Forum Clubic

Commentaires : La SNCF passe sa première commande de train roulant à l'hydrogène (page 2)

Un feu dans un tunnel et je n’ose pas imaginer le résultat. Idem dans la traversée d’une ville.
Parce que pour alimenter un train sur 600km, autant dire que ce n’est pas un réservoir de 100 litres.

Oui, ça j’avais compris pour le caractère « bi-énergie » du truc.

Mais ils auraient pu choisir une hybridation différente, comme par exemple associer le moteur électrique à une turbine à gaz, alimentée en biogaz, et ainsi participer à la revalorisation des déchets organiques, filière qui actuellement est sous-utilisée en France par rapport à d’autres pays (on n’a même pas de bac de récupération de ces déchets côté ménager, qui finissent en poubelle verte puis à la décharge…).

Les thermiques actuels sont déjà bi-modes également, au moins pour une partie du parc (et notamment les Coradia qui équipent déjà la SNCF).

Reste à voir si le bilan CO2 est favorable pour l’H2 par rapport aux diesels existants, compte tenu du mode de fabrication de l’H2, massivement à partir d’hydrocarbures. Mais au moins on sait que le bilan pourra s’améliorer avec le temps, contrairement à celui des diesels qui a peu de marge de progression (le biodiesel entrant en conflit avec l’alimentaire), même s’il ne pourra pas atteindre celui d’un train électrique alimenté sur caténaire (il reste donc préférable d’étendre le réseau de caténaires partout où c’est possible).

1 J'aime

C’est pas forcément pire qu’un réservoir de diesel hein…

C’est juste encore une folie inutile juste histoire de faire comme les Allemands. Nous avons un réseau électrifié bien déployé, pourquoi aller investir la dedans ? Juste histoire de caresser les Verts en vue des prochaines Régionales et rien d’autre.

la turbine à gaz sur un train, c’est pas terrible du tout (déjà essayé sur les rtg et etg)…

ça a un très bon rendement quasiment à pleine puissance, le problème, c’est qu’au ralenti, cela consomme quasiment autant…

sur un avion avec des moteurs qui tournent à régime constant, c’est parfait, mais sur un train qui roulent sur de grosse portions de ligne en marche du l’erre avec les moteurs au ralenti , c’est un gouffre…(grosso modo, presque le double de consommation que pour un diesel de puissance équivalente)

1 J'aime

Certainement, mais ça empêche pas de trouver d’autre solutions pour l’être le plus possible.

En lisant l’article, je me suis dit « tiens, ils mettent au point l’ancêtre du SnowPiercer ».

Blague à part, j’ose espérer que la filière de fabrication de l’hydrogène vert sera déployée en même temps, sinon ce ne sera pas du tout une vraie solution écologique.

C’est une très bonne solution pour permettre aux trains d’avancer, avec ou sans caténaires. S’il y a une panne de courant, le train peut avancer jusqu’à une gare pour permettre aux voyageurs de descendre et se restaurer, voire jusqu’à la destination.
Reste la question de la production de l’hydrogène, c’est mieux si c’est fait avec un minimum d’hydrocarbures.

2 J'aime

Enfin une bonne résolution de la SNCF !
Si ça peut réduire le nombre d’avion en vol intérieur.
Par contre, faudrait penser à moderniser les lignes existantes et ne plus faire du « tout TGV », qui est une aberration !

1 J'aime

Qu’on le veule ou non l’hydrogène fera très bientôt parti du mode de fonctionnement des principales lignes de trains au monde alors soit la France et Alstom une multinationale française spécialisée dans le secteur des transports, principalement ferroviaires embarquent dans le train soit ils seront largués. C’est l’évidence même que l’hydrogène remplacera bientôt le diesel comme carburant des véhicules lourds.

1 J'aime

Rien a voir …ça fait longtemps qu’on en parle et de surcroît, si je ne me trompe pas, les trains allemands … sont français…et oui produits par Alstom :shushing_face::shushing_face:

1 J'aime

Sur les LGV et les lignes bien fréquentées c’est exact.
Dans d’autres régions, après avoir pendant 70ans consciencieusement démonté les lignes existantes, c’est le désert ferroviaire.
La bagnole a tellement pris ses marques qu’un Département comme l’Ardèche n’a pas vue de train de voyageur depuis 1973.
D’autres départements sont à peine mieux lotis et Leurs rares lignes non électrifiées restantes sont en sursis sous perfusion d’aide publique.

Parce que ça coûte une fortune. En plus des caténaires il faut des postes d’acheminement de la HT dans des régions reculées. Et ça sur des centaines de km de réseau, parfois à voie unique, pour 4 malheureux trains par jours.

A l’époque où tout le monde se foutait de l’écologie et de la ruralité ces décisions étaient logiques. Aujourd’hui c’est différent.

Et puis perso des caténaires dans ces paysages ça me ferait saigner les yeux.

2 J'aime

Non, les principales lignes de train sont et resteront des lignes électrifiées. Ça n’a pas de sens de passer à l’hydrogène sur des lignes électrifiées (d’ailleurs, ce train hydrogène dont on parle, il s’alimente bien sur caténaire dès que possible).

C’est le réseau secondaire, là où il n’y a pas encore l’électricité partout, qui basculera sur l’hydrogène à la place du diesel.