Commentaires : La grève des travailleurs de Tesla franchit les frontières suédoises

Le choix des employeurs…pas celui des employés et salariés à qui on met des bâtons dans les roues lorsqu’ils veulent se syndiquer.

Pour revenir au sujet, Musk semble décidément ne faire bien des choses que sur des coups de tête. Il lui aurait suffit de demander conseil sur les conséquences potentielles pour apprendre qu’étant donné que les pays scandinaves ont le plus haut taux de syndicalisme en Europe, ça risquait de mal se passer. neutre

1 « J'aime »

Il faut comprendre ce que l’on lit, mon ami. Ai-je prétendu que les USA tendent à gauche avec une politique pro syndicats, à aucun moment.
Je faisais juste remarquer les évènements qui se passent en ce moment avec les différentes manifs, secteur automobile, acteurs, scénaristes, Gafams, etc.

1 « J'aime »

Les politiques définissent les lois qui encadrent autant l’emploi que le droit de grève & co et les politiques étant élus par le peuple et non par les employeurs… Donc la vision, le programme appliqué émane bien d’une volonté du peuple car c’est lui qui choisit ses politiques…

Un corps de métier, au sein d’une entreprise a des revendications, Ok.
Mais la poste qui ne livre plus les plaques et les éboueurs qui ne ramassent plus les poubelles?!
A un moment données il faut quand même un petit lien de cause à effet quoi.

Ca s’appelle la solidarité, une notion qui échappe à beaucoup de gens aujourd’hui parce qu’ils ne pensent qu’à eux-mêmes. neutre

https://www.cairn.info/revue-mouvements-2003-5-page-60.htm

3 « J'aime »

C’est là où est tout le débat sur le droit de grève. On peut aisément concevoir que le droit de manifester son mécontentement soit légitime et juste par contre le droit de blocage peut être à juste titre considéré comme un abus du droit de grève et même un non respect du droit car effectivement, ne pas respecter les termes d’un contrat (postal) pour un client, c’est illégal.

Les employés n’ont pas de contrat avec les clients, donc on ne peut pas les accuser eux de ne pas respecter le contrat. C’est l’entreprise qui ne le respecte pas.

1 « J'aime »

Si c’est pour une raison de sécurité, ils ont le droit !
Tu accepterais de bosser et qu’on te braque ? qu’on te casse la gueule parce que tu fais ton boulot ? NON bien sûr …

Ce n’est nullement le cas ici. Il y a un contrat entre deux parties et le contrat illégalement est rompu ce qui sur le plan du droit devrait entraîner le versement de dommages et intérêts à moins que des clauses d’exécution du contrat n’évoquent des cas de force majeure comme celui-ci, encore faut-il pouvoir le justifier sur le plan légal.

Les raisons de sécurité l’emportent sur les clauses d’un contrat. Les tribunaux n’iront pas plus loin et tu n’auras même pas droit à un Mars ou un Nuts.

Encore faut-il que les raisons de sécurité soient réellement établies et justifient au regard du juge une rupture de contrat surtout au regard que la livraison de ces plaques se faisait très bien avant les mouvements syndicaux. Un juge n’est pas dupe et heureusement d’ailleurs…

Oui, entre deux parties : l’entreprise et son client. L’employé de l’entreprise n’est pas une partie au contrat, il ne peut pas être jugé et condamné pour l’avoir rompu. Si l’entreprise n’arrive pas à assumer ses contrats parce que ses employés sont en grève, c’est la faute de l’entreprise, pas la faute des employés, c’est elle qui est responsable de l’exécution du contrat auprès de ses clients.

1 « J'aime »

Tout à fait, c’est bien l’entreprise qui va devoir payer.

Techniquement en quoi ça les aide ? Car logiquement il y a des gens/société qui ont acheté ces actions. Donc ça changera rien pour l’entreprise Musk.