Forum Clubic

Commentaires : Prévisions météorologiques perturbées par la 5G : l'ANFR fait une mise au point

Si l’Europe ne devrait pas poser de problème, des perturbations dans le ciel des États-Unis auraient des effets sur le reste de la planète.

Après la FAA et le 737 Max, et maintenant la FCC et la 5G, cela fait deux agences de régulations américaines qui se retrouvent mises aux ban lors d’une conférence internationale ! Du jamais vu ! Il ne manque plus que les casquettes Make America Banned Again !

Mouarf, un prétexte de plus pour les américains de justifier l’exclusion de Huawei “je pense” !

Beaucoup redoutent ou craignent les effets pervers de la 5G, à commencer par une plus grande vulnérabilité faisant poindre des risques accrus de cybercriminalité ou de potentielles conséquences sur notre santé.

LOL : il y a tellement de précautions ou d’indéfinis dans cette phrase qu’on peut conclure qu’il y a une probabilité nulle de problème.

Si seulement l’auteur prenait autant de pincette avec tout ce qui concerne l’escrologie en général…

Enfin tmtisfree, tu me sembles avoir un bagage scientfique vu certaines de tes comms mais pourquoi chaque fois qu’il y a une news avec des faits scientifiques à la base, tu pars en sucette a priori sans vérifier. Le problème de la bande des 26Ghz, c’est que c’est une de celles observées par les satellites pour leurs “images” météo. Il est facil de connaitre la perturbation possible d’un signal actif qui va ajouter du bruit de fond sur le signal passif observé. Dire que l’estimation du rapport signal/bruit n’est pas bonne pourquoi pas, mais parler comme à chaque fois d’escrologie est un peu léger.
Pour info, je suis un escrologue (dans le sens ou je travaille sur les émissions polluantes et que j’ai un bonne idée de ce que cela représente) qui travaille pour une industrie polluante…

L’auteur prend tellement de précautions d’écriture ici, alors que c’est ~inutile, que cela en est caricatural, d’où le // et la comparaison avec les articles d’escrologie (celui-ci n’en est pas un) où la science est bien plus incertaine, aléatoire et/ou imprécise mais où on présente, on affirme, on attribue et on conclue avec tant de désinvolture ou d’idéologie, sans aucun conditionnel, comme si tout était sans questionnement possible.

D’où ma moquerie parfaitement justifiée (qui ne visait pas le fond ici, que je ne discute pas).