Forum Clubic

Commentaires : Les SSD plus fiables que les disques durs selon une étude

Une conséquence de l’absence de pièces mécaniques au sein des SSD
, sans aucun doute.

J’avais ouie dire que niveau longévité, les HDD étaient plus efficace que les SSD, c’est toujorus le cas?

2 J'aime

A une époque, celle des dinosaures, dont je suis le récent descendant, cela nous faisait rire d’imaginer qu’un système d’exploitation puisse tourner sur de la RAM seulement.

Ouais, alors avec le SSD, c’est devenu réalité.

C’est bien aussi d’avoir un DD externe, on s’en doute bien, pour faire le stockage et réduire les accès à l’unité.

3 J'aime

Ben non, un SSD ça n’a pas grand chose à voir avec de la RAM…

6 J'aime

« il aurait été intéressant d’avoir des produits du même âge »
Clairement vrai, le temps est un facteur très important pour voir la fiabilité.

5 J'aime

Portable Acer combo SSD + HDD: le SSD a lâché juste avant la fin de garantie (2 ans) et hier son remplaçant après 1 an…
De tous mes HDD (8) seul le WD black dans mon Auralic Aries mini a lâché, après 4 ans et sinon mon WD TV live hub donne des signes de fatigue, lui a 10 ans de bons et loyaux services.
Donc je n’ai pas encore totalement confiance de la fiabilité des SSD !

4 J'aime

C’est pas mon expérience. J’ai vu les deux cas à la fois pour du SSD et du DD.

Ben, à part les temps d’accès plus long, c’est quand même un peu le même type de mémoire, non?

Pour les écritures fréquentes comme les téléchargement de gros fichiers par exemple c’est ce que j’avais fait à l’achat de mon tout premier ssd un qui à 6 ans et que j’utilise encore comme disque système, et certains jeux aussi qui n’avaient pas besoin d’un temps d’accès important aller aussi directement sur le disque dur, j’avais changer tous mes disques durs par des ssd et je continue toujours ce procédé, l’écriture se fait toujours hors disque système sauf pour les programmes.

J’ai un petit SSD de 56 Go qui sert intensivement depuis bien des années (Swap Windows, cache de logiciels gourmands, VirtualBox…). Il reste 85% de durée de vie après un cumul de 20000 h de marche, 80 To lu, 50 To écrit.

Je suis convaincu que les SSD sont bien plus fiables car ils résistent aux chocs et n’ont pas de pièces mobiles. J’ai tué quelques HDD avec des chutes de même pas 1 m. D’autres ont juste été mis à l’écart car ils commençaient à faire des bruits bizarres…

1 J'aime

en règle général les SSD « claque du jour au lendemain » alors que les HDD le font plus « progressivement ».

C’est vrai, mais en pratique, ça ne fait pas forcément une différence.
Exemple, le cas classique du HDD dont les têtes se dégradent preog et qui devient de plus en plus lent. Quand tu t’aperçoit du problème, il est trop tard. C’est devenu beaucoup trop lent pour récupérer les données.
Bref, ce qu’il faut, c’est surtout sauvegarder…

1 J'aime

Non, pas du tout.

Déjà physiquement, l’information n’est pas stockée de la même façon. En gros, un bit de DRAM, c’est un condensateur chargé ou déchargé (et qui se décharge en permanence, d’où le fait que la RAM doit être rafraichie et perd les données en cas de coupure d’alimentation), alors qu’en mémoire flash une cellule est un transistor d’un type particulier, qui permet de conserver durablement une charge électrique (et c’est le niveau de cette charge qui stocke l’information, avec éventuellement plus de deux niveaux possibles, pour stocker plus d’un bit par cellule).

Après, au niveau logique, c’est très différent également. Une mémoire RAM supporte deux types d’opérations (lecture, écriture) et n’importe quelle opération peut être envoyée à chaque cycle vers n’importe quel mot (l’unité d’adressage de base, dont la taille est égale à la largeur du bus mémoire) mémoire, indépendamment de l’état de la mémoire et des opérations précédentes.

Une mémoire flash supporte trois types d’opérations (lecture, effacement, programmation) sur différentes unités d’adressage (page, bloc) toutes largement plus grande qu’un mot. La lecture se fait par page (ie même si tu veux lire que 20 octets, tu dois lire une page complète, page qui fait généralement quelques Ko à quelques dizaines de Ko), la programmation, qui consiste à faire passer des bits de 1 à 0, se fait par page, mais comme tu ne peux faire que 1->0, tu ne peux le faire que sur une page ou tous les bits sont à 1 (puisque sinon, si tu as déjà des bits à 0, tu peux pas les repasser à 1). Et l’effacement, qui fait passer les bits de 0 à 1, il se fait par bloc, un bloc étant beaucoup plus gros qu’une page (quelques centaines de Ko à quelques Mo).

Donc par exemple, en RAM, si tu veux incrémenter un entier 64 bits, tu vas lire 64 bits, puis écrire 64 bits.

Pour faire la même opération sur un SSD avec des pages de 16 Ko et des blocs de 1 Mo, il va falloir lire 16 Ko, puis, dans le pire des cas, tu vas devoir lire 1 Mo - 16 Ko (les autres pages du bloc), effacer 1 Mo, écrire (programmer) 1 Mo (la page contenant ta donnée modifiée + les autres pages inchangées). Dans le meilleur des cas tu vas lire 16 Ko puis écrire 16 Ko (en écrivant dans une page qui est encore vierge, le contrôleur du SSD associant alors l’adresse logique des données à l’adresse physique de la nouvelle page… mais cette gestion qui fait que les adresses logiques ne correspondent plus à des adresses physiques implique des traitements supplémentaires).

3 J'aime

Il faut sauvegarder en effet et je préfère sauvegarder de ssd à ssd car entre les temps d’accès et le poids d’un disque dur le choix est vite fait, j’ai viré 6 disques 3"5 de ma tour pour les remplacer par des ssd, je vous laisse faire le calcul de poids, plus besoin de passer par la séance de musculation pour déplacer celle-ci :grin:

Merci MattS32 de nous remémorer le principe…
Mais sans aller jusque là, en restant pragmatique, seul celui qui a eu la chance d’utiliser un RAM-DISK pour boot une machine peut bien comprendre que la différence entre SSD et RAM est un no-match…

…même si une partition de 4-16 Go volatile c’est archi-archi-archi-casse pied.
(Aussi casse pied que rapide)

Mais loué soit le SSD quand même!! On ne va pas se mentir.

1 J'aime

Expérience et étude personnelles :

Un disque dur tombe en panne en moins d’une seconde. Il suffit de faire tomber d’une hauteur d’1 cm (même quand c’est pas en fonctionnement). C’est le cas avec 2 de mes disques durs externes et 1 disque dur interne d’1 pc portable.

Fin de l’étude.

Depuis… je n’achète plus que des SSD où je n’ai jamais eu de problème.

Pour la volatilité, il y a une solution toute simple : une batterie et un support de stockage persistant associés avec la RAM. En cas de coupure d’alimentation, la batterie prend le relais le temps de dumper le contenu de la RAM sur le stockage persistant.

Mais ça fait longtemps que je n’ai pas vu de tels produits sur le marché, le plus récent dont je me souvienne était le Cloud Disk Drive 101, en 2014. C’était capable de tenir plus de 100KIOPS en 4K de manière soutenue (un bon SSD NVMe d’aujourd’hui dépasse largement ça aussi bien en lecture qu’en écriture, mais en écriture ça ne le tient pas de manière soutenue…)… Mais ce n’était pas vraiment la RAM qui était le facteur limitant, mais plutôt l’interface PCI-E 1.0 4x et le protocole AHCI, ça serait sans doute possible de faire bien mieux aujourd’hui avec du PCI-E 4.0 (et en 16x, soyons gourmands ^^) et le protocole NVMe.

T’as pas de bol.
Mon Macbook pro de 2011 tourne encore nickel avec son SSD de 120Go
Au boulot, on a des bancs de contrôle avec un PC sous Linux et des SSD de 32Go ou 64Go (au tout début de l’ère du SSD) et on n’a jamais eu de panne.
Sur mon PC, j’ai recyclé mon 1er SSD 120Go dans un vieux PC portable qui me sert de test Linux
Mon 2ème SSD 240Go tourne encore après 8 ans dans le PC Fixe de ma femme
Mes 2 SSD 1To en raid dans mon PC se portent bien ainsi que le petit nouveau de 2To

Par contre, je ne compte plus le nombre de Disque dur plateau que j’ai remplacé depuis mes débuts en informatique aussi bien sur des PC fixes, des PC portables ou des serveurs.

La seule chose qui abime un SSD c’est la limite du nombre d’écriture ou une mauvaise alimentation peut être. Après c’est du domaine du pas de bol

Perso j’ai un ssd système qui contient l’OS, les jeux et les applications, il a + de 6 ans et est encore à 96% correct après 23.000 heures de fonctionnement.

Il a à l’époque remplacé un WD Caviar Black qui a fonctionné 4 ans en disque système et est passé en disque de stockage à l’achat du ssd, il a donc + de 10 ans et plus de 35.000 heures.

Tu n’as pas simplement pas eu de chance, voilà tout. neutre

Non, la mémoire flash du SSD n’est pas adressable. Cela signifie que le code ne s’exécute pas directement sur le SSD. et les données manipulées par ce code ne s’y trouvent pas non plus. Il faut qu’il y ait un transfert en RAM d’abord. Mais c’est vrai que c’est de plus en plus rapide, notamment avec les NVMe en PCIe v4, il y a de quoi se tromper.

J’ai un SSD Plextor de 128 Go qui a fait trois ordis. Il a 7 ans et aucun problème, il tourne même plus vite qu’un Samsung M.2 512 Go « gentiment » intégré dans un Asus d’un an.
J’ai aussi un Crucial de 4-5 ans 512 Go et RAS, bon ce n’est toujours pas la vitesse du Plextor mais aucun problème.
Sinon deux HDD Western Digital de plus de 13 ans en externe dont un qui a fait 5 ans dans un fixe, toujours là !