Forum Clubic

Commentaires : SpaceX va tester le système d'éjection de la capsule Crew Dragon ce 18 janvier

Alors que le test du système d’éjection de la capsule Crew Dragon devait avoir lieu le 11 janvier, SpaceX et la NASA l’ont reporté au 18 janvier prochain. Cette échéance est capitale, puisqu’elle va déterminer si la firme d’Elon Musk est enfin prête à acheminer des astronautes à la Station Spatiale internationale (ISS).

1 J'aime

Petite question, on sait qu’après ce test le 1er étage sera probablement non réutilisable selon les propos de Musk. Qu’en sera-t-il de la capsule Dragon après une utilisation en situation de vol des SuperDraco.
La capsule est elle aussi condamnée après cela ou peut elle être réutilisé contrairement au 1et étage ?

A l’origine les super dracos étaient conçus pour un atterrissage propulsif et la capsule être réutilisable.
Donc j’imagine que dans ce cas de figure la capsule serait réutilisable.

Mais dans tous les cas (donc même si tout se passe bien) la NASA ne veut pas qu’elle soit réutilisée avec un équipage.
Ensuite, si une telle situation devait se produire en dehors d’un test, j’imagine qu’il se passerait du temps avant qu’une Falcon 9 ne redécolle avec un équipage.

2 J'aime

Bah, quand t’en a fait une qui marche bien, c’est pas compliqué de la reproduire, en l’améliorant comme il fait avec tous ses produits.

Je n’ai aucune information qui porte à croire que la NASA ait prohibé la réutilisation de cette capsule. On en saura plus le jour du tir, mais à priori elle devrait être réutilisée.

1 J'aime

Les capsules Crew Dragons ne sont utilisées que une fois avec un équipage et puis elles sont réutilisées que pour du cargo.

La force g de la pousser a l’aire démentiel.
Même s’il s’éjecte , la combinaison des poussés peuvent donner des problèmes.

« La force g de la pousser a l’aire démentiel. » ==> Dans le pire des cas, très certainement. De toute façon au alentour de 12 g, ce qui n’est pas si rare (siège éjectable, chute facteur 2 sur une corde d’escalade), il y déjà un risque de lésions permanente. Au alentour de 15 g, même équipé et entraîné le mieux possible, on risque bien plus. Mais comme on dit, « quand faut y aller, faut y aller » ! Sachant que dans la majorité des cas, ça passe plutôt bien (les cosmonautes russes ont quelques histoires de ce genre à raconter à leur petits enfants).

Sur le Twitter d’Elon Musk il y a un gif où on voit que la poussée additionnelle est douce.

Oui 3.5 g seulement, mais c’était à max Q, en situation zéro-zéro le système peut donc donner beaucoup plus (15 g, voir plus, n’a rien de choquant lorsque chaque dixième de seconde compte).

Une histoire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Soyouz_T-10-1

:wink:

Un détail amusant lors de cette explosion, c’est qu’un journaliste avait réussi a s’approcher suffisamment près du lanceur pour que le souffle de l’explosion le projette de la dune d’où il prenait ses photos (heureusement le sable a amorti sa chute). Du coup, comme il a « volé » lui aussi, son nom a été gravé sur la plaque commémorative de cette mission Soyouz, au même titre que les membres d’équipages. Quand à la vodka pour « détendre » l’équipage, c’était surtout pour le « calmer » car ils étaient vraiment furax (apparemment ils auraient eu quelques jurons bien sentis à destination de leurs chefs bien aimés).

moi j’avais tombé sur se site avec mes recherches.
http://voyagedansespace.online.fr/partie3.php

Effectivement, c’est bien le jerk qui est le plus traumatisant (en soit le corps résiste assez bien à une grosse accélération tant que celle-ci est régulière).