Forum Clubic

Commentaires : Moins de contenus politiques donc moins de fake news ? La nouvelle équation en test chez Facebook

Facebook promet de faire remonter un peu moins souvent les contenus à vocation politique dans le fil d’actualité de ses utilisateurs.

Ah ben c’est genial, moins de news donc moins de fake news. Plus de thermomètre donc plus de fièvre. Donc les sujets politiques qui vont rester seront ceux qui parlent d’écologie, de budgets pour l’aide au développement ou les credits débloqués pour les crises humanitaires.

Facebook c’est l élagueur de toute contestation. Dès qu’ une branche de contestation dépasse du buisson du politiquement correct, HOP! on coupe.

Bienvenue dans la « Démocratie » des GAFA.

4 J'aime

On peut pas d’un coté reprocher à Facebook de diviser la société, et de l’autre de ne rien faire pour limiter ça… Il n’y a plus vraiment moyen de débattre dans tous les cas aujourd’hui et par définition la politique divise donc bon… :man_shrugging:

Si je pouvais empêcher l’affichage d’articles de presse (ceux partagé par mes contacts) dans mon feed je le ferais. Ainsi que tout le contenu activiste de l’extreme gauche à l’extreme droite.

Je préférais les débuts de facebook, lorsqu’il s’agissait principalement d’un blog de nos vies perso. N’ayant pas besoin de plus je me contente de poster de temps en temps sur Insta :tipping_hand_man:

1 J'aime

Y a une différence entre contestation et mensonges à tout va hein, tu crois pas ?

1 J'aime

Après s’être mouillé jusqu’au cou dans la dernière campagne présidentielle américaine, Facebook fait désormais semblant de faire marche arrière.

Par fake news, il faut évidemment entendre tout avis contraire à la DOXA progressiste…

1 J'aime

Il y a une différence entre contester et balancer des mensonges purs et simples.
Si tu ne fais pas la différence c’est pas le problème des GAFAM.

Et oui on peut contester son président ou son gouvernement sans soucis en France ou aux US.
Ceux qui trouvent que non, peuvent faire un tour dans d’autres régions du monde voir comment ça ce passe là bas.

.

Après Facebook c’était largement mieux quand il y avait les photos de vacances de tout le monde. Il y a plus personne qui poste qch dessus de privé, c’est des commentaires à tout va sur des sujets débiles.

1 J'aime

C’est peut-être le concept même de ce genre de réseau social qui est ingérable.
Mais qu’est-ce qu’il faut faire ? On laisse comme ça et rien ne change, c’est le bo…el. On encourage les dérives et les extrémismes ? Pas très conseillé. Là ils essaient quelque chose, un peu moins de politique, pourquoi pas ? Après tout, les férus de débat politique peuvent trouver leur bonheur ailleurs.
A titre personnel je ne suis pas sur FB, qui m’écœure comme RS, mais je constate que quand on ne fait rien ça va pas et quand on essaie quelque chose, ça va pas non plus.
Peut-être qu’il faudrait fermer tout ça, mais ça n’arrivera que quand ils se casseront la gueule économiquement, et c’est pas demain la veille.

GAFAM, GAFAM n’oubliez pas Microsoft, merci :wink:

Quand j’étudiais encore, dans mes cours de communication on nous expliquait de ne jamais utiliser la forme « interro-négative » car c’est un outil pour briser toute contestation (psychologiquement cela va sans dire).
On ne peut qu’être d’accord avec ça, ne crois-tu pas ? :slight_smile: :slight_smile: :slight_smile:

Moins de Facebook
Moins de Fake News

ça c’est du slogan :slight_smile:

Il y a une différence entre contester et balancer des mensonges purs et simples.
Si tu ne fais pas la différence c’est pas le problème des GAFAM.

La réponse est assez simple: Parce que séparer la vérité du mensonge n’est pas forcément toujours simple, ni binaire.

A partir du moment ou on laisse quelqu’un s’ériger « ministère de la vérité » par le biais d’algorithmes plus ou moins opaques, il pourrait de fait imposer les vérités politiques qui l’arrangent. Personne au monde n’est assez neutre pour réaliser un tel travail. Et il n’existe pas d’institution capable de vérifier qu’il n’y pas d’abus.

C’est pour ces raisons qu’en démocratie on a institué la « liberté d’expression » et non un système de « vérités officielles » pré filtrées par des gens qui « pensent mieux que nous » ou « connaissent les vraies vérités ».

Si on veut lutter contre les extrémistes et les complotistes, il faut expliquer aux gens ou est l’arnaque. Et non décider à leur place que tel ou tel contenu doit être éliminé ou décider qu’ils devraient regarder plus de contenu sur les chats que de contenu politique. Même si cela n’est pas facile, c’est la seule voie légitime.

Nous devons tous comprendre que la neutralité politique du web est primordiale. Et que tout reste à construire à ce sujet.

Le vrai problème est que beaucoup de gens ne comprennent pas du tout le fonctionnement du web par rapport à un média traditionnel. Le web et les réseaux sociaux, c’est le règne du « putaclic ». Et de fait que des gens peuvent avoir intérêt à raconter n’importe quoi pour se créer une notoriété et en faire du pognon.

Les sujets « ils vous mentent », « on nous cache tout » sont par définition extrêmement rentables pour générer du clic. Plus un titre parait étonnant comme « les chats, danger d’une nouvelle puissance nucléaire », plus les gens vont cliquer dessus. D’ou l’essor du complotisme qui construit des raisonnements logiques en apparence, mais sur des prémisse complètement fausse.

3 J'aime

Je ne suis pas d’accord et tu ne pourras pas me dire le contraire hein ?

Je te parle des personnes qui véhiculent de vraies fausses news, il est bien là le problème

Je te rejoins à 100% . Et il faudrait une commission, représentée par des personnes de partis de tous bords politiques qui surveillent les r.s. , plutôt que les GAFAM elles mêmes.

Mais il y a de ces conneries qui sont partagées par des milliers/millions de personnes sur ces réseaux qui font froid dans le dos.
Tu essaies de leur expliquer rationnellement par A+B que ça n’au aucun sens, la réponse sera « Je ne suis pas un mouton ». :smiley:

Bravo :slightly_smiling_face: