Forum Clubic

L'art nous détourne t-il du réel? - Pb de philo

l’art nous détourne t-il du réel?

Voila je dois rendre ma copie lundi
Notez que je m’y prend un peu en avance

Merci je suis plutot adepte du plan français en 27 parties
:jap:

Je sens que je trolle un pwal la

En francais ca donne quoi la question :paf:

Google est ton ami je pense pour ce genre de trucs :whistle:

Le lard nous détourne-t’il du cochon ? [:paysan]

C’est le sujet de l’année dernière mais l’éducation nationale est en perdition
sinon owned

Oui !

Tout dépend comment tu définis l’art mais si l’art peut contenir un message (fond) c’est à dire être un moyen d’expression, il se distingue des autres formes de communication par sa forme. Il fait appel au beau donc aux sentiments, aux passions. Il détourne du monde rationnel et déforme la perception.

Je me comprends.

Edit : Une citation de Balzac qui me revient pour illustrer l’idée mais je cite de mémoire car c’est une lecture qui remonte à des années. Donc sans guillemets :
Celui qui se contente de reproduire la nature n’est qu’un vil copiste, le véritable artiste est celui qui cherche à l’exprimer.

On se détache du réel pour introduire une dose de subjectivité.

Et bin tu prends ta tête, un papier, un stylo, et te voilà parti :smiley:
Et puis s’y prendre le samedi pour le lundi, pour une dissert de philo, c’est dix fois trop tard.

Non mais je crois qu’il plaisante. :smiley:

:ane: A non je ne serais pas comme ces étudiants qui soutraitent leurs boulots
A croire qu’ils prennent de l’avance pour la délocalisation :smiley:

Le bac c’est 4 heures… pas 15 jours :neutre:

L’éthique constitue t’elle une équation qui paramètre les contraintes de productivité de l’entreprise pas toujours harmonisées avec les valeurs défendues comme l’intégrité et le respect de la personne ? Paraît-t-il opportun d’instaurer une démarche participative qui autorise les salariés, souvent tiraillés entre leur déontologie et les pressions managériales, de faire remonter les actes litigieux et délictuels perpétrés au sein de la firme ?

Allez hop hop vous avez 1h !
Moi aussi je peux faire faire mon taf par les autres :stuck_out_tongue:

Moi j’dis qu’il bluffe :o

Je demande l’avis du public

on vote? :whistle:

Arrête, j’ai posé la même question sur le topic “calculer un taux d’intérêt” parce qu’ils n’arrivaient pas à se mettre d’accord et mon post a été supprimé par un modo dont je tairai le pseudo.

C’est que ça devient sérieux les devoirs des lycéens sur cluclu ! :ane:

Plusieurs arts différents.
Plusieurs modes d’expression différents.
Autant de vérités différentes.
Chacun voie le monde comme il l’entend.

J’arrête l’alcool promis.
Bientôt.

:smiley:

A priori si je devais sérieusement répondre à cette question je me poserai la question de ce qu’est le réel et la hop un coup de caverne…
Tiens le rhum commence a agir :smiley:

Oui mais au bac t’as pas environ 10 000 trucs pour te déconcentrer partout autour de toi, comme chez toi :smiley:

Les strings :pfff:

:ane:

Exact ! :smiley:

Ca dépend de ce qu’on appelle l’art… Le tableau du sacre de Napoléon, c’est de l’art qui témoigne…

Et si on prend certains courants artistiques, comme le suprématisme, par exemple, c’est la réalité du “je fous rien, c’est moche, ça veut rien dire, mais je fais payer très très cher”…
On peut pousser encore plus loin le concept: actuellement, les mierda d’artista de Manzoni s’évaluent à plus de 20000€. Ca fait cher les 30g d’étron, je trouve. :nexath

Pour ma part, j’ai toujours écris mes dossiers et mes rédactions la vieille (au soir :p) de la date butoire, donc n’écoute pas les personnes qui te disent que tu commences trop tard (et non, j’avais de très bonnes notes). Certaines personnes sont comme cela; j’ai toujours été incapable d’écrire ou de réviser quoi que ce soit ne serait-ce que deux jours en avance (bac compris d’ailleurs). Mais c’est mal ! :lol:

L’important a été touché du doigt par Typoo, même si il n’y a évidemment pas de réponse magique comme “oui !” ou “non”. Je pense que tu devrais te pencher avant toutes choses sur le coeur du sujet : les courants artistiques. Je pense en premier lieu au ready-made, au fatagaga, ou encore au dadaïsme pour COMMENCER et orienter ton raisonnement.

Le ready-made pour son rapport à la réalité et à la création. L’important n’est alors plus “l’art dépeint-il le réel”, mais “comment qualifions-nous le réel” et “dans quel mesure le spectateur s’approprie-t-il l’obet pour en faire une oeuvre d’art”. Car le processus d’appropriation est bien évidemment capital dans ta question initiale, puisque cette dernière aurait parfaitement pû être “l’art détourne-t-il le réel”, mais ton professeur a bien spécifié que le spectateur - “nous” - était évidemment bien présent - et même au centre - dans le questionnement (petit rappel; le ready-made consiste à créer par la volonté en quelque sorte, à désigner un banal objet industriel pour le vouloir oeuvre d’art).

Le fatagaga ou le dadaïsme pour son reniement nihiliste de l’art, “l’art n’est rien”, “l’art n’existe pas”. Car, en effet, l’art n’est rien, c’est la vie qui est en soit. Le message de Dada, que tu pourras (re)découvrir en te renseignant un peu, est donc que l’art EST la vie, puisque ce dernier est aussi inutile et se rapproche autant du néant que la vie elle-même. L’art étant la vie, les objets et matériaux utilisés pour l’oeuvre d’art étant produit industriellement par l’homme lui-même, alors l’art n’est qu’un banal produit industriel, et ne détourne en rien le spectateur de l’image du “réel” ou de ce que nous nous réprésentons être le réel, puisque tout le processus créatif a été dirigé et digéré par l’Homme. L’art est alors pure représentation de la société, son découlement.

Le dadaïsme ayant été extrêmement engagé politiquement, il serait aussi intéressant de penser une partie consacrée à l’influence politique de l’art sur la société, en parlant aussi des dérives telles que la propagande, qui est une forme de “détournement” de la pensée objective et subjective.

Voilà, c’est juste des courtes pistes sur des centaines à explorer avec attention. Avec un peu de finesse, il y a de quoi remplir paisiblement quelques feuillets. N’oublie pas de bien définir ce qu’est pour toi “l’art” et la création, de désigner directement l’ambiguité fondamentale du terme “détournement”, de parler du “nous” en tant que “nous” sociétale et “nous” particulier, en finissant sur le “réel”, comment le qualifier, où débute le processus créatif dans la réalité et dans l’imaginaire etc…

Souviens-toi aussi qu’une bonne rédaction de philosophie n’est pas notée sur le nombre de citations (même si ça compte, pour sûr), mais sur la viabilité ainsi que la pertinence de ton raisonnement, tout simplement. De plus, ne cites pas que des “philosophes”; n’hésites pas à citer des cinéastes, des peintres ou des sculpteurs, puisque ton sujet les vise directement.

Mais n’utilise pas Google, qui ne m’a jamais aidé dans mon travail. Google est pratique pour trouver quand est mort Henri IV et la couleur de son cheval, mais ça ne vaut pas un bon livre dans une bibliothèque bien fournie. Sauf si tu n’es pas perfectionniste.

Dit moi Casimir, es-tu perfectionniste ? :ane: