Forum Clubic

Commentaires : L'ESA investit dans le moteur fusée réutilisable Prometheus

Prometheus est de plus en plus concret. Le moteur conçu par Arianegroup vient de recevoir un nouveau chèque de 135 millions d’euros pour la poursuite du développement jusqu’aux démonstrations. Un signe fort pour la prochaine génération de lanceurs européens : les premiers tests auront lieu en 2021-2022.

1 J'aime

Ariane 6 devrait être zappée.
C’est une pure perte de temps et de moyen. Un lanceur pour 4 ans…

1 J'aime

Euh, il n’y aura pas d’autre lanceur européen de son calibre à l’horizon 2026… Sinon éventuellement une Ariane 6 améliorée.
Ariane 6 devrait être là pour 6 à 10 ans.

Ce qui est ridicule en durée de vie pour un lanceur généraliste commercial.

1 J'aime

C’est pas foufou en effet, mais on a vu pire. Cela dit je ne suis pas persuadé qu’il y aurait eu un gain significatif à trainer Ariane 5 jusqu’à ce que les technos soient prêtes en Europe. Il s’agissait avant tout de remplacer un lanceur conçu au début des années 90…

2 J'aime

En terme de budget, ça semble très modeste façe aux ricains (et j’imagine chinois).

75 millions en 2017 de la part de l’ESA, 15 millions du gouvernement français en 2021 + 135 millions de l’ESA en 2021, je trouve que c’est déjà pas mal (sachant que ça ne couvre pas d’éventuels couts internes), mais les comparaisons sont difficiles avec les autres programmes US ou autres.

Aerojet Rocketdyne a par exemple utilisé 225 millions de dollars pour son moteur AR-1 (kérosène-oxygène) mais il n’était pas réutilisable.

Donc dans la dernière ligne droite il faudrait tout arrêter, ce qui signifie perdre les sommes investies dans Ariane 6 pour continuer à exploiter Ariane 5 qui coûte très cher à exploiter et qui donc n’est plus du tout compétitive jusqu’à ce que Ariane next soit prêt (en 2030 si tout va bien, ce qui fait 9 ans et non 4 ans).

Bizarre comme idée où alors j’ai raté un truc…

1 J'aime

Qu’ils continuent les recherches… dans quelques années leur techno sera racheté par Space-X

Ils pourraient pas plutôt chercher à améliorer le Vulcain en utilisant l’impression 3D (puisqu’on a l’impression que c’est ce qui permet de faire des progrès) ? Il parait que SpaceX a vachement amélioré leur Merlin entre la 1ere version et celle actuellement. Pourquoi chez Ariane, on a l’impression qu’un truc inventé à un moment T va resté gelé jusqu’à la prochaine génération de fusée/moteur ?

même si on aime s’auto flageller, l’europe a encore beaucoup de compétences et de talent dans le domaine des fusées

et perso, je m’en réjouis, car l’indépendance dans ce domaine est stratégique

1 J'aime

On en parle de SLS ?
(certes, ce n’est pas directement comparable)

Et voir les choses du côté positif, ça couterait plus cher ? :sweat_smile:
Oui, l’ESA / Ariane Group a pris du retard, mais ils bossent, un moteur fusée, ça ne se fait pas en 10 minutes, donc bon …

Comme Vulcain n’était pas conçu pour ça à la base, ce n’est peut-être tout simplement pas possible (supposition de ma part, je ne suis pas spécialiste de la question et loin de là).

P.S. : Oui, mon commentaire est un peu salé, mais il serait bon de temps en temps de voir des commentaires positifs …

C’est certain qu’en face il y a une sacrée concurrence, mais dans le spatial Européen il y a tout de même des gens sacrément compétents également …

:joy:

J’ai bien précisé lancer généraliste commercial.
Le SLS c’est aussi ridicule mais dans une autre catégorie ^^

1 J'aime

non mais j’ai rien contre Space-X bien au contraire, je trouvais Ariane et sa gestion associée en retard de plusieurs trains… Un nouvel opérateur ça permet parfois de remettre les choses dans le bon sens.

Ben c’est le cas en fait :slight_smile: A la base Ariane 5 volait avec Vulcain, puis sur Ariane ECA il a commencé à voler avec Vulcain 2… Et sur Ariane 6 le moteur passe en version Vulcain 2.1, qui est plus simple, plus facile à assembler (grâce à un peu d’impression 3D mais moins que sur Prometheus) et donc moins cher. Il me semble qu’il est quelques pourcents plus puissant, mais c’est marginal.
Le problème c’est que les moteurs hydrogène-lox sont chers parce que ce sont des bijoux de technologie (même chose aux USA) et leurs ergols très peu denses forcent le lanceur à être assez énorme. L’idée est donc de passer à du méthane-lox, qui est plus dense mais représente le « next best thing », en sachant que tu peux du coup avoir des moteurs qui sont plus puissants.

Bon il y a quand même du mieux.
Ils ont enfin compris que leur rythme ne tenait plus gavé aux nouveaux acteurs.
Reste qu’ils auraient pu mener cette réflexion il y a déjà pas mal d’années et faire une croix sur Ariane 6
.

L’initiative de développer et industrialiser des moteurs méthane-lox (une idée ancienne) qui sont les plus appropriés sinon indispensables à la réutilisation est venue de SpaceX et Blue Origin, donc du privé.
La Nasa et l’Esa n’y sont pour rien.
Les américains innovent, les européens suivent (comme pour le réutilisable), les chinois aussi mais avec l’ambition d’égaler voire dépasser le leader à terme.

C’est vrai que l’investissement semble plutôt modeste, pour ne pas dire risible, comparé à d’autres. 150 millions, c’est moins que certaines super-cagnottes à l’Euro million. Par comparaison, le budget de la NASA est de 23 milliards et oui, j’imagine que pour la Chine c’est plus encore.
Mais c’est toujours mieux que rien, ne crachons pas dans la soupe. Cela permet de continuer le programme et de capitaliser sur ce qu’on sait déjà faire, au lieu de partir dans tous les sens. Le principal c’est de rester indépendant vis à vis des autres puissances et des grands groupes privés. On est pas obligé d’aller sur Mars pour ça. Pas encore en tous cas.

Non le choix du méthane-lox s’est fait à partir de travaux de recherche, notamment franco-allemands menés à partir de 2015. La « poussée » de SpaceX sur le réutilisable a nettement influencé le choix de la méthode, c’est à dire d’avoir un moteur capable de ramener l’étage de manière propulsive, mais pas le carburant.
Le butane et le propane ont été envisagé aussi, il y a un papier très intéressant sorti sur ces travaux en 2017 qui s’intitule « Evaluation of Future Ariane Reusable VTOL Booster stages » si vous arrivez à le retrouver.

On a parfois l’impression que le choix se porte juste parce que « les autres le font » mais c’est nier beaucoup de travaux de recherche.

3 J'aime