Forum Clubic

Commentaires : Un nouvel audit tire à boulets rouges sur le programme de lanceur géant SLS

Le Space Launch System (SLS) sort encore de sa trajectoire… budgétaire. Celui qui est aujourd’hui le programme spatial le plus cher à n’avoir jamais volé cumule les retards et les mauvaises gestions. Et c’est le bureau des audits de la NASA qui l’écrit.

1 J'aime

On dirait un mégot de cigarette géant…

4 J'aime

Les moyens ont augmentés mais les objectifs et les standards de sécurité aussi: retourner sur la Lune juste pour quelques jours et avec un risque sur vingt de perdre l’équipage, c’est devenu totalement impensable…

4 J'aime

Boeing va mal, vraiment très mal…

1 J'aime

Oui, mais j’ai vu une interview très inintéressante sur le sujet.

  1. c’était un contexte de guerre froide et de course de prestige qui n’existe plus aujourd’hui. La plupart des missions sont d’ailleurs internationales d’une façon ou d’une autre.
  2. la population d’aujourd’hui n’acceptera pas aussi facilement les morts que le programme des années 60 à fait. Du coup, on avance très très prudemment. On fait énormément d’essais qui dès qu’il y a le moindre début de pépin est considéré comme un échec.
  3. Le délais annoncé par Kennedy, correspondait à un double mandat présidentiel. Le voyage vers mars ne se fera pas sur la durée d’un mandat américain, ni même sur un double mandat. Le président américain n’a donc aucun intérêt à prendre de risques financiers ou humains top important (surtout compte tenu du point 1) - tous les bénéfices politiques reviendront à son successeur. Il font donc un peu style dans le discours, mais dans les faits c’est un pas en avant deux en arrière.
  4. le voyage humain n’a pas de réel intérêt. Il n’y a rien que des robots ne pourrait faire.
    Tous cela risque de faire que le voyage humain vers Mars risque de prendre pas mal de temps.
4 J'aime

clair … c’est la fête a Boeing en ce moment … C’est peut être pour ça que Trump ne veut plus d’Europeens ! :-):face_with_thermometer:

1 J'aime

l’article ne cite même pas le fait que le SLS est le successeur du programme constellation initié par Bush et annulé par Obama, pou être repris ensuite.
Cette fusée est donc en développement depuis 2006…
Il y a actuellement deux hérésies flagrantes dans l’industrie spatiale : ce SLS qui fait figure d’arlésienne depuis ~15 ans, et le starship qui est de la poudre aux yeux pour croyants incultes et qui ne volera jamais. L’homme sur mars en 2022 promettait Musk il y a seulement deux ans. Mais les promesses de musk n’engagent que les idiots qui y croient…

Vu le prix de la clope, ils ne le fournissent que dans des paquets anonymes de 1.

Un beau ramassis de haine en boite pour quelqu’un dont le pseudo sert d’étendard à son (anti)-héros. Attendons 2022 avant de faire un procès d’intention. Ce qui est clair, ce que SpaceX a réussi à redonner l’envie de regarder vers les étoiles là où la NASA n’inspirait plus franchement l’envie. Rien que pour ça, c’est un succès flagrant.

3 J'aime

C’est quoi le rapport avec Musk ? Il me semble je suis pas un pro que la il s’agit uniquement du programme américain de la NASA, pas d’une entreprise privée qui fabrique des lanceurs réutilisables comme SpaceX à vocation de gagner du pognon pour lancer des satellites… parce qu’envoyer des gens sur la lune ou sur mars ca coute un bras et ne rapporte rien… je pense pas que Musk avec les problemes de tresorerie qu’il a est dans cet optique de gaspiller du pognon qui au passage n’appartient pas aux américains, mais aux actionnaires, contrairement à la NASA qui doit vivre des subsides des impots américains.
Le problème c’est un peu le même partout ailleurs quand ce sont les pouvoirs publics qui lancent des projets… c’est parce que le privé s’en tape… ca rapporte quedalle (genre la recherche fondamentale médicale, explorer les planetes de la galaxie). Les états font des appels d’offre pour sous traiter, et la ils rappliquent tous vu que c’est l’etat qui va banquer et comme par hasard, les délais ne sont pas tenus, les budgets explosent…

1 J'aime

« du pognon qui au passage n’appartient pas aux américains, mais aux actionnaires, contrairement à la NASA qui doit vivre des subsides des impots américains » ==> Sauf que dans les faits, le développement du Falcon 9 a été financé à 50 % par le contribuable américains ! Et bien plus si on tient compte du fait que les entreprises sous contrat avec la NASA on librement accès au savoir et savoir faire du centre Goddard (des décennies de recherche et développement financé par les impôts américains). Rajoutons à tout cela un nombre de missions institutionnelles qui garanti à lui seul la rentabilité du lanceur, et on est en droit de s’interroger la prise de risque des actionnaires. De fait, la NASA n’a absolument pas le choix de laisser tomber ses contractants, il faut que sa marche coûte que coûte; on le voit bien avec toute l’expertise en t-shirts bleus qui débarque (au frais du contribuable évidement) dans les locaux de Space X au moindre pépin.
C’est bien simple toute cette industrie fonctionne sur ce schéma, sans aucune exception: si ce n’est pas la NASA, c’est l’USAF qui paye (ou les deux à la fois dans le cas de Space X) ! Que l’on soit le grand méchant vilain pas beau Boeing, le super cool Space X, ou le trop mignon petit Rocket Lab.

Tout à fait. Ils nous on tellement souvent fait le coup d’une grande annonce présidentielle pour nous faire rêver de la Lune (ou de Mars si le président sortant nous avait promis la Lune) suivit quelque années plus tard d’un violant retour à la réalité budgétaire imposé par le Sénat, que je suis devenu circonspect. A tel point que je me suis plusieurs fois interrogé sur ce forum même quant à la réelle volonté des politiques, une fois passé l’effervescence du cinquantenaire, de mener ce programme à terme… (car on aime bien casser du sucre sur le dos de la NASA, mais c’est oublier un peu vite que ce n’est qu’un jouet dans les mains des politiques).

Boeing sont dans tous les bons coup en ce moment.

SLS est le successeur du programme mais il a très peu en commun avec Constellation, qui dans tous les cas n’était qu’au tout début de son développement (sauf Ares-1 qui a vraiment été complètement abandonné).
Le seul vrai successeur de Constellation, c’est la capsule Orion, qui au passage a perdu en ambitions puisqu’elle devait à l’origine desservir l’ISS.

Lorsqu’on transmet une information, le but n’est pas non plus de rappeler 60 ans de développement de fusée ou la genèse politicienne de tout le projet, mais bien de mettre l’accent sur les points clés. La date de démarrage du projet, à savoir 2010 avec l’arrêt de Constellation et la demande de réorientation du programme me semble beaucoup plus significative que 2006 et les promesses sous-financées de Bush.

En cout ajusté Apollo a couté environ 250 à 300 milliards de dollars. Juste 5 à 6 fois plus. Et effectivement tous les acteurs ont perdus les compétences et il faut donc repartir de presque zéro, d’autant que le SLS est bien plus puissant que tout ce qui vole actuellement.

Ouai enfin en ce qui concerne le programme de vols habités, Spacex fait mieux et beaucoup moins cher que Boeing…

1 J'aime

Pour l’instant les deux ont essuyé de sérieux pépins, et comme on n’est même pas à l’abri d’un nouveau rebondissement avec les nouvelles procédures de test, je ne me risquerais pas dans des conclusions hâtives, et encore moins avant de les avoir vu voler pour une vraie mission.

SpaceX n’a jamais gagné de pogon. Elle fait du dumping de lanceurs pour le compte de la business intelligence américaine et faire tomber les concurrents étrangers : européens et Russes en priorité. Elle recycle des technos de la nasa, utilise les moyens de la nasa et engrange des contrats surpayés pour renflouer les déficits !
D’ailleurs SpaceX n’a jamais mais alors jamais communiqué sur les benefices du reutilisable en termes de couts !
Bon c’est sur que Boeing fait encore pire…