Forum Clubic

Commentaires : Le directeur de l'ESA n'apprécie pas que les gouvernements donnent carte blanche à Elon Musk

Josef Aschbacher, directeur général de l’Agence spatiale européenne (ESA) depuis novembre 2020, a exprimé son inquiétude quant à la surreprésentation de SpaceX en orbite basse
. Selon lui, il existe un manque de coordination flagrant entre les gouvernements pour mieux réguler les lancements de satellites.

2 J'aime

C’est trop tard, la digue a sauté !

En tant que Directeur de l’ESA fallait peut-être se reveiller avant non ? :slight_smile:
Empocher les salaires et aligner les restaurants ca fonctionne un temps.

4 J'aime

C’est vrai qu’il doit avoir un poids démesuré dans le processus d’autorisation de lancement américain qu’a eu spaceX…
Quelle sont les responsabilités de ce directeur et qu’est ce qui vous fait dire qu’il ne remplit pas ses prérogatives ?

6 J'aime

L’Europe en retard de tout, en retard partout. Tout ce qu’elle sait faire c’est mettre des amendes pour position dominante, bientôt SpaceX et Tesla. Quand on voit les foudres de guerre que sont les dirigeant européens, faut pas s’étonner des retards accumulés.

Et à part ça, il fait quoi ? Arianne 6 est déjà un échec avant même d’avoir atteint le pas de tir. De la jalousie plutôt mal placée dirons-nous. Même la Chine qu’on prenait pour des rigolos ont un programme spatial qui ramène celui de l’Europe au Spoutnik. Espérons qu’ils ne foire pas le lancement du télescope JW.

1 J'aime

Le bilan du spatial Européen ? :slight_smile:

Alors on va remettre les choses en perspectives

  • quel est le bilan de la NASA ? (budget 22,629 milliard de dollar / 20 milliard d’euro)
  • quel est le bilan de l’ESA ? (6,49 milliard d’euro)

Il faut bien-sûr ne pas parler des entreprises privés (comme spaceX).
L’Europe injecte moins d’argent, donc les résultats sont moindre, c’est étonnant ?
Le secteur privé européen investi (me semble-t-il) moins que le secteur privé américain. Les résultats sont moindres, c’est étonnant ?

L’Europe, et la France en particulier, n’investit plus sur l’enseignement et la recherche, donc on est en retard ou moins présent sur beaucoup de secteur, mais on reste présent malgré tout encore un peu.

Est-ce qu’on peut en vouloir à un directeur qui a pris ses fonctions en 2021 de l’ensemble des décision d’austérité depuis presque 30 ans des pays européens ?

6 J'aime

Et sinon pour l’auteure de l’article une petite correction à apporter : « marche de manœuvre » → « marge de manœuvre » :slight_smile:

Je propose également: " solutionner ce problème"-> « résoudre ce problème » :slight_smile:
Pas faux, mais vraiment pas beau.

1 J'aime

C’est remonté à la Team, merci pour ta vigilance :wink:

L’ESA a beaucoup rigolé quand Space X voulait faire des fusées réutilisable.
Maintenant elle veut tout faire pour le freiner.
La France à toujours eu cette mentalité de rejeter les innovations. Trop conservatrice. Les chinois l’on bien compris et ils font la même chose que Space X.
Investissement, innovation et prendre des risques.
Je trouve ça vraiment dommage, car la France a d’excellents ingénieurs. Mais on a de très mauvais politique sur ce point.

2 J'aime

Il n’est jamais trop tard pour avoir ce genre de bonne colère ! J’aime assez ce que dit aussi le Luxembourgeois : « La colonisation, ou le fait de faire des choses dans un espace complètement déréglementé, est une préoccupation »…

1 J'aime

« c’est surtout ce manque de supervision, très préjudiciable au spatial européen, que -Fayot- et Aschbacher -dénoncent- . » :joy:

Sûrement une contre-partie pour l’implantation de l’usine Tesla en Allemagne

Euh pourquoi une « carte blanche » ?

Tous les acteurs du spatial on rit au nez de SpaceX lorsqu’ils ont annoncé leur projet de réutilisation.
Il n’y a pas que l’ESA… C’est facile de ré-écrire l’histoire.

Après le fond de la question n’est pas seulement une histoire de technologie. Il faut dire que si on multiplie les objets en orbite sans anticiper des voies de sortie sécurisée, on risque de se coincer sur notre cailloux comme des gros cake…

personne ne doutait que ce soit possible

les américains le faisaient déjà avec la navette (une merveille, malheureusement chère et qui a connu trop d’accidents)

par contre, c’était la rentabilité et la nécessité qui était en question

la rentabilité n’a encore jamais été prouvée

et SpaceX a dû créer le besoin avec son projet Starlink, projet qui n’est lui-même pas encore rentable

donc bien malin, à ce stade-ci, celui qui peut dire si Musk a eu raison ou non. Après, je pense que si l’ESA envisage aussi la réutilisation, c’est qu’ils jugent la rentabilité comme crédibles ou qu’ils ont peut de paraitre arriérés pour leur image. On verra bien l’avenir mais je n’ai aucun doute que ce que les ingénieurs SpaceX savent faire, les ingénieurs européens savent également le faire.