulais voir ce que le jeu donnait. Avant même de le lancer, je connaissais le fin mot de l’histoire, je n’avais donc pas vraiment de surprise à avoir.
Et pourtant… En quelques minutes, je me suis (re)fait happé par l’histoire.
Pourquoi ? De multiples raisons.
Bien évidemment, l’histoire en elle même, captivante. Mais ce n’est pas tout. La traduction y est nickel, et ce, tout le long des 2 chapitres. 2-3 fautes oubliées ci et là, mais rien de dramatique.
Il y’a aussi l’aspect plus profond que l’anime. Oui, l’univers y est d’autant plus attachant puisqu’on assister véritablement à une histoire à la première personne, avec moults détails croustillants. Les scènes de jeux, le club d’activités, sont ainsi beaucoup plus profondes et délirantes, surtout grâce à Satoko :wink:
Et pour finir, l’ambiance sonore. Contrairement à l’anime, il n’y a pas de générique chanté, ce ne sont que des musiques ou des bruits sonores, et pourtant, le tout y est magnifique.
On pourra noter que certaines musiques sont trop présentes, mais elles ne durent jamais trop longtemps, donc ça passe.
Et, à l’inverse, je vous assure que vous attendrez certains thèmes avec impatience. Il y’a même des moments où je ne faisais plus défiler le texte tant j’aimais le thème ^^

Et là, le lecteur avide et impatient, la bave aux lèvres, se demande : “et l’ambiance oppressante que l’anime vous fait ressentir tout le long ? Et l’horreur ?!”.
Je vais commencer par le “décevant” : l’horreur. Aucune image de personnage démembré, ni torturé, ni rien. La scène la plus gore visuellement, c’est… Une grosse tâche rouge sang sur l’écran.
Cela dit, j’ai bien mis le mot décevant entre ". Car même sans les images, l’horreur est au rendez vous. Véridique. Si vous vous prenez dans la lecture, et vous le ferez, c’est certain, le texte y est puissant, et vous ressentirez toute l’horreur qu’il y’avait dans l’anime, voir pire.

Et la fameuse scène alors ? Oui, vous savez, le “USO DA” ?
Impossible à retranscrire ? Croyez moi si vous le voulez, mais la scène est au moins comparable à la série : lorsqu’elle est intervenue, j’ai eu des frissons. Et ça, sans les voix. Brrr.

Reste un point essentiel, pour un jeu vidéo, ou plutôt, 2 points essentiels : le prix et la durée de vie.
Niveau prix, 20€ environ. Niveau durée de vie… Vous diriez combien ? 2 heures, 3 ? Peut être 5 ?
Naaaaan. Comptez plutôt 7-10 heures facile. Pour chaque chapitre. Soit, en tout, 15-20 heures, ce qui n’est pas mal :slight_smile:
Il y’a aussi 2 mini jeux, mais ils ne sont pas très fameux, pensez à des jeux flash, rien de bien folichon.

Bref, pour conclure, fan de la première heure, foncez. Les autres… Cela dépend.
Personnellement, je m’étais promis d’acheter l’œuvre pour deux raisons : de une, parce que j’ai adoré Higurashi, de deux, pour soutenir ce genre d’initiative, trop rare en France.
Mais après la lecture, une évidence s’est révélée : le visual novel en vaut vraiment la peine.
Si vous avez détesté Higurashi, ou pas accroché du tout, je ne vous conseille pas le visual novel.
Mais si vous avez bien aimé, sans même être forcément un fan absolu, ou si vous ne savez rien d’Higurashi, je vous conseille vivement le visual novel.
En plus, plus personne ne pourra dire que les jeux vidéo abrutissent, puisque celui-ci n’est composé que de lecture, avec en plus une énigme pas piquée des hannetons, qui vous retournera votre cervelle plus d’une fois ^^

PS : je met le sujet dans “jeux vidéos” même si l’organisme officiel (pegi) a refusé de le classer comme tel ; par contre, il a mis le logo 7+, mais il ne concerne que les 2 minis jeux. Le truc, c’est qu’il ne peut pas être classé dans les livres non plus puisque les éditeurs de livres l’ont aussi refusé. Normal, ce n’est ni un livre, ni un jeu vidéo, mais bien un “visual novel”, un livre interactif, mais ça n’existe pas en France :confused:

[:paysan] Du “graphic novel” en jeu video, je ne connaissais pas. Je viens de regarder quelques videos sur youtube. Cela me changerait des jeux en “text based” auxquels je joue de temps en temps. Je vais voir si je peux denicher une demo quelque part. :slight_smile:

Ho non, p’tain, ne me faîtes pas replonger dans Clannad (j’ai failli chialer pas mal de fois).
J’ai fait comme toi avec Clannad (les animés d’abord, et ensuite son Visual Novel). J’avoue que ça change des jeux habituels, mais je n’ai pas tenu vraiment longtemps: 5-6 heures. Lire sur un écran durant des heures et des heures, je n’arrive plus.

Hhhhooooo, la censure pour pas choquer…

Disons que c est minimaliste. Par contre, elles ont de ces pognes ! :o)

Higurashi ne vient pas des studios Key, donc pas besoin de paquets de mouchoirs ^^
C’est plus axé ambiance en fait.

Et oui, le genre de main dont tu préfères éviter une claque :stuck_out_tongue:

Ceci dit, c est tres pratique pour planter des clous, faire de la puree de pommes de terre ou casser des murs.