Forum Clubic

Commentaires : Orange : l'autorité de la concurrence pourrait scinder l'entreprise en deux

L’Autorité de la concurrence française a été saisie par une association représentant 45 opérateurs télécoms pour se prononcer sur l’éventuelle scission en deux parties d’Orange.

Les concurrents veulent le beurre, l’argent du beurre et les fesses de Stéphane Richard sur un plateau…
Mais bon ça va trouver écho au non de la sacro-sainte libéralisation !

comme ca les derniers champions Français pourront etre vendus morceaux par morceaux pour renflouer les caisses de l’état… et permettre à quelques guignols de pseudos operateurs virtuels qui n’investissent jamais de s’enrichir vite pour disparaitre ensuite aussi vite !

Si je ne me trompe pas, Orange refacture la paire de cuivre un peu moins de 10 euros par mois à un opérateur pour l’entretient de la ligne d’un abonné Free/Bouygues/etc… Aujourd’hui cette refacturation est-elle suffisante pour l’entretient du réseau par rapport à tous ce qui est dit ou lu sur la qualité du réseau téléphonique OU Orange injecte t’il de l’argent issu d’autres ventes (abonnement internet, services, etc…) ?

Si la partie réseau devient une entité à part, le prix de la paire de cuivre ne risque t’il pas d’augmenter pour éviter que l’entreprise “réseau” ne devienne pas déficitaire ?

la bonne idée… , on va séparer comme la SNCF et son réseau rail et ce sera la même conneries et 5ans plus tard on ce dira, a oui, c’était une boutade :),

et puis la concurrence, a pars pas investir dans le reseau elle fait pas grand chose, a si free a sorti une box 4k pour les riches idiots … rivolution !

1 J'aime

D’après ce que j’ai compris, l’argent gagné par la facturation des 10 euros aux autres opérateurs rapporte bien, et Orange ne dépense pas tout (mais Orange s’est fait épinglé à cause du mauvais entretien des lignes).
Je peux me tromper, mais pour le moment la location de ligne a l’air bien rentable, alors que ce n’est pas sa vocation.

Vu l’expérience de 20 ans de séparation du rail (que j’ai bien connu), on peut avoir des doutes sur l’efficacité économique globale d’un tel système !
SI on résume :

  • au début était un monopole intégré, critiqué, mais qui avait quand même les clients en direct,
  • on a introduit quelques concurrents,
  • ces (rares) premiers concurrents ont investi dans des réseaux (SFR et Bouygues surtout),
  • comme cela ne suffisait pas, des concurrents sans réseau sont arrivés, largement soutenus par des règles favorables de refacturation de l’usage des infrastructures historiques,
  • mais cela n’est pas assez juteux pour eux, donc ils demandent que l’on crée… un nouveau monopole !?
    Avec une différence, bien connu des connaisseurs du rail : le nouveau monopole “réseau” n’aura aucun lien avec les vrais clients, c’est-à-dire vous et moi.
    Donc il aura un comportement de monopole pur et dur : faire ce qu’il veut, augmenter ses prix, reporter sur ses clients contraints ses charges, investir a minima, ne prendre aucun risque, ne jamais chercher à fiabiliser le réseau, faire les travaux en interrompant le service pendant des jours, etc.

Continuons à dilapider les entreprises françaises qui possèdent encore un peu de puissance à l’internationale … l’exemple de la SNCF (et d’autres, Arcelor, Alstom…) ne suffisent pas, l’Etat va pouvoir prendre en charge la partie à perte de la scission pour laisser l’autre partie à ceux qui en profiteront pour se gaver, puis disparaître une fois qu’Orange sera suffisamment affaiblit pour être revendu à des entreprises étrangères.

On ne peut pas payer les prix que nous payons (c’est cher mais c’est bas par rapport aux autres pays), avoir une qualité de service satisfaisante (même si peu mieux faire) et avoir des entreprises puissantes en France…

Je vois que les community managers de chez Orange sont presents…
Les fait sont simple : L’etat a finance le reseau cuivre mais c’est Orange qui en beneficie maintenant tranquilement…
Le reseau devrait etre gere par l’etat et toutes les entreprises commerciales devraient payer la meme chose pour l’acces a ce reseau y compris Orange…

Tu te trompe ce n’est pas du tout rentable, compte tenu de l’augmentation du prix du cuivre et des contraintes lié a son utilisation.

si vous ne savez même pas cela au sujet de la rente du cuivre, pourquoi ne pas vous renseigner un peu avant ? En gros le cuivre rapportait plusieurs milliards par un et Orange ne dépensait que 300 à 400 millions tout confondu dans le réseau.
Avec tout ce pognon volé aux français, Orange a investi partout dans le monde pour son propre bénéfice. Il a aussi pourri la vie des alternatifs dans tous les domaines possibles.
Aussi pour répondre aux commentaires irréfléchis ou sur commande qui invoque Orange grande socièté française etc…
Orange est une multinationale d’origine britannique, c’est une boite privée aux capitaux étrangers sauf pour la part de l’Etat. Part dont il veut se dessaisir.
Une entreprise française , fleuron, champions français … Vous me faites bien marrer.

c’était ultra rentable. Genre 3 milliards par an de bénéfices purs.
Orange gagnait plus largement avec la rente du cuivre que Iliad (free) avec toutes ses activités.

Orange est une multinationale d’origine anglaise. Ce n’est pas une société française. Seul l’état français dispose encore de 24% des actions.

vous racontez n’importe quoi: dépenses 400 millions d’euros, recettes 4 milliards. Chiffres fournis par Orange.
l’augmentation du prix du cuivre : vous savez que le réseau est DEJA construit . Son utilisation : qu’est ce que cela veut dire ???

Bizarre en effet ces concurrents qui veulent le beurre et l’argent du beurre, jusqu’à preuve du contraire la construction de la fibre c’est bien Orange qui la déploie de la mème manière que numéricable la sienne alors pourquoi ces pseudo opérateurs s’en prennent t’ils toujours a Orange ? Car ils parlent bien de fibre et non du cuivre. Je suppose qu’ils ont toute liberté pour louer a numéricable.

Tu te rends compte des énormités que tu racontes? J’espère que oui sinon c’est grave.

France Telecom a racheté Orange et a fini par reprendre son nom, ça va pas plus loin.