Commentaires : WhatsApp nous espionnait-il vraiment ? Google lâche l'info

Plus d’un mois après avoir été signalé, ce mystère vient enfin d’être élucidé.

« S’il est vrai que la confidentialité de nos applications laisse parfois (souvent ?) à désirer, force est de reconnaître que, dans ce cas présent, WhatsApp n’a pas cherché à vous écouter à votre insu. Ouf… »
En tout cas selon le communiqué officiel.
Officieusement, le bug pourrait simplement être de rendre visible l’écoute et de se faire prendre… ou pas !

le bogue ne concerne qu’une infime partie des utilisateurs.
A mon avis il y a un flag « followedByFBI » à o/n côté serveur.

Donc la résolution, ça a consisté à…
– Supprimer l’affichage de l’information d’utilisation du micro (et pas l’utilisation du micro par … le téléphone/Google/Meta???)
– Faire des excuses du genre « on va pas froisser un milliard de cibles comptes, mea culpa, ça aurait jamais dû s’afficher là ».

Si ça pue pas la langue de bois ça…

En résumé, si je vous lis : « tout le monde le fait, ne faisons donc rien ».
La misère de ce genre de raisonnement…

J’ai pas lu ça, j’ai loupé un truc ?

La seule chose que ça confirme, si c’était nécessaire, c’est que le tableau de bord de confidentialité n’est pas fiable. Tant par les bugs tant par design.

Comme tout en sécurité/confidentialité, la question principale est : à qui, quoi, quand et pourquoi j’accorde ma (un peu de) confiance.
Si on estime, dans son cas personnel propre, ne pas souhaiter donner confiance à Google (androïd), alors il faut changer d’équipement si ça devient un problème. Si on ne souhaite pas donner confiance à WhatsApp et que c’est un problème, alors il faut s’en passer (ce que j’ai fait depuis l’histoire des données qui seraient accessibles par FB).
Si c’est ni à l’un ni à l’autre… Et ben on cumule les deux points au dessus.