Forum Clubic

Commentaires : Test PC Engine CoreGrafx Mini : la plus réussie des consoles "Mini"?

Très appréciée au Japon, plus confidentielle en France (malgré une commercialisation chez nous en 1989), la PC Engine CoreGrafx Mini est enfin disponible en boutiques.

1 J'aime

Claire que lorsque les emissions de JV montraient de gros shoot’em up à l’époque sur les PC Engine c’était ouf ! Aujourd’hui j’en profite avec RomStation qui émule bien la plupart des consoles. Cette mini pc engine reste cependant attirante.

Rien que pour repasser des heures sur devil’s crush sur pc engine GT j’achèterais volontier…

1 J'aime

À l’époque, les parents (ceux qui acceptaient les jeux vidéo à la maison du moins) offraient « la SEGA » ou « la Nintendo » à leurs chers bambins, en fonction bien sûr de bons résultats scolaires.

À l’époque, les parents (ceux qui avaient les moyens du moins) offraient « la SEGA » ou « la Nintendo » à leurs chers bambins.

Raison pour laquelle personne ou presque n’a eu de néo-geo.

Et sinon pour cette « console retro », bah c’est mort, pas possible d’ajouter des jeux, useless.
Un retropi fera mieux le taf.

Et sinon pour cette « console retro », bah c’est mort, pas possible d’ajouter des jeux, useless.
Un retropi fera mieux le taf.

Tout à fait d’accord.

Encore du matos bridé, en fait, un petit ordinateur qu’on a limité à une seule fonctionnalité. C’est le genre d’objet qui finira certainement assez vite dans un placard, puis après quelques temps, dans une poubelle.

Bref, je trouve que c’est un peu du gâchis : pour beaucoup moins cher, ils auraient pu nous proposer un pack emulateur/logiciels pour pour PC, smartphone ou Raspberry PI. Au moins, le matos continue de servir quand on est lassé du produit. Et l’émulation profiterait de plus de puissance, ce qui est toujours mieux.

Pour ce qui est de cette console, je n’ai pas le sentiment qu’elle ait cartonné en France. Je ne connaissait personne qui l’avait acheté. A l’époque, beaucoup de gens préféraient les Atari ST et Amiga et leur processeur 16/32 bits car leur logithèque était bien mieux fournie et surtout… beaucoup moins chère. Les plus pauvres avaient l’Amstrad CPC. Et pour les consoles, Sega et Nintendo régnaient en maître.
D’après la fiche Wikipedia, sa commercialisation à cessé en France quand son importateur à fait faillite.

Jamais entendu parler de cette console a l’époque, sauf après dans les magazines. Mais bon comme déjà dit c’était soit Sega soit Nintendo au supermarché.
Il devait pas avoir beaucoup de parents prêt à aller dans des petites boutiques underground de JV à la fin des années 1980 pour acheter cette console aux enfants.

la neogeo coûtait beaucoup trop cher , le prix du jeu était astronomique comparé aux deux autres.

En France c’est resté quand même confidentiel. Ca me fait bizarre de lire la PC Engine de Konami alors que dans mon souvenir ça restera la NEC PC Engine… La mienne avait été gagnée via le jeux minitel de Micromania… Magnifique souvenir et des heures passées sur Final Match… Pfff je suis vieux en fait…

2 J'aime

Certains jeux ridiculisent même les snes/Genesis :+1: Je la prendrai peut être pour la collection, mais rien ne me presse. J’ai encore la mienne de l’époque ainsi que PC engine GT et ma version CD.

1 J'aime

Tout dépendait où on se trouvait. Étant parisien, je peux t’assurer que chez nous il y en avait partout.

Mini Console maxi prix et introuvable (hors internet), comme à l’époque quoi, on reste fidèle.

1 J'aime

Toute mon enfance. J’avais eu la MegaDrive, la SNES…J’avais rêvé sur la NeoGeo et la NEC…Franchement, j’en ai des frissons.

1 J'aime

« Raison pour laquelle personne ou presque n’a eu de néo-geo. »

la seule raison était purement économique et rien d’autre. Avec une console à 2500 francs et des jeux à 1500 francs (et de mémoire 300 balles le pad) alors qu’une Supernes/Megadrive coûtait 1290 francs avec des jeux à 350/400 francs, bien plus accessible au commun des mortels.

Certes, on avait l’arcade à la maison, mais il fallait être riche (il faut replacer les prix par rapport au coût de la vie et le salaire moyen de l’époque)

Et de toute façon, SNK n’a JAMAIS voulu devenir la console du peuple ! Et a cultivé jusqu’au bout le côté rolls royce inabordable, ils ne voulaient certainement pas que des gueux et des « sans dents » profitent de leur borne d’arcade personnelle…donc on (je m’inclus à ce « on ») léchait l’écran sur lequel tournait Metal Slug, et on se contentait des consoles familiales, vendues comme telles, avec un prix bien plus sympathique au porte monnaie.

3 J'aime

Pourquoi me faire un pavé pour me dire exactement ce que j’ai dit?

La néo-géo n’était accessible qu’aux riches [« Raison pour laquelle personne ou presque n’a eu de néo-geo »], et les consoles classiques qu’aux foyers aisés [« les parents (ceux qui avaient les moyens du moins) offraient « la SEGA » ou « la Nintendo » à leurs chers bambins »], car 1300 balles pour une console et 400 balles pour un jeu, tout le monde ne pouvait pas la payer non plus, à une époque ou un ouvrier gagnait 5000fr par mois…

Mon commentaire avait pour objectif de souligner que ce n’est pas seulement une question de vouloir ou non les jeux vidéos à la maison qui déterminaient la présence ou non d’une console à la maison, contrairement à ce que disait l’article. Les bonnes notes, ça fait pas pousser les billets sur les comptes en banque.

Si c’était vraiment le cas ils n’auraient pas sortis la néogéo CD.

"À l’époque, les parents (ceux qui avaient les moyens du moins) offraient « la SEGA » ou « la Nintendo » à leurs chers bambins.

Raison pour laquelle personne ou presque n’a eu de néo-geo."

"Pourquoi me faire un pavé pour me dire exactement ce que j’ai dit?

La néo-géo n’était accessible qu’aux riches "

ce n’est pas vraiment ce que tu as dit dans ton premier message.

à te lire, ceux qui avaient les moyens achetaient chez SEGA ou Nintendo, sous-entendu par méconnaissance de la Neogeo (ce qu’on peut aussi dire de la PC Engine) et non pas par manque de finances. C’est en tout cas comme ça que je l’ai compris pour ma part, d’où mon « pavé ». J’apportais juste mon avis, il ne faut pas y voir autre chose.

Mais si tu compares le prix d’une neogeoCD, arrivée tardivement, aux consoles qui lui faisaient face (je parle encore des 16bit, la neogeo geo ne jouait pas dans la cour des 32bit), SNK a toujours cultivé le luxe avec son « arcade à la maison » (et les loadings qui vont avec pour la version CD…que les puristes ont dû conspuer et dédaigner).

D’ailleurs ils se sont mis au CD, contraints et forcés, parce qu’ils n’avaient certainement pas trop le choix, face à une playstation sortie quasi en même temps. Les pauvres cartouches de 900Mb (~100Mo) qui coûtaient un bras faisaient pâle figure face aux 650Mo d’un CD pressé avec quelques grammes de plastique à un prix défiant toute concurrence. Et comment justifier encore, fin 94, le coût astronomique des jeux cartouche alors que la Supernes/Megadrive, sur le léger déclin, proposaient des prix largement plus abordables (790 francs la console, beaucoup de jeux bien moins chers, parfois même sous la barre des 100 francs)