Forum Clubic

Commentaires : Ils inventent une brique bio-sourcée à base de sable, de bactéries et d'urine

Ces étudiants d’Afrique du Sud ont créé la première brique biosourcée au monde à être fabriquée à partir … d’urine humaine ! Une méthode qui, si l’on en croit ses créateurs, permettrait de réaliser une importante économie d’énergie dans le processus de fabrication des matériaux.

Combien de temps pour fabriquer une brique (je n’ose même pas imaginer le temps pour construire une simple maison) ? Probablement des jours/semaines/mois.

À quel coût ? Vu les installations nécessaires pour supporter tous ces procédés, probablement beaucoup plus important que celui d’une brique traditionnelle qui n’a besoin que d’un four.

La théorie est utile quand elle n’est pas guidée par des présupposés stupides (lire escrologiques) : les lois économiques sont aussi importantes que les lois physiques.

Non, les lois physiques près-existent au lois économique qui ne sont que des construction humaine bien souvent dogmatique.

L’exigence de rapidité dont tu parles s’inscrit dans le contexte actuel ou le coût de l’énergie est sous estimé. Vu le procédé décrit qui n’a pas l’air de demander de infrastructure technologique avancé, ce manque de rapidité peut être compensé (dans le cadre d’une production industrialisé) par de l’espace de stockage le temps que l’action se fasse.

Dans les bénéfices, on peut compter aussi toute les ressources qui ne seront pas utilisé pour gérer ce qui avant été un déchet

Il n’apparait pas que la durée soit un problème ni que ce soit excessivement long. D’autre part, il est idiot d’imaginer que l’on produit ainsi 1 brique par 1 brique.
L’intérêt ici n’est pas tant écologique qu’économique.
D’autre part, rien n’interdit d’avoir une partie en brique “bio” et une autre classique.
Tout dépend comment le systeme est reproductible, à quelle vitesse et quel intérêt dans quel type de situation.
Pays pauvres ? catastrophes naturelles ? constructions d’habitations ou d’utilité autre ?

Le coût me semble extrêmement faible. Rien que du fait que ça se passe à température ambiante. Un four consomme une quantité d’énergie gigantesque comparativement à une réaction chimique/biologique qui ne consomme que du temps.
Aussi sur une bonne surface (en hauteur éventuellement) on pourrait en produire une sérieuse quantité à impact écologique faible et peu cher.

@tmtisfree : Besoin que d’un four ? Je vous incite à aller visiter une usine de fabrication de briques pour comprendre que c’est quand même un peu plus compliqué. Et le procédé de fabrication est moins simple que ce qu’on imagine. D’ailleurs, les briques, ça n’est pas le matériau de construction le moins cher.
D’ailleurs, le temps de solidification est t’il vraiment un inconvénient énorme sur le plan économique ? Objectivement, cela dépends du temps nécessaire (coût de la surface occupée et de l’argent immobilisée).
Mais c’est déjà le cas pour le bois utilisé dans les charpentes qui ne peut pas être posé tout de suite, mais seulement après des mois de séchage.

@catseye : Le problème, c’est qu’il y a encore des gens qui raisonnent sur des vieux dogmes économiques périmés qui sont hélas encore enseignés dans les écoles. Ces dogmes disent que la production serait limitée par le nombre de bras.
Or, de nos jours, la majorité des productions sont fortement automatisées. Mais les enseignements et les dogmes économiques n'ont pas encore intégré ce paradigme. Ce qui limite la production aujourd'hui, c’est le cout de l’énergie. Et celui ci va augmenter. Donc tout procédé économe en énergie sera bon à prendre.

On peut prednre contact avec les concepteurs et délivrer au monde entier comment faire ?

J’ai peur que les industriels rachètent tout ou prennent de force le procédé pour le planquer dans un tiroir ou de mettre des brevets à outrance dessus :confused: