Forum Clubic

Commentaires : Test Sony WF-1000Xm4 : la référence presque parfaite des True Wireless à réduction de bruit

Après des WF-1000Xm3
extrêmement novateurs en leur temps, mais vieillissants, Sony met enfin à jour ses écouteurs True Wireless
et propose avec les WF-1000Xm4 le sommet de son art audio et technologique. La firme japonaise a-t-elle sorti les nouveaux patrons du genre ? C’est ce que nous allons voir.

1 J'aime

J’aurai bien pris ce casque pour ma PS5 (principalement), mais j’ai vite lâché l’affaire, le fait qu’il n’utilise pas l’aptX LL, HD engendre des latences beaucoup trop importante en Bluetooth. De même que en SMC la qualité de son est réduite a son strict minimum…

J’aurai aimé des TrueWireless sur ma console, parceque j’ai du mal avec les gros casque qui s’isole totalement du monde extérieur, je me sent moins isolé avec des oreillettes.

1 J'aime

HiRes sur des écouteurs sans fil, en tout cas Bluetooth, c’est juste pas possible quoi.
Pour l’instant c’est le filaire pour du HiRes qui se fait de mieux, aussi performant et intéressant que peuvent être les XM4.

Très peu de solutions existent, puisque beaucoup de modèles sont taillés pour des smartphones, qui eux ne peuvent pas vraiment intégrer du AptX LL (pour des raisons de mises en cache principalement). Il y a quelques appareils, comme les Epos GTW270, qui intègrent un dongle USB-C AptX LL. Je ne sais pas s’il fonctionne avec les dernières génération de console par contre (la switch et la ps4 oui, le reste aucune idée)

1 J'aime

Le concept même de Hi-Res se discute beaucoup, même en dehors de l’utilité ou non de reproduire les fréquences au-dessus de 20 kHz. Les enregistrements, même censés être échantillonnés à 96 kHz voire plus, ont en pratique rarement de l’information passés les 20-25 kHz (ne serait-ce que parce que les microphones vraiment taillés pour les fréquences supérieures sont peu courants). Pour les transducteurs, le problème est proche, puisque les modèles linéaire jusqu’à 40 kHz sont rarissimes. Les transducteurs dynamiques (dont les tweeter) ne dépassent pratiquement jamais les 25 kHz en pratique (les réponses en fréquence annoncés sont bien souvent délirantes), et mise à part taper dans des transducteurs plus exotiques type piezo, certains électrets, et certains modèles à ruban, les 40 kHz sont presque inatteignable. Autant dire que les cas de figures où tout est réuni pour de la « vraie Hi-Res » révèlent presque du miracle, en tous cas d’une vraie niche :stuck_out_tongue: .

1 J'aime

Grosso modo, l’oreille humaine entend entre 20 et 20000 Hz. Le reste est superflu, aucune utilité à tenter de nous faire écouter ce qu’il est impossible d’entendre…
Grosso modo, HiRes, qui se traduirait par haute résolution, devrait signifier la quantité d’informations sur un échantillon fixe donné. Mélanger l’échantillonnage avec les fréquences est une erreur.
Pour terminer, aucun écouteur ne devrait être lu (fiche technique) avant d’être écouté.

1 J'aime

Quand on coupe les fréquences > 20Khz, ça se ressent à l’oreille dans le bas du spectre, audible par l’oreille humaine, donc des master qui sortent en 24 bits 96KHz ou supérieurs apporte un gain particulièrement dans les harmoniques.

J’ai les WF-1000XM3, qui marchent très bien. La fiche technique des nouveaux écouteurs donne envie, et il y aurait eu le multipoint je pense que j’aurais eu de sérieux problèmes de conscience mais je les aurais probablement pris ^^

Ils font chier Sony de ne pas profiter de la PS5 pour sortir des True Wireless spécial pour la console.

Je les aurait bien pris si en plus ils étaient spécialement étudié pour fonctionner sur la PS5…

Mélanger l’échantillonnage avec les fréquences ? C’est pourtant la seule corrélation à faire. Il n’est pas nécessaire d’avoir plus d’échantillon que nécessaire pour une fréquence max donnée. On peut noter l’intérêt évident du suréchantillonnage pour ne pas avoir à construire des filtres trop destructeurs, mais c’est une étape que les ADC et DAC modernes font déjà de manière extrêmement poussée.

C’est une des théories défendues par pas mal d’audiophiles, mais pourtant jamais démontrée. Le fameux « les harmoniques inaudibles se ressentent », ou « les fréquences inaudibles peuvent modifier les fréquences audibles ». Beaucoup d’effets qui ont une base lointaine démontrée, mais généralement mal interprétée.

Il y a par exemple, même si les transducteurs ne peuvent pas l’interpréter, une énergie liée au bruit de fond (quantification ou bruit de fond de l’ampli et du DAC) passé les 20 kHz, énergie qui peut se traduire par de nombreux effets, mais certainement pas par une fidélité au signal d’origine. Le nombre d’enregistrements en 24 bits/96 kHz composés uniquement de bruit de fond passés les 22 kHz est assez dramatique, et pourtant beaucoup y trouvent néanmoins des « harmoniques qui transcendent l’écoute ».
Je ne parle même pas du DSD, qui fait littéralement exploser ce bruit de fond passé les 20 kHz et qu’énormément de personnes citent pourtant comme le pinacle de l’audiophilie (la technique de modulation utilisée est extrêmement utile par contre). Le fait est que dans de nombreux cas, le fait de se dire que la piste est en qualité supérieure suffit à rendre l’oreille plus attentive aux détails, l’audio est extrêmement réceptif à l’effet placebo.

Si les enregistrements existent en 24 bits/96 kHz dans leur format originaux, autant les prendre ainsi, c’est évident. Mais ne pas non plus voir la Hi-Res comme une révolution. La base est la qualité d’un mix.