Forum Clubic

Commentaires : · S | F · Votre chronique futuriste part à la recherche des Furtifs

Ils sont parmi nous, ils nous entourent et nous suivent au quotidien. Pourtant, jamais nous ne les verrons. Qui ? Les Furtifs bien entendu !

2 J'aime

Je n’aime pas le gauchiste (désolé mais il suffit de lire 3 pages… et de l’entendre…) Damasio. Ecrivain de SF dont on bourre le mou de la jeunesse via la hype. Alors qu’il est plutôt médiocre. Ce n’est (évidemment) que mon avis.

J’ai encore énormément aimé ce livre de Damasio, même si il est indéniablement moins fluide que la Horde du Contrevent (qui reste mon préféré). Toutefois, au delà de la critique évidente du modèle capitaliste dérivant vers des sociétés de contrôle absolu, il y a aussi cette magnifique déclaration d’amour de 2 parents à leur enfant. Ce fil d’Ariane m’a ému, l’écriture poétique de ces passages est sublime. J’aurais préféré plus de poésie et moins de politique peut être. C’est un livre qui vous hante, à lire

1 J'aime

Alain Damasio est un génie. C’est LE maître incontesté de la littérature post-futuriste et du polar de science fiction à suspense. Surveillance, espionnage, histoires d’amour, réseaux cybernétiques tout y est à chaque fois. Il est incontestablement le plus grand aujourd’hui, dans la lignée des Asimov, van Vogt, Gibson,…

1 J'aime

Bon…ben il va falloir que je trouve le temps (courage ?) de le lire.
Il me tente depuis un moment lui aussi.

1 J'aime

Moi qui suis fan de Pierre Bordage et de son écriture poétique - et de son chef d’œuvre Les Guerriers du Silence - je suis curieux de découvrir Damasio.

Le coté politique m’a retenu jusqu’à présent. J’espère qu’il ne penche pas vers la caricature gauchiste faisant le déni du monde réel (« ne rien lâcher » « les vilains patrons » « ouvrons les frontières il n’y a pas de danger »).

J’aime la SF parce qu’en général il s’agit d’une approche qui se veut objective sur les évolutions du monde qui nous entoure(-ra) avec une volonté de réalisme et de pragmatisme. Tout l’opposé - pour moi, je ne prétend pas avoir raison ou convaincre, ce n’est pas l’objet - de la gauche française, dont l’idéologie, sans être inintéressante, est malheureusement loin des réalités de notre monde.

J’espère que Damasio arrive à être rêveur et défendre les causes qui lui tienne à coeur sans pour autant donner dans le prosélytisme ou la caricature outrancière.

Arriver à parler de la gauche française dans un sujet sur la s.f., faut le faire…on revient au sujet, s.v.p. yeux

Lol…

Bon courage. Fais -toi un Jack Vance à la place ou un Banks, voire un Egan.

Dès le début ça commence mal… Je n’en dis pas plus. Même médicament : Banks/Egan/Vance.

J’aurais plutôt la sensibilité politique de Damasio, pour autant, j’ai trouvé que dans les furtifs, l’envie de l’auteur de partager ses convictions est beaucoup trop présente. Cela conduit a des longueurs. Des chapitres entiers dans lesquels nous sommes plus dans la ZAD de Nantes que dans le futur de l’ultra-surveillance qu’il dépeint si bien. Je suis arrivé au bout des 700 pages mais c’est au prix d’un important effort. La qualité de l’écriture m’y a heureusement aidé.

J’aime bien Vance :smiling_face_with_three_hearts:.
Mais Je tenterai quand même. Si j’y pense, je viendrai faire un retour ici.

L’univers du livre est top, le début est génial, mais effectivement comme décrit plus haut, il y a beaucoup trop de longueurs insupportables qui gâchent l’expérience.
Pour moi c’était juste l’inverse de la Horde, qui était difficile à commencer et de plus en un plaisir au fur et à mesure qu’on a avance dans l’aventure. Avec les furtifs le début est géniale et petit à petit l’histoire se dévoile et devient plate et longue…

2 J'aime

Bonjour Johan_Gautreau, j’ai commenté votre nouvelle sur Alain Damasio (l’écrivain de SF). Ca va ? Quoi de neuf ?

Dududuche

1 J'aime

Merci pour votre commentaire ^^