Forum Clubic

Commentaires : Le projet "Airbus des batteries" de PSA et Total voit enfin le jour

La co-entreprise « Automotive Cells Company », fruit d’un accord entre les groupes PSA et Total, a été annoncée ce jeudi. Son activité portera sur la fabrication de batterie pour véhicules électriques.

Alors demain, dans 10 ans, en 2030 (deux mille trente), l’usine devrait produire 48 GWh par an.
Hier, en 2018 (deux mille dix-huit), la seule Gigafatory 1 de Tesla a produit 35 GWh.

On sent bien là le volontarisme des constructeurs de voitures à jus de dinosaure :smirk:

3 J'aime

C’est bien beau tout ça mais j’espère que ça va pas se contenter d’acheter des accus panasonic pour les foutre en batteries d’accus…

2 J'aime

Dans 10ans, Tesla ne sera plus là, ou sera racheté par d’autres.
Parceque ça pue pour eux en ce moment. Un des rares exercices bénéficiaires ils le font grâce aux millions de FCA, parceque Volvo Polestar leur pique des clients en Norvège et Suède, parcequ’en chine la concurrence ne leur fait pas de cadeau, et enfin en bourse ça chute pour revenir à quelque chose de plus rationnel.
Les belles promesses de Musk ne vont plus faire illusion bien longtemps.
Quand aux aides, si Musk a ces derniers jours rencontré quelques ministres Allemands ça n’est pas pour parler de la volée que les Californiens se sont pris sur le Nurburing par Porsche. Bien évidemment que Musk est venu demander des aides, sinon son business ne tiendrait pas

2 J'aime

Dans 10 ans, quand beaucoup de voitures électriques seront en circulation, on nous expliquera que de la fabrication à la fin de vie la voiture électrique pollue plus qu’un diesel de 2020.
Et qu’il faut passer à autre chose.

Tesla le fait bien et ça semble leur réussir

C’est les clients qui font les ventes, pas le constructeurs.
Et tout le monde ne peut pas encore se permettre d’avoir un v.e et de le recharger la nuit chez lui.

J’en doute fort. On peut déjà calculer avec précision le seuil auquel on a moins émis ce CO2. La fabrication demande certes plus d’énergie et de matériaux, mais on compense en réalité assez rapidement. Évidemment, plus on roule, plus on rattrape vite, que ça soit financièrement ou écologiquement. La batterie pollue beaucoup, mais pas non plus autant que la combustion de milliers de litres de pétrole.

5 J'aime

Et dans 10 ans on fera une autre usine pour l’hydrogène car ça sera démocratisé. Toujours 10 ans de retard.

Une question se pose toujours : quel technologie de batteries sera produite dans cette usine ?

Bravo il fallait commencer quelque part pour qu’enfin l’Europe cesse d’être spectatrice et laisse les autres prendre tout le terrain. S’ils ont une bonne capitalisation il pourront comme toutes les grandes techno de ce monde ont fait avec le temps acquérir des entreprises et des connaissances pour un jour faire parti des leaders dans leur domaine.

2 J'aime

Il parait que les Chinois, les Coréens et les Japonais ont fait dans leurs pantalons lorsqu’ils ont appris cela et en tremblent encore…

2 J'aime

Tiens, on dirait que ça « S’Couic » sur Clubic.
Alors en court, tes remarques me font penser à Kodak, Nokia, IBM, Dell et plus récemment les fabricants d’appareil photo numérique. Un autre temps, une autre époque, où les dirigeants étaient tellement sûr de leur technologie qu’ils n’ont jamais voulu la remettre en cause, ni s’adapter à l’évolution de rupture qui à fait basculer le marché.

alors que dans 10 ans les voitures seront à l’hydrogène…mais la on aura 15 ans d retard…

Non, si tu t’intéresses au sujet, tu verras que l’avenir de l’hydrogène n’est pas dans la voiture. Plutôt les camions (Hyundai propose déjà un tracteur), les ferries voir les avions.
Avec un ratio de 3/1 contre la batterie, même l’ingénieur en chef pour la Toyota Mirai reconnaît que ce n’est pas adapté.

La France veut financer une filière hydrogène, mais ce serait plus orienter vers la production du gaz (on ne l’attrape pas avec un filet à papillons) que vers son exploitation (pile à combustible).